Publié dans Vidéo Humour

Les 70 ans du Scrabble

Publié dans Texte Recette Cuisine

Tarte aux fruits rouges

Tarte aux fruits rougesIngrédients pour 2 personnes
Pâte sucrée vanillée
– 120 g de beurre mou
– 75 g de sucre glace
– 25 g de poudre d’amande
– 1 pincée de fleur de sel
– 1 œuf
– 1/4 de gousse de vanille fendue et grattée
– 200 g de farine
Crème pâtissière
– 25 cl de lait entier
– 1/3 de gousse de vanille fendue et grattée
– 20 g de beurre
– 40 g de sucre semoule
– 3 jaunes d’œuf
– 30 g de maïzena
– 10 g de farine
– 10 cl de crème liquide montée en chantilly
Fruits rouges
– 80 g de mûres
– 100 g de framboises
– 100 g de fraises des bois
– 60 g de cassis
– 40 g de groseilles
– 90 g de sucre semoule
– 10 cl d’huile d’olive
– 1 cl de vinaigre de framboise
– 1/4 de botte de verveine ciselée finement

Préparation
1) Dans un saladier mélanger le beurre, le sucre glace, la poudre d’amande et le sel. Ajouter l’œuf puis la vanille et la farine. Réserver 3 heures au frais. Étaler la pâte entre deux feuilles de papier de cuisson de 2 millimètres d’épaisseur environ et en rectangle de dimension 8×20 cm.
2) Laisser reposer au frais pendant une heure et cuire dans un four à 165°C (th.3). Au bout de 10 minutes de cuisson, sortir la pâte, la détailler en rectangles de 2 cm de large et remettre à cuire jusqu’à obtention d’une coloration noisette, puis sortir.
3) Mettre à bouillir le lait, la vanille et le beurre. Ajoutez au mélange sucre, jaune d’œuf, maïzena et farine, et remettre à bouillir une minute en fouettant régulièrement. Réserver au frais.
4) Une fois froide, fouetter la préparation afin de la lisser puis ajouter délicatement la crème montée ferme. Mettre dans une poche à douille (ou un sac décongélation) et réserver au frais.
5) 3 heures avant la dégustation, réunir tous les ingrédients dans un saladier, mélanger très délicatement et laisser reposer à température ambiante.
6) Au dernier moment, dresser de façon harmonieuse et décalée, puis arroser le tout avec la marinade de fruits.

Relaxnews

Publié dans Texte Sport divers

Accusation d’achat d’arbitre : Bernard Tapie dénonce des « conneries » et va porter plainte

bernard tapieL’homme d’affaires a répondu samedi soir sur franceinfo aux propos de son ancien collaborateur Marc Fratani, qui a déclaré avoir participé à un achat d’arbitre avant un match PSG-OM.

Marc Fratani, ancien collaborateur de Bernard Tapie avec qui il est désormais en froid, a raconté samedi 2 mars avoir « participé une fois à un achat d’arbitre » avant un match PSG-OM, dans un entretien au journal Le Monde où il évoque d’autres mauvaises pratiques.

Sur franceinfo, Bernard Tapie, président de l’OM de 1986 à 1994, a démenti ces accusations, et a annoncé son intention de déposer plainte contre le journal Le Monde. L’homme d’affaires parle de règlement de comptes : « C’est hallucinant, que lui pète les plombs.

Il est très en colère, ça fait deux ans qu’on ne se parle plus : je le regrette car c’était Gaston Defferre [le maire de Marseille et député des Bouches-du-Rhône] qui m’avait conseillé de le prendre avec moi quand j’étais président de l’OM et il a été très utile parce que Gaston m’avait dit fait ‘attention, t’es dans une ville un peu compliquée et il y a des gens que tu ne dois pas fréquenter et Fratani à tes côtés saura te dire « pas celui-là pas celui-là »‘.

Et le fait est qu’il a fait ce travail d’une manière remarquable en m’évitant ce qu’a subi Dreyfus, qui lui s’est un peu laissé aller à jouer aux cartes, à faire des trucs avec des gens qu’il vaut mieux ne pas fréquenter. C’est comme ça, donc il a été formidable. »

Plainte contre « Le Monde »
« Et puis, il y a deux ans, il m’a demandé d’intervenir sur un sujet qui était un sujet médiatique en pensant qu’on pouvait faire avec le journal La Provence et Corse Presse ce que je pouvais faire avec l’OM, ce n’est pas possible, poursuit Bernard Tapie.

Je peux dire à un soigneur de l’OM ‘tu fais ça ou tu fais ci’, je ne peux pas dire à un directeur de rédaction ‘t’écris ça ou t’écris pas ça’ alors il a cru que c’était de la mauvaise volonté de ma part et depuis il est fâché à mort. Mais de là à aller raconter ces espèces de conneries »

« Donc je vais déposer plainte évidemment contre Le Monde parce qu’ils n’avaient pas le droit de faire un truc pareil et puisqu’il n’y a aucune précision de rien, il n’y a a que des blablabla, il a dit qu’il avait acheté un arbitre pour un match eh ben d’accord, on va voir, je dépose plainte et je vais demander à ce que la justice l’interroge pour qu’il dise quel arbitre, quel match, quel jour. »

« Non, mais c’est un malade, je veux dire il a pété un plomb mais ça ne fait rien, on va les envoyer devant les tribunaux », a conclu Bernard Tapie.

Publié dans Texte Actualité divers

Nouveau coup dur pour Justin Trudeau après la démission d’une ministre

justin trudeauUne nouvelle ministre canadienne a démissionné, après les accusations d’ingérence de Justin Trudeau et de son entourage dans une procédure judiciaire.

La crise politique sans précédent qui secoue le gouvernement canadien de Justin Trudeau s’est encore aggravée lundi avec la démission surprise d’une ministre, dans la foulée des accusations d’ingérence du Premier ministre et de son entourage dans une procédure judiciaire.

« Je me suis penchée sur les événements qui ont secoué le gouvernement fédéral ces dernières semaines et après une sérieuse réflexion, j’en ai conclu que je devais démissionner », explique Jane Philpott dans une lettre au Premier ministre libéral. Ancienne ministre de la Santé puis des affaires autochtones, elle avait été promue présidente du Conseil du Trésor, responsable du budget, lors d’un remaniement mi-janvier.

Bien que cette décision le « déçoive », Justin Trudeau a dit qu’il la « respect(ait) ». Devant des militants libéraux lundi soir à Toronto, il a assuré « prendre très au sérieux (…) les inquiétudes » suscitées par cette affaire qui, selon lui, va générer « plus de questions et de réponses dans les jours et les semaines à venir ».

Le coup est rude pour M. Trudeau alors que des élections législatives sont prévues en octobre : il s’agit de la troisième démission dans son entourage depuis que son ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a dit avoir subi des « pressions » inappropriées du Premier ministre et de son entourage pour qu’elle tente d’éviter un procès au géant du BTP SNC-Lavalin.

Mme Wilson-Raybould elle-même a quitté le gouvernement le 12 février, suivie quelques jours plus tard par le principal conseiller de M. Trudeau, Gerald Butts. Ce dernier, mis en cause par l’ancienne ministre de la Justice, doit livrer sa version des faits mercredi devant les députés.

Accusé depuis 2015 de corruption
Pour justifier sa démission, Mme Philpott, au gouvernement depuis 2015 et réputée proche de Mme Wilson-Raybould, explique n’avoir « plus confiance dans la façon dont le gouvernement a géré cette affaire et dans sa réponse à ces questions ».

Après sa démission, Mme Wilson-Raybould a accusé M. Trudeau et sa garde rapprochée d’avoir exercé sur elle des pressions assorties de « menaces voilées », pour qu’elle intervienne auprès du bureau des procureurs en faveur de SNC-Lavalin.

Le groupe québécois est accusé depuis 2015 de corruption pour avoir versé 48 millions de dollars canadiens de pots-de-vin (32 millions d’euros) à des responsables libyens du temps du dictateur Mouammar Kadhafi, entre 2001 et 2011, pour décrocher d’importants contrats dans ce pays.

Un accord hors cour entre la justice et SNC-Lavalin aurait permis à cette société, qui emploie 50 000 personnes dans le monde dont 9000 au Canada, d’échapper à une condamnation pouvant compromettre son avenir. Mme Wilson-Raybould a finalement refusé d’intervenir et un procès est toujours prévu, à une date encore indéterminée.

Une crise diplomatique avec la Chine
Le chef de l’opposition conservatrice Andrew Scheer a immédiatement fustigé « un gouvernement en plein chaos, dirigé par un Premier ministre en disgrâce ». En tête dans les derniers sondages, il a appelé les ministres du gouvernement à se poser les mêmes questions que Mme Philpott, et à en tirer les mêmes conséquences.

Lors du remaniement de la mi-janvier, Mme Wilson-Raybould avait été rétrogradée au poste de ministre des Anciens combattants. Elle s’est dite persuadée d’avoir été punie pour n’avoir pas cédé aux pressions.

« L’affaire SNC-Lavalin », comme l’a baptisée la presse canadienne, tombe d’autant plus mal pour le Premier ministre qu’il doit déjà affronter une crise diplomatique sans précédent avec la Chine depuis l’arrestation de la directrice financière du géant chinois Huawei début décembre à Vancouver.

Meng Wanzhou a été arrêtée à la demande des États-Unis, qui exigent son extradition pour violation présumée des sanctions américaines contre l’Iran. La Chine n’a cessé depuis d’appeler Ottawa à la remettre en liberté. Justin Trudeau, de son côté, n’a cessé d’invoquer l’indépendance du système judiciaire canadien, qui vient de donner son feu vert au processus d’extradition de Mme Meng.

Publié dans Texte Actualité divers

Bernard Arnault conserve sa place de 4e fortune mondiale

Bernard ArnaultSelon le dernier classement publié par le magazine Forbes, le PDG de LVMH reste première fortune française et quatrième mondiale.

Le fondateur d’Iliad-Free, Xavier Niel, perd en revanche dix places par rapport au palmarès 2018. De son côté, Françoise Bettencourt Meyers reprend le titre de « femme la plus riche du monde ».

Pour la deuxième année consécutive, le PDG du géant mondial du luxe LVMH, Bernard Arnault, reste la quatrième fortune planétaire et le plus riche de l’Hexagone avec une fortune estimée à 66,9 milliards d’euros (76 milliards de dollars), selon le palmarès Forbes publié ce mardi.

Dans le classement français, il devance, comme l’an dernier, l’héritière de L’Oréal, Françoise Bettencourt Meyers, qui reprend « le titre honorifique de femme la plus riche du monde » avec une fortune de 43,4 milliards d’euros (49,3 milliards de dollars, 15e au rang mondial).

Elle figure parmi les cinq femmes, toutes héritières, (Marie Besnier-Beauvalot, Carrie Perrodo, Anne Beaufour et Marie-Hélène Dassault), membres de la caste des milliardaires français. Sur la troisième marche du podium, François Pinault, à la tête de Kering, rival de LVMH, a vu sa fortune estimée croître de près de 12% en un an à 26,1 milliards d’euros (29,7 milliards de dollars).

Les 5 premières fortunes françaises pèsent plus de 170 milliards d’euros
Suivent, toujours dans le secteur à forte croissance du luxe, les propriétaires de Chanel, les deux frères Wertheimer, avec une fortune estimée pour chacun d’eux à 12,8 milliards d’euros (14,6 milliards de dollars). La fortune de la famille Dassault est estimée à 24 milliards de dollars, scindée en quatre parts égales représentant les quatre enfants de Serge Dassault, décédé en 2018.

Les cinq premières fortunes françaises représentent à elles seules près de 193,6 milliards de dollars (environ 170,8 milliards d’euros), soit 24,5 milliards de dollars (21,6 milliards d’euros) de plus qu’en 2018.

Xavier Niel perd dix places
Bernard Arnault, au plan mondial, est surclassé par Jeff Bezos (131 milliards de dollars), Bill Gates (96,5 milliards de dollars) et Warren Buffet (82,5 milliards de dollars).

« Le cru 2019 des milliardaires hexagonaux voit se dessiner deux nouvelles tendances: le club des ultra-riches s’étoffe et leur fortune a continué de croître », détaille le magazine économique américain dans son édition française. « La chute la plus remarquée concerne Xavier Niel, le fondateur d’Iliad-Free, qui perd dix places, après une année noire en Bourse », souligne Forbes. Il se retrouve ainsi 18e du classement avec une fortune estimée à 4,1 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros).

De manière générale, les patrons des sociétés de technologie appliquée à la finance « sont redescendus de leur piédestal, après de mauvaises fortunes en Bourse ». Le classement des milliardaires Forbes est fondé sur l’estimation de leur fortune en février.

Publié dans Texte Actualité divers

La prime d’activité allouée à 1,1 million de personnes de plus que l’an dernier

prime activitéCette année, la prime d’activité bénéficie à 1,1 million d’allocataires supplémentaires par rapport à 2018, a précisé mardi le gouvernement.

La prime d’activité, dont les conditions d’accès ont été élargies pour répondre à la colère des « gilets jaunes », bénéficie désormais à 1,1 million d’allocataires supplémentaires par rapport à l’an dernier, a indiqué mardi le gouvernement. La ministre des Solidarités Agnès Buzyn et sa secrétaire d’État Christelle Dubos se sont félicitées dans un communiqué « que les Français se soient largement saisis » de cette prestation. « C’est un succès remarquable. On se rapproche de la barre des 5 millions de bénéficiaires », a dit Christelle Dubos.

55 % des ménages inscrits remplissaient déjà les conditions l’an dernier. Sur ces 1,1 million de nouveaux inscrits dans le dispositif, quelque 55% étaient des ménages qui remplissaient déjà les conditions pour en bénéficier l’an dernier avant l’élargissement des critères , mais ne la demandaient pas, a précisé Christelle Dubos. Il s’agit de personnes qui ne recouraient pas à ce droit et dont on peut penser qu’elles y ont été incitées par la récente campagne de communication autour de la prime d’activité.

« Un joli coup de pouce », pour un célibataire sans enfant rémunéré au Smic (1.204 euros), la prime d’activité s’élève à 241 euros par mois, soit 90 euros de plus qu’avant les annonces en réponse à la colère des « gilets jaunes », a rappelé Christelle Dubos. « Les oppositions nous accusent de ne distribuer que des miettes. Mais 241 euros, pour un smicard, ce ne sont pas des miettes, c’est un joli coup de pouce », a-t-elle commenté.

140 agents recrutés, le gouvernement a par ailleurs lancé le recrutement de 140 agents supplémentaires en CDI dans les caisses d’allocations familiales, pour faire face à l’afflux de demandes, et débloqué une enveloppe de 10 millions d’euros pour que les agents des CAF « les plus modestes » puissent bénéficier d’une prime exceptionnelle, a dit la secrétaire d’État.

Une assiette élargie, le montant de la prime d’activité, allouée aux salariés autour du Smic, a été augmenté au 1er janvier de 90 euros maximum  avec effet réel sur le versement du 5 février. Les allocataires déjà enregistrés dans les fichiers des caisses d’allocations familiales ont bénéficié automatiquement de cette hausse. Parallèlement, le gouvernement a également décidé d’élargir l’assiette de cette prestation, qui doit en principe bénéficier désormais à 5 millions de foyers, contre 3,8 millions précédemment. Avec cette prime bonifiée, le gouvernement entend honorer la promesse d’Emmanuel Macron d’augmenter de 100 euros les personnes ayant des revenus au niveau du Smic.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Mouillettes d’œufs cocotte à la coppa

Mouillettes d’oeufs cocotte à la coppaIngrédients pour 2 personnes
– 1 baguette
– 2 œufs
– 4 tranches de coppa
– 20 g de parmesan
– 1 cuillère à soupe d’huile Lesieur Arachide
– quelques feuilles de basilic
– sel et poivre

Préparation
1) Préchauffez le four à 180°C (th.6) et préparez un bain-marie.
2) Coupez le parmesan en copeaux
3) Huilez 4 ramequins et cassez un œuf dans chacun. Salez et poivrez
4) Déposez les ramequins dans le bain-marie bien chaud. Enfournez et laissez cuire 5 minutes. A la fin de la cuisson, retirez aussitôt les ramequins du bain-marie.
5) Taillez la ½ baguette en mouillettes.
6) Disposez les mouillettes et les tranches de coppa dans un plat, enfournez le plat et faites griller le pain et les tranches de coppa quelques secondes.
7) Répartissez les tranches de coppa grillées et les copeaux de parmesan sur les œufs cocotte.
8) Répartissez les feuilles de basilic ciselé sur chaque œuf cocotte.
9) Servez-les aussitôt avec les mouillettes de pain grillés.