Publié dans Vidéo Humour

Dans le salon

Publié dans Texte Recette Cuisine

Waffles, chocolat praliné

Waffles, chocolat pralinéIngrédients
– 2 œufs
– 200 g de farine
– 100 g de poudre d’amandes
– 1 /2 sachet de levure
– 15 cl de lait
– 1 pointe de cannelle
– 100 g de beurre ramolli
– 1 sachet de sucre vanillé
– 100 g de sucre perlé
– 150 g de chocolat au lait praliné
– 6 piques à brochettes

Préparation
1) Séparer les jaunes des blancs d’œuf, réserver les jaunes et monter les blancs en neige.
2) Dans un grand saladier, mettre la farine, la poudre d’amandes, les jaunes d’œuf, la levure, le lait, la cannelle, le beurre, le sucre vanillé et mélanger au batteur électrique pour obtenir une pâte légère, ajouter le sucre perlé et laisser reposer 1 h à température ambiante.
3) Verser 1 belle cuillère à soupe de pâte au centre de la plaque du gaufrier chaud. 4) Les waffles se dégustent chaudes ou froides.
5) Faire fondre le chocolat praliné au bain-marie, servir chaud accompagné de waffles maintenues par une pique à brochettes.

autour de ma bierreNote : Une bière ambrée dont la force épicée et la pointe de caramel viennent construire un accord parfait avec l’intensité du praliné. Aromatisée à la griotte, elle donne à la gaufre une touche plus fraîche en fin de bouche.

Extrait de « Autour d’une bière », cherche midi éditeur

Relaxnews

Publié dans Texte Actualité divers

Theresa May pourrait renoncer à un troisième vote sur l’accord de retrait de l’UE

thérésa mayLa possibilité d’un troisième échec de ce vote, jugée probable, expliquerait les réticences du gouvernement britannique

137ème rebondissement à venir dans le Brexit ?   La Première ministre britannique Theresa May pourrait renoncer à soumettre une troisième fois au vote des députés l’accord de retrait qu’elle a négocié avec l’ Union européenne si elle n’obtient pas le soutien suffisant, ont déclaré ce dimanche deux de ses ministres.

Il n’est « pas certain » qu’un vote sera organisé, a déclaré sur la BBC le ministre des Finances Philip Hammond. « Nous ne présenterons de nouveau l’accord que si nous sommes sûrs qu’un nombre suffisant de nos collègues et du DUP sont prêts à le soutenir afin qu’il passe au Parlement », a-t-il ajouté.

« Cela dépendra de notre capacité à remporter ce vote à la Chambre des communes », a déclaré en écho le ministre chargé du Commerce international Liam Fox sur Sky news, soulignant qu’il « serait difficile de justifier d’organiser un vote si on est sûrs de le perdre ».

Un texte déjà refusé deux fois
Et il faut dire que le texte a déjà été recalé deux fois, n’incitant pas à l’optimisme. En premier lieu, le 15 janvier, par 432 voix contre 202, puis ce mardi, avec 391 voix contre 242. Encore un gros écart donc, malgré les tentatives du gouvernement de faire accepter le texte, jugé par beaucoup trop conciliant avec Bruxelles.

Devant ce constat, Theresa May a de nouveau supplié les parlementaires de la rallier dans une tribune au Sunday Telegraph. Le Royaume-Uni pourrait « ne pas quitter l’UE pendant des mois, si ce n’est jamais » si le Parlement refusait à nouveau le texte, a-t-elle prévenu dans une stratégie « scénario catastrophe ».

Le paradoxe des élections européennes
Autre argument, le paradoxe que créerait un trop long report du Brexit : le Royaume-Uni devrait organiser des élections européennes​ fin mai. « L’idée que les Britanniques se rendent aux urnes pour élire des députés européens trois ans après avoir voté pour quitter l’UE est à peine supportable. Il ne saurait y avoir de symbole plus fort de l’échec politique collectif du Parlement », a écrit la cheffe du gouvernement.

Jugeant pour sa part « ridicule » que le texte soit présenté une troisième fois aux députés, le leader du Labour, principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn, a prévenu que les travaillistes pourraient tenter de nouveau de renverser le gouvernement.

Si le gouvernement présente l’accord de retrait aux députés, « je soupçonne qu’ils seront de nouveau battus, a-t-il déclaré. Je pense qu’à ce stade une motion de défiance sera justifiée. » Il discute par ailleurs avec des députés d’autres partis pour trouver une alternative sur le Brexit.

Publié dans Texte Actualité divers

Pourquoi a-t-on toujours de la place pour le dessert ?

dessert

Vous avez probablement déjà connu un scénario similaire. Votre entourage vous propose encore un peu de couscous aux boulettes de kefta, et vous refusez, une main sur le ventre signifiant que vous ne pouvez plus rien avaler.

Deux minutes plus tard, les pâtisseries arrivent sur la table et votre appétit semble s’être brusquement rouvert. Pourquoi avons-nous toujours de la place pour le dessert ?

Rassasiement et satiété
En temps normal, le cerveau et l’estomac travaillent en harmonie pour réguler la sensation de satiété. Nous commençons d’abord par ressentir un rassasiement, c’est-à-dire la perte de la motivation à manger. Au bout d’un certain temps, notre cerveau se lasse des stimuli sensoriels qui lui sont envoyés et préfère s’arrêter de manger ou passer à autre chose.

C’est pour cela que nous avons plus de mal à avaler un immense bol de ramen qu’un petit bol accompagné d’une dizaine de sushis, de gyozas, d’une salade et d’une portion de riz. Le rassasiement, combiné à divers signaux chimiques et à la tension de l’estomac, peut par la suite amener la sensation de satiété : la faim est alors coupée.

Le dessert, plus fort que tout
Néanmoins, le cerveau peut parfois à reprendre le dessus sur l’estomac, même une fois que celui-ci est tendu comme une peau de tambour. L’arrivée d’un nouveau mets sur la table peut ranimer nos neurones, en particulier si celui-ci rassemble les deux composantes préférées de notre organisme : le gras et le sucre.

Ces deux éléments sont particulièrement importants pour le maintien de la fonction corporelle grâce à leurs apports énergétiques. Ils sont par conséquent fortement associés à la sensation de plaisir dans notre esprit depuis plusieurs dizaines de milliers d’années. Pas étonnant qu’un dessert vous fasse donc toujours autant d’effet. Mais à une époque où nous passons moins de temps à chasser le mammouth, peut-être vaudrait-il mieux lever le pied de temps à autres.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Gaspacho de chou rouge

Gaspacho de chou rougeIngrédients pour 2 personnes
– 1/4 de chou rouge
– 1 pomme granny
– 25 cl de jus de pomme
– 1/4 cuillère à café de cannelle
– fleur de sel, poivre du moulin
– 10 cl de crème fleurette allégée

Préparation
1) Lavez, séchez et émincez le chou rouge en lanières.
2) Détaillez la pomme granny en lamelles, mettez-en 1/4 de côté pour la finition.
3) Passez au blender le chou rouge, les 3/4 de la pomme et le jus de pomme, il faut remuer régulièrement, plus le chou et la pomme seront coupés finement, plus la préparation sera facile et rapide à mixer.
4) Passez au chinois, salez et poivrez.
5) Pendant ce temps, montez la crème afin d’obtenir une texture mousseuse.
6) Ajoutez-y la cannelle et mélangez délicatement avec le reste.
7) Coupez le 1/4 de la pomme restant en petits cubes.
8) Versez dans des verrines le gaspacho dans lequel vous aurez ajouté les cubes de pomme.
9) Donnez un dernier tour de moulin à poivre et déposez une pincée de fleur de sel.
10) Dégustez