Publié dans Texte Poéme, Poésie

Le retour du printemps

printempsEnfin, l’hiver s’estompe et s’éloigne sous la frénésie du printemps,  pressée de dévoiler sa nouvelle fraîcheur sans vergogne pour rompe enfin la monotonie et la tristesse.

L’air frais du matin exhale dans la brume et la terre heureuse nous offre sa fragrance pour le plaisir des sens qui se réaccoutument avec plaisir devant tant d’élégance.

Dans une farandole de cabrioles aguichantes, les oiseaux dès l’aube entament leur cacophonie pour devenir troubadour le temps des épousailles guidés par des angelots qui chassent la mélancolie.

Magique symphonie des éclosions silencieuses, cette envie de renouveau qui palpite dans la nature nous offre le velours des bourgeons si gracieux. Sous les rayons exaltants du soleil amoureux perce-neiges, crocus, jonquilles, jacinthes, tulipes rayonnent à tour de rôle pour fêter le printemps.

Ce jardin multicolore n’est-il pas l’empyrée de l’Olympe, parmi les mélodies de la nature en éveille qui égaient la saison des amours  qui approche pour conter fleurette. Proche est le temps d’effeuiller la marguerite espiègle pour troubler le cœur de son aimé,  un bouquet de violettes.

Au printemps l’œuvre de la nature participe aux amours, les cœurs en veillent s’éveillent sur cet océan verdoyant, les rayons du soleil aguichants nous enlacent timidement, la sarabande des insectes s’enivre de l’odeur de l’aubépine, la grisaille ne sera pas de mise pour le retour du printemps.