Publié dans Vidéo Humour

Canal séries

Publié dans Texte Actualité divers

La NASA veut vous payer (cher) pour rester au lit pendant 2 mois

nasaUne idée un peu saugrenue ?
Un rêve pour certain, un cauchemar pour les hyperactifs, la NASA veut étudier l’effet de l’apesanteur sur le corps humain et elle a besoin de vous.

L’alitement par gravité artificielle
La NASA veut étudier l’effet de la gravitation sur le corps sur une longue durée. Pour cela, elle réalise une étude où les participants passeront deux mois dans un lit dans des conditions semblables à celles rencontrées dans l’espace.

L’objectif, trouver comment éviter à ses astronautes de faire du sport toute la journée pour compenser la perte de muscle provoquée par l’apesanteur. Cette étude pourrait bien être une préparation aux longs voyages qui attendent les astronautes, qui seront amenés à passer de long moment dans l’espace, notamment dans la futur base lunaire construite en partie par l’agence spatiale européenne ou pourquoi pas pour un voyage sur Mars.

Le déroulement de l’étude
Envie de tenter l’expérience ?   Attention, les conditions sont tout de même rock’n’roll . Au programme, passer 60 jours et 60 nuits sur un lit qui sera incliné à 6 degrés. Durant cette période interdiction de se lever. Et oui, même pour prendre une douche ou aller aux toilettes. Ce qui signifie que les ablutions et autres besoins physiologiques se feront dans la position allongée, il faut être motivé.

Autre petit détail, les participants devront passer environ 30 minutes par jour dans ce que la NASA a décrit comme une « centrifugeuse humaine ». Cette machine servira à simuler la gravité artificielle, nous ne sommes pas certaines à la rédaction de Maxisciences que cela signifie passer un bon moment.

L’appât du gain ?
Le plus séduisant dans cette histoire ?  Le salaire. 14000 livres sterling. Soit 16 396 euros. Pour passer deux mois dans un lit à Cologne (où se déroule l’étude) et passer 30 minutes par jour dans une « centrifugeuse humaine », le jeu en vaut-il la chandelle ?  On vous laisse décider pour postuler.

Publié dans Texte Actualité divers

Le Royaume-Uni se prépare secrètement à un « no-deal »

Theresa MayDans le cadre de « l’opération Yellowhammer », le Royaume-Uni a prévu plusieurs mesures d’urgence en cas de divorce brutal avec l’Union européenne le 12 avril prochain.

À quelques jours de la date fatidique, le Royaume-Uni n’exclut aucune option, pas même la pire. Bien qu’il se soit vu accorder un sursis de l’Union européenne en obtenant un report du Brexit au 12 avril au plus tôt, le spectre d’une sortie sans accord plane toujours outre-Manche. En coulisses, les autorités s’activent depuis plusieurs mois pour être prêtes à faire face, si nécessaire, à ce scénario tant redouté.

Révélé par la presse britannique en septembre, un document confidentiel dévoilait les premiers détails de « l’opération Yellowhammer », nom de code du plan préparé par le Royaume-Uni en cas de rupture brutale avec l’UE. Dernièrement, de nouvelles notes jusqu’alors tenues secrètes et censées apporter des précisions sur les mesures à appliquer pour mener à bien ce plan ont été publiées par le Guardian.

« Phase critique » de trois mois
L’ »opération Yellowhammer » élaborée dès juin 2018 par le Civil Contingencies Secretariat, un organisme rattaché au cabinet du Premier ministre chargé de la planification des mesures d’urgence, pointe douze secteurs à risque susceptibles de connaître d’importantes perturbations en cas de « Brexit dur » (transports, services de la santé, banques, alimentation, etc …).

Les autorités craignent notamment des pénuries de plusieurs produits comme les médicaments, les produits frais ou encore le papier toilette. Le document confidentiel du cabinet de Theresa May révélé par le Guardian estime ainsi qu’une « phase critique » de trois mois après le départ de l’Union européenne est à prévoir.

Il enjoint dès lors les ministères concernés à s’investir pleinement pendant cette phase en indiquant qu’ils devront « résoudre eux-mêmes la plupart des problèmes » sans nécessairement transférer « les décisions aux échelons supérieurs », au risque de mettre à mal l’ »opération Yellowhammer ».

« Un travail 24h/24 »
Les agences et ministères devront travailler sans interruption « au moins 12 semaines », voire plus, sachant que « certains impacts peuvent être ressentis jusqu’à 24 semaines », peut-on lire. « Cela pourrait nécessiter un travail 24h/24 et 7j/7 pour tous les ministères et les agences concernés », ajoute le document qui détaille même au travers d’un organigramme l’organisation d’une journée-type dans le quartier ministériel de Whitehall.

Il s’agirait ainsi d’être sur le pont dès 7 heures du matin pour procéder à l’envoi des premiers « rapports de situation » venus de tout le pays aux ministres et hauts fonctionnaires. La journée se poursuivrait ensuite avec des évaluations et des réunions successives jusqu’à 5h30 le lendemain matin. De leur côté, les autorités locales auront pour consigne de signaler au centre de commandement la potentielle recrudescence des achats de panique, des tensions entre communautés, des manifestations, voire des crimes.

« Les informations sont demandées pour aider les ministères et les ministres à comprendre la nature et l’ampleur des impacts potentiels », explique le document. Le ministère de la Santé a également distribué à chaque clinique et hôpital du pays un formulaire comportant 60 questions qui devra être rempli quotidiennement et envoyé aux hauts fonctionnaires en cas de « no deal ».

Bunker anti-atomique
Pour contrôler au mieux la situation, le ministre britannique de la Défense a annoncé jeudi qu’un centre opérationnel avait été installé dans un bunker anti-atomique à Londres de manière à coordonner toute réponse militaire au Brexit. Au total, 3500 soldats pourraient être mobilisés afin d’aider à la mise en place des mesures d’urgence, tel que l’acheminement des denrées alimentaires.

Sur le plan commercial, le gouvernement britannique a déjà annoncé une réduction drastique et temporaire des droits de douanes en cas de sortie sans accord, ainsi que l’absence de contrôles douaniers à la frontière avec l’Irlande pour éviter le retour d’une frontière physique. Cette semaine coïncide également avec le lancement de l’opération « Brock » dans le Kent. Celle-ci prévoit notamment de réserver des voies aux poids lourds desservant le port de Douvres pour mieux organiser les files d’attente monstres qui sont à prévoir si le scénario d’un divorce brutal avec Bruxelles se confirmait.

Toujours est-il que, malgré les mesures d’urgence envisagées, le gouvernement s’attend à devoir surmonter des problèmes qui n’auraient pas été anticipés dans le cadre de l’ »opération Yellowhammer ». Une source proche du dossier estime d’ailleurs auprès du Guardian que, si la planification s’est intensifiée, le tableau général reste « chaotique ».

Amateurisme
Depuis plusieurs mois, nombreux sont ceux qui ont dénoncé l’amateurisme du gouvernement dans la préparation du Brexit. À titre d’exemple, le JDD rappelle que l’exécutif britannique avait conclu en décembre 2018 trois contrats avec des compagnies de ferries pour réduire le risque de pénurie. Malheureusement, Seaborne Freight, l’une des sociétés choisies par le ministère des Transports s’est avérée être une compagnie fantôme, ne possédant aucun navire.

Ajouté à cela un étonnant manque de rigueur puis qu’aucun appel d’offres n’avait été réalisé avant de passer ces contrats. Résultat, le gouvernement a dû verser 33 millions de livres à Getlink, anciennement Eurotunnel, afin d’éviter un procès pour atteinte à la concurrence.

Manque de transparence
Autre reproche adressé au gouvernement britannique: le manque de transparence sur les préparatifs du Brexit. La semaine dernière, Sky News révélait qu’une centaine d’accords de non-divulgation avaient été conclus par plusieurs ministères avec des entreprises pour préparer une sortie sans accord. Ces contrats passés entre deux partis permettent de garder confidentielles certaines informations.

Mais certaines entreprises déplorent être mises à l’écart de ces accords. « Les NDA (non-disclosure agreement) ont été beaucoup utilisés, beaucoup trop. Ce n’est pas juste et il n’est pas bon de les utiliser de cette manière. Ils empêchent les associations commerciales comme la nôtre de parler à nos membres des effets du Brexit », dénonce Rod McKenzie, directeur général de la Road Haulage Association, une association professionnelle vouée aux intérêts de l’industrie du transport de marchandises par la route.

Ce dernier dit comprendre « que le gouvernement ne veuille pas que ses plans pour un Brexit sans accord se retrouvent dans les journaux, mais il arrive un moment où nous devons dire à nos membres ce qui se passe réellement ».

À moins de trois semaines de la date fatidique, les milieux économiques espèrent toujours une sortie du Royaume-Uni avec accord. L’Union Européenne a laissé à Theresa May jusqu’au 29 mars pour faire approuver son accord par la Chambre des Communes. Faute de quoi, elle aura jusqu’au 12 avril pour proposer une autre solution, dont un report plus long du Brexit (ce qui impliquerait l’organisation des élections européennes par le Royaume-Uni). Sinon, la sortie sans accord sans période de transition interviendra du jour au lendemain.

Publié dans Texte Santé

Télémédecine : près de 8 000 téléconsultations remboursées en 6 mois

telemedecineLes actes de télémédecine sont remboursés depuis le 15 septembre, après un accord conclu entre l’Assurance maladie et trois syndicats de médecins libéraux.

Un bon levier pour lutter contre les déserts médicaux ?  Six mois après l’entrée en vigueur du remboursement par la Sécurité sociale, 7 939 téléconsultations ont été prises en charge a annoncé, l’Assurance maladie dans un communiqué de presse ce mardi 26 mars.

Depuis le 15 septembre 2018, tout médecin peut recourir à la téléconsultation, quels que soient sa spécialité, son secteur et son lieu d’exercice. Et cela, pour n’importe quel patient, en ville ou en établissement de santé.

700 actes hebdomadaires depuis la mi-février
Arrêté au 17 mars et « effectué à partir des facturations des téléconsultations », le bilan « reflète une montée en charge progressive », a affirmé l’Assurance maladie, évoquant également un déploiement « qui tend à s’accélérer ». Le nombre hebdomadaire moyen de téléconsultations est ainsi passé de 200 à la fin 2018, à plus de 700 depuis la mi-février.

Alors, qui est en tête de liste ?  Les médecins généralistes, ou les spécialistes ?  Eh bien, ce sont les premiers, les médecins généralistes avec 40,2% d’actes facturés, contre 32,2% pour les spécialistes. En troisième position, les centres de santé (19,9%), suivis par les établissements de santé (7,7%), dont les actes sont « le plus souvent facturés dans le cadre de consultations externes ».

D’un point de vue géographique, « il est prématuré d’indiquer, à ce stade, les territoires les plus moteurs en la matière », déclare l’Assurance maladie.

Un ordinateur, une caméra, un lien
La téléconsultation permet de consulter un médecin à distance, par exemple depuis son domicile, via un ordinateur ou une tablette équipée d’une caméra. Le praticien « décide des conditions dans lesquelles doit se réaliser cette consultation à distance » et doit envoyer à son patient « un lien l’invitant à se connecter sur un site ou une application sécurisés », explique l’Assurance maladie.

L’acte est facturé « au même tarif » qu’une consultation classique, c’est-à-dire en présentiel, soit entre 23 et 58,50 euros selon la spécialité (hors dépassements d’honoraires), pris en charge par la Sécu à hauteur de 70% et par les complémentaires santés pour les 30% restants.

Selon l’Assurance maladie, « le développement de la téléconsultation devrait s’amplifier dans les prochains mois », avec notamment la signature d’accords de remboursement des facturations émises par de nouveaux acteurs comme les infirmiers libéraux ou les pharmaciens.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Aiguillettes de canard à la crème, purée au beurre de cannelle

Aiguillettes de canard à la crème, purée au beurre de cannelleIngrédients pour 2 personnes
– 50 g de beurre
– 1 petit citron confit
– 2 pincées de piment d’Espelette
– 1 /2 cuillère à café de cannelle en poudre
– 1 cuillère à café de miel
– 400 g de pommes de terre (bintje ou charlotte)
– 5 abricots secs
– 1 œuf
– 8 aiguillettes de canard
– 5 cl de vinaigre balsamique
– 13 cl de crème liquide
– quelques brins de romarin
– fleur de sel
– poivre du moulin

Préparation
1) Sortir le beurre du réfrigérateur 1 heure avant son utilisation.
2) Dans un saladier, travailler 60 g de beurre à la fourchette jusqu’à ce qu’il prenne la consistance d’une pommade.
3) Hacher le citron confit.
4) Incorporer le piment, la cannelle, le miel et le citron confit. Mélanger jusqu’à obtention d’une texture homogène.
5) Placer le beurre composé sur du film alimentaire et façonner en rouleau, bien fermer les extrémités. Placer au frais 1h à 1h30 (ou 15 minutes au congélateur).
6) Brosser et laver la peau des pommes de terre. Les plonger dans une casserole d’eau salée au gros sel, porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’elles soient tendres.
7) Émincer les abricots, réserver.
8) Peler les pommes de terre cuites, les écraser en purée. Incorporer l’oeuf et un peu de beurre composé. Assaisonner, réserver au chaud.
9) Dans une poêle, chauffer le reste de beurre, y déposer les aiguillettes et les abricots. Cuire jusqu’à coloration puis déglacer au vinaigre balsamique. Ajouter la crème liquide, saler, poivrer.
10) Dresser les aiguillettes et la purée sur des assiettes chaudes. Décorer de romarin et de lamelles de beurre composé. Parsemer de fleur de sel et servir aussitôt.

Relaxnews