Publié dans Texte Recette Cuisine

Brochettes de Saint-Jacques et fondue de poireaux à la sauce moussante

Brochettes de Saint-Jacques et fondue de poireaux à la sauce moussanteIngrédients pour 2 personnes
– 8 noix de Saint-Jacques
– 200 g de blancs de poireaux
– 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
– 15 g de beurre
– 1 échalote
– 2 cuillère à soupe de vin blanc
– 2 cuillère à soupe de crème allégée
– 1 demi citron
– Sel, poivre
– Piques à brochettes

Préparation
1) Émincez les blancs de poireaux.
2) Déposez-les dans une casserole avec 5 cl d’eau et l’huile d’olive.
3) Piquez 4 noix de Saint-Jacques par brochette et faites-les colorer à la poêle dans la moitié de beurre.
4) Dans une casserole, faites réduire le vin blanc et l’échalote hachée.
5) Ajoutez le restant de beurre et faites-le fondre en fouettant.
6) Versez la crème et mixez à l’aide d’un mixeur.
7) Salez puis acidifiez avec le jus de citron. Réservez.
8) Répartissez la fondue de poireaux sur 2 feuilles de papier sulfurisé.
9) Déposez par-dessus les brochettes. Refermez les papillotes.
10) Enfournez-les 5 minutes à 200°C.
11) Servez les paillotes en versant la sauce moussante sur les Saint-Jacques.

Publié dans Texte Santé

La France interdit certains implants mammaires liés à un risque de cancer rare

Prothèse macrotexturée (labo sebbin)

Depuis 2011, 56 cas de LAGC, une forme rare de cancer, ont été recensés en France. Les retraits vont concerner les prothèses avec surface rugueuse, et deux dont l’enveloppe extérieure est en polyuréthane.

L’Agence nationale des produits de santé (ANSM) a finalement tranché. Elle va interdire plusieurs modèles de prothèses mammaires, soupçonnés de favoriser une forme rare de cancer, selon un courrier de l’Agence nationale des produits de santé (ANSM) dévoilé mercredi par Le Monde et Radio France.

Prothèses avec une surface macro-texturée
Dans ce courrier, l’ANSM annonce que les prothèses concernées sont toutes celles dont la surface est « macro-texturée », c’est-à-dire rugueuse, et deux dont l’enveloppe extérieure est en polyuréthane. Leur retrait a été décidé « au vu du danger rare mais grave que leur implantation est susceptible de constituer », selon ce courrier.

Un comité d’expertes réuni début février avait conclu qu’une interdiction généralisée des implants mammaires texturés n’était pas justifiée. Ce comité se prononçait seulement pour l’interdiction des prothèses Biocell du fabricant américain Allergan, principal modèle mis en cause dans la survenue de LAGC. L’ANSM avait alors indiqué qu’elle prendrait sa décision « dans les prochaines semaines », « sur la base » de l’avis consultatif du comité.

Surveillance renforcée
Depuis 2011, 56 cas de LAGC, une forme rare de cancer, ont été recensés en France parmi les 500.000 femmes porteuses d’implants mammaires. Trois en sont décédées.

Ces signalements avaient poussé l’ANSM à placer ces dispositifs sous surveillance renforcée et à réunir en 2015 puis 2018 un comité scientifique indépendant. Fin novembre, l’ANSM avait recommandé aux chirurgiens de poser « de préférence » des prothèses lisses, dans l’attente de ses conclusions sur le dossier.

Publié dans Texte Actualité divers

Européennes 2019 : les élections de la dernière chance ?

Européennes 2019Cohésion menacée, percée des eurosceptiques …

Le 26 mai se tient un scrutin particulièrement chargé en incertitudes et périls pour l’Union européenne. France 24 est au rendez-vous pour vous intéresser à tous ses enjeux.

L’année 2019 sera-t-elle un bon cru pour les élections européennes ?  Intronisé en 2014, le patron de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait déclaré diriger la « Commission de la dernière chance » : un exécutif censé obtenir des résultats concrets avec une direction plus « politique ». Cinq ans plus tard, le 26 mai, d’aucuns prédisent des « élections de la dernière chance ».

L’Europe serait ainsi au pied du mur et sa cohésion menacée par la percée de partis nationalistes, populistes ou eurosceptiques. On a constaté, ces dernières années, leur progression dans les scrutins nationaux : l’extrême droite a accédé au pouvoir dans au moins six pays. En Italie, où le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini éclipse ses partenaires de coalition repoussant les navires de réfugiés en Méditerranée. En Autriche, où le FPÖ impose son agenda anti-migrants aux conservateurs.

Ces partis sont également en soutien du gouvernement en Bulgarie, en Finlande, en Grèce, et en Slovaquie … Tous d’accord pour repousser les étrangers plus loin et empêcher toute solution solidaire de la crise migratoire.

Atmosphère de fin de règne ?
Que dire des deux pays suivis à la loupe par Bruxelles pour leurs infractions répétées à l’État de droit ?   La Pologne et la Hongrie, où des partis conservateurs-nationalistes tiennent le haut de l’affiche, avec une rhétorique qui rejoint la droite la plus extrême. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, « suspendu » de son parti de centre-droit, le PPE, s’est déclaré favorable à une « démocratie illibérale » et se veut chef de file des rebelles de l’Est.

Du côté de l’extrême-gauche, la cible n’est pas la solidarité mais les accords commerciaux et les politiques européennes jugés ultra-libéraux : et pour cause, mathématiquement, les deux tiers des leaders européens sont classés au centre ou à droite.

Eurosceptiques au cœur des institutions ?
Alors oui, si on fait les comptes, sur les 705 sièges attribués aux eurodéputés de 27 pays (suite du départ du Royaume-Uni), beaucoup risquent d’être occupés par des eurosceptiques : un quart au moins. Est-ce assez pour bloquer la machine communautaire ?   Le Parlement européen devra composer une majorité non plus seulement avec les deux grands partis traditionnels (Parti Populaire européen à droite, socialistes et démocrates à gauche), mais sans doute avec un troisième soutien, voire des majorités à la carte.

Sauf que la Commission européenne va, elle aussi, changer de visage, les pays étant censés nommer de nouveaux commissaires à leur goût,  y compris bon nombre de populistes de plus en plus décomplexés : la méthode « consensuelle », de mise pour faire avancer les dossiers, risque d’en prendre un coup.

Les extrêmes ne cherchent plus la sortie
Ce vote est surtout marqué par des incertitudes sans précédents. Les europhiles se sont réjouis un peu trop tôt du mauvais exemple du Brexit, qui dissuade désormais les souverainistes de se réclamer de l’ »exit » : finie la revendication du ‘Frexit’, ‘Öxit’, ‘Italexit’ et autre ‘Hongrexit’, sauf pour une poignée de marginaux dans le paysage politique.

La mode est de tenter de détricoter le projet européen de l’intérieur. Sauf qu’il y a aujourd’hui un gros point d’interrogation sur le départ programmé des Britanniques : et s’ils restaient ?

Si la date du Brexit est repoussée bien au delà du 12 avril, les Britanniques devront participer au vote : et l’on devrait regonfler les rangs des élus de Strasbourg à 751, dont beaucoup d’élus britanniques pro-Brexit.  L’histoire du serpent qui se mord la queue. Les électeurs vont-ils une fois encore bouder ce scrutin pourtant crucial pour leur avenir ?   À la dernière consultation, ils étaient à peine 42 % à se déplacer. Hâtons-nous de rendre l’élection européenne populaire.

Sur France 24, chaîne internationale de reportages et de débats, nous vous proposons une couverture aussi riche que variée : notre « bus de l’Europe » avec quatre reporters embarqués allant à la rencontre des Européens, deux débats avec des têtes de listes françaises et européennes mais aussi des émissions spéciales en co-production France 24, Deutsche Welle, ou encore France 24, Public Sénat et enfin, dès le 13 mai, un « Journal de l’Europe » tous les jours.

Publié dans Texte Santé

SGOT : définition, rôle, comment analyser les résultats ?

SGOTLe SGOT, qu’est-ce que c’est ?
Le dosage du SGOT est généralement préconisé par le médecin lorsqu’il suspecte une atteinte hépatique, cardiaque ou musculaire.

Mais, dans la majorité des cas, cet examen biologique est effectué dans le cadre d’un bilan plus complet, car sa seule mesure ne permet pas de conduire à un diagnostic précis.

Les transaminases ont pour mission principale de favoriser le transfert des acides aminés au cours des réactions métaboliques et chimiques qui se produisent au sein des cellules. Ainsi, l’augmentation de leur concentration représente un marqueur fort d’une atteinte organique affectant le foie, le cœur, les muscles ou le sang.

Le dosage du SGOT
Le taux de SGOT est déterminé par l’analyse d’un prélèvement sanguin réalisé simplement par prise de sang. Si cette analyse médicale ne fait pas partie des examens nécessitant un jeûne strict, de nombreux laboratoires préconisent souvent sa réalisation à plusieurs heures d’un repas pour éviter des fluctuations trop importantes.

En outre, il est important de savoir que les valeurs normales peuvent différer d’un établissement à un autre en fonction des techniques de mesure utilisées. Cependant, les normes indicatives sont les suivantes :
– Chez l’homme : entre 8 et 30 UI/l,
– Chez la femme : entre 6 et 25 UI/l.

Il faut savoir que le dosage du SGOT est pratiquement toujours associé à celui des ALAT. Un rapport ASAT/ALAT est d’ailleurs établi.

Taux de SGOT trop bas : qu’est-ce que cela signifie ?
La grossesse représente la principale explication d’une baisse du taux de SGOT en dessous des valeurs normales. Une carence en vitamine B6 peut également expliquer une diminution de la concentration enzymatique.

Taux de SGOT trop haut : qu’est-ce que cela signifie ?
Les variations pathologiques à la hausse sont plus souvent observées que celles tendant à la baisse. Un taux de SGOT élevé révèle généralement une atteinte hépatique ou cardiaque. Lorsque les valeurs s’envolent et sont plus de 10 fois supérieures à la normale, le médecin va s’orienter vers le diagnostic d’une hépatite virale aigüe.

Des augmentations plus modérées, en revanche, peuvent avoir de multiples origines :
– Hépatite chronique,
– Stéatose,
– Hépatite alcoolique,
– Hépatite toxique,
– Infarctus du myocarde,
– Insuffisance rénale,
– Cancer hépatique,
– Hémochromatose,
– Myopathie,
– Cirrhose …

Il est également possible de voir le taux de SGOT augmenter après un effort physique intense.