Publié dans Texte Recette Cuisine

Mini choux au jambon cru, à la tapenade et à la mozzarella

Image 34912Ingrédients pour 2 personnes
– 3 œufs et 1 jaune d’œuf (pour la dorure)
– 10 cl de lait
– 25 g de beurre fondu et refroidi
– 125 g de Tapioca Express Tipiak
– 3 tranches de jambon cru (300g)
– 50 g de mozzarella
– 1 cuillère à café de tapenade
– Sel et poivre

Préparation
1) Battez les œufs entiers dans un saladier puis ajoutez : le lait, le beurre, le sel et le poivre.
2) Versez en pluie le Tapioca sur le mélange précédent, en remuant avec un fouet.
3) Laissez reposer la préparation 10 minutes.
4) Pendant ce temps, découpez le jambon en lanières et la mozzarella en cube d’1cm de côté.
5) Incorporez ensuite le jambon cru et la tapenade à la préparation initiale.
6) Sur une plaque beurrée, formez des petits tas d’environ 2cm de diamètre en incorporant un cube de mozzarella à l’intérieur. Il faut espacer les mini choux car ceux-ci vont gonfler lors de la cuisson.
7) Dorez à l’œuf chacune des bouchées.
8) Faites cuire au four à 180°C (thermostat 6) pendant environ 30 minutes.

Astuces : Pour varier les saveurs, vous pouvez remplacer la tapenade et le jambon, par des lanières de saumon fumé et de l’aneth.
– Les mini choux peuvent se préparer à l’avance et se cuire au moment souhaité.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Le gouvernement lance une « brigade anti-discrimination » sur Facebook

Le gouvernement lance une brigade anti-discrimination sur FacebookAppelée « BADI », cette page Facebook recueillera les témoignages des victimes de discrimination. Une douzaine de salariés seront chargés de leur répondre et de les orienter vers les interlocuteurs appropriés.

Les victimes de discrimination pourront désormais se faire aider sur Facebook. Une page baptisée « brigade anti-discrimination » (BADI) va être lancée, ont annoncé lundi la secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes/hommes Marlène Schiappa et le ministre chargé de la Ville et du logement Julien Denormandie au siège parisien du réseau social.

La « BADI » est destinée à recueillir les témoignages de victimes de discriminations et à les orienter vers les interlocuteurs compétents: associations, Défenseur des droits ou commissariats pour le dépôt d’une plainte.

« C’est un dispositif d’alerte, un facilitateur de mise en contact avec les associations et les dispositifs légaux existants », a expliqué Marlène Schiappa, qui précise que l’idée avait émergé lors du débat télévisé co-animé par la secrétaire d’État et Cyril Hanouna le 26 janvier dernier.

Des salariés, pas des robots
Les personnes victimes qui publieront leur message sur la page recevront une réponse de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine LGBT (Dilcrah).

« Une douzaine de salariés très compétents fourniront des réponses circonstanciées, ce ne sont pas des robots », a précisé le délégué interministériel Frédéric Potier.

Pour l’instant, le dispositif est encore en test. Plusieurs associations dont SOS racisme, SOS homophobie, Femmes solidaires participent à la création de la page. La date de sortie de cette page n’a pas été précisée mais elle n’était pas encore en ligne lundi après-midi.

Les messages peuvent être privés ou publics. Les données seront conservées « de la même façon que pour toutes les pages Facebook. Il n’y a pas de conservation spécifique », a assuré Anton Battesti, responsable des affaires publiques de Facebook.

Plusieurs associations ont salué l’annonce tout en appelant de leurs vœux une véritable brigade de policiers et de magistrats spécialisés dans la lutte contre les discriminations. SOS Homophobie souhaite que des « référents soient en place dans les commissariats, où les victimes de discrimination renoncent à se rendre de peur d’être mal reçues ».

Publié dans Texte Actualité divers

Le dioxyde de titane interdit en janvier 2020 dans les denrées alimentaires

Le dioxyde de titane interdit en janvier 2020 dans les denrées alimentairesLes ministères de la Transition écologique et de l’Économie ont annoncé que le dioxyde de titane sera interdit dans les denrées alimentaires à compter du 1er janvier 2020.

Le dioxyde de titane, un additif controversé, « sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020 », ont annoncé ce mercredi les ministères de la Transition écologique et de l’Économie.

« Un arrêté suspendant la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l’additif E171 (qui désigne le dioxyde de titane sur les emballages, ndlr) à partir du 1er janvier 2020 a été signé et sera publié dans les meilleurs délais », selon un communiqué des deux ministères.

Cette décision a été prise après la publication d’un avis de l’agence sanitaire Anses qui n’avait pu lever les incertitudes sur l’innocuité de cette substance utilisée principalement comme colorant. Cet arrêté sera notifié à l’Union européenne car le dioxyde de titane bénéficie d’une autorisation délivrée au niveau de l’UE, précise le communiqué.

Inquiétude des associations
Le fait que cette substance contienne des nanoparticules  d’une taille inférieure à 100 nanomètres facilitant leur pénétration dans l’organisme  soulève depuis plusieurs années l’inquiétude des associations de défense des consommateurs et de l’environnement. Face à ces doutes, la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson avait annoncé en mai 2018 la suspension de son utilisation dans les produits alimentaires d’ici à la fin 2018, suspension et non interdiction, qui elle dépend de l’UE.

La disposition avait été reprise dans la loi alimentation promulguée en novembre mais elle ne pouvait s’appliquer sans un arrêté du ministère de l’Économie, arrêté que Bruno Le Maire avait refusé de signer tout de suite. Confronté à la colère des ONG, le ministre avait finalement assuré de sa volonté d’interdire le colorant, sous réserve d’un nouvel avis de l’agence sanitaire Anses.

« Manque de données scientifiques »
Dans cet avis rendu lundi, l’agence a analysé 25 nouvelles études sur la toxicité du dioxyde de titane par voie orale, parues depuis son dernier avis en 2017. Et soulignant « le manque de données scientifiques », elle conclut « qu’elle ne dispose pas d’éléments nouveaux permettant de lever les incertitudes sur l’innocuité de l’additif E171 ». Ces études ne permettent notamment pas de « confirmer ou d’infirmer le potentiel » cancérogène.

« Dans l’attente d’une meilleure caractérisation du danger et des risques du E171, elle réitère ses recommandations générales sur les nanomatériaux visant notamment à limiter l’exposition des travailleurs, des consommateurs et de l’environnement, en favorisant des alternatives sûres et équivalentes en termes d’efficacité », ajoute l’agence qui travaille sur une autre expertise sur les nanomatériaux dans l’alimentation. Ce colorant alimentaire reste toutefois autorisé pour les cosmétiques (dentifrice) et médicaments, pas concernés par la loi alimentation.