Publié dans Texte Actualité divers

Avec «Fluo», la région du Grand Est donne un nouveau nom à son réseau pour simplifier la vie des voyageurs

transport fluo grans est« Fluo Grand Est » est le nouveau nom du réseau régional de transport, dévoilé ce jeudi à Metz. Le but : unifier et simplifier l’offre pour les voyageurs de la région.

Sous cette marque, on retrouve les lignes du TER Grand Est mais aussi les dix réseaux routiers, interurbains et scolaires que gère le conseil régional.

« Fluo » est aussi le nom d’un portail unique en ligne, qui calcule les itinéraires dans la région et le meilleur trajet en temps réel.

Ne dites plus « TER Grand Est », mais « Fluo Grand Est ». Non pas que les trains s’apprêtent à se transformer en rames fluorescentes, sauf quelques petites touches de couleur ici et là. « Fluo Grand Est » est le nouveau nom du réseau régional de transport, dévoilé ce jeudi à Metz.

Une appellation sous laquelle on retrouve donc les lignes de trains régionaux en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne mais aussi les dix réseaux interurbains et scolaires hérités des trois anciennes régions et dont la gestion est revenue au Grand Est : Livo, Marne Mobilité, TED, TIM, Réseau des Transports de la Meuse, Les lignes de Haute Alsace, Réseau 67, les réseaux des interurbains et scolaires de l’Aube, de la Haute-Marne et le réseau des Ardennes. Tous ne forment désormais plus qu’un réseau unique.

« Est-ce que c’était franchement nécessaire ? »
Cette nouvelle marque sera progressivement visible sur les différents matériels roulants (trains, autocars et navettes), indique la région Grand Est, ainsi que sur les différents supports du réseau. « Est-ce que c’était franchement nécessaire ? », demande un voyageur, Marc. Oui, selon la région qui l’a décidé dans un souci d’unifier, simplifier ce vaste réseau (lire encadré) et donc le parcours des clients.

Plusieurs usagers du réseau de transport régional s’interrogent sur la somme déboursée pour mettre en place cette nouvelle marque et la communication autour d’elle : « On aurait pu mettre cet argent ailleurs », suggère l’un d’eux. « Dans l’accessibilité au train, les conditions de voyage, la ponctualité … », poursuit son voisin. Le montant de cette opération (naming, mise en place sur le terrain et création du portail unique) s’élève à 20.000 euros, a indiqué le conseil régional en fin de journée jeudi.

Un portail complet pour simplifier les trajets
Outre les véhicules sur ce réseau routier et ferroviaire, «Fluo» est aussi un calculateur d’itinéraire régional. Un portail unique, mix d’un Google Maps, Mappy et application SNCF  capable de proposer le meilleur trajet en temps réel, combinant tous les modes de déplacement : le nouveau système d’information multimodale remplace ceux des anciennes régions, à savoir SimpliCIM en Lorraine, Vitici en Champagne-Ardenne et Vialsace en Alsace.

« C’est plutôt une bonne chose d’avoir unifié tout ça sous une seule et même identité. Et ça donne du boulot aux graphistes et imprimeurs, résume la Bas-Rhinoise Tatiana. Après, en tant que passagère du train, un nouveau nom ne va pas changer grand-chose s’il n’y a pas de nouveautés au niveau des prestations. J’utilise déjà l’appli de la SNCF pour mes horaires, je ne compte pas en changer. Je pense que les gens sont plus intéressés par l’ouverture à la concurrence parce que cela peut influer sur le niveau de service ou le tarif des billets et abonnements. »

Le transport ferroviaire dans le Grand Est est le premier réseau hors région parisienne en nombre de trains par jour. Soit 1.700 trains par jour sur 2.727 kilomètres de voies ferrées, dans 396 gares et transportant 170.000 voyageurs par jour.  Ce à quoi il faut ajouter les 326 lignes routières du réseau interurbain et les 3.500 circuits de transport scolaire (235.000 élèves transportés par jour).

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Accord HLM / gouvernement sur un « cadre financier » 2020-2022

hlmLe secteur du logement social, l’un des principaux pourvoyeurs d’économies depuis le début du quinquennat, a signé jeudi avec le gouvernement un accord de compromis réduisant l’effort demandé aux bailleurs sociaux sur la période 2020-2022.

Un deuxième accord, formalisant un plan d’investissement de neuf milliards d’euros d’Action Logement pour soutenir le logement social et financer d’autres mesures en faveur du logement, a été signé en parallèle.

Ces deux accords, fruits de plusieurs mois de négociations menées sous la houlette du Premier ministre, « permettent au secteur du logement social de poursuivre ses missions », est-il précisé dans un communiqué diffusé par Matignon, qui salue « l’effort significatif réalisé par l’ensemble des signataires. »

Le « pacte d’investissement pour le logement social » formalise un « cadre financier de trois ans » visant à « donner de la visibilité » aux bailleurs sociaux tout en « favorisant les efforts de construction et de rénovation du logement social »,

Le gouvernement comptait initialement économiser 1,5 milliard d’euros par an à partir de 2020 par le biais de la baisse des aides personnalisées au logement pour locataires du parc social, que les organismes HLM ont dû compenser en réduisant d’autant leurs loyers, et donc leurs recettes.

Moins d’économies imposées aux HLM
Dans un contexte de ralentissement de la production de logements sociaux et de tassement généralisé dans le secteur du logement, cet objectif, qui avait été régulièrement dénoncé par les organismes HLM, a finalement été revu à la baisse.

Cet accord ramène à 1,3 milliard d’euros par an l’économie réalisée par l’État grâce à ce mécanisme, tout en limitant à 950 millions d’euros par an l’impact sur les comptes des bailleurs sociaux grâce à des mesures complémentaires.

Au-delà des 900 millions d’euros de baisse des loyers,  un montant déjà atteint cette année, après 800 millions en 2018,  il est prévu que les organismes HLM réalisent des économies de gestion à hauteur de 50 millions d’euros sur 2020-2022.

Parallèlement, la contribution des bailleurs sociaux au Fonds national des aides à la pierre (FNAP), un établissement public qui contribue à l’entretien du parc social  sera réduite de 300 millions d’euros par an, une mesure intégralement compensée par Action Logement, l’ex-« 1% logement ».

Ils bénéficieront également de 50 millions d’euros de remises commerciales sur les intérêts de leur dette de la part de la Caisse des dépôts (CDC).  Au-delà de ces principes financiers, diverses dispositions de soutien à l’investissement sont prévues, avec notamment la participation de la CDC, qui compte déployer cinq milliards de nouveaux prêts et 800 millions d’euros de fonds propres.

Les HLM contestent toujours la baisse des APL
Le taux de TVA, qui avait été relevé de 5,5% à 10% pour la construction et la réhabilitation dans le logement social (avec un coût d’environ 800 millions d’euros pour le secteur) sera par ailleurs ramené à 5,5% mais seulement pour les opérations réalisées dans certains types de logements sociaux.

En contrepartie, les organismes HLM se sont engagés à construire 110.000 logements sociaux par an et à accélérer les rénovations thermiques dans le parc social, avec un objectif de 125.000 logements par an.

L’Union sociale pour l’habitant (USH), qui a validé les clauses de cet accord mercredi soir, le décrit comme un « signal positif », alors que deux millions de ménages attendent de pouvoir bénéficier d’un logement social.

Son président Jean-Louis Dumont a précisé dans un communiqué que la ratification de cet accord ne « va(lait) pas acceptation de la compensation par les organismes de la baisse des APL sur les locataires du parc social (…), une mesure injuste ».

L’organisme Action Logement, qui gère de façon paritaire la participation des employeurs à l’effort de construction, a revu les modalités de son plan d’investissement volontaire de neuf milliards d’euros présenté en janvier pour l’articuler avec l’accord conclu entre L’État et les acteurs du logement social.

Également signé jeudi, ce plan programme un renforcement du soutien d’Action Logement au secteur de logement social, au-delà de la seule compensation de la baisse de la contribution des organismes HLM au FNAP. Il prévoit également des financements pour la rénovation énergétique de logements de ménages modestes, pour la réhabilitation de copropriétés dégradées et pour des aides à la mobilité des salariés.

Publié dans Texte Santé

Cancer colorectal : vers une pénurie de tests de dépistage ?

Depistage Cancer colorectalÀ la suite d’un problème juridique, difficile de trouver le test qui détecte les lésions avant qu’elles s’aggravent.

Si votre médecin vous conseille de faire le test de dépistage du cancer colorectal, pas sûr que vous trouviez le kit nécessaire.

En Auvergne-Rhônes-Alpes, Pays de Loire, Provence Alpes-Côte d’Azur et Ile-de-France (Essonne excepté) ils sont devenus quasiment introuvables, à la suite d’un imbroglio judiciaire. Le 1er avril, le tribunal administratif de Paris a annulé l’appel d’offres lancé par l’Assurance maladie et remporté par le laboratoire Cerba. Depuis, l’affaire s’est transformée en un drôle de micmac, la pénurie menace …

À la Ligue contre le cancer, on tire la sonnette d’alarme. Cette enveloppe bleue dans laquelle le patient glisse un échantillon de ses selles, avant de l’envoyer par la poste à un centre de diagnostic, sauve des vies. Ce kit gratuit qui est diffusé auprès des 50-74 ans, dans le cadre d’un programme de dépistage organisé comme pour le cancer du sein, n’emporte déjà pas une franche adhésion : rebutés par le geste à faire, les quinquagénaires le laissent souvent traîner dans leur tiroir, si bien qu’à peine un tiers des hommes et des femmes concernés, le renvoient, ce serait dommage d’en rajouter.

Pris à temps, il guérit dans neuf cas sur dix
Le cancer colorectal demeure le second cancer le plus meurtrier, avec près de 18 000 décès par an. Pourtant, pris à temps, il guérit dans 9 cas sur 10. Et c’est précisément l’utilité de ce test immunologique permettant de repérer des polypes (petites lésions) pour les retirer avant qu’ils n’évoluent en cancer.

L’Assurance maladie, qui a lancé un nouvel appel d’offres transitoire, plaide pourtant non coupable : « En lançant notre appel d’offres l’été dernier, on savait qu’on s’exposait à un risque de procès de la part de concurrents échaudés, on a donc pris les devants en commandant des stocks supplémentaires », explique son porte-parole.

Sauf que ces stocks, elle les cherche : « Dans une même région, il peut y avoir des centres de gestion qui n’ont plus de kits, mais il en reste chez les médecins. On est en train de faire un état précis des lieux. » Où sont passés les kits ?  Drôle de jeu de piste.

Publié dans Texte Actualité divers

Microsoft passe la barre des 1000 milliards de dollars de valorisation boursière

MicrosoftCet exploit du géant de l’informatique est la récompense de plusieurs années d’une transformation en profondeur menée par son PDG, Satya Nadella.

Le duo s’est transformé en trio, Jeudi, Microsoft a brièvement dépassé la barre symbolique des 1000 milliards de dollars de valorisation boursière. L’exploit s’est déroulé lors de l’ouverture du Nasdaq, où est cotée l’entreprise, et fait suite à la publication, quelques heures plus tôt, des bons résultats financiers du géant de l’informatique pour les trois premiers mois de l’année 2019.

Microsoft est la troisième société américaine à dépasser ce fameux cap, après Apple et Amazon. Le fabricant de l’iPhone et le géant de l’e-commerce avaient respectivement atteint ce niveau en août et en septembre 2018. Ils sont depuis repassés en dessous. À titre de comparaison, le PIB de la France en 2017 était de 2582 milliards de dollars. Jeudi après-midi, l’addition des capitalisations boursières d’Apple, Amazon et Microsoft s’élevait à 2910 milliards de dollars.

Pour Microsoft, cet événement est la récompense de plusieurs années d’une transformation en profondeur menée par son PDG, Satya Nadella. Le géant de l’informatique, d’abord connu pour son système d’exploitation Windows et ses différents logiciels, a largement investi dans le cloud, proposant aux entreprises d’utiliser des versions dématérialisées de ses services et même d’héberger et d’analyser leurs données à leur place.

Microsoft est désormais un concurrent direct d’Amazon et de sa division cloud, la très lucrative Amazon Web Services. Ces différents investissements ont permis à Microsoft de répondre aux besoins des entreprises et de construire un nouveau modèle économique fondé sur l’abonnement, particulièrement apprécié des investisseurs.

En 2018, le chiffre d’affaires annuel de Microsoft s’est établi à 110,4 milliards de dollars, en hausse de 14 % par rapport à l’année précédente.

Publié dans Texte Actualité divers

Carlos Ghosn retrouve la liberté, mais sous strictes conditions

Carlos GhosnL’ex-PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn est sorti de prison dans la soirée de jeudi à Tokyo, libéré sous caution mais dans des conditions strictes, avec notamment l’interdiction de voir son épouse sans l’autorisation préalable du tribunal.

« Restreindre les communications et le contact entre ma femme et moi est cruel et inutile », a à cet égard réagi vendredi M. Ghosn dans un communiqué en anglais diffusé par ses avocats.

Le tribunal de Tokyo chargé de l’affaire avait à la mi-journée accepté sa requête en vue de sa libération, mais le bureau des procureurs avait aussitôt fait appel, jugeant « regrettable » que le juge ait donné son feu vert « en dépit de craintes de destruction de preuves ».

Ce recours a été rejeté quelques heures plus tard et sa libération est devenue effective peu après.  L’ex-PDG de Renault-Nissan est sorti à 22H22 (13H22 GMT) d’un pas assuré, encadré par des gardiens, portant un costume sans cravate, sous les flashes des appareils photo, avant de monter dans un véhicule noir, selon des journalistes de l’AFP sur place.

L’image tranchait avec celle de sa première libération sous caution le 6 mars : il était alors apparu déguisé, coiffé d’une casquette bleue, dans un uniforme d’ouvrier de voirie, le visage barré de lunettes et d’un masque de protection blanc, un accoutrement qui avait fait de lui la risée des médias alors même qu’il visait à duper les journalistes massés devant la prison. L’avocat à l’origine de ce scénario avait dû ensuite présenter ses excuses pour cet « échec » qui avait terni la réputation de son illustre client.

Strictes conditions
Le magnat de l’automobile déchu de 65 ans, qui était retourné dans le centre de détention de Kosuge (nord de Tokyo) début avril après une nouvelle arrestation surprise, a dû payer une deuxième caution, cette fois de 500 millions de yens (quatre millions d’euros).

Carlos Ghosn s’était déjà acquitté d’une grosse somme (un milliard de yens) pour obtenir le droit de quitter le 6 mars la prison, où il avait passé 108 jours dans la foulée de son interpellation initiale le 19 novembre dernier pour des malversations financières présumées.

L’ancien grand patron est désormais à l’air libre mais soumis à de strictes conditions : « assignation à résidence, interdiction de quitter le Japon et autres conditions visant à empêcher destruction de preuves et fuite », a précisé le tribunal.

Surtout, il n’a le droit de voir son épouse que « si le tribunal approuve une requête » en ce sens, a expliqué son avocat, Me Junichiro Hironaka, à la presse. Carole Ghosn, dans le viseur des procureurs pour son rôle supposé dans un des volets de l’affaire, est en outre soupçonnée par le parquet d’avoir contacté des protagonistes du dossier.

Au cours de sa précédente remise en liberté, Carlos Ghosn avait pu retrouver sa famille dans un appartement de location à Tokyo, enregistré auprès du tribunal et dont il n’avait pas le droit de s’absenter plus de trois jours. Il retournera dans le même logement, selon Me Hironaka.

Si un nouveau rebondissement n’est pas à exclure dans cette affaire hors normes, qui a vu la chute d’un des plus puissants PDG de la planète au moment où il s’apprêtait à tirer sa révérence, la dernière mise en examen de Carlos Ghosn semble clore les investigations du parquet.

La justice critiquée
Ce dirigeant franco-libanais-brésilien est sous le coup de quatre inculpations : deux pour des dissimulations de revenus dans des documents boursiers et deux pour des cas différents d’abus de confiance aggravé.

La dernière affaire, la plus sérieuse aux yeux des experts, porte sur des détournements présumés de fonds de Nissan, d’un montant de cinq millions de dollars, selon le bureau des procureurs.

Face à ce qu’il qualifie d' »acharnement judiciaire », M. Ghosn a usé de plusieurs moyens – entretien avec quelques médias dont l’AFP, communiqués, comparution à sa demande devant un tribunal  pour clamer son innocence et dénoncer un « complot » ourdi par Nissan à son encontre.

Dans une récente vidéo, enregistrée la veille de sa ré-arrestation le 4 avril mais rendue publique quelques jours plus tard, il a encore insisté sur la thèse du piège tendu par les dirigeants du groupe japonais afin de le faire tomber et de stopper ainsi le processus de fusion Renault-Nissan qu’il préparait.

Sa épouse Carole se mobilise depuis des semaines pour dénoncer le traitement dont fait l’objet son mari. Sa campagne est soutenue par plusieurs avocats étrangers comme japonais et des organismes internationaux, qui estiment que le système judiciaire nippon ne respecte pas les droits de la défense, dénonçant des interrogatoires répétés, sans avocat, pendant la garde à vue.

Maintenant qu’il a la possibilité de passer autant de temps qu’il le souhaite avec ses avocats, Carlos Ghosn va pouvoir se consacrer activement à la préparation de son procès qui n’est pas attendu avant plusieurs mois.

Publié dans Texte Actualité divers

Hommage du cinéma français à son dernier « grand duc » Jean-Pierre Marielle

Jean-Pierre MarielleLe monde du cinéma français a rendu hommage jeudi à l’acteur Jean-Pierre Marielle, décédé la veille à l’âge de 87 ans, louant son élégance et sa voix caverneuse.

Inoubliable interprète de Monsieur de Sainte-Colombe dans « Tous les matins du monde » (1991), le comédien est mort d’une longue maladie, a annoncé son épouse, l’actrice Agathe Natanson, à l’AFP.

« Quel coup dur, je suis effondré « , a réagi Jean-Paul Belmondo, son ami du conservatoire avec qui il a fait les « 400 coups ». « C’était plus qu’un ami », a souligné « Bébel », saluant la mémoire d' »un grand comédien, une forte personnalité sachant tout à la fois manier l’humour de façon redoutable et travailler avec le plus grand sérieux ».

« Jean-Pierre est parti rejoindre Jean, Philippe et les autres … C’est tout un cinéma qui part avec lui », écrit le réalisateur et comédien Guillaume Canet sur les réseaux sociaux. Avec Jean Rochefort et Philippe Noiret, ses acolytes des « Grands Ducs » déjà disparus, Jean-Pierre Marielle incarnait toute une époque.

« Qu’est-ce qu’un acteur ?  Une voix, un phrasé. Il avait une voix, il avait un phrasé, une grande originalité, il détestait les modes, les ambiances, les doxas », relève le comédien Fabrice Luchini sur RTL.

« Les César ?  Rien à foutre »
Pour le cinéaste Jean-Pierre Mocky qui a travaillé avec lui, Jean-Pierre Marielle « avait beaucoup de prestance ». « Il jouait des rôles de fanfaron. Même dans la vie, c’était un grand gars, il était très drôle, il passait son temps à faire des plaisanteries », a-t-il dit sur Franceinfo.

Le cinéaste Bertrand Blier, qui a fait trois films avec l’acteur, a souligné sur RTL que Jean-Pierre Marielle était « très particulier ». « C’était un garçon secret, mystérieux, souvent angoissé, (…) mais « j’ai beaucoup de bons souvenirs avec lui », a-t-il ajouté.

Christian Clavier a également fait part de son « émotion ». « Que de plaisir de tourner avec un si Grand acteur et avec lui le souvenir de mémorables tournages. Merci pour ces grands moments inoubliables »

Avec la disparition de Jean-Pierre Marielle, s’éteint une des dernières figures de « la bande du conservatoire », formée au début des années 50 par Jean-Paul Belmondo, Claude Rich ou Jean Rochefort, l' »ami de toute une vie », décédé en octobre 2017.

Le comédien a joué dans plus d’une centaine de films (sous la direction notamment d’Audiard, Blier, Molinaro, Mocky, Sautet, Tavernier, Miller) et d’innombrables pièces et téléfilms.

S’il a été nommé sept fois aux César notamment pour son rôle dans « Tous les matins du monde », il n’a jamais reçu de statuette. « Les César, j’en ai rien à foutre », répondait-il. Ce qui n’a pas empêché l’Académie de lui rendre hommage jeudi et de saluer en lui « un formidable interprète, qui incarnait ses rôles avec cet humour piquant et un certain cynisme qui lui étaient si propres ».

Répliques fleuries
Il « avait cette gouaille imprévisible, ce grain de folie qui transcendent un immense acteur. Sa voix si reconnaissable par son moelleux et la justesse de sa diction nous entraînait aux frontières d?un génie irremplaçable, à la Serrault, à la Piccoli.  Lui », s’est souvenu l’ancien président du festival de Cannes, Gilles Jacob.

D’abord acteur de théâtre et de boulevard, Jean-Pierre Marielle sera ignoré de la Nouvelle vague et connaîtra des débuts timides au cinéma avant d’exploser à la fin des années 60, autant dans des films comiques que tragiques, d’auteur que grand public.

S’ensuit dans les années 70 une période prolifique devant les caméras et des répliques fleuries dans les films devenus culte de Joël Séria (« Les galettes de Pont-Aven », « Comme la lune »). Parmi ses autres rôles marquants, figurent « Que la Fête commence » de Bertrand Tavernier, « Dupont Lajoie » d’Yves Boisset, mais aussi « Coup de Torchon » de Tavernier, « Tenue de soirée » de Blier, « Uranus » de Claude Berri, « La Petite Lili » de Claude Miller et « Les âmes grises » d’Yves Angelo.

En guise d’hommage, France 3 va diffuser jeudi soir « Pièce montée » de Denys Granier-Deferre, où il incarne un prêtre et Paris Première « Les galettes de Pont-Aven ». Arte diffusera de son côté lundi soir « Tous les matins du monde ».