Publié dans Texte Recette Cuisine

Macarons choco-framboises

Macarons choco-framboisesIngrédients pour 2 personnes
Pour une trentaine de macarons
– 45 g de blancs d’œufs
– 110 g sucre glace
– 65 g de poudre d’amandes torréfiées
– 30 g de sucre en poudre
– 10 g de cacao
La garniture
– 50 g de crème fleurette
– 50 g de chocolat Manjari
– 15 framboises

Préparation
1) La veille, préparez la garniture : Faites fondre au bain-marie 100g de couverture et faîtes chauffer dans une petite casserole 100g de crème fleurette. Mélangez-les en trois fois, laissez refroidir une nuit au frais.
2) Le jour J : Chauffez le four à 145°C en chaleur tournante avec une plaque pleine renversée.
3) Tamisez le sucre glace, le cacao avec la poudre d’amande.
4) Montez doucement 90g de blancs avec le fouet à température ambiante en incorporant le sucre en poudre en trois fois.
5) Incorporez les poudres d’un coup et utilisez la feuille pour macaroner jusqu’à ce que le mélange soit brillant et homogène.
6) Dressez à la poche sur une plaque alvéolée recouverte de papier cuisson avec une douille de 10 mm. Cuire pendant 13mn.
7) Mettez dans une douille cannelée la ganache. Disposez la ganache sur une coque et une framboise au cœur. Refermez avec une autre coque.

Astuce : Même si elles sont riches en calories, les amandes sont riches en bons acides gras. Quant aux fibres, elles permettent une meilleure digestion donc une meilleure assimilation des nutriments. Attention à les choisir non salées.

Publicités
Publié dans Texte Santé

Trachéite : traitement, symptômes, contagion, qu’est ce que c’est ?

TrachéiteDéfinition : qu’est ce que la trachéite ?
La trachéite est une inflammation des muqueuses de la trachée. Il s’agit du conduit de transit qui achemine l’air des voies aériennes supérieures (gorge, nez, oreilles) jusqu’au voies aériennes inférieures (poumons).

On distingue deux types de trachéites. La trachéite aiguë est passagère et se guérit au bout de quelques jours. La trachéite chronique est en revanche plus dure à traiter car l’inflammation dure plus longtemps.

Bien que provoquant une gêne, la trachéite est le plus souvent bénigne et n’entraîne aucune complication sérieuse. Elle est le plus souvent diagnostiquée en automne et au printemps.

Symptômes : comment reconnaître une trachéite ?
La trachéite se manifeste par une sensation d’irritation à la base du cou qui va provoquer une toux sèche et spasmodique. Ces quintes de toux font surtout leur apparition la nuit lors des changements de positions entraînant des troubles du sommeil. La contraction répétée du thorax peut entraîner des douleurs thoraciques.

En cas d’infection virale, une fièvre importante peut se déclarer. La trachéite peut parfois être associée à une laryngite, et s’accompagne alors d’une voix enrouée.

Causes de la trachéite
La trachéite est le plus souvent d’origine virale, provoquée par une infection ORL comme une bronchite, une rhinopharyngite ou une pharyngite. Dans certains cas, plus rares, c’est une bactérie qui en est la cause.

La trachéite n’est contagieuse que lorsqu’elle est d’origine infectieuse. Les particules sont expulsées lors de la toux et se propagent dans l’air.

Parmi les autres facteurs, on retrouve l’inhalation de tabac, de pollution ou autres substances néfastes pour le système respiratoire ainsi que des allergies, au pollen par exemple.

Traitement : comment soigner une trachéite ?
En cas de trachéite aiguë, la maladie tend d’elle-même vers la guérison au bout de quelques semaines. Le traitement vise donc à atténuer la toux et les douleurs thoraciques à l’aide de sirop et d’antitussif.

Un traitement naturel à base de boissons chaude, de miel, de thym ou de citron peut être également être mis en place. Certaines mesures simples comme humidifier la chambre ou rehausser les oreillers peuvent aider à trouver le sommeil.

Si la trachéite est chronique, il est impératif de trouver sa cause (syphilis, tuberculose …) pour pouvoir la traiter.

Publié dans Texte Santé

Les principales allergies alimentaires

allergie.jpgLes aliments sont responsables d’un grand nombre d’allergies. Parmi eux, certains sont particulièrement propices à entraîner des réactions. Lait de vache, œufs de poule, arachides.

Les aliments qui peuvent entraîner des allergies alimentaires sont légion. Le point sur ces grands accusés de l’assiette.

L’allergie au lait de vache
C’est l’allergie du nourrisson la plus fréquente mais elle peut s’observer à tout âge. Elle débute en général au troisième  mois, lors de l’arrêt de l’allaitement maternel. Elle peut provoquer de simples troubles digestifs, mais aussi de l’eczéma, de l’urticaire chronique, voir un grand choc anaphylactique. Certaines morts subites inexpliquées du nourrisson pourraient lui être liées.

L’allergène majeur du lait de vache est la bêta-lactoglobuline mais la caséine et l’albumine sont aussi des protéines lactées potentiellement allergisantes. Enfin, l’allergène peut être un contaminant comme le nickel (cuves) ou la pénicilline (injectée à la vache laitière). Le diagnostic allergologique est établi par l’anamnèse, les tests cutanés et sanguins. Une polyallergie alimentaire est fréquente (arachide, œuf, soja).

En cas d’allergie, toute protéine lactée bovine doit être exclue de l’alimentation. En raison des allergies croisées, on supprime également les aliments à base de soja. Le régime exclut donc tous les laits, tous les produits laitiers et dérivés (yaourts, fromages blancs, petits suisses, fromages, beurre, crème fraîche), les substituts de lait à base de soja, tous les aliments contenant du lait même à l’état de traces et un grand nombre de produits infantiles (farines, petits pots, etc …). Le lactose additionné aux aliments ou à des médicaments peut être contaminé par les protéines de lait.

Une alimentation hypoallergénique avec des hydrolysats protéiques (Alfaré, Galliagène TCM, Nutramigen, Peptijunior, Pregestimil, etc …) permet l’arrêt des symptômes et favorise une auto-guérison spontanée dans 90 % des cas entre 9 et 12 mois.

L’allergie à l’œuf de poule
Les allergènes majeurs de l’œuf sont l’albumine (protéine thermolabile détruite par la chaleur) et l’ovomucoïde (protéine thermostable résistante à la chaleur). Dans ce dernier cas, la cuisson de l’œuf ne protège pas contre l’allergie.

L’allergie aux protéines d’œuf de poule est une allergie fréquente qui concerne 5 % des enfants atopiques. L’allergie à l’œuf peut être aussi brutale et aussi grave que l’allergie au lait. Certaines personnes très sensibles sont mêmes mortes de choc anaphylactique ou d’oedème du larynx, pour avoir seulement ingéré des particules résiduelles, provenant d’une minime trace d’œuf cuit, encore présente sur un ustensile de cuisine insuffisamment lavé.

L’allergie à l’œuf n’est heureusement pas toujours aussi grave. Elle se contente de provoquer en général de l’urticaire ou de l’eczéma. Certains enfants allergiques à l’œuf ne peuvent pas être vaccinés avec des vaccins en contenant des traces.

Le diagnostic de l’allergie à l’œuf est comparable à celui de l’allergie au lait. L’éviction prolongée de l’œuf permet dans 50 % des cas la réinstallation d’une tolérance à l’œuf, à vérifier en milieu médicalisé.

L’allergie à l’arachide
L’arachide ou cacahuète est une légumineuse très consommée aux Usa et de plus en plus utilisée en Europe. Son usage s’est répandu dans l’industrie agroalimentaire. Elle fut introduite involontairement dans les laits maternisés, comme contaminant de l’huile d’arachide. L’huile d’arachide, pourtant pure à 99 %, peut en effet contenir des traces suffisantes de protéines pour sensibiliser et provoquer une réaction allergique. La sensibilisation à l’arachide peut être aussi grave que l’allergie au lait ou à l’œuf.

L’arachide et le beurre de cacahuète sont également les plus fréquents des allergènes « masqués », présents dans de très nombreux aliments, comme les bouillies de céréales, les pâtisseries, les sauces, etc. Le diagnostic de l’allergie à l’arachide est comparable à celui des autres allergies. Sa guérison est exceptionnelle. En général, ce type d’allergie à l’arachide persiste toute la vie.

Les allergies alimentaires croisées avec l’allergie au latex
Le latex est une substance issue de l’hévéa (Hevea brasiliensis) et contenue dans les gants, tétines, ballons, préservatifs, matériel d’anesthésie, sondes urinaires, etc. Pour des raisons encore mal comprises, l’allergie au latex est de plus en plus fréquente dans tous les pays. Elle est croisée avec certains aliments : avocats, bananes, kiwis, noix de cajou, châtaignes, fruits de la passion etc …

Le talc, qui est fréquemment additionné aux gants de latex, entraîne en se volatilisant des microparticules antigéniques de latex qui peuvent provoquer une allergie respiratoire ou cutanée à distance du gant. La première cause des chocs allergiques au cours d’une intervention chirurgicale chez l’enfant est l’allergie aux protéines de latex.

Le choc a lieu au moment du contact avec le latex contenu dans les gants du chirurgien. Des gants en néoprène (garantis sans latex) sont disponibles dans tous les blocs opératoires pour assurer les soins aux enfants sensibilisés détectés lors de l’interrogatoire pré-opératoire effectué par l’anesthésiste.

Publié dans Texte Famille

Je n’aime pas les vacances

peur-angoisse.jpgCertaines personnes reconnaissent bien volontiers qu’elles n’aiment pas les vacances. Pour Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste et auteur de « Peurs, angoisses, phobies, par ici la sortie », les raisons peuvent être multiples. Mais rassurez-vous, il y a aussi des solutions

Si pour beaucoup de Français, partir en vacances est un moment de plaisir, certains clament haut et fort ne pas aimer cette période.

Pour Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste, cela repose surtout sur des peurs et il y a toujours une cause à ce désamour. « Il y a une multitude de possibilités quand on parle de vacances : on peut partir à dix heures d’avion de son domicile comme aller à une heure de chez soi.  Si l’on dit que l’on n’aime pas les vacances, malgré leur variété, c’est qu’il y a une raison derrière. Cela peut être du à une phobie sociale, par exemple. La personne craint alors de croiser des gens qu’elle ne connait pas et ne veut pas se sentir mal à l’aise à leur contact », explique le spécialiste.

L’envie de rester dans sa zone de confort
Pour beaucoup, il s’agit d’une peur de quitter son domicile, sa zone de confort, un proche qui ne peut pas partir ou son animal de compagnie. « Ce trouble s’accroit si la personne est hypocondriaque. Elle peut alors redouter de ne pas avoir un médecin de confiance, une pharmacie, un hôpital à proximité de son lieu de villégiature. Elle imagine ce qui pourrait lui arriver de pire », ajoute Rodolphe Oppenheimer.

Ainsi, les vacances supposent généralement de rompre avec des rituels quotidiens bien organisés et rassurants. Les congés estivaux amènent à mettre de côté ses repères et à devoir s’adapter à une situation nouvelle le temps des vacances. Certaines personnes se sentent alors perdues, désœuvrées, désemparées par cette période d’inactivité forcée. Elles attendent impatiemment la rentrée pour se sentir revivre.

trouble anxieuxLes vacances, un « rendez-vous avec la vérité »
Par ailleurs, les vacances (si elles se font en famille) conduisent souvent à passer du temps avec ses proches. « Au quotidien, on se croise mais là on vit 24h sur 24 ensemble. Si l’on a des relations fragiles avec son partenaire et ses enfants, on peut redouter de séjourner en vase clos avec eux. On ne peut pas s’échapper, c’est le rendez-vous de la vérité ». Dans ce cas, fuir les vacances, c’est ne pas subir ces tête-à-tête redoutés, ces conversations inexistantes ou houleuses, et surtout ne pas se heurter à ses différences.

Selon le psychanalyste, outre la peur de devoir davantage côtoyer son entourage, on peut également craindre « de se retrouver seul face à soi-même, surtout après une dépression ». Ces personnes remplacent le « je pense donc je suis » par « je m’arrête donc je pense ». « Or cela peut les amener à affronter des angoisses existentielles, à réfléchir au sens de leur vie. Elles ne le souhaitent pas car leur vie est probablement trop difficile pour eux ».

Des souvenirs douloureux
Les vacances peuvent également raviver des souvenirs douloureux que l’on préfère éviter prétextant l’excuse « je n’aime pas les vacances ». On peut, par exemple, avoir eu un accident en vacances, un traumatisme qui peut déclencher une certaine appréhension à chaque départ en vacances. « On peut refuser de partir sur un lieu où on allait depuis des années avec son compagnon, si celui-ci vient de décéder. Ou bien, suite à un divorce, on se retrouve seul pour les vacances.

Et sans ses enfants, cela n’a plus le même attrait », affirme le psychanalyste. Ces raisons multiples ont causé des blessures psychiques qui n’ont pas encore été pansées. Pourtant, les vacances restent salutaires pour se déconnecter du rythme « métro-boulot-dodo », se ressourcer et se reconnecter à soi-même.

Comment apprécier les vacances ?
Pour changer d’avis et trouver du plaisir à partir en vacances, « c’est avant tout une question de motivation. Et l’élément déclencheur peut venir du conjoint ou des enfants si l’on souhaite leur faire plaisir », déclare Rodolphe Oppenheimer.

Aussi, repérez tout ce qui vous déplaît dans les vacances (la foule, le fait de toujours partir avec le même groupe d’amis, le manque d’activités, le coût du séjour, le lieu des vacances … ) et efforcez-vous d’opter pour des vacances à l’opposé de celles qui vous déplaisent.

Vous détestez bronzer sur la plage ?   Pourquoi ne pas faire des randonnées en montagne ?   Regardez les activités proposées à proximité et qui vous tenteraient. Pour vous rassurer, relevez les coordonnées des lieux qui vous semblent importants (médecins, hôpitaux…). « Au final, la pire chose qui peut arriver, c’est l’angoisse. Il faut profiter de la vie, se focaliser sur ce qui fonctionne et être dans l’instant présent.

La méditation de pleine conscience peut y aider », conseille le psychanalyste. Changez donc vos habitudes et rassurez-vous autant que possible, qui sait, peut-être que d’ici peu vous serez le premier à attendre les vacances avec impatience.