Publié dans Texte Actualité divers

Quelles différences entre la canicule de juin et celle de juillet ?

caniculeDurée, intensité, pics de chaleur …  Cette seconde canicule se distingue sur plusieurs points de la première survenue fin juin.

Après celui de juin, un nouvel épisode caniculaire frappe la France ce lundi. Il pourrait durer jusqu’à vendredi selon les prévisions de Météo France.

Mais, si cet épisode de chaleur intense devrait lui-aussi faire grimper le thermostat au-dessus des 40 degrés, il est sur plusieurs points différent de la semaine caniculaire de juin, lors de laquelle la France avait battu des records nationaux de températures.

« On est dans le même type de situation que lors de la canicule de juin, avec de l’air très chaud qui remonte du Maghreb et de l’Espagne », explique Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo France, contacté par BFMTV.com. « Mais cette fois plus de régions seront touchées. »

Des records locaux
En terme de valeurs maximales, on ne devrait pas atteindre les niveaux historiques de 45 à 46°C observés le 28 juin dans le Languedoc. « Les valeurs maximales atteindront les 41/42 °C, même si une pointe très locale à 43 °C n’est pas complètement à exclure », explique le site Météo France.

Mais selon les prévisions, certaines villes pourraient tout de même battre leur record de chaleur. Mardi à Bordeaux, la température prévue est de 42°C, là où le record absolu de 40,7°C date du 4 août 2003. La température annoncée à Paris jeudi est de 41°C, menaçant le record absolu de 40,4°C du 28 juillet 1947. À Lille, la maximale de 37,6° atteinte le 27 juillet 2018, pourrait être battue jeudi (38°C prévus).

« Des villes qui ne sont jamais allées au-delà des 40 degrés pourraient les atteindre cette semaine », notamment dans le nord et le nord-est du pays, prévient Frédéric Nathan.

Le nord aura davantage chaud
« Alors que le premier épisode était très intense sur le pourtour méditerranéen, l’air chaud gagne cette fois-ci quasiment tout le pays », continue le prévisionniste pour BFMTV.com.

Le nord et le nord-ouest de l’Hexagone avaient en partie été épargnés lors de la dernière canicule. Au plus haut de l’épisode, les mesures sur la côte de la Manche donnaient moins de 30 degrés, parfois moins de 25. « Une masse d’air froid bloquait alors la chaleur au nord », explique Frédéric Nathan, ce qui ne sera pas le cas cette fois.

Mercredi, alors que les températures tourneront autour des 30 degrés dans le sud, elles devraient dépasser les 35 dans le nord et le nord-est du pays. La Bretagne semble, cette fois encore, être épargnée par les très fortes chaleurs.

Un jeudi comparable à 2003
Avec cette répartition de la chaleur sur tout l’Hexagone, « l’épisode dans sa globalité en moyenne sur la France sera très intense jeudi », continue le prévisionniste. « On aura une journée historiquement chaude, comparable aux jours les plus chauds de la canicule d’août 2003 », et plus forte que celles de la canicule de juin.

Alors que la canicule de juin avait duré environ six jours, la fin de ce second épisode est prévue pour vendredi : « Ces températures devraient commencer à baisser significativement vendredi par l’ouest du pays », explique le site de Météo France. Les prévisions annoncent des chutes de thermostat importantes dans le nord-est du pays de jeudi à vendredi, parfois de plus de 10 degrés.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s