Publié dans Texte Actualité divers

70 femmes députées adressent une lettre de soutien à Meghan Markle

Meghan_MarklePlus de 70 femmes députées de la Chambre des communes, issues de toutes les formations, ont adressé une lettre de soutien à la Duchesse de Sussex, ce mardi.

Attaquée et traquée par les tabloïds anglais, Meghan Markle, l’épouse du Prince Harry, a reconnu avoir eu « une année difficile » en raison de la pression des médias.

« En tant que femmes parlementaires issues de diverses tendances politiques, nous voulons exprimer notre solidarité envers vous en prenant position contre le caractère souvent déplaisant et trompeur des reportages publiés dans certains de nos journaux nationaux ciblant votre personne et votre famille ».

Dans une lettre ouverte publiée ce mardi, l’ensemble des femmes députés de la chambre des communes, le parlement britannique ont adressé leur soutien à Meghan Markle, l’épouse du Prince Harry, particulièrement critiquée ces derniers mois dans la presse.

« À certaines occasions, des articles et des titres de presse ont tenté de dénigrer votre personne, sans que cela ne soit justifié, selon les informations dont nous disposons », ont écrit les parlementaires dans leur lettre. « Plus inquiétant encore, ce sont les sous-entendus dépassés et coloniaux de certains de ces articles que nous dénonçons aujourd’hui. En tant que femmes députées de toutes les origines, nous rejoignons votre prise de position. Cela ne peut continuer impunément. »

Des moyens pour faire respecter la vie privée
Dans la lettre, les 72 femmes politiques signataires expliquent leur démarche: « Bien que nous évoluions dans des sphères publiques différentes, nous partageons votre ressenti sur les abus et les intimidations dont vous faites l’objet et qui sont si souvent utilisés pour dénigrer les femmes occupant des postes publics importants. »

Et de conclure ainsi, « gardant cela à l’esprit, nous souhaitons que les médias nationaux puissent à présent faire le tri entre les informations qui relèvent de l’intérêt national ou du caractère privé, quand ils cherchent à atteindre une femme. Ayez l’assurance que nous sommes solidaires avec vous à cet égard. Nous utiliserons les moyens dont nous disposons pour que la presse nationale britannique accepte votre droit à la vie privée et fasse preuve de respect, et qu’enfin leurs récits reflètent au mieux la vérité. »

La duchesse de Sussex maltraitée par les médias britanniques
Après avoir été traquée par les tabloïds anglais sur ses relations familiales et avoir essuyé une série de critiques sur son comportement à la suite de la démission d’une partie du personnel de la maison royale, Meghan Markle a été maltraitée dans les médias cet été, notamment pour avoir à deux occasions utilisé des jets privés pour des vacances.

Le duc et la duchesse de Sussex ont également été malmenés en raison du coût de la rénovation de leur logement, un cottage situé sur les terres du château de Windsor, 2,4 millions de livres (2,7 millions d’euros) aux frais du contribuable britannique.

Meghan Markle et le prince Harry ont porté plainte
Pour faire face aux nombreuses critiques, Meghan Markle a annoncé le 1er octobre qu’elle allait attaquer en justice l’éditeur du Mail on Sunday, un hebdomadaire britannique qui a publié dans ses colonnes une lettre manuscrite qu’elle avait envoyée à son père. Ce même jour, le prince Harrry a écrit un message sur le site officiel du comté de Sussex.

« Il y a un moment où la seule bonne chose à faire est de se révolter contre cette attitude, parce qu’elle détruit des gens et des vies. Il s’agit tout simplement de harcèlement qui effraie et réduit au silence. Nous savons tous que c’est inacceptable, à n’importe quel niveau. »

Selon plusieurs médias, qui évoquent des piratages de boîtes vocales, une plainte a également été déposée contre le Daily Mirror.

« Une année difficile » a reconnu Meghan Markle
Dans une interview diffusée dimanche 20 octobre, le prince Harry et Meghan Markle se sont confiés sans filtre à la chaîne britannique ITV. L’ancienne actrice américaine, qui a épousé Harry en 2018, a reconnu notamment que l’année écoulée avait été « difficile » en raison de la pression des médias.

« N’importe quelle femme, quand elle est enceinte, est vulnérable. C’est un grand défi. Et surtout quand vous êtes une femme, ça fait beaucoup. Et ajoutez à ça le fait d’être une jeune mère et une jeune mariée », a-t-elle expliqué dans ce documentaire tourné durant le séjour du couple princier en Afrique.

Des images rares, en rupture avec la devise de la famille royale : « Ne jamais se justifier, ne jamais se plaindre ». Cette exposition médiatique inédite n’a pas plu à la reine et au Prince Charles. Selon les correspondants royaux, le prince Harry et sa femme seraient plus isolés que jamais.

Publié dans Texte Actualité divers

L’Assemblée nationale adopte le projet de budget 2020 de la Sécurité sociale

secuUne majorité LREM-MoDem a soutenu le nouveau budget 2020 de la Sécurité sociale. Les opposants dénoncent un projet rejeté par le secteur.

L’Assemblée nationale a adopté mardi en première lecture le projet de budget 2020 de la Sécurité sociale, troisième du quinquennat d’Emmanuel Macron, par 339 voix contre 188 et 23 abstentions.

Les députés de la majorité LREM-MoDem ont apporté leur soutien, à l’exception de quatre « marcheurs » et deux députés MoDem qui se sont abstenus, tandis que les autres groupes politiques ont très majoritairement voté contre, formulant des inquiétudes sur la situation des hôpitaux et jugeant le budget « pas à la hauteur » de la crise.

Stéphanie Rist (LREM) a défendu « un projet de responsabilité et de promesses », Nathalie Elimas (MoDem) estimant qu’il s’inscrit dans la volonté de « plus de justice sociale ». Si Paul Christophe (UDI-Agir) a salué « des intentions positives », soulignant que son groupe était partagé, les autres groupes ont voté contre quasi-unanimement, comme les élus RN non-inscrits.

Désaccord sur certaines mesures
Jean-Pierre Door (LR) a notamment dénoncé un « projet de loi massivement rejeté » par le secteur avec une « dotation insuffisante » pour l’hôpital pour permettre « une sortie de crise ». Il a surtout fustigé une « rupture avec l’autonomie de la Sécurité sociale telle qu’elle avait été édifiée en 1945 », avec la non-compensation par l’État des mesures d’urgence en réponse à la crise des « gilets jaunes ».

De ce budget, « on ne retiendra finalement pas les quelques bonnes mesures » comme le congé indemnisé pour les aidants, mais « l’unanimité qu’il fait contre lui en raison de ses manquements », a jugé Gisèle Biémouret (PS). Elle a dénoncé une demande d’économies « toujours croissante à l’hôpital public », Pierre Dharréville (PCF), jugeant le secteur pas en mesure « d’absorber un nouveau choc », tandis que Jean-Luc Mélenchon (LFI) notait que « la France est inflammable ».

Philippe Vigier (Libertés et Territoires) a aussi critiqué un texte dont le gouvernement « reconnaît de lui même qu’il n’apporte pas les réponses espérées ». Lors des questions au gouvernement, peu avant le vote, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait insisté sur sa volonté de « rendre à l’hôpital public ses lettres de noblesse ». Elle a annoncé la semaine dernière un « plan de soutien » pour l’hôpital avec « des moyens associés » présenté « dans le courant du mois de novembre ».

Publié dans Texte Actualité divers

Plainte pour agression sexuelle contre Nordahl Lelandais

Nordahl LelandaisAprès plusieurs mois d’enquête préliminaire, la justice a ouvert une information judiciaire à l’encontre de l’ancien maître-chien.

L’une de ses petites-cousines l’accuse d’agression sexuelle en 2017, alors qu’elle avait 14 ans. Elle a porté plainte en avril et a été entendue ce mardi par un juge.

L’ancien maître-chien déjà mis en examen pour les meurtres de Maëlys de Araujo et d’Arthur Noyer, ainsi que pour agressions sexuelles sur deux de ses petites-cousines, fait l’objet d’une information judiciaire. Après plusieurs mois d’enquête préliminaire, l’affaire portant sur des faits d’agression sexuelle sur mineur et de menace de mort a été confiée à des juges d’instruction, a appris ce mardi BFMTV, confirmant une information de l’Express. Nordahl Lelandais est accusé par une autre de ses petites-cousines, âgée de 16 ans. Elle a porté plainte contre lui en avril dernier.

Auditionnée ce mardi par un juge, la plaignante, âgée de 14 ans au moment des faits qu’elle rapporte, explique avoir subi des attouchements le jour de l’enterrement de son père, en mars 2017. Selon ses dires, Nordahl Lelandais lui a touché « la poitrine » et « les fesses avec insistance ». La jeune fille le repousse et se retrouve alors prise en étau entre la peur et les menaces de son grand-cousin. « Il m’a dit ‘si tu dis quelque chose je te tue' », confiait-elle cet été à BFMTV.

Des textos équivoques
Tenaillée par la peur, l’adolescente se mure dans le silence. C’est la double mise en examen de l’ancien militaire qui la conduit finalement à tout révéler à sa mère : « J’ai appris pour ma petite cousine, je me suis dit qu’il était temps d’en parler, qu’il ne fallait plus que je le garde pour moi. Qu’il fallait que j’en parle parce que je ne pouvais plus le garder pour moi, c’était trop dur. »

Après sa plainte déposée en avril, les policiers ont recueilli dans le cadre d’une enquête préliminaire des éléments qui semblent corroborer ce nouveau témoignage à charge. Des messages illustrant la nature de la relation entre Nordahl Lelandais et sa petite-cousine ont notamment été découverts sur son téléphone, précise l’Express.

« Fin mars, il a commencé à me renvoyer des messages et je lui ai répondu parce que j’avais forcément peur. Il m’a dit : ‘C’est quand qu’on se marie, t’es ma petite bombe’, que des choses comme ça », nous soufflait-elle au mois de juillet.

L’adolescente espère que sa plainte « va encourager les personnes, s’il a fait quelque chose à quelqu’un qui est encore vivant, à le dire également. Ça va peut-être les aider à avoir la force d’y aller et de le dire », conclut-elle.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Gâteau renversé à la mangue

Gâteau renversé à la mangueIngrédients
– 1 belle mangue mûre
– 160 g de beurre demi-sel
– 200 g de farine mix sans gluten
– 50 g de farine de lin
– 1 cuillère à café de bicarbonate
– 1 pincée de gomme de guar
– 4 œufs
– 100 g de sucre de coco (à défaut, du sucre de canne)
– 15 cl de crème liquide
– 60 g de noix de coco râpée
Pour le caramel
– 100 g de sucre en poudre
– 3 cl d’eau

Préparation
1) Dans une casserole, déposer le sucre, verser l’eau, cuire jusqu’à l’obtention d’un caramel.
2) Verser le caramel dans un moule à manquer ou un moule rectangulaire.
3) Préchauffer le four à 180 °C (th. 6).
4) Éplucher et émincer la mangue en lamelles de 2 cm d’épaisseur. Les disposer sur le caramel.
5) Faire fondre le beurre à feu doux.
6) Dans un saladier, mélanger les farines, le bicarbonate et la gomme de guar.
7) Dans un autre saladier, casser les œufs, ajouter le sucre et bien mélanger. Verser le mélange de farines, mélanger de nouveau, puis verser le beurre fondu et la crème. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
8) Verser la préparation sur les tranches de mangue.
9) Cuire au four 30 à 40 minutes.
10) A la sortie du four, démouler et laisser reposer 30 minutes.

Relaxnews

Publié dans Texte Santé

Les AVC ne touchent pas que les adultes : 1000 enfants en sont victimes chaque année en France

AVCA l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, focus sur les enfants victimes. Ils sont environ 1000 à être touchés chaque année en France. Près des deux tiers d’entre eux en gardent des séquelles.

Quand il est question d’accidents vasculaires cérébraux (AVC), on pense généralement aux adultes, notamment aux personnes âgées. Mais les plus jeunes ne sont pas épargnés: tous les ans, un millier d’enfants sont en effet victime d’un AVC. C’est le cas de la jeune Alice, 8 ans, qui, en se réveillant un matin il y a un an et demi, a ressenti une gêne inhabituelle. « J’étais fatiguée et je n’arrivais pas à parler », raconte la fillette à BFMTV.

Ses parents se sont alors rendu en urgence à l’hôpital, et le diagnostic a été sans appel : il s’agissait bien d’un accident vasculaire cérébral. « Je n’y croyais pas. Je ne pensais pas que ça pouvait arriver à un enfant », confesse Charlotte, la mère d’Alice.

5% de mortalité chez les enfants
La fillette s’est remise de son AVC, mais elle doit tout de même continuer sa rééducation tout en poursuivant une scolarité à mi-temps. De nombreux enfants victimes d’accidents vasculaires cérébraux conservent en effet des séquelles.

« La mortalité est relativement faible, environ 5%. Par contre ce sont des enfants qui, pour la plupart, vont avoir des séquelles. Les deux tiers d’entre eux. Que ce soit sur le plan de la motricité, ou, et c’est parfois le plus difficile à repérer et à prendre en charge, sur le plan des apprentissages », détaille Manoëlle Kossorotoff, neuropédiatre et coordinatrice du centre national de référence AVC.

La spécialiste plaide ainsi pour une prise en charge le plus tôt possible, dès l’apparition des symptômes. Ces derniers sont les mêmes que ceux présentés par les adultes lors d’un AVC, à savoir une paralysie d’un coté du corps ou du visage ainsi que des difficultés d’élocution.