Publié dans Texte Actualité divers

Le « Made in France » a-t-il redonné des couleurs à l’économie française ?

Made in FranceSi de plus en plus de marques surfent avec succès sur la tendance du « Made in France », le phénomène reste marginal à l’échelle de l’ensemble de l’économie. Les Français consomment en très grande majorité des produits importés.

Le « Made in France » a-t-il relancé l’économie française ?     Cinq après la campagne d’Arnaud Montebourg et alors que s’ouvre à Paris le Salon du « Made in France », l’impact du Made in France reste très difficile à mesurer à l’échelle de l’économie.

Ce qui est sûr en tout cas c’est que la tendance continue à s’affirmer. Au Salon du « Made in France » qui vient d’ouvrir ses portes à Paris ce sont 570 exposants qui vont montrer leurs produits. Ils étaient 80 lors de la première édition en 2012.

Car de plus en plus de marques, notamment dans le textile surfent sur la tendance, comme Le Slip Français ou la marque de jeans 1083. Des entreprises qui survivaient difficilement il y a encore quelques années comme les marques de textile Armor Lux ou Saint James ont maintenant le vent en poupe et voient leurs ventes progresser chaque année. Et si vous vous baladez dans les rayons de supermarchés vous verrez de plus en plus de références à la production française sur les emballages de produits avec des hexagones ou des drapeaux bleu.blanc.rouge comme sur les chips Vico, le pain de mie Jacquet ou encore les soupes Liebig.

Seuls 15% des produits manufacturés « made in France »
Pourtant si de plus en plus de marques se convertissent au marketing patriotique, l’effet est difficilement mesurable mais semble relativement modéré. Car si l’Insee indique que 81% de la consommation française est « Made in France », il s’agit essentiellement de services et de loisirs comme les restaurants, les hôtels ou les commerces qui ne sont par nature pas délocalisables.

Mais lorsqu’il s’agit des produits, ce taux chute fortement. Seulement 36% des produits achetés par les Français sont originaires de l’Hexagone. Et encore ce taux inclus les produits alimentaires. Si on ne prend que les seuls produits manufacturés comme les vêtements, les jouets, les produits électroniques et d’équipement de la maison, on tombe là à 15% de consommation « Made in France ».

Et si les Français consomment pour l’essentiel des produits fabriqués à l’étranger -et notamment en Asie- c’est qu’ils sont moins chers. Un ménage qui se convertirait à 100% au « Made in France » paierait en moyenne entre 100 et 300 euros de plus par mois selon une étude du Centre d’études prospectives et d’informations internationales. Et encore il y a plein de produits qu’il ne pourrait pas acheter comme les appareils électroniques et les jouets qui ne sont quasiment plus produits en France.

A l’échelle de l’économie, le « Made in France » reste donc un phénomène assez marginal. Entre 2014 et 2018 par exemple 98 entreprises qui avaient délocalisé ont réimplanté un site en France. Ces entreprises de retour dans l’Hexagone n’ont pas créé plus de 3000 emplois sur la période.

Mais si l’impact sur l’économie semble très modeste, le « Made in France » a retrouvé ces dernières années un lustre qu’il avait perdu. Le cycle industriel viendra peut-être dans un second temps. En tout cas, il y a des signaux qui paraissent plutôt encourageants. Un grand Pdg chinois a annoncé en début de semaine son intention d’investir 150 millions d’euros dans un site textile dans le Nord de la France car l’image « Made in France » est prestigieuse en Chine. Comme une délocalisation mais à l’envers.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s