Publié dans Texte Réflexion

Pourquoi les feuilles des arbres deviennent-elles jaunes en automne ?

automne.gifAlors que l’automne est déjà bien entamé, les arbres ont abandonné leurs couleurs verdoyantes pour emprunter des teintes allant du jaune à l’orangé voire au marron. Mais au fait pourquoi les feuilles des arbres deviennent-elles jaunes en automne ?

Ça y est, la pluie et le froid sont arrivés, pas de doute l’automne a bel et bien commencé et l’hiver ne tardera pas à montrer son nez. Alors que tout le monde a déjà sorti son manteau voire son bonnet, les arbres eux aussi ont changé leurs atours. Ils ont quitté leurs couleurs verdoyantes et leur aspect touffu pour laisser place à des feuilles plus éparses et d’une couleur jaune à orangé.

Comment expliquer un tel phénomène ?
En réalité, ce changement de couleur révèle les modifications chimiques qui se produisent au cœur même des feuilles. Comme tout le monde le sait, ces dernières s’alimentent grâce à la lumière du soleil via un processus appelé photosynthèse. La lumière est captée par des composés particuliers qui l’utilisent ensuite pour fabriquer du sucre pour le végétal.

Le principal pigment de la photosynthèse est la chlorophylle et c’est elle qui donne aux feuilles leur couleur verte caractéristique. Mais si la chlorophylle est renouvelée durant tout le printemps et l’été pour alimenter et maintenir les feuilles, en automne, la longueur du jour raccourcit et provoque un arrêt de la production du pigment.

De fait, les feuilles perdent peu à peu leur couleur verte et laissent alors apparaitre d’autres pigments : les flavonoïdes pour le jaune et les caroténoïdes pour l’orange. Ces teintes sont normalement présentes toute l’année, néanmoins, au printemps et en été, elles sont dissimulées par le vert de la chlorophylle. C’est pourquoi il faut attendre l’automne pour que les teintes jaunes et orange apparaissent.

Un arbre qui se débarrasse du superflu
Ce phénomène fait en réalité partie de la stratégie mis en place par les arbres pour survivre à l’hiver rude. La plus grande menace pour un végétal est sans aucun doute le manque d’eau. Pour l’éviter, celui-ci va alors tenter de limiter les « fuites » et les feuilles sont des surfaces d’échange où l’eau peut-être perdue.

Comme leur activité repose essentiellement sur la lumière et qu’il y a moins de lumière du fait du raccourcissement des jours, l’arbre décide de se débarrasser de son feuillage. Pour cela, il ferme les « veines » qui connectent les feuilles aux branches et au tronc et laissent peu à peu ces dernières dépérir jusqu’à qu’elles se détachent au gré du vent. C’est ce qu’on appelle en botanique, le processus d’abscission.

Et les conifères alors ?   Cette famille d’arbre conserve ses aiguilles car elles perdent beaucoup moins d’eau que les feuilles. Par ailleurs, les conifères n’ont pas besoin de perdre leurs attributs car ils synthétisent des protéines aux vertus anti-gel qui leur permettent de mieux survivre aux conditions de l’hiver

Publié dans Texte Réflexion

Les 5 langages de l’amour

langages amour.jpgD’après le livre de Gary Chapman, “Les langages de l’Amour”, il y aurait 5 manières d’aimer et de se sentir aimé.

Dans un couple, les amoureux ne communiquent pas leur amour de la même façon. Afin de mieux identifier votre langage et celui de votre partenaire, Gary Chapman, auteur, pasteur baptiste et conférencier américain a énuméré les différentes façons d’aimer dans son célèbre livre paru en 1992.

1) Les moments de qualité
Que ce soit lors d’une soirée en tête à tête au restaurant, lors d’une journée de vacances au bord de la mer ou dans votre lit avant de dormir, pour certaines personnes, le temps passé avec son partenaire est très important. Selon l’auteur, il ne s’agit pas de passer des heures collé à son partenaire mais plutôt de passer un bon moment où chacun se concentre sur le moment présent, sur l’autre comme sur lui-même.

2) Les paroles valorisantes
“Merci pour ce repas”, “Tu es très élégant(e) ce matin”… Les phrases valorisantes comme les mots doux et les compliments peuvent profondément touchées certaines personnes. Il ne s’agit pas de se forcer mais plutôt d’être bienveillant, encourageant, affectueux envers son ou sa partenaire.

3) Les services rendus
Faire le ménage, aider à la cuisine, faire le plein de la voiture, faire des tâches administratives … Toutes ces attentions du quotidien ne sont pas à prendre à la légère, de nombreuses personnes sont sensibles à ces petits gestes.

4) Le toucher
Câlins, bisous, caresses, … Les contacts physiques échangés dans un couple sont l’un des grands langages de l’amour. Il faut arriver à comprendre ce que l’autre a besoin, envie et ce que vous pouvez donner.

5) Les cadeaux
Il ne s’agit pas d’acheter un cadeau hors de prix. C’est le fait d’avoir pensé à la personne qui fait plaisir à l’autre. C’est une action symbolique plus que financière et qui peut grandement toucher le ou la partenaire.

Publié dans Texte Réflexion

Quelques règle de vie

Regle de vieApprends à tendre les bras pour accueillir et non pour enchaîner. Aime sans t’appuyer sur l’autre, mais accorde lui l’appui. Aide quelqu’un à planter des fleurs au lieu d’attendre qu’on t’offre un bouquet.

Rappelle-toi que chacun est unique et a une valeur infinie. Ne cultive jamais la vengeance : elle engendre la haine. Seul le pardon permet à l’homme d’évoluer. Ne juge pas. Prends les autres comme ils sont et non pas comme tu voudrais qu’ils soient.

Tu ne pourras jamais progresser si tu ne passes pas par les portes de la tolérance. Donne l’exemple dans la vie de tous les jours, ceci est plus riche et plus convaincant que tous les discours.

Accroche-toi aux nuages quand ça va mal, même les plus gris ont une bordure d’argent. Rien de vraiment bon ne sort de l’ambition ou du seul sens du devoir. On obtient de bien meilleurs résultats en inculquant aux enfants la dévotion et l’amour des hommes et des réalités objectives.

Albert Einstein

Publié dans Texte Réflexion

Quelques règles de vie

Albert EinsteinApprends à tendre les bras pour accueillir et non pour enchaîner. Aime sans t’appuyer sur l’autre, mais accorde lui l’appui. Aide quelqu’un à planter des fleurs au lieu d’attendre qu’on t’offre un bouquet.

Rappelle-toi que chacun est unique et a une valeur infinie. Ne cultive jamais la vengeance, elle engendre la haine. Seul le pardon permet à l’homme d’évoluer. Ne juge pas.

Prends les autres comme ils sont et non pas comme tu voudrais qu’ils soient. Tu ne pourras jamais progresser si tu ne passes pas par les portes de la tolérance. Donne l’exemple dans la vie de tous les jours, ceci est plus riche et plus convaincant que tous les discours.

Accroche-toi aux nuages quand ça va mal, même les plus gris ont une bordure d’argent. Rien de vraiment bon ne sort de l’ambition ou du seul sens du devoir. On obtient de bien meilleurs résultats en inculquant aux enfants la dévotion et l’amour des hommes et des réalités objectives.

Albert Einstein

Publié dans Texte Réflexion

Le train de la vie

train

A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents. On croit qu’ils voyageront toujours avec nous. Pourtant, à une station, nos parents descendront du train, nous laissant seuls, continuer le voyage.

Au fur et à mesure que le temps passe, d’autres personnes montent dans le train.
Et elles seront importantes : Amis(es), Enfants, Fraternité, même l’amour de notre vie.

Beaucoup démissionneront (même l’amour de notre vie) et laisseront un vide plus ou moins grand. D’autres seront si discrètes, qu’on ne réalisera pas qu’elles ont quitté leurs sièges.

Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes, de bonjours, d’au-revoir et d’adieux. Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers pourvu qu’on donne le meilleur de soi-même.

On ne sait pas à quelle station nous descendrons, donc vivons heureux, aimons et pardonnons. Il est important de le faire, car lorsque nous descendrons du train,
nous ne devrons laisser que de beaux souvenirs à ceux /celles qui continueront leur voyage.

Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique. Aussi, merci d’être un(e) des passagers(ères) de mon train. Et si je dois descendre à la prochaine station, je suis contente d’avoir fait un bout de chemin avec vous.

Publié dans Texte Réflexion

Tout le monde, quelqu’un , chacun et personne

Tout le monde, quelqu'un , chacun et personne.

Il était une fois quatre individus qu’on appelait tout le monde, quelqu’un, chacun et personne. Il y avait un important travail à faire et on a demandé à tout le monde de le faire.

Tout le monde était persuadé que quelqu’un le ferait. chacun pouvait l’avoir fait, mais en réalité personne ne le fit. quelqu’un se fâcha car c’était le travail de tout le monde.

Tout le monde pensa que chacun pouvait le faire et personne ne doutait que quelqu’un le ferait. En fin de compte, tout le monde fit des reproches à chacun parce que personne n’avait fait ce que Qqelqu’un aurait pu faire.

Moralité

Sans vouloir le reprocher à tout le monde, il serait bon que chacun fasse ce qu’il doit sans nourrir l’espoir que quelqu’un le fera à sa place car l’expérience montre que là où on attend quelqu’un, généralement on ne trouve personne.

Conclusion

Je le partage pour que tout le monde puisse le lire afin que chacun puisse l’envoyer à quelqu’un sans oublier personne.

Publié dans Texte Réflexion

La valeur d’une heure

12 euros.jpgUn jour, un homme revenant du travail très tard, fatigué et agacé trouva son fils de 5 ans, à l’entrée de la porte.

– « Papa, je peux te poser une question ? »
– « Qu’est-ce que c’est ? »
– « Papa, combien tu gagnes par heure ? »
– « Ce n’est pas ton problème, pourquoi une question pareille ? »
– « Je veux juste savoir, s’il te plaît, combien tu gagnes par heure ? »
– « Tu sais quoi ?  Je gagne 12 € par heure « 

 « Ah » répondit le garçon, avec sa tête vers le bas.

– « Papa, prête-moi seulement 6 € »

– « C’est pour cette raison que tu demandais cela ?  Penses-tu que c’est comme ça que tu peux obtenir de l’argent pour acheter des jouets ?  Vite au lit dans ta chambre.  Je travaille durement chaque jour pour de tels enfantillages ? »

Le garçon restant silencieux, entre dans sa chambre et ferme la porte. L’homme assis devient de plus en plus nerveux sur les questions de l’enfant.

– « Comment ose-t-il poser ce genre de questions juste pour gagner de l’argent ? »

Une heure plus tard, l’homme se ressaisit et se dit : « Peut-être qu’il avait vraiment besoin d’acheter quelque chose avec ces 6 € et après tout ce n’est pas dans ses habitudes. » L’homme alla à la chambre du garçon et ouvrit la porte.

– « Tu dors, mon fils ? »
– « Non papa, je suis éveillé»
– « Je pense que j’ai été trop dur avec toi mon fils, j’ai eu une journée très dure, à tel point que je me suis déchargé sur toi. Voici les 6 € que tu as demandé. »

 – « Oh, merci papa »

L’homme a vu que le garçon avait déjà de l’argent, et commença à se fâcher de nouveau.
Le garçon comptait son argent doucement, puis regarda son père.

– « Pourquoi voulais-tu plus d’argent si tu en avais déjà ? »
– « Papa, c’est parce que je n’en avais pas assez », maintenant j’ai 12 €, puis-je acheter une heure de ton temps ?  S’il te plaît, arrive demain une heure avant à la maison, j’aimerais dîner avec toi. »

Le père a été brisé, il a mis ses bras autour de l’enfant et a demandé pardon.

C’est juste un petit rappel à tous ceux qui travaillent dur dans la vie, nous ne devons pas la laisser filer entre les doigts sans avoir passé un temps, ou une partie de ce temps avec ceux qui en ont vraiment le besoin, ceux qui sont proches de notre cœur. N’oubliez pas de partager ces 12 € (la valeur de votre temps) avec quelqu’un que vous aimez.

Si on meurt demain, la société pour laquelle nous travaillons, pourrait facilement nous remplacer dans les prochaines heures, mais la famille et les amis que nous avons laissés, eux, ne peuvent pas.