Publié dans Texte Sport divers

Accusation d’achat d’arbitre : Bernard Tapie dénonce des « conneries » et va porter plainte

bernard tapieL’homme d’affaires a répondu samedi soir sur franceinfo aux propos de son ancien collaborateur Marc Fratani, qui a déclaré avoir participé à un achat d’arbitre avant un match PSG-OM.

Marc Fratani, ancien collaborateur de Bernard Tapie avec qui il est désormais en froid, a raconté samedi 2 mars avoir « participé une fois à un achat d’arbitre » avant un match PSG-OM, dans un entretien au journal Le Monde où il évoque d’autres mauvaises pratiques.

Sur franceinfo, Bernard Tapie, président de l’OM de 1986 à 1994, a démenti ces accusations, et a annoncé son intention de déposer plainte contre le journal Le Monde. L’homme d’affaires parle de règlement de comptes : « C’est hallucinant, que lui pète les plombs.

Il est très en colère, ça fait deux ans qu’on ne se parle plus : je le regrette car c’était Gaston Defferre [le maire de Marseille et député des Bouches-du-Rhône] qui m’avait conseillé de le prendre avec moi quand j’étais président de l’OM et il a été très utile parce que Gaston m’avait dit fait ‘attention, t’es dans une ville un peu compliquée et il y a des gens que tu ne dois pas fréquenter et Fratani à tes côtés saura te dire « pas celui-là pas celui-là »‘.

Et le fait est qu’il a fait ce travail d’une manière remarquable en m’évitant ce qu’a subi Dreyfus, qui lui s’est un peu laissé aller à jouer aux cartes, à faire des trucs avec des gens qu’il vaut mieux ne pas fréquenter. C’est comme ça, donc il a été formidable. »

Plainte contre « Le Monde »
« Et puis, il y a deux ans, il m’a demandé d’intervenir sur un sujet qui était un sujet médiatique en pensant qu’on pouvait faire avec le journal La Provence et Corse Presse ce que je pouvais faire avec l’OM, ce n’est pas possible, poursuit Bernard Tapie.

Je peux dire à un soigneur de l’OM ‘tu fais ça ou tu fais ci’, je ne peux pas dire à un directeur de rédaction ‘t’écris ça ou t’écris pas ça’ alors il a cru que c’était de la mauvaise volonté de ma part et depuis il est fâché à mort. Mais de là à aller raconter ces espèces de conneries »

« Donc je vais déposer plainte évidemment contre Le Monde parce qu’ils n’avaient pas le droit de faire un truc pareil et puisqu’il n’y a aucune précision de rien, il n’y a a que des blablabla, il a dit qu’il avait acheté un arbitre pour un match eh ben d’accord, on va voir, je dépose plainte et je vais demander à ce que la justice l’interroge pour qu’il dise quel arbitre, quel match, quel jour. »

« Non, mais c’est un malade, je veux dire il a pété un plomb mais ça ne fait rien, on va les envoyer devant les tribunaux », a conclu Bernard Tapie.

Publicités
Publié dans Texte Sport divers

Mort d’Emiliano Sala : le rapport provisoire du crash dévoilé

Emiliano Sala et David IbbotsonLe bureau d’enquête sur les accidents aériens britanniques a publié ce lundi son rapport provisoire concernant le Piper Malibu transportant Emiliano Sala et David Ibbotson.

Tombée dans la Manche le 21 Janvier dernier, l’épave apparaît, dans ce rapport traduit par Ouest-France, en trois parties: le moteur, le poste de pilotage et l’arrière du fuselage. Mais ce n’est pas tout, l’AAIB révèle d’autres informations remettant en cause la légalité de ce vol : «Nous avons rassemblé des éléments de preuve provenant de radars, de bulletins météorologiques, de vidéos de l’avion au fond de la mer et d’interviews de témoins. Certains aspects opérationnels restent à déterminer, tels que la validité de la licence et des qualifications du pilote.»

Un premier bilan se dégage
Selon le rapport, le Piper Malibu a perdu de l’altitude puis descendu à 16.000 pieds. Tout cela à une vitesse de 7.000 pieds par minute avant de reprendre un petit peu de hauteur à 2.300 pieds et d’enfin perdre définitivement contact avec le radar. De plus, le pilote n’a pas gardé une trajectoire rectiligne comme prévu mais plutôt sinueuse. L’appareil a chuté brutalement en 20 petites secondes.

bureau d'enquête sur les accidents aériens britanniques

L’enquête pour élucider les moindres détails du crash ne fait que commencer comme le confirme le rapport : «Notre priorité maintenant est de passer en revue les éléments de preuve, qui sont pour la plupart volumineux et complexes, afin de pouvoir reconstituer ce qui s’est passé entre la perte de l’appareil radar et son immobilisation au fond de la mer. Cela nous aidera à comprendre les causes potentielles de l’accident.»

Le pilote pouvait-il transporter Emiliano Sala en toute légalité ?
La légalité du vol est le point sur lequel le plus de questions se posent. Parmi les lignes du rapport, les enquêteurs se sont penchés sur la notion de vol privé ou commercial. «Le pilote possédait une licence de pilote privée (PPL) délivrée par le Royaume Uni. On pense que la licence et le journal de bord du pilote ont été perdus avec l’aéronef et donc les notes sur ses licences et leur validité, ainsi que l’étendue de ses récents vols, n’ont pas encore été déterminées. Mais une PPL n’autorise pas un pilote à transporter des passagers contre récompense. Pour se faire, cela nécessite une licence commerciale.»

Auparavant, David Ibbotson transportait des passagers qui participaient aux coûts directs de l’avion: le «coup partagé». Une méthode qui permet à un pilote privé de transporter des passagers : «Le partage des coûts profite aux particuliers pilotes qui, en partageant les frais de leur vol, peuvent voler plus qu’ils ne le feraient autrement, augmentant ainsi leur niveau d’expérience.» Mais d’après les informations de Ouest France, aucun coût n’a été effectué par Emiliano Sala et le pilote. C’est avec la carte bancaire de Dave Henderson qu’avaient été réglés les frais de voyage. L’homme d’abord contacté par l’agent de Sala, Willie McKay, pour transporter l’Argentin, mais qui a renoncé pour des raisons inconnues.

«Or, insiste le bureau d’enquête sur les crashes aériens, le pilote doit contribuer aux coûts directs réels du vol. Si le vol implique le pilote et un passager, le pilote doit alors payer la moitié des frais d’exploitation. Il faut aussi que le pilote ait un objectif véritable (également appelé objectif commun) pour effectuer le vol. C’est lui qui doit dicter le moment du vol. Le vol ne doit pas être fait dans le seul but de transporter le passager», poursuit le rapport. Impossible donc de déterminer si le vol était légal ou non. Réponse dans les prochaines semaines.

Publié dans Texte Sport divers

Roger Federer annonce qu’il jouera Roland-Garros cette année

roger fefererÉliminé par Stefanos Tsitsipas en huitième de finale de l’Open d’Australie, Roger Federer a affirmé en conférence de presse qu’il participerait au deuxième Grand Chelem de la saison sur la terre battue parisienne, où il n’a plus mis les pieds depuis 2015.

Sur un nuage à Melbourne depuis deux ans, Roger Federer aura donc vu sa série de victoires consécutives à l’Open d’Australie s’arrêter à 17. Lauréat des éditions 2017 et 2018, le Suisse s’est arrêté cette année en huitième de finale, stoppé par un match énorme du très prometteur Grec Stefanos Tsitsipas (20 ans, 15e mondial), vainqueur en quatre sets et 3h45.

Une défaite prématurée qui va faire sortir l’homme aux 20 titres en Grand Chelem du top 5 et quelque peu modifier son programme pour la suite de la saison, par rapport à ses habitudes des dernières années.

“J’ai envie de me faire plaisir”
Après deux impasses successives sur la saison européenne sur terre battue (de Monte Carlo, mi-avril, à Roland-Garros, qui se finit traditionnellement début juin), la légende bâloise devrait changer d’approche cette année, comme il l’a indiqué en conférence de presse après sa défaite contre Tsitsipas : “Je suis dans une phase où j’ai envie de me faire plaisir. J’avais aussi la sensation que ce n’était pas nécessaire de faire un long break. Je vais jouer Roland-Garros.”

Les nombreux fans français du “Maestro” peuvent donc se réjouir : après avoir fait son retour à Bercy l’an passé, Federer honorera de sa présence la prochaine édition du Grand Chelem tricolore. Pour rappel, son dernier match sur les courts de la Porte d’Auteuil remonte à 2015 (défaite en quart de finale face à son compatriote Stan Wawrinka). Les places pour la quinzaine parisienne risquent donc de partir très vite, d’autant qu’il pourrait bien s’agir de la dernière occasion de voir Roger jouer à Roland-Garros.

Publié dans Texte Sport divers

Michael Schumacher : sa femme évoque la santé du champion à l’occasion de ses 50 ans

michael schumacherMichael Schumacher a fêté le 3 janvier 2019 ses 50 ans.

Un peu en avance, sa femme Corinna s’est exprimée dans un communiqué pour tenir informés les fans du champion de Formule 1, dont l’état de santé reste toujours aussi mystérieux, 5 ans après son terrible accident de ski.

Depuis 5 ans, l’état de santé de Michael Schumacher est un secret très bien gardé. Chacune des prises de parole de ses proches sont donc l’occasion pour les très nombreux fans du champion automobile d’en savoir un peu plus sur la vie du pilote de Formule 1, gravement handicapé depuis décembre 2013 et son terrible accident de ski. Lors d’une sortie hors-piste à Méribel avec plusieurs de ses proches, dont faisait partie son fils Mick, le sportif avait heurté une pierre avec sa tête. Placé dans un coma artificiel, le pilote le plus titré de l’histoire de la Formule 1 est depuis entouré d’une colossale équipe médicale.

Des années après l’accident, le montant des frais médicaux s’envole et la santé du champion reste toujours un tabou. Ces derniers mois, la convalescence du champion automobile a été commentée par un archevêque allemand alors que son fils, Mick Schumacher, est toujours incapable de parler de l’état de santé de son père. Le temps passe pour celui qui avait 44 ans lors de son accident. Jeudi 3 janvier, Michael Schumacher fête ses 50 ans, toujours entouré par ceux qui l’aiment. À l’occasion de l’anniversaire du champion allemand, sa femme Corinna est sortie du silence sur Facebook.

Michael Schumacher fête ses 50 ans : sa femme donne des nouvelles rassurantes
Dans un long communiqué publié mardi 2 janvier, l’épouse de l’ancien pilote Ferrari a notamment évoqué la journée du 3 janvier : « Nous sommes très heureux de célébrer le 50e anniversaire de Michael avec vous. » Corinna Schumacher a en outre annoncé des surprises, comme le lancement d’une application officielle grâce à laquelle ses fans pourront visiter un musée virtuel. Ce travail s’inscrit dans la volonté de la famille Schumacher de faire vivre l’œuvre du champion automobile : « Nous voulons nous souvenir et célébrer ses victoires, ses records et ses joies. »

« Michael peut être fier de ce qu’il a accompli, tout comme nous le sommes.  C’est pourquoi nous honorons ses succès avec l’exposition de la collection privée Michael Schumacher à Cologne, en publiant des souvenirs sur les réseaux sociaux et en poursuivant son travail de bienfaisance à travers la fondation Keep Fighting », a aussi écrit la femme de Michael Schumacher. Cette dernière a également évoqué le sujet qui inquiète tous les fans, l’état de santé du champion : « Vous pouvez être sûrs qu’il est entre de bonnes mains et que nous faisons tout ce qui est humainement possible pour l’aider. Veuillez comprendre que nous suivons les vœux de Michael et gardons un sujet aussi sensible que sa santé, comme toujours, dans la vie privée. Dans le même temps, nous vous remercions beaucoup pour votre amitié et vous souhaitons une bonne et heureuse année 2019 ».