Publié dans Texte Actualité divers

Vincent Lambert va être autopsié à Paris pour vérifier que l’arrêt des traitements a respecté la loi

Affaire Vincent LambertLe corps de Vincent Lambert sera autopsié vendredi à Paris dans le cadre d’une enquête en « recherche des causes de la mort ». Elle a pour but de vérifier que l’arrêt des traitements s’est fait dans le respect du cadre légal.

L’arrêt des traitements de Vincent Lambert s’est-il fait dans le respect de la loi ?   Pour le savoir, une autopsie aura lieu ce vendredi matin, à Paris, a annoncé ce jeudi le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette. Cette opération médico-légale a été décidée dans le cadre d’une enquête en « recherche des causes de la mort » ouverte ce jeudi et confiée à la police judiciaire, a-t-il précisé lors d’un point presse. « Il ne s’agit pas d’une enquête de flagrance ni d’une enquête préliminaire pour meurtre. Cette procédure est conduite hors de tout soupçon de meurtre », a-t-il tenu à éclaircir.

Le procureur a estimé nécessaire d’ouvrir cette enquête afin de transmettre aux proches de Vincent Lambert « tous les éléments leur permettant de connaître les circonstances de la mort. Ne pas ouvrir d’enquête aurait pu être assimilé à un soutien aux personnels soignants. L’enquête en ‘recherche des causes de la mort’ est la manière la plus neutre de parvenir à la vérité », estime Matthieu Bourrette.

Le corps sera restitué à Rachel Lambert
Conscient qu’une autopsie est une épreuve « violente » pour les proches du défunt, il a néanmoins soutenu qu’elle était « indispensable ». Elle sera menée par deux médecins légistes experts dès vendredi matin pour que le corps soit restitué au plus vite à Rachel Lambert, la tutrice légale de Vincent Lambert.

« Son épouse et ses parents ont compris les motifs qui m’ont conduit à la décision d’ouvrir cette enquête, et le but poursuivi. Elle a pour seul objet de connaître les circonstances du décès et de s’assurer que les traitements ont été réalisés dans le respect de la loi », a assuré Matthieu Bourrette. Des analyses toxicologiques ainsi que des auditions doivent également avoir lieu.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Mort de Vincent Lambert : ses parents dénoncent « un crime d’État »

Affaire Vincent LambertPierre et Viviane Lambert ont diffusé, ce jeudi, un communiqué de presse quelques heures après la mort de leur fils.

Quelques heures après la mort de Vincent Lambert, mort neuf jours après l’arrêt de ses traitements sur décision finale de la justice, ses parents, Pierre et Viviane Lambert, ont publié un communiqué de presse douloureux. « Vincent est mort, tué par raison d’État et par un médecin qui a renoncé à son serment d’Hippocrate », ont-ils d’abord écrit, ajoutant également : « L’heure est au deuil et au recueillement. Il est aussi à la méditation de ce crime d’État ».

« Cette cathédrale d’humanité qui brûlait depuis une semaine sous nos yeux impuissants s’est effondrée. Il n’aura été tenu aucun compte de la dignité de cet homme handicapé, condamné parce que handicapé. Car la première dignité, c’est le respect de la vie d’une personne. C’est un peu de notre humanité à tous qui s’en est allée aujourd’hui, tant cette faute ignoble qui ébranle les fondements de notre droit et de notre civilisation rejaillit sur nous tous », ont-ils également déclaré.

« Ils l’ont vu dépérir en direct »
Leur avocate, Claire Le Bret-Desaché, avait réagi quelques instants plus tôt sur BFMTV. « Mes pensées vont d’abord à la famille de Vincent Lambert, c’est une véritable délivrance pour lui car la fin a été horrible que ce soit pour lui ou pour ses parents et ses proches », avait-elle déclaré.

Elle avait ensuite ajouté : « Ils l’ont vu gémir, souffrir, dépérir en direct, et c’est vrai que c’est un immense gâchis. Des établissements spécialisés avaient accepté de l’accueillir, il n’était pas en fin de vie, il était simplement très gravement handicapé ».

Publié dans Texte Actualité divers

Mort de Vincent Lambert : sa femme Rachel « abattue » par des « années de procédure »

Affaire Vincent LambertVincent Lambert est mort après onze années passées dans un état végétatif. Mais la longue bataille judiciaire retire à son épouse « l’apaisement qui aurait été souhaitable », regrette son avocate, Me Sara Nourdin.

L’épouse de Vincent Lambert, Rachel, est « abattue » par des « années de procédure », « d’acharnement thérapeutique » et de « lutte » pour faire entendre « les volontés de son mari » Vincent, patient en état végétatif depuis presque onze ans, mort ce jeudi, a déclaré son avocate, Me Sara Nourdin.

« L’annonce de son décès a été très éprouvante et difficile sur le plan personnel, parce que ça reste la perte d’un être cher, mais elle est aussi triste devant l’acharnement qui continue… Tout ça est très violent », a-t-elle ajouté. « Malheureusement ce matin, on ne peut pas encore parler de soulagement, mais j’espère qu’elle va trouver un peu de paix à présent », a-t-elle poursuivi.

« Le cadre légal a été strictement appliqué »
Le volet judiciaire n’est pas encore terminé car le parquet de Reims a ouvert une enquête préliminaire pour tentative d’homicide volontaire après la plainte déposée par les avocats des parents de Vincent Lambert, Me Jean Paillot et Jérôme Triomphe. Ces derniers ont estimé ce jeudi que sa mort était « un crime d’État ». Des déclarations « indignes » selon l’avocate, pour laquelle, au contraire, « un cadre légal a été strictement appliqué ».

Vincent Lambert, patient en état végétatif depuis un accident de la route en 2008, est décédé jeudi matin à l’âge de 42 ans, huit jours après l’arrêt de son hydratation et de son alimentation par sonde.

Son cas, devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France, a divisé sa famille : d’un côté ses parents, fervents catholiques fermement opposés à un arrêt des traitements, de l’autre, son épouse Rachel, son neveu François et six frères et sœurs qui dénonçaient un « acharnement thérapeutique ». Selon eux, Vincent leur avait confié oralement préférer mourir que de vivre « comme un légume », bien qu’il n’ait jamais laissé de directive anticipée.

Publié dans Texte Actualité divers

Pour les parents de Vincent Lambert, « sa mort est désormais inéluctable »

Affaire Vincent LambertLes parents de Vincent Lambert ont rédigé un communiqué avec le demi-frère de Vincent, et Anne Lambert, sa sœur dans lequel ils se « résignent » à laisser partir leur fils.

Les parents de Vincent Lambert ont publié un communiqué ce lundi dans lequel ils confirment que « la mort  de Vincent est désormais inéluctable ». Ils reconnaissent que les derniers recours tentés pour éviter la mort de leurs fils n’ont pas abouti.

« Cette fois, c’est terminé. Nos avocats ont multiplié ces derniers jours encore les recours et mené d’ultimes actions pour faire respecter le recours suspensif devant l’ONU qui bénéficiait à Vincent. En vain.

La mort de Vincent est désormais inéluctable. Elle lui a été imposée à lui comme à nous. Si nous ne l’acceptons pas, nous ne pouvons que nous résigner dans la douleur, l’incompréhension, mais aussi dans l’Espérance. »

Dans ce communiqué co-écrit avec le demi-frère de Vincent, et Anne Lambert, sa sœur, les parents ont tenu à saluer le soutien qu’ils ont reçu pendant les 11 années pour garder en vie leur fils : « Nous voulions tous vous remercier de votre amitié, de votre amour, de votre soutien, de vos prières pendant toutes ces années. Il n’y a plus rien à faire sinon prier et accompagner notre cher Vincent, dans la dignité et le recueillement. Vous êtes avec nous tous par la pensée et la prière auprès de Vincent. »

« Acharnement thérapeutique » contre « assassinat »
L’épouse de Vincent Lambert, Rachel, ainsi que six de ses frères et sœurs et son neveu François plaident à l’inverse depuis des années contre tout « acharnement thérapeutique » et pour laisser mourir cet homme devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France. Dimanche, le père de Vincent Lambert avait dénoncé, en arrivant au CHU, « l’assassinat » en cours de son fils.

Sur sa page Facebook, le collectif « Je soutiens Vincent », également opposé à l’arrêt des traitements, a appelé à un rassemblement à Paris lundi après-midi, en présence de Me Jérôme Triomphe et Jean Paillot, les avocats des parents.

Publié dans Texte Actualité divers

Arrêt des traitements de Vincent Lambert

Affaire Vincent Lambert« Il faut essayer de respecter le droit de cet homme-là avec ses idées à lui », déclare Marie Lambert, pour qui Vincent Lambert avait fait le choix de l’arrêt des soins en cas de handicap lourd.

« J’ai encore beaucoup de mal à y croire », déclare sur RMC Marie Lambert, soeur de Vincent Lambert, après l’annonce de l’arrêt des traitements de ce dernier, tétraplégique depuis dix ans.

« J’ai encore beaucoup de mal à y croire, il y a une forme de déni qui s’installe à force de tous ces rebondissements », déclare-t-elle, « mais oui j’espère que la fois où on ira [le voir] ce sera la dernière. Et qu’on respectera enfin son droit ».

Le processus d’arrêt des soins a déjà été entamé à plusieurs reprises, dont la dernière fois fin mai. Mais les parents, et une branche de la famille, refusent cette option, et avaient interrompu le processus s’appuyant sur un ultime recours juridique. Une décision abolie à son tour en juin.

« Sa femme, sa fille ont le droit de faire un deuil »
« On parle des droits de l’homme et il faut essayer de respecter le droit de cet homme-là avec ses idées à lui », déclare Marie Lambert, pour qui Vincent Lambert avait fait un choix avant son accident: il ne souhaitait pas être maintenu en vie en cas de handicap lourd.

« On peut aussi parler des droits des hommes et des femmes qui entourent Vincent », ajoute la soeur, « de sa femme, de sa fille qui ont le droit aussi de faire un deuil que Vincent aurait souhaité ».

Elle espère que cet arrêt des soins sera le dernier, notamment afin de ne plus vivre la douleur d’une « projection dans un deuil », avant d’en être privée, ce qui est déjà arrivé « de façon répétée ».

Publié dans Texte Actualité divers

Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation ouvre la voie à un nouvel arrêt des traitements

Affaire Vincent LambertLa Cour de cassation a ouvert la voie à un nouvel arrêt des traitements de Vincent Lambert, ce vendredi, en cassant la décision de la Cour d’appel de Paris. Les avocats des parents de Vincent Lambert ont menacé de poursuites pour « meurtre » en cas d’arrêt des soins.

La Cour de cassation a décidé de casser la décision de la Cour d’appel de Paris, a fait savoir l’avocat de l’épouse de Vincent Lambert ce vendredi. Cela signifie que la Cour d’appel n’était pas compétente pour suspendre l’arrêt des soins le 20 mai dernier. Cela devrait donc conduire à l’arrêt des soins de Vincent Lambert.

Les traitements peuvent s’arrêter « dès maintenant », a-t-il ajouté, évoquant ce patient tétraplégique de 42 ans, en état végétatif irréversible depuis 10 ans et autour de qui son entourage se livre une bataille judiciaire. Vincent Lambert est devenu symbole du débat sur la fin de vie en France.

Menaces de poursuites pour « meurtre »
« Il n’y a plus de voies de recours possibles car il n’y a plus de juges à saisir », a déclaré à la presse Me Patrice Spinosi, après la décision de la plus haute juridiction judiciaire de casser l’arrêt de la cour d’appel qui avait ordonné la reprise des soins. « C’est un point final à cette affaire », a-t-il affirmé.

Pourtant, dans la foulée, les avocats des parents de Vincent Lambert ont menacé de poursuites pour « meurtre » en cas d’arrêt des soins.

« Si le docteur Sanchez (du CHU de Reims) prétend remettre en route le processus de mort (…), il sera poursuivi également par plainte avec constitution de partie civile pour meurtre avec préméditation sur personne vulnérable », a déclaré Me Jérôme Triomphe devant la presse.

« Si le gouvernement prétendait ne pas faire respecter ces mesures provisoires, nous engagerions immédiatement des poursuites pénales contre les ministres concernés », a également assuré Me Triomphe, accusant le gouvernement de « parjure vis-à-vis de ses engagements internationaux » .

« La France ne peut pas se placer au ban des nations civilisées et risquer d’être condamnée par l’ONU à l’avenir », a-t-il également ajouté.

Publié dans Texte Actualité divers

Vincent Lambert : son épouse Rachel « extrêmement malheureuse » après la reprise des traitements

affaire vincent lambertL’avocat de Rachel Lambert, l’épouse de Vincent Lambert, quadragénaire tétraplégique en état végétatif depuis 2008, a fait savoir que sa cliente souhaitait engager une procédure contre l’État et qu’elle avait porté plainte contre X, après les scènes de liesse de l’avocat des parents de Vincent Lambert lundi.

Alors que la cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir la reprise des traitements de Vincent Lambert, qui a été effective ce mardi matin, l’avocat de son épouse, Rachel Lambert, confie  mardi à BFMTV que celle-ci est « extrêmement malheureuse » et qu’elle souhaite « engager une procédure contre l’État ».

Rachel Lambert est engagée dans une bataille judiciaire depuis plusieurs années contre les parents de Vincent, son mari tétraplégique en état végétatif depuis un accident de voiture il y a plus de 10 ans. Ces derniers refusent catégoriquement l’arrêt des traitements de leur fils, alors que son épouse y est favorable, tout comme le neveu de Vincent Lambert et plusieurs de ses frères et sœurs.

À l’annonce de l’arrêt des traitements lundi, celle-ci s’était dite sur RTL « soulagée » et avait lancé un appel à « la dignité ». Mais lundi soir, la cour d’appel de Paris a annoncé que les traitements allaient reprendre.

Rachel Lambert veut « engager une procédure contre l’État »
« Nous sommes dans l’attente d’un éventuel pourvoi en cassation, mais c’est à l’hôpital de Reims de prendre la décision », a fait savoir Me Francis Fossier, l’avocat de Rachel Lambert, à BFMTV ce mardi soir.

« Nous souhaitons engager une procédure contre l’État français, c’est à lui de se défendre et d’expliquer comment (il a pu) prendre cette décision sans entendre la tutrice et la co-tutrice », poursuit-il, qualifiant cette décision de « très étonnante ».

L’avocat indique à BFMTV avoir « porté plainte contre X » et a jugé « très choquantes (…) les vidéos diffusées et les propos relayés mardi par les avocats des parents de Vincent Lambert ». François, le neveu de Vincent Lambert, s’était lui-aussi dit scandalisé par les images « obscènes » de liesse devant les caméras de télévision lundi soir.

« Nous sommes choqués par les réactions de liesse »
« Nous sommes choqués par les images et réactions de liesse observées hier soir. Nous ne souhaitons même pas les commenter », a-t-il affirmé, avant de préciser que Rachel était « extrêmement malheureuse » et qu’elle était « désormais rentrée chez elle se reposer ».

« Je n’ose même pas imaginer ni commenter ce que Vincent penserait s’il était conscient de tout cela. C’est un degré d’indignité insupportable qui est atteint. Tout cela n’est que mensonge », a ajouté le conseil.

« Les médecins sont des professionnels très compétents,  si Rachel et les médecins pensaient un instant que Vincent pouvait être conscient et communiquer avec eux, on ne livrerait pas ce combat », a-t-il défendu.