Publié dans Texte Kamasutra

La posture de l’union du papillon

La posture de l'union du papillonPropice aux étreintes ardentes, l’union du papillon issue du Kamasutra demande une belle forme physique. Cette posture sexuelle, très acrobatique, booste la machine à fantasmes.

Le bien-aimé s’assoit, les jambes allongées, en appui sur ses bras tendus, prêt à recevoir sa bien-aimée brûlante de désir. Elle prend position face à lui, les jambes de part et d’autres de ses hanches, le buste basculé en arrière, le corps reposant sur les pieds et les mains, de manière à garder une grande mobilité du bassin. Dans une étreinte ardente, chacun s’active aiguillonné par Eros, dans des mouvements circulaires de va-et-vient.

Les bénéfices pour elle
Ainsi positionnée au-dessus, elle bénéfice d’une grande liberté de mouvements, pour stimuler les différentes zones de son plaisir (parois avant du vagin, point G, entrée du vagin…) C’est elle qui mène le bal, des étincelles de bonheur plein les yeux.  Qu’elle peut planter dans ceux de son partenaire pour lui montrer les vagues de plaisir qui la submergent.

Les bénéfices pour lui
Ainsi dominé par sa partenaire, lui se laisse gagner par l’excitation communicative de son désir à elle, ébahi du bonheur sexuel qui la transporte, la rendant follement excitante. La vue de leurs deux sexes s’activant, de ses seins, boostent sa machine à fantasmes.  Avec ce petit plus de l’interdiction de toucher. La performance des ébats demande de garder les bras en appui.

Les plus de l’union du papillon
A la diversité de variantes d’angles de pénétration que favorise la posture, s’ajoute les bénéfices du face-à-face. Vous pouvez vous encourager, manifester vocalement votre émoi sexuel (oui, oui … et autres vocalises). Bouche ouverte et lèvres gonflées de plaisir, c’est sûr le paradis orgasmique, c’est maintenant.

Les moins de l’union du papillon
Mieux vaut avoir la forme, cette posture est très physique. Les mains n’étant pas disponibles ni pour l’un ni pour l’autre, l’aspect « tendresse et sensualité » est restreint, en faveur d’une étreinte triviale. Attention toutefois à ne pas montrer des ardeurs démesurées qui malmèneraient le pénis de votre partenaire, qui doit être bien rigide. Sinon s’abstenir.

L’astuce
C’est la position idéale pour les multi-orgasmes pour la femme. Messieurs, pour durer et tenir cette folle chevauchée sans mollir, respirez.  De préférence en mode tantrique, pour refaire descendre l’excitation quand elle devient trop intense, afin de ne pas éjaculer trop vite. Faites circuler l’énergie d’amour cosmique.

Publicités
Publié dans Texte Beauté et Soin

Peeling à domicile : une peau comme neuve

PeelingDécidément, les produits de beauté n’en finissent pas de nous étonner.

Après les traditionnels masques et gommages maison, place au peeling dermatologique à réaliser dans l’intimité de sa salle de bain. Zoom sur un soin d’exception.

Injections de toxine botulique, collagène, traitements au laser, micro-dermabrasion, peelings …  Les dermatologues disposent aujourd’hui d’un arsenal redoutable pour nous rendre irrésistibles et nous permettre de lutter contre les effets du temps. Femmes et hommes n’hésitent plus à recourir à ce type de traitements, à l’action immédiatement visible. Et si l’effet « peau neuve » pouvait désormais se réaliser chez soi, grâce à une nouvelle génération de peelings alliant douceur et simplicité avec efficacité dermatologique ?  Le point sur ces produits révolutionnaires.

Le peeling maison, une nouvelle alternative dermatologique
Conserver une peau lisse, fraîche et lumineuse, le rêve. Un rêve inaccessible ?  Pas si sûr avec l’apparition, made in USA, des « resurfaçants » ou peelings dermatologiques à domicile.

A ne pas confondre avec un simple gommage. Le peeling a pour objectif de faire disparaître une couche plus ou moins fine de la peau pour faciliter sa régénération tout en diminuant, voire en supprimant les défauts tels que le teint terne, les irrégularités, les pores dilatés, les rides et ridules, les taches brunes.

On distingue deux types de peelings : d’abord le peeling dit mécanique ou dermabrasif qui consiste à poncer une partie de l’épiderme pour aplanir le micro relief de la peau et le peeling chimique où il convient d’appliquer une solution permettant de débarrasser la peau de ses cellules mortes. Plus la peau est marquée, plus l’action doit être profonde, sachant qu’il existe trois degrés de peeling : superficiel, moyen et profond.

Le peeling dermatologique superficiel exécuté en cabinet offre une alternative plus douce que les deux autres et peut s’utiliser sur tous les types de peau, y compris noires ou asiatiques et aux épidermes sensibles, à raison de 4 à 5 séances réparties sur 1 mois. Ses actifs, des acides de fruits, de l’acide salicylique et de l’acide glycolique essentiellement, « décollent » les cellules mortes de la couche cornée et aident à accélérer le renouvellement cellulaire.

Le peeling maison, testé et approuvé
La nouveauté : ce fameux « coup d’éclat » peut aujourd’hui être obtenu sans passer par un cabinet médical. Vendus en parapharmacies ou en parfumeries, ces fameux « resurfaçants » se présentent soit sous forme de masque à laisser poser, soit sous forme de crème gommante à appliquer en massage. « La principale différence entre un peeling réalisé en cabinet et un peeling maison réside dans la concentration des principes actifs », affirme le docteur Robert Gabbai, dermatologue à Paris.

« Le peeling fait à la maison aura certes un effet éclaircissant du teint mais il sera moins efficace et plus éphémère qu’un peeling dermatologique ». Si ces nouveaux produits ne font pas le bonheur des dermatologues, les femmes, elles semblent y trouver leur compte : ces soins réalisés à la maison sont plus rassurants (il n’y a pas d’acte médical) et il faut souligner qu’ils sont plus confortables. Les éventuels picotements et rougeurs qui suivent parfois le soin en cabinet sont extrêmement rares à la maison.

Même s’il ne remplace pas totalement un peeling professionnel, les résultats peuvent être étonnants. C’est une alternative de choix pour toutes celles qui ne souhaitent pas franchir la porte du cabinet médical, préférant prendre soin d’elle dans l’intimité de leur salle de bains

Publié dans Texte Actualité divers

Une Alsacienne sacrée Miss Ronde Univers

Debby Gallien-BadiiAprès Audrey Kessouri en 2018, c’est la deuxième année consécutive qu’un Alsacienne remporte cette compétition. Debby Gallien-Badii raconte sa fierté.

Debby Gallien-Badii, 33 ans, a été sacrée cette semaine Miss Ronde Univers. Elle avait déjà remporté le titre de Miss Ronde Bas-Rhin et avait été couronnée deuxième dauphine Miss Ronde Alsace en octobre 2018.

« Je suis ravie, émue, chamboulée et je ne réalise pas encore vraiment tout ce qu’il m’arrive », a écrit sur sa page Facebook la jeune femme. Face aux multiples messages reçus, elle jubile et ne cache pas son émotion,  d’autant que son sacre a eu lieu le 6 mai, en pleine journée internationale contre les régimes : « J’ai reçu énormément de commentaires, message, etc … (Quasiment 400 notifications à mon réveil ce matin). Je vous répondrai à chacun individuellement, je prendrai le temps qu’il faut, mais ça sera fait. Je tenais encore une fois à tous vous remercier de m’avoir soutenu (sic) tout le long de cette aventure. »

Une nouvelle réussite pour l’Alsace
Debby Gallien-Badii a relevé tous les défis de la compétition : body painting, reproduire une publicité de voiture, participer à un clip ou encore photoshoot en maillot. Elle s’est imposée face à 21 candidates originaires du reste du monde. Après Audrey Kessouri en 2018, c’est la deuxième année consécutive qu’un Alsacienne remporte Miss Ronde Univers : « C’est une fierté, nous faisons parler de notre belle région », a déclaré Debby Gallien-Badii à L’Alsace.fr. Depuis son sacre, elle se sent mieux dans sa peau : « Aujourd’hui, je suis totalement décomplexée », dit-elle. « Avant, je n’étais pas assez fine pour les gens. Maintenant, on me dit que je ne suis pas assez grosse pour justifier du titre de Miss ronde.  On n’est jamais assez quelque chose. Être ronde, c’est être pulpeuse, avoir du mal à s’habiller, et ça a toujours été mon cas. »

Elle a déjà prévu la suite : elle veut se mobiliser contre la grossophobie en milieu scolaire,  « les moqueries sur le physique d’une petite fille préparent les complexes de la femme qu’elle sera demain. »

Publié dans Texte Actualité divers

10 astuces pour boire suffisamment au quotidien

eauHydratation des cellules et de la peau, élimination des déchets ou encore régulation de la température corporelle.

L’eau est un élément vital pour l’organisme. Alors qu’il est conseillé de boire environ 1 à 1,5 litre d’eau par jour.

1) N’attendez pas d’avoir soif
La soif est un signal d’alarme de votre organisme. Lorsque cette sensation apparaît, le corps est déjà déshydraté, c’est presque déjà un peu tard. N’attendez donc pas de ressentir la soif pour boire de l’eau.

2) Préparez votre bouteille pour la journée
Lorsqu’on est au travail ou occupé à d’autres activités, on oublie souvent de boire régulièrement. L’astuce : se préparer une bouteille d’eau chaque jour, afin de vérifier si notre consommation d’eau est suffisante.

3) Buvez à volonté
L’eau représente 60 % du poids de notre corps, cela donne une idée de l’importance de l’eau dans le bon fonctionnement de l’organisme. Transpiration, urine et même respiration, l’eau est éliminée en permanence par l’organisme. C’est pourquoi le Programme national nutrition santé recommande de boire de l’eau à volonté, tout au long de la journée.

4) Variez les plaisirs
Boire 1 à 1,5 litres d’eau par jour vous rebute ?  Variez les plaisirs : thé, tisanes ou café permettent également de s’hydrater. Pensez également aux bouillons et autres soupes et potages.

5) Adaptez votre consommation d’eau à votre activité
Lors d’un effort physique, le corps se déshydrate plus vite à cause de la transpiration. Même si vous n’avez pas soif, forcez-vous à boire avant l’effort. Ensuite, buvez régulièrement pendant et après l’activité sportive.

6) Vive les fruits
« Buvez » en mangeant des fruits, pour allier hydratation et diététique, privilégiez les fruits riches en eau : melon, pastèque, poire, pêche, orange …

7) Donnez du pep à votre eau
Si vous trouvez l’eau un peu fade, ne vous jetez pas sur les eaux aromatisées car elles sont souvent sucrées, ou alors choisissez-les sans sucre. Sinon, ajoutez à votre verre d’eau une rondelle de citron ou d’orange ou quelques feuilles de menthe pour lui donner du goût.

8) Changez d’eau
Eau du robinet, eaux de source, eaux minérales, eaux gazeuses … Il existe toute sortes d’eaux, pour ne pas vous lasser changez d’eau régulièrement.

9) Soyez attentifs en cas de maladie
Diarrhée, vomissements ou fièvre peuvent provoquer de grandes pertes d’eau. Le risque : la déshydratation. Soyez donc particulièrement attentifs lorsque vous êtes malade. En cas de fièvre par exemple, buvez un demi litre d’eau en plus par degré supérieur à 37°C.

10) Adaptez votre consommation d’eau à la chaleur
A partir de 30°C, l’organisme se déshydrate plus rapidement, à cause de la transpiration. C’est pourquoi il est recommandé de boire plus lorsqu’il fait chaud.

Publié dans Texte Actualité divers

Des herbes qui nous boostent

Ces herbes qui nous boostentVitamines, oligoéléments, les herbes ont bien des atouts pour notre santé.

Dans nos assiettes au quotidien, ou sous forme de jus, elles constituent un complément intéressant pour qui manque de tonus, pour qui cherche à mincir, pour lutter contre les maladies chroniques et même contre le cancer.

Explications croisées de Cécile Michaud, ingénieur en nutrition et diététicienne et de Yann Caïn, président des Jus de Py, une société qui fabrique des jus de fruits, de légumes et d’herbes, pressés à froid.

Herbes de blé, plantin, chardon-marie, ortie, pissenlit, persil … En diététique, on utilise plutôt les herbes aromatiques, les fines herbes (les plantes non ligneuses) qui ont des propriétés culinaires ou thérapeutiques. Ces herbes sont ce qu’on appelle « la partie verte des végétaux ». Comme beaucoup de plantes, elles ont de nombreuses vertus pour la santé en général.

Quelles herbes pour quels bienfaits ?
« De façon générale, les herbes sont riches en vitamines et en minéraux », résume Cécile Michaud, nutritionniste. « Elles contiennent aussi des antioxydants, des molécules qui luttent contre l’oxydation cellulaire, et donc contre le vieillissement ». Voici quelques exemples de cas où les herbes sont intéressantes pour notre santé :

Persil pour la vitamine C et alliacées (ciboulette…), voici des herbes bénéfiques pour la prévention cardiovasculaire. « Elles limitent l’apparition de l’athérosclérose (phénomène de rigidification des artères) », souligne Cécile Michaud, qui voit en elles un autre intérêt : « comme elles sont très aromatiques, ces herbes vont nous permettre de réduire le sel dans l’alimentation au quotidien, et ainsi de prendre soin de notre tension ». Et ce n’est pas tout, des études épidémiologiques suggèrent aujourd’hui que « la consommation d’alliacées contribue à réduire les risques de cancers », en particulier les cancers de la sphère digestive, grâce à leurs constituants.

Mélisse, menthe, romarin, sauge, camomille … Ces herbes ont également des atouts pour le système digestif : « On va plutôt les utiliser en infusion ou bien fraîches dans l’alimentation (dans des salades) », selon Cécile Michaud. « La mélisse, herbe amère, a par exemple tendance à limiter l’acidité de l’estomac ». Certaines herbes sont aussi utilisées « comme agents anti-infectieux ». Un exemple ?  Le thym, facile à ajouter à son assiette, ou bien à un cocktail de jus en petites touches.

Les herbes dites « colorées », et tout ce qui est aromatique, auront plutôt une action bénéfique sur la peau. Celles qui contiennent des taux intéressants de bêta carotène (pour la vitamine A) comme les feuilles de pissenlit, ou encore la chlorophylle (pour l’oxygénation) par exemple. Dans l’alimentation, elles vont surtout donner de la couleur et du goût. Sous forme de jus, on peut aussi s’en donner à cœur joie.

Les herbes telles que le basilic ou la menthe sont connues pour leur taux élevé en magnésium. Leur avantage : « Même sous forme séchée, les minéraux restent stables », assure la nutritionniste. Vous pourrez donc les consommer fraîches, sous forme de jus, ou sèches, dans votre assiette.

Enfin, rien de telles que quelques herbes aromatiques utilisées dans la cuisine pour nous inciter à réduire l’apport en sel ou en sucre car elles ont du goût.

Le pressage à froid, pour garder les nutriments
Pour que ces herbes gardent toutes leurs vertus nutritionnelles, l’idéal est de les presser à froid grâce à une « presse à froid ». Pour vous épargner la difficulté d’avoir à écraser les herbes à la main pour en tirer le jus (très difficile à réaliser), vous pouvez vous aider d’un extracteur manuel qui vous coûtera autour de 60 euros. Vous pouvez aussi opter pour un extracteur électrique (avec pressage à froid également), mais alors, il vous faudra débourser entre 200 et 400 euros pour obtenir un bon appareil. « L’intérêt, c’est que la chaleur ne détruira pas les vitamines ou les micronutriments qui y sont contenus », explique Yann Caïn, président des Jus de Py.

Quelques idées recettes de jus

Associées à des fruits, les herbes pourront donner du goût à vos jus. Yann Caïn nous souffle quelques idées recettes :

Jus de pomme et ortie : l’ortie (bonne pour les articulations) et son petit goût boisé donnera une petite touche à la pomme (si possible bio et locale) pour une très bonne recette fraîcheur. Pourquoi ne pas se laisser tenter par un jus d’herbe de blé et ses vitamines A,B et C (à servir sous la forme de petits shooters par exemple) pour nettoyer l’organisme ?

Carotte persil citron : voici un excellent cocktail à la fois savoureux et énergisant.

Le melon pourra être associé au basilic (pour ses vertus antiseptiques) dans un jus à la fois calmant et bon pour la peau.

Dans un mélange pastèque et menthe : la chlorophylle sera l’atout oxygénation et bonne également pour le transit.

Publié dans Mon blog

Mes pensées s’envolent vers vous

amitie virtuelMes pensées s’envolent vers vous, oui vous, devant votre écran à ce moment précis ou vous lisez mes mots,  je serais dans vos pensées. Peu de choses nous séparent juste un écran, il suffirait de tendre la main pour vous toucher mais seules, mes doigts effleurent votre esprit le temps de me lire.

Sommes nous réelles ou irréelles dans cet espace virtuel, l’errance de nos écrits passe d’un coup de clip vers un clap de fin. Et pourtant derrière cet écran nos mots dessinent un visage, notre imagination ébauche l’image d’une silhouette qui prend forme.

Au fur et à mesure que nos yeux lisent un texte, une citation, regarde une photo où tout simplement écouter de la musique, notre esprit devient créatif pour parfaire cette apparence invisible qui au fil du temps devient réalité et prend vie de jour en jour.

Devons nous lever ce voile de mystère ou cultiver celui-ci, là ou nous évoluons,  tout est permis mais si audacieux. Doit-on ouvrir les volets de notre fenêtre pour se livrer en toute quiétude, peut importe l’essentiel se trouve devant mes yeux,  à chaque fois que je vous lis et le plaisir est tel que j’en oublie ma présence, seule la vôtre compte.

Publié dans Texte Réflexion

Le quotidien du net

ordinateur femmeToi Internet tu es à la fois, un compagnon, un ami, un confident, un refuge, une passion, un besoin. Tous les jours, on abuse et l’on s’amuse de toi suivant notre humeur, tu es toujours présent quant on te sollicite  jour et nuit sans te poser de questions tu exécutes les ordres au doigt et à l’œil.

Tu ne discutes jamais les choix de nos errances de par le monde, quelque fois tu t’essouffles sur l’impatience de nos doigts qui pianotent sur un rythme effréné pour ne pas oublier nos idées qui fusent.

Quel bonheur de passer d’un endroit à un autre sans bouger de sa place, on voyage à l’œil, et nos yeux en prennent plein les mirettes de ces beaux texte, de ces belles images, vidéos, clips, etc …

Nous y voyons aussi des choses que nous préférerions pas voir, mais c’est toi qui nous pousses à les voir par tes messages intempestifs et nous bataillons avec toi pour faire cesser ce tintamarre journalier, tu es notre bouée de sauvetage pour combler une solitude et apaiser bien des maux par des mots.

Alors les jours où tu fais la tête et tu refuses de nous donner la connexion, c’est le drame, nous sommes là à trépigner d’impatience et guetter le moindre signe de vie. Avec toi nous pouvons tout faire, tout  dire, jamais de critiques intempestives, avec toi on choisit un pseudo, on choisit de s’évader du quotidien, mais il y a le revers de la médaille, tout n’est pas si idyllique et parfait dans ton cerveau.

Tu peux être pervers, sournois, sous tes traits de ta bonne mine, tu véhicules de tout sur tout. En quelque sorte une boîte de pandore à savoir manipuler avec précaution. Tous les internautes n’ont pas que de bonnes intentions et la malveillance est là, elle attend tapis derrière l’écran à guetter sa proie au moment fatidique.

Le danger est là,  il suffit d’un clic voir deux clics et la proie est ferrée, les âmes peu méfiantes se prennent dans la toile du Net, tu es une fenêtre ouverte sur le monde et sur les hommes, un moyen de communication irremplaçable, une bouffée d’oxygène, un jour sans surfer avec toi et un jour sans joie.