Publié dans Texte Actualité divers

Qui veut goûter une bière à base de sel marin ?

biere sel marinDes canadiens ont mutualisé leur savoir-faire pour créer un breuvage aux accents marins, qui se marie avec le goût du homard.

Un couple de Canadiens vendant du sel de l’océan Atlantique s’est associé avec un ami brasseur pour créer une bière à base de sel marin, dont la distribution commerciale va bientôt débuter.

Chaque jour, Colin Duggan plonge son seau dans les froides eaux de la côte est du Canada puis remplit d’imposantes marmites dans sa maison du centre-ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, où son épouse Audrey fait bouillir l’eau et filtre le sel. Le couple a démarré Tidal Salts, sa petite entreprise, il y a trois ans, et vend ses contenants de sel marin en ligne et dans des épiceries spécialisées partout au Canada. «J’ai grandi au bord de l’océan, ce premier goût du sel évoque des souvenirs de plage», raconte M. Duggan à l’AFP.

Se marie avec le goût du homard
Son ami Stefan Gagliardi, qui travaille dans une des plus vieilles brasseries du continent, Alexandre Keith’s, était à la recherche d’une bière qui se marie avec le goût du homard, fer de lance de la Nouvelle-Écosse qui en est le premier exportateur mondial.

«D’habitude, on marie le homard avec du champagne, mais cela est coûteux et je voulais une alternative moins chère», explique M. Gagliardi. Après avoir essayé une Gose allemande pour accompagner un plat de homard, il a décidé d’utiliser le sel de l’entreprise de son ami pour créer Le Passage, bière d’inspiration allemande aux accents marins. Les bières Gose, amères et salées, ont été brassées pendant environ mille ans en Allemagne avant de disparaître temporairement pendant la Seconde Guerre mondiale.

«J’ai grandi au bord de l’océan»
Récemment, cette sorte de bière a fait un retour sur le devant de la scène avec l’essor des microbrasseries en Amérique du Nord, mais aussi en Jordanie, où la première microbrasserie du pays, Carakale Brewing Company, utilise du sel de la Mer morte pour confectionner sa Gose maison.

«Les saveurs que vous obtenez de ce sel sont uniques, et ils rendent la bière unique», avec «une acidité citronnée, un côté sec accentué par la salinité» selon M. Gagliardi. La première livraison de la bière, pour l’instant confinée aux provinces atlantiques, aura lieu début mai. «Si c’est un succès, nous pourrions étendre sa distribution au reste du Canada et aux États-Unis», estime M. Gagliardi.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Thé : les alternatives sans théine

théConnaissez-vous le rooibos, le chai, ou encore le sobacha ?

Ces boissons sont couramment assimilées à des thés. Et pourtant, il ne s’agit pas de « thés » à proprement parlé. Ce sont des boissons sans théine et originaires des quatre coins du monde.

« Thé rouge », « thé de sarrasin », « thé chai »… Ils ont l’apparence du thé et en portent même parfois le nom. Comme le thé, ils se consomment sous forme d’infusion, peuvent être cueillis et transformés selon les mêmes procédés et leur goût en est parfois proche. Et pourtant, il ne s’agit pas de « thés » à proprement dit.

Les thés, qu’ils soient verts, blancs ou noirs, sont issus des feuilles d’une même plante, le Camellia Sinensis, couramment appelée le théier. Une plante qui contient naturellement de la théine, un alcaloïde aux vertus dynamisantes et stimulantes. Théine ou caféine, il s’agit en réalité de la même molécule.

De plus en plus de consommateurs sont à la recherche de boissons alternatives, dépourvues de théine ou caféine. Il existe bien évidemment les tisanes que l’on consomme le plus souvent après diner, mais quelles sont les autres alternatives ?

En Afrique du Sud, au Japon ou en Inde, les populations locales ont adopté des boissons chaudes qu’elles assimilent volontiers à des thés, mais sans théine. On prête à ces boissons des vertus dynamisantes, antioxydantes et même diurétiques, comme le thé.

En Afrique du Sud avec le rooibos
Le rooibos est surnommé le « thé rouge ». Mais ne vous fiez pas à cette appellation : il ne contient pas de théine. Il est élaboré à partir de feuilles et fleurs d’un arbuste sud-africain séchées, fermentées puis infusées. « Rooibos » signifie « buisson rougeâtre » en afrikaans. Vous le remarquerez au cours de son infusion, le rooibos dégagera une légère couleur rouge, brune.  À la clé : une boisson au goût épicé, proche du thé noir.

Quelles sont ses vertus ?  Le rooibos est riche en flavonoïdes qui facilitent la digestion. Il contient également de nombreux minéraux : cuivre, fer, potassium, calcium, fluorure, zinc …  Riche en zinc, le rooibos aiderait également à traiter les maladies de peau comme l’eczéma.

Comment le consommer ?   Le rooibos peut être consommé tout au long de la journée, chaud, froid ou même glacé. Vous pouvez y ajouter de fines rondelles de gingembre frais ou encore une rondelle de citron. Aromatisé ou nature.

Où le trouver ?  Dans les boutiques spécialisées, dans les magasins bio ou dans les épiceries fines.

Au Japon avec le sobacha
Le sobacha est une boisson traditionnelle japonaise. En japonais « soba » signifie « sarrasin », et « cha » signifie « thé ». Un « thé de sarrasin », pourtant, cette boisson ne contient pas de théine. Le sobacha est obtenu à partir de graines de sarrasin, aussi appelées graines de kasha, torréfiées puis infusées dans de l’eau chaude.

Quelles sont ses vertus ?  Le sarrasin est une céréale sans gluten et très digeste, riche en protéines végétales et en nutriments. C’est une excellente source de magnésium et de cuivre.

Comment le consommer ?  Le sobacha peut être bu chaud ou froid.
Où le trouver ?   Certaines boutiques et sites spécialisés proposent à la vente des grains de sarrasin concassés grillés, prêts à être infusées directement dans de l’eau chaude. Vous pouvez également faire torréfier à la poêle des graines de sarrasin décortiquées.

En Inde avec le chai
Le chai est une véritable boisson nationale en Inde. En hindi, « chai » signifie « thé ». Ce thé indien est traditionnellement élaboré à partir d’un mélange de thé noir, de lait et d’épices : de la cannelle, de la cardamome, du gingembre, des clous de girofle, du poivre noir… Mais il se décline également sans thé, donc sans théine.

Quelles sont ses vertus ?   Sa forte teneur en épices en fait une boisson riche en antioxydants, qui boostera votre énergie ainsi que votre système immunitaire.

Où le trouver ?   Dans les boutiques spécialisées, dans les magasins bio ou dans les épiceries fines.

Comment le consommer ?  Avec ou sans thé, avec ou sans lait, à chacun sa recette de « chai ».

Des infusions dynamisantes
Certaines plantes ou racines ont des vertus dynamisantes. Misez sur l’ortie, le romarin, le thym, le gingembre fraichement râpé, la menthe poivrée, ou encore les racines de pissenlit ou de réglisse. Pour une combinaison réussie, associez-les à du citron ou à des épices.  Faites infuser dans de l’eau chaude. Vous obtiendrez une boisson réconfortante qui boostera votre énergie.

Où les trouver ?  Vous pouvez également acheter dans le grand commerce et dans les boutiques bio des synergies de plantes aux vertus dynamisantes, en sachet ou en vrac, et de préférence bio.

Un thé « déthéiné »?
Petite astuce : vous pouvez facilement « déthéiner » votre thé traditionnel. Il suffit de le laisser infuser environ 30 secondes, de jeter cette eau puis de le faire infuser de nouveau. En effet, plus l’infusion est longue plus le thé sera riche en théine. Ce procédé devrait ainsi éliminer plus de la moitié de la théine, tout en conservant les saveurs de votre thé.

Publié dans Texte Actualité divers

Mon menu spécial dents blanches

dent blanchePas encore prête à tenter le blanchiment ?  On peut déjà commencer par bien choisir ce qu’on met dans notre assiette pour gagner une teinte.

Des légumes pour contrer l’acidité
A volonté dans mon assiette : carottes, champignons, épinards, poivrons … Non seulement c’est tout bénef’ pour ma ligne mais en plus ce sont des aliments alcalins (tout comme les amandes, les pommes de terre ou la banane) qui contrebalancent l’action acidifiante des autres aliments. Ils m’aident à éviter l’acidité en bouche : c’est elle qui décape l’émail, avec une coloration irrégulière des dents à la clé.

Un morceau de fromage pour son effet protecteur
Une bonne raison de craquer pour un morceau de chèvre ou de coulommiers ?   Il laisse sur mes dents un film protecteur et fait barrage aux bactéries qui s’accumulent pour former la plaque dentaire. D’après certaines études, il aiderait même à échapper aux caries.  Sans compter qu’il est riche en calcium et en phosphate qui renforcent mon émail. Ceci dit, ça ne m’empêche pas de me brosser les dents ensuite, le côté haleine de camembert étant moyennement sexy.

Une pomme en dessert pour mastiquer
Pourquoi une pomme et pas une poire ?  Parce qu’elle est bien dure, donc plus difficile à mâcher. Ça tombe bien car plus je mâche, plus je salive et plus je salive, mieux ma bouche et mes dents sont nettoyées et protégées contre les attaques acides et la plaque dentaire qui fait tâche.

Un grand verre d’eau contre la plaque
C’est le réflexe qui sauve en fin de repas pour rincer ma bouche et me débarrasser des résidus qui voudraient bien s’incruster (à la longue, c’est ça qui forme le tartre …). Par contre, je zappe les bulles et je mise sur de l’eau plate : toutes les boissons gazeuses sont acides et ont tendance à attaquer l’émail.

Un chewing-gum après le repas
Par exemple à la place du café.  Indispensable après manger si je ne peux pas me brosser les dents. Il déloge les résidus alimentaires coincés entre les dents et me fait saliver : un bon moyen de ne pas laisser le temps à la plaque dentaire de s’installer.  Of course, je le choisis sans sucre, et encore mieux, au xylitol, un faux-sucre au pouvoir anti-caries.

En revanche, j’évite …
De “croquer à pleines dents” dans des aliments acides type citron, pamplemousse …
Les sodas (même light) : trop acides, ils attaquent l’émail.  Le vin rouge, le thé et le café, qui ont tendance à pigmenter les dents.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Pêchers mignons aux framboises

Pêchers mignons aux framboisesIngrédients pour 2 personnes
– 1 pêches
– 63 g de framboises
– 20 g de sucre en poudre
– 1 citron
– 1 bouteille de vin effervescent (pétillant)
– 1 branches de menthe fraîche

Préparation
1) Peler la pêche, l’ouvrir en deux, là dénoyauter et la couper en morceaux.
2) Rouler les framboises sur un linge humide. Presser le citron.
3) Mixer ensemble la pêche, les framboises, le jus du citron et le sucre en poudre.
4) Passer au tamis ou au chinois et répartir ce «coulis» dans 2 coupes à champagne ou grands verres.
5) Compléter avec le vin effervescent.
6) Décorer de petites feuilles de menthe.
7) Servir très frais.

Astuce : on peut remplacer le pétillant par du cidre brut.

Publié dans Texte Actualité divers

De l’alcool qui ne donne pas la gueule de bois pourrait être prochainement en vente

alcoolCeux qui ont grandi dans les années 80 se souviennent forcément du célèbre slogan de la marque de soda : « Canada Dry est doré comme l’alcool, son nom sonne comme un nom d’alcool mais ce n’est pas de l’alcool ».

Cette accroche publicitaire a peut-être inspiré le professeur David Nutt. Le spécialiste en neuropsychopharmacologie, qui officie à l’Imperial College London (Angleterre), a expliqué au Guardian qu’il était en train de créer une boisson particulière, qui pourrait régler les effets secondaires liés à la consommation de l’alcool.

Les bons sans les mauvais effet
Entre le black out que l’on peut expérimenter après avoir trop bu, la gueule de bois qui affecte nos performances et les conséquences graves que l’alcoolisme peut avoir sur la santé, on aurait tendance à penser que la meilleure solution serait d’arrêter tout simplement de consommer de l’alcool. Mais serait-ce réaliste ?   Pour le professeur David Nutt, il existe une alternative sur laquelle il a commencé à travailler dès 1983 et qui pourrait voir le jour prochainement.

« Nous savons où sont activés dans notre cerveau les « bons » et les « mauvais » effets de l’alcool et quels récepteurs modèrent tout cela : les Gaba, le glutamate et d’autres comme la sérotonine et la dopamine, a expliqué au Guardian le scientifique britannique. Les effets de l’alcool sont compliqués mais on peut cibler les parties du cerveau que l’on souhaite atteindre ».

Fort de ce constat, le chercheur a ainsi mis au point avec son équipe « l’alcosynth », une molécule qui procure la même sensation agréable que l’alcool mais sans perte de contrôle ni gueule de bois.

Comment fonctionne l’alcosynth ?
Ayant constaté que l’alcool était connecté à 15 différents types de récepteurs Gaba, il a cherché puis découvert ceux qui pouvaient être ciblés pour induire la griserie sans les autres effets secondaires.

Après avoir testé plus de 90 combinaisons chimiques différentes, l’équipe de chercheurs a été satisfaite par les résultats obtenus avec, notamment, un dérivatif de benzodiazepine (une molécule souvent utilisée pour traiter les troubles liés à l’anxiété), comme le rapporte The Sun.

Après avoir essayé eux-mêmes l’alcosynth, qui pourrait être commercialisé sous le nom Alcarelle, les scientifiques ont constaté que les effets d’ébriété disparaissaient après 45 minutes et qu’on pouvait continuer sa journée sans maux de tête, nausées ni la sensation d’avoir la bouche sèche.

De plus, et d’après les créateurs de ce « faux alcool », cette « alternative ne sera pas toxique sur le foie comme peut l’être l’alcool véritable ».  Avant de la lancer sur le marché, ils sont conscients qu’ils doivent « évidemment tester la molécule pour voir si elle est sans danger ». Leur but est de pouvoir proposer Alcarelle aux fabricants de boissons alcooliques pour qu’ils puissent l’intégrer dans leurs produits et lutter ainsi contre les ravages de l’alcool sans changer les habitudes et les goûts des consommateurs.

Mais avant cela, le professeur Nutt et son associé David Orren doivent trouver les fonds nécessaires pour développer leur breuvage révolutionnaire. Ils sont en quête de 20 millions de Livres Sterling (environ 23,3 millions d’euros).

Publié dans Texte Actualité divers

Risques et bénéfices de la consommation de café

caféRetrouvez la chronique nutrition de Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l’ONG Santé Diabète à Bamako au Mali.

Cette semaine, il parle de la consommation de café : quels en sont les risques et les bénéfices ?

D’où vient le café et comment le prépare-t-on ?
Les grains de café proviennent d’un arbuste, le caféier, qui est cultivé notamment en Amérique Latine et en Afrique. Il y a principalement deux variétés de caféier qui sont cultivés : Coffea Arabica (qui va donner l’arabica) et Coffea Canephora (qui va donner le robusta).

Le café est une boisson consommée depuis le 13ème siècle qui est préparée à partir du grain de café. La méthode traditionnelle la plus ancienne est la préparation par décoction qui consiste à mélanger de la poudre de café fine avec de l’eau et de la porter à ébullition. Aujourd’hui, il existe de nombreuses préparations de café : le café en poudre soluble comme le nescafé par exemple, le grain de café moulu qui est préparé à l’aide d’une cafetière qui peut être à piston, à filtre ou à l’italienne et enfin les espressos qui nécessitent une préparation avec une machine à haute pression.

Quels sont les principaux éléments qui composent la boisson « café » que l’on va consommer ?
Durant la torréfaction, c’est-à-dire le rôtissage du grain de café, il y a de nombreux composés qui se forment et qui vont jouer un rôle dans notre organisme. Il y a tout d’abord le plus connu qui est la caféine. Il y a ensuite les alcools diterpènes et enfin les antioxydants dont les acides phénoliques tel que les acides caféiques et chlorogéniques. Il faut bien rappeler que la teneur d’un café en ces trois composés va varier fortement suivant le type de grain de café utilisé, de la torréfaction et enfin de la méthode de préparation du café.

Ensuite, il est important de noter que le café contient aussi des micro nutriments. En effet, le café expresso va être une bonne source de magnésium, de vitamines B2, B3, B5 et de cuivre tandis que le café infusé est une bonne source de vitamine B2 et B5.

Quels sont les bénéfices liés à la consommation de café ?
Si l’on a une consommation de café modérée, de nombreux bénéfices pour la santé ont été démontrés par un grand nombreux d’études scientifiques. La caféine et les antioxydants permettraient de réduire le risque de maladie de Parkinson, de maladie d’Alzheimer, de goutte mais aussi de calculs à la vésicule biliaire. La caféine présentant un effet stimulant elle va augmenter la concentration et la vigilance ce qui peut améliorer les performances au travail par exemple.

Quels sont les risques associés à la consommation de café ?
Malgré la description de ces effets positifs, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi des risques associés à la consommation de café. En effet, le café entraine une stimulation du système nerveux central qui peut empêcher de dormir ou engendrer un sommeil de mauvaise qualité. De plus, au-dessus de 400mg par jour, le café peut augmenter les pertes de calcium et donc favoriser l’ostéoporose. Au-dessus de 575 mg par jour, le café aura un effet diurétique qui pourra favoriser la déshydratation. Enfin, le café contient des tanins : s’il est consommé en même temps que le repas, il entrainera une réduction de l’absorption du fer.

En conclusion, quelles sont vos recommandations pour nos auditeurs ?
Si l’on suit les recommandations de consommation, il y a quelques bénéfices santé et un risque principal au niveau du sommeil que l’on peut contourner facilement en évitant de consommer du café entre 4 à 6 heures avant d’aller se coucher. Pour rappel, les recommandations sont pour un adulte 400 mg/jour ce qui correspond à 3 à 4 tasses de café moulu, 4 à 5 tasses de café instantané ou encore 5 espressos. Les quantités de café consommées doivent être revues à la baisse pour les femmes enceintes, les femmes allaitantes, les personnes présentant une hypertension ou encore les adolescents.

Il y a un autre effet négatif de la consommation de café qui est souvent sous-évalué. Rajouter du sucre dans le café, souvent en très grande quantité comme en Afrique par exemple, peut entrainer des prises de sucre en excès et surtout des apports caloriques en excès. Mais il est très facile d’éviter ceci en consommant son café sans sucre.