Publié dans Texte Actualité divers

10 astuces pour boire suffisamment au quotidien

eauHydratation des cellules et de la peau, élimination des déchets ou encore régulation de la température corporelle.

L’eau est un élément vital pour l’organisme. Alors qu’il est conseillé de boire environ 1 à 1,5 litre d’eau par jour.

1) N’attendez pas d’avoir soif
La soif est un signal d’alarme de votre organisme. Lorsque cette sensation apparaît, le corps est déjà déshydraté, c’est presque déjà un peu tard. N’attendez donc pas de ressentir la soif pour boire de l’eau.

2) Préparez votre bouteille pour la journée
Lorsqu’on est au travail ou occupé à d’autres activités, on oublie souvent de boire régulièrement. L’astuce : se préparer une bouteille d’eau chaque jour, afin de vérifier si notre consommation d’eau est suffisante.

3) Buvez à volonté
L’eau représente 60 % du poids de notre corps, cela donne une idée de l’importance de l’eau dans le bon fonctionnement de l’organisme. Transpiration, urine et même respiration, l’eau est éliminée en permanence par l’organisme. C’est pourquoi le Programme national nutrition santé recommande de boire de l’eau à volonté, tout au long de la journée.

4) Variez les plaisirs
Boire 1 à 1,5 litres d’eau par jour vous rebute ?  Variez les plaisirs : thé, tisanes ou café permettent également de s’hydrater. Pensez également aux bouillons et autres soupes et potages.

5) Adaptez votre consommation d’eau à votre activité
Lors d’un effort physique, le corps se déshydrate plus vite à cause de la transpiration. Même si vous n’avez pas soif, forcez-vous à boire avant l’effort. Ensuite, buvez régulièrement pendant et après l’activité sportive.

6) Vive les fruits
« Buvez » en mangeant des fruits, pour allier hydratation et diététique, privilégiez les fruits riches en eau : melon, pastèque, poire, pêche, orange …

7) Donnez du pep à votre eau
Si vous trouvez l’eau un peu fade, ne vous jetez pas sur les eaux aromatisées car elles sont souvent sucrées, ou alors choisissez-les sans sucre. Sinon, ajoutez à votre verre d’eau une rondelle de citron ou d’orange ou quelques feuilles de menthe pour lui donner du goût.

8) Changez d’eau
Eau du robinet, eaux de source, eaux minérales, eaux gazeuses … Il existe toute sortes d’eaux, pour ne pas vous lasser changez d’eau régulièrement.

9) Soyez attentifs en cas de maladie
Diarrhée, vomissements ou fièvre peuvent provoquer de grandes pertes d’eau. Le risque : la déshydratation. Soyez donc particulièrement attentifs lorsque vous êtes malade. En cas de fièvre par exemple, buvez un demi litre d’eau en plus par degré supérieur à 37°C.

10) Adaptez votre consommation d’eau à la chaleur
A partir de 30°C, l’organisme se déshydrate plus rapidement, à cause de la transpiration. C’est pourquoi il est recommandé de boire plus lorsqu’il fait chaud.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Des herbes qui nous boostent

Ces herbes qui nous boostentVitamines, oligoéléments, les herbes ont bien des atouts pour notre santé.

Dans nos assiettes au quotidien, ou sous forme de jus, elles constituent un complément intéressant pour qui manque de tonus, pour qui cherche à mincir, pour lutter contre les maladies chroniques et même contre le cancer.

Explications croisées de Cécile Michaud, ingénieur en nutrition et diététicienne et de Yann Caïn, président des Jus de Py, une société qui fabrique des jus de fruits, de légumes et d’herbes, pressés à froid.

Herbes de blé, plantin, chardon-marie, ortie, pissenlit, persil … En diététique, on utilise plutôt les herbes aromatiques, les fines herbes (les plantes non ligneuses) qui ont des propriétés culinaires ou thérapeutiques. Ces herbes sont ce qu’on appelle « la partie verte des végétaux ». Comme beaucoup de plantes, elles ont de nombreuses vertus pour la santé en général.

Quelles herbes pour quels bienfaits ?
« De façon générale, les herbes sont riches en vitamines et en minéraux », résume Cécile Michaud, nutritionniste. « Elles contiennent aussi des antioxydants, des molécules qui luttent contre l’oxydation cellulaire, et donc contre le vieillissement ». Voici quelques exemples de cas où les herbes sont intéressantes pour notre santé :

Persil pour la vitamine C et alliacées (ciboulette…), voici des herbes bénéfiques pour la prévention cardiovasculaire. « Elles limitent l’apparition de l’athérosclérose (phénomène de rigidification des artères) », souligne Cécile Michaud, qui voit en elles un autre intérêt : « comme elles sont très aromatiques, ces herbes vont nous permettre de réduire le sel dans l’alimentation au quotidien, et ainsi de prendre soin de notre tension ». Et ce n’est pas tout, des études épidémiologiques suggèrent aujourd’hui que « la consommation d’alliacées contribue à réduire les risques de cancers », en particulier les cancers de la sphère digestive, grâce à leurs constituants.

Mélisse, menthe, romarin, sauge, camomille … Ces herbes ont également des atouts pour le système digestif : « On va plutôt les utiliser en infusion ou bien fraîches dans l’alimentation (dans des salades) », selon Cécile Michaud. « La mélisse, herbe amère, a par exemple tendance à limiter l’acidité de l’estomac ». Certaines herbes sont aussi utilisées « comme agents anti-infectieux ». Un exemple ?  Le thym, facile à ajouter à son assiette, ou bien à un cocktail de jus en petites touches.

Les herbes dites « colorées », et tout ce qui est aromatique, auront plutôt une action bénéfique sur la peau. Celles qui contiennent des taux intéressants de bêta carotène (pour la vitamine A) comme les feuilles de pissenlit, ou encore la chlorophylle (pour l’oxygénation) par exemple. Dans l’alimentation, elles vont surtout donner de la couleur et du goût. Sous forme de jus, on peut aussi s’en donner à cœur joie.

Les herbes telles que le basilic ou la menthe sont connues pour leur taux élevé en magnésium. Leur avantage : « Même sous forme séchée, les minéraux restent stables », assure la nutritionniste. Vous pourrez donc les consommer fraîches, sous forme de jus, ou sèches, dans votre assiette.

Enfin, rien de telles que quelques herbes aromatiques utilisées dans la cuisine pour nous inciter à réduire l’apport en sel ou en sucre car elles ont du goût.

Le pressage à froid, pour garder les nutriments
Pour que ces herbes gardent toutes leurs vertus nutritionnelles, l’idéal est de les presser à froid grâce à une « presse à froid ». Pour vous épargner la difficulté d’avoir à écraser les herbes à la main pour en tirer le jus (très difficile à réaliser), vous pouvez vous aider d’un extracteur manuel qui vous coûtera autour de 60 euros. Vous pouvez aussi opter pour un extracteur électrique (avec pressage à froid également), mais alors, il vous faudra débourser entre 200 et 400 euros pour obtenir un bon appareil. « L’intérêt, c’est que la chaleur ne détruira pas les vitamines ou les micronutriments qui y sont contenus », explique Yann Caïn, président des Jus de Py.

Quelques idées recettes de jus

Associées à des fruits, les herbes pourront donner du goût à vos jus. Yann Caïn nous souffle quelques idées recettes :

Jus de pomme et ortie : l’ortie (bonne pour les articulations) et son petit goût boisé donnera une petite touche à la pomme (si possible bio et locale) pour une très bonne recette fraîcheur. Pourquoi ne pas se laisser tenter par un jus d’herbe de blé et ses vitamines A,B et C (à servir sous la forme de petits shooters par exemple) pour nettoyer l’organisme ?

Carotte persil citron : voici un excellent cocktail à la fois savoureux et énergisant.

Le melon pourra être associé au basilic (pour ses vertus antiseptiques) dans un jus à la fois calmant et bon pour la peau.

Dans un mélange pastèque et menthe : la chlorophylle sera l’atout oxygénation et bonne également pour le transit.

Publié dans Texte Actualité divers

Qui veut goûter une bière à base de sel marin ?

biere sel marinDes canadiens ont mutualisé leur savoir-faire pour créer un breuvage aux accents marins, qui se marie avec le goût du homard.

Un couple de Canadiens vendant du sel de l’océan Atlantique s’est associé avec un ami brasseur pour créer une bière à base de sel marin, dont la distribution commerciale va bientôt débuter.

Chaque jour, Colin Duggan plonge son seau dans les froides eaux de la côte est du Canada puis remplit d’imposantes marmites dans sa maison du centre-ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, où son épouse Audrey fait bouillir l’eau et filtre le sel. Le couple a démarré Tidal Salts, sa petite entreprise, il y a trois ans, et vend ses contenants de sel marin en ligne et dans des épiceries spécialisées partout au Canada. «J’ai grandi au bord de l’océan, ce premier goût du sel évoque des souvenirs de plage», raconte M. Duggan à l’AFP.

Se marie avec le goût du homard
Son ami Stefan Gagliardi, qui travaille dans une des plus vieilles brasseries du continent, Alexandre Keith’s, était à la recherche d’une bière qui se marie avec le goût du homard, fer de lance de la Nouvelle-Écosse qui en est le premier exportateur mondial.

«D’habitude, on marie le homard avec du champagne, mais cela est coûteux et je voulais une alternative moins chère», explique M. Gagliardi. Après avoir essayé une Gose allemande pour accompagner un plat de homard, il a décidé d’utiliser le sel de l’entreprise de son ami pour créer Le Passage, bière d’inspiration allemande aux accents marins. Les bières Gose, amères et salées, ont été brassées pendant environ mille ans en Allemagne avant de disparaître temporairement pendant la Seconde Guerre mondiale.

«J’ai grandi au bord de l’océan»
Récemment, cette sorte de bière a fait un retour sur le devant de la scène avec l’essor des microbrasseries en Amérique du Nord, mais aussi en Jordanie, où la première microbrasserie du pays, Carakale Brewing Company, utilise du sel de la Mer morte pour confectionner sa Gose maison.

«Les saveurs que vous obtenez de ce sel sont uniques, et ils rendent la bière unique», avec «une acidité citronnée, un côté sec accentué par la salinité» selon M. Gagliardi. La première livraison de la bière, pour l’instant confinée aux provinces atlantiques, aura lieu début mai. «Si c’est un succès, nous pourrions étendre sa distribution au reste du Canada et aux États-Unis», estime M. Gagliardi.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Thé : les alternatives sans théine

théConnaissez-vous le rooibos, le chai, ou encore le sobacha ?

Ces boissons sont couramment assimilées à des thés. Et pourtant, il ne s’agit pas de « thés » à proprement parlé. Ce sont des boissons sans théine et originaires des quatre coins du monde.

« Thé rouge », « thé de sarrasin », « thé chai »… Ils ont l’apparence du thé et en portent même parfois le nom. Comme le thé, ils se consomment sous forme d’infusion, peuvent être cueillis et transformés selon les mêmes procédés et leur goût en est parfois proche. Et pourtant, il ne s’agit pas de « thés » à proprement dit.

Les thés, qu’ils soient verts, blancs ou noirs, sont issus des feuilles d’une même plante, le Camellia Sinensis, couramment appelée le théier. Une plante qui contient naturellement de la théine, un alcaloïde aux vertus dynamisantes et stimulantes. Théine ou caféine, il s’agit en réalité de la même molécule.

De plus en plus de consommateurs sont à la recherche de boissons alternatives, dépourvues de théine ou caféine. Il existe bien évidemment les tisanes que l’on consomme le plus souvent après diner, mais quelles sont les autres alternatives ?

En Afrique du Sud, au Japon ou en Inde, les populations locales ont adopté des boissons chaudes qu’elles assimilent volontiers à des thés, mais sans théine. On prête à ces boissons des vertus dynamisantes, antioxydantes et même diurétiques, comme le thé.

En Afrique du Sud avec le rooibos
Le rooibos est surnommé le « thé rouge ». Mais ne vous fiez pas à cette appellation : il ne contient pas de théine. Il est élaboré à partir de feuilles et fleurs d’un arbuste sud-africain séchées, fermentées puis infusées. « Rooibos » signifie « buisson rougeâtre » en afrikaans. Vous le remarquerez au cours de son infusion, le rooibos dégagera une légère couleur rouge, brune.  À la clé : une boisson au goût épicé, proche du thé noir.

Quelles sont ses vertus ?  Le rooibos est riche en flavonoïdes qui facilitent la digestion. Il contient également de nombreux minéraux : cuivre, fer, potassium, calcium, fluorure, zinc …  Riche en zinc, le rooibos aiderait également à traiter les maladies de peau comme l’eczéma.

Comment le consommer ?   Le rooibos peut être consommé tout au long de la journée, chaud, froid ou même glacé. Vous pouvez y ajouter de fines rondelles de gingembre frais ou encore une rondelle de citron. Aromatisé ou nature.

Où le trouver ?  Dans les boutiques spécialisées, dans les magasins bio ou dans les épiceries fines.

Au Japon avec le sobacha
Le sobacha est une boisson traditionnelle japonaise. En japonais « soba » signifie « sarrasin », et « cha » signifie « thé ». Un « thé de sarrasin », pourtant, cette boisson ne contient pas de théine. Le sobacha est obtenu à partir de graines de sarrasin, aussi appelées graines de kasha, torréfiées puis infusées dans de l’eau chaude.

Quelles sont ses vertus ?  Le sarrasin est une céréale sans gluten et très digeste, riche en protéines végétales et en nutriments. C’est une excellente source de magnésium et de cuivre.

Comment le consommer ?  Le sobacha peut être bu chaud ou froid.
Où le trouver ?   Certaines boutiques et sites spécialisés proposent à la vente des grains de sarrasin concassés grillés, prêts à être infusées directement dans de l’eau chaude. Vous pouvez également faire torréfier à la poêle des graines de sarrasin décortiquées.

En Inde avec le chai
Le chai est une véritable boisson nationale en Inde. En hindi, « chai » signifie « thé ». Ce thé indien est traditionnellement élaboré à partir d’un mélange de thé noir, de lait et d’épices : de la cannelle, de la cardamome, du gingembre, des clous de girofle, du poivre noir… Mais il se décline également sans thé, donc sans théine.

Quelles sont ses vertus ?   Sa forte teneur en épices en fait une boisson riche en antioxydants, qui boostera votre énergie ainsi que votre système immunitaire.

Où le trouver ?   Dans les boutiques spécialisées, dans les magasins bio ou dans les épiceries fines.

Comment le consommer ?  Avec ou sans thé, avec ou sans lait, à chacun sa recette de « chai ».

Des infusions dynamisantes
Certaines plantes ou racines ont des vertus dynamisantes. Misez sur l’ortie, le romarin, le thym, le gingembre fraichement râpé, la menthe poivrée, ou encore les racines de pissenlit ou de réglisse. Pour une combinaison réussie, associez-les à du citron ou à des épices.  Faites infuser dans de l’eau chaude. Vous obtiendrez une boisson réconfortante qui boostera votre énergie.

Où les trouver ?  Vous pouvez également acheter dans le grand commerce et dans les boutiques bio des synergies de plantes aux vertus dynamisantes, en sachet ou en vrac, et de préférence bio.

Un thé « déthéiné »?
Petite astuce : vous pouvez facilement « déthéiner » votre thé traditionnel. Il suffit de le laisser infuser environ 30 secondes, de jeter cette eau puis de le faire infuser de nouveau. En effet, plus l’infusion est longue plus le thé sera riche en théine. Ce procédé devrait ainsi éliminer plus de la moitié de la théine, tout en conservant les saveurs de votre thé.

Publié dans Texte Actualité divers

Mon menu spécial dents blanches

dent blanchePas encore prête à tenter le blanchiment ?  On peut déjà commencer par bien choisir ce qu’on met dans notre assiette pour gagner une teinte.

Des légumes pour contrer l’acidité
A volonté dans mon assiette : carottes, champignons, épinards, poivrons … Non seulement c’est tout bénef’ pour ma ligne mais en plus ce sont des aliments alcalins (tout comme les amandes, les pommes de terre ou la banane) qui contrebalancent l’action acidifiante des autres aliments. Ils m’aident à éviter l’acidité en bouche : c’est elle qui décape l’émail, avec une coloration irrégulière des dents à la clé.

Un morceau de fromage pour son effet protecteur
Une bonne raison de craquer pour un morceau de chèvre ou de coulommiers ?   Il laisse sur mes dents un film protecteur et fait barrage aux bactéries qui s’accumulent pour former la plaque dentaire. D’après certaines études, il aiderait même à échapper aux caries.  Sans compter qu’il est riche en calcium et en phosphate qui renforcent mon émail. Ceci dit, ça ne m’empêche pas de me brosser les dents ensuite, le côté haleine de camembert étant moyennement sexy.

Une pomme en dessert pour mastiquer
Pourquoi une pomme et pas une poire ?  Parce qu’elle est bien dure, donc plus difficile à mâcher. Ça tombe bien car plus je mâche, plus je salive et plus je salive, mieux ma bouche et mes dents sont nettoyées et protégées contre les attaques acides et la plaque dentaire qui fait tâche.

Un grand verre d’eau contre la plaque
C’est le réflexe qui sauve en fin de repas pour rincer ma bouche et me débarrasser des résidus qui voudraient bien s’incruster (à la longue, c’est ça qui forme le tartre …). Par contre, je zappe les bulles et je mise sur de l’eau plate : toutes les boissons gazeuses sont acides et ont tendance à attaquer l’émail.

Un chewing-gum après le repas
Par exemple à la place du café.  Indispensable après manger si je ne peux pas me brosser les dents. Il déloge les résidus alimentaires coincés entre les dents et me fait saliver : un bon moyen de ne pas laisser le temps à la plaque dentaire de s’installer.  Of course, je le choisis sans sucre, et encore mieux, au xylitol, un faux-sucre au pouvoir anti-caries.

En revanche, j’évite …
De “croquer à pleines dents” dans des aliments acides type citron, pamplemousse …
Les sodas (même light) : trop acides, ils attaquent l’émail.  Le vin rouge, le thé et le café, qui ont tendance à pigmenter les dents.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Pêchers mignons aux framboises

Pêchers mignons aux framboisesIngrédients pour 2 personnes
– 1 pêches
– 63 g de framboises
– 20 g de sucre en poudre
– 1 citron
– 1 bouteille de vin effervescent (pétillant)
– 1 branches de menthe fraîche

Préparation
1) Peler la pêche, l’ouvrir en deux, là dénoyauter et la couper en morceaux.
2) Rouler les framboises sur un linge humide. Presser le citron.
3) Mixer ensemble la pêche, les framboises, le jus du citron et le sucre en poudre.
4) Passer au tamis ou au chinois et répartir ce «coulis» dans 2 coupes à champagne ou grands verres.
5) Compléter avec le vin effervescent.
6) Décorer de petites feuilles de menthe.
7) Servir très frais.

Astuce : on peut remplacer le pétillant par du cidre brut.