Publié dans Texte Réflexion

Le train de la vie

train

A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents. On croit qu’ils voyageront toujours avec nous. Pourtant, à une station, nos parents descendront du train, nous laissant seuls, continuer le voyage.

Au fur et à mesure que le temps passe, d’autres personnes montent dans le train.
Et elles seront importantes : Amis(es), Enfants, Fraternité, même l’amour de notre vie.

Beaucoup démissionneront (même l’amour de notre vie) et laisseront un vide plus ou moins grand. D’autres seront si discrètes, qu’on ne réalisera pas qu’elles ont quitté leurs sièges.

Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes, de bonjours, d’au-revoir et d’adieux. Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers pourvu qu’on donne le meilleur de soi-même.

On ne sait pas à quelle station nous descendrons, donc vivons heureux, aimons et pardonnons. Il est important de le faire, car lorsque nous descendrons du train,
nous ne devrons laisser que de beaux souvenirs à ceux /celles qui continueront leur voyage.

Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique. Aussi, merci d’être un(e) des passagers(ères) de mon train. Et si je dois descendre à la prochaine station, je suis contente d’avoir fait un bout de chemin avec vous.

Publicités
Publié dans Texte Réflexion

La vie est belle

roseUne porte qui se referme s’ouvre aussi sur autre chose, un échec emmène vers une réussite à venir, la souffrance permet de savourer le retour de la joie.

Tout s’apprivoise, la tristesse, la peine, le bonheur … Et la vie ne livre ses secrets qu’à ceux qui prennent le temps de l’écouter, de la regarder, sans jamais fermer leurs oreilles et leurs yeux.

J’ai exploré les nuances tristes de la vie, loin de m’affaiblir ça m’a donné de la force.
Et je vois bien au-delà de la laideur du monde, je vois la beauté de la vie. Le chemin menant à cette beauté n’est pas facilement accessible, caché, escarpé, vertigineux, il décourage, ou développe la volonté, la ténacité, la force. A chacun de choisir.

Oui, c’est difficile d’emprunter ce chemin, on est coulé dans un tel moule qu’on croit à ce qui n’a aucune valeur, on voit de la beauté là où il n’y a que vide, on croit réel ce qui est factice, et il faut soit de la candeur soit de la volonté ou les deux à la fois pour sortir de ce moule.

Marcher sur ce chemin n’est pas de tout repos, mais quel plaisir, quel bonheur quand tout d’un coup le chemin devient un sentier joyeux, riant aux éclats, nous inondant de lumière, nous enivrant de couleurs, de senteurs, sentier sur lequel on s’élance en chantant, en dansant, en tournoyant, en plongeant dans ses rivières d’eau pure et limpide.

On regarde le ciel et on est émerveillé, la nuit ne nous effraie plus, les étoiles sont là pour nous guider, elles nous offrent la possibilité de réaliser nos rêves. Dès fois le blues s’invite, on l’accueille en lui faisant comprendre qu’il ne doit pas se plaindre, gémir et se lamenter sur lui-même, on passe un moment avec lui et on lui offre des couleurs, de la musique, des paysages, des mots, et après il s’en va tout guilleret.

Oui, la vie s’apprivoise en douceur, sans la brusquer, sans la dominer, sans la maltraiter. Elle nous livre son nectar lentement, doucement, tendrement. Et ce nectar, il faut savoir le partager dans des échanges positifs avec les autres.

Publié dans Texte Réflexion

La beauté d’une femme

femmePour avoir des lèvres attirantes, prononcez des paroles de bonté.  Pour avoir de beaux yeux, regardez ce que les gens ont de beau en eux.  Pour rester mince, partager vos repas avec ceux qui ont faim.  Pour avoir de beau cheveux, faites qu’un enfant y passe sa main chaque jour.  Pour avoir un beau maintien, marchez en sachant que vous n’êtes jamais seule.

Vous le faites pour les choses, mais les gens en ont eux aussi besoin.  Repérez-les, bichonnez-les, redonnez-leur vie, sauvez-les, ne les jetez jamais. En vieillissant vous vous rendez compte que vous avez 2 mains, la beauté d’une femme n’est pas dans les vêtements qu’elle porte, son visage ou sa façon d’arranger ses cheveux.

La beauté d’une femme se voit dans ses yeux, la beauté d’une femme n’est pas dans son maquillage, mais dans la vraie beauté de son âme. C’est la tendresse qu’elle donne, l’amour, la passion qu’elle exprime car c’est la porte ouverte sur son cœur, la source de son amour.

L’une pour vous aider vous-même, l’autre pour aider ceux qui en ont besoin. Pensez-y , si un jour vous avez besoin d’une main secourable, vous en trouverez une à chaque bout de vos bras, cultivez cette beauté intérieure au jour le jour.

Publié dans Texte Réflexion

Je m’appelle …

sentimentJe m’appelle blessure, je suis comme un trou dans un mur,
j’apparais quand tu as mal que la vie est bien trop fatal.

Je m’appelle Souffrance, je hante ton âme douloureuse,
quand tu vis la dépendance lors d’une histoire amoureuse ou autre.

Je m’appelle Désir, j’anime ton corps lorsque les sentiments sont trop fort qu’une preuve d’amour tu veux offrir.

Je m’appelle Espoir, il envahit ton esprit et te fait croire en ce que tout haut tu ne dis, loin de toi, il exile le noir.

Je m’appelle Jalousie, j’apparais Quand elles sont trop près de lui, quand tu veux que ça soit juste lui et toi.

Je m’appelle Sentiment, je remplis ton petit cœur, sème en toi le tourment, te fais souvent peur.

Je m’appelle Complicité, un sentiment primordiale qu’entre lui et toi, il faut préserver, pour avoir une vie formidable.

Je m’appelle Magie, je te fais planer et de couleurs vives peint ta vie, je te fais rêver.

Je m’appelle Amour lorsqu’on pense à moi, on pense à tous ces mots là, je rime avec toujours, je rend les gens heureux, leur montre que la vie est belle, qu’une vie à deux, c’est une vie éternelle.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

La douceur d’une rose

femme roseQue l’on ouvre mes mots en rosace, on y verra une multitude de rose, on y sentira l’effluve du bonheur, un cœur ardent tout en douceur.

Que l’on regarde mes yeux en transparence, on y trouvera la pureté d’une source, on y percevra l’éclat de l’eau, un torrent passionnel au doux murmure.

Que l’on saisisse mes souvenirs enfouis, on y discernera des étoiles nues dans la nuit, on y cherchera une étincelle de vie, un arc en ciel aux couleurs vives.

Que l’on m’arrache mon cœur, on y distinguera une lumière éclatante, on y lira comme un poème, un livre ouvert à la page je t’aime.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Modestie, candeur, simplicité et naturel

klk8zmq9Avec modestie, je voudrais vous séduire avec des mots affectueux pour effleurer vos pensées en vous offrant ma tendresse.

Avec candeur, j’aimerais capter votre cœur avec des sourires caressants pour transmettre le bonheur en vous offrant ma douceur.

Avec simplicité, j’écrirais toujours pour vous avec des lettres parfumées pour anéantir vos douleurs en vous offrant l’effluve d’amour.

Avec naturel, je continuerais à balayer le noir avec des fleurs imaginaires pour tracer un chemin de rêve en vous ouvrant les portes du bonheur.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Le retour du printemps

printempsEnfin, l’hiver s’estompe et s’éloigne sous la frénésie du printemps,  pressée de dévoiler sa nouvelle fraîcheur sans vergogne pour rompe enfin la monotonie et la tristesse.

L’air frais du matin exhale dans la brume et la terre heureuse nous offre sa fragrance pour le plaisir des sens qui se réaccoutument avec plaisir devant tant d’élégance.

Dans une farandole de cabrioles aguichantes, les oiseaux dès l’aube entament leur cacophonie pour devenir troubadour le temps des épousailles guidés par des angelots qui chassent la mélancolie.

Magique symphonie des éclosions silencieuses, cette envie de renouveau qui palpite dans la nature nous offre le velours des bourgeons si gracieux. Sous les rayons exaltants du soleil amoureux perce-neiges, crocus, jonquilles, jacinthes, tulipes rayonnent à tour de rôle pour fêter le printemps.

Ce jardin multicolore n’est-il pas l’empyrée de l’Olympe, parmi les mélodies de la nature en éveille qui égaient la saison des amours  qui approche pour conter fleurette. Proche est le temps d’effeuiller la marguerite espiègle pour troubler le cœur de son aimé,  un bouquet de violettes.

Au printemps l’œuvre de la nature participe aux amours, les cœurs en veillent s’éveillent sur cet océan verdoyant, les rayons du soleil aguichants nous enlacent timidement, la sarabande des insectes s’enivre de l’odeur de l’aubépine, la grisaille ne sera pas de mise pour le retour du printemps.