Publié dans Texte Actualité divers

L’UE et le Royaume-Uni s’accordent sur un nouveau délai de six mois

brexitLa Première ministre britannique et les 27 dirigeants européens se sont mis d’accord sur un report du Brexit au 31 octobre au plus tard.

Objectif : éviter les dégâts d’un divorce brutal, sans accord. Les dirigeants européens ont proposé un report de la date du Brexit au 31 octobre, avec un point d’étape « en juin » après plusieurs heures de difficiles tractations. La Première ministre britannique a accepté cette proposition, même si elle avait plaidé plus tôt pour un report jusqu’au 30 juin seulement. La dirigeante conservatrice a annoncé qu’elle allait s’adresser aux députés britanniques jeudi et la poursuite des discussions avec l’opposition travailliste pour tenter de trouver un compromis à même de rassembler une majorité parlementaire.

La date du 31 octobre se situe juste avant la prise de fonction en novembre de la nouvelle Commission européenne. Le point d’étape en juin interviendrait, lui, au cours d’un sommet européen régulier déjà programmé les 20 et 21 juin, a indiqué une source européenne.

Un Brexit au 31 octobre impliquerait que les Britanniques aient participé aux élections européennes fin mai. Mais l’offre d’une longue extension n’empêchera pas le Royaume-Uni de quitter l’UE avant cette date, et donc d’éviter d’avoir à organiser ce scrutin.

« Si nous arrivons à trouver un accord maintenant (…) nous pouvons encore sortir le 22 mai », a déclaré Theresa May, qui veut croire à un miracle au sein du parlement britannique, qui jusqu’ici a rejeté à trois reprises l’accord de divorce qu’elle a conclu avec Bruxelles sans se mettre d’accord sur une proposition alternative.

Malgré leur lassitude face aux tergiversations de Londres, les responsables européens s’étaient tous montrés disposés à donner plus de temps aux Britanniques. Mais Paris menait le camp des pays exigeant des conditions « strictes ». « Pour moi, rien n’est acquis », avait averti Emmanuel Macron à son arrivée, jugeant « indispensable que rien ne compromette le projet européen ». « Rien n’est acquis, et en particulier quand j’entends les rumeurs, aucune extension longue », avait-il insisté, faisant allusion au scénario considéré comme le plus probable.

Mettre la pression sur les Britanniques pour qu’ils approuvent enfin l’accord
« Je veux que nous puissions partir d’une façon ordonnée et sans heurts le plus tôt possible », avait de son côté déclaré Theresa May, toujours sans majorité parlementaire pour soutenir son traité de retrait et engagée depuis peu dans des discussions avec l’opposition travailliste pour sortir de l’impasse.

Les dirigeants des pays européens ont cherché le meilleur moyen de mettre la pression sur les Britanniques pour qu’ils approuvent enfin l’accord de retrait, tout en évitant que cela ne finisse par conduire à un « no deal » redouté de part et d’autre. Une rencontre entre la chancelière allemande et Emmanuel Macron a eu lieu juste avant le début du sommet pour « accorder » les positions des deux poids lourds du Conseil européen.

« Plus la période (de la prolongation) sera longue, plus les garanties devront être sérieuses » afin de « ne pas mettre en danger le fonctionnement de l’UE », avait souligné la présidence française, notamment appuyée par la Belgique et le Luxembourg. Ces pays s’inquiètent de la capacité de nuisance que pourrait avoir un Royaume-Uni qui garderait un pied dans l’UE et l’autre dehors pendant une durée indéterminée.

« Tout n’est pas préférable à un ‘no deal’, a fait valoir la présidence française, jugeant qu’il « n’est pas question d’importer dans l’UE la crise politique britannique » à force de vouloir éviter à tout prix un divorce sans accord. D’autant que les prochains mois seront délicats, avec l’installation d’une nouvelle Commission européenne début novembre et des discussions difficiles sur le futur budget à long terme de l’UE.

« Il peut y avoir des engagements sur la façon dont le Royaume-Uni se comporte », a observé un diplomate européen, suggérant notamment que Londres puisse renoncer à son droit de veto ou à la possibilité d’avoir un membre au sein de la prochaine Commission.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Européennes 2019 : les élections de la dernière chance ?

Européennes 2019Cohésion menacée, percée des eurosceptiques …

Le 26 mai se tient un scrutin particulièrement chargé en incertitudes et périls pour l’Union européenne. France 24 est au rendez-vous pour vous intéresser à tous ses enjeux.

L’année 2019 sera-t-elle un bon cru pour les élections européennes ?  Intronisé en 2014, le patron de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait déclaré diriger la « Commission de la dernière chance » : un exécutif censé obtenir des résultats concrets avec une direction plus « politique ». Cinq ans plus tard, le 26 mai, d’aucuns prédisent des « élections de la dernière chance ».

L’Europe serait ainsi au pied du mur et sa cohésion menacée par la percée de partis nationalistes, populistes ou eurosceptiques. On a constaté, ces dernières années, leur progression dans les scrutins nationaux : l’extrême droite a accédé au pouvoir dans au moins six pays. En Italie, où le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini éclipse ses partenaires de coalition repoussant les navires de réfugiés en Méditerranée. En Autriche, où le FPÖ impose son agenda anti-migrants aux conservateurs.

Ces partis sont également en soutien du gouvernement en Bulgarie, en Finlande, en Grèce, et en Slovaquie … Tous d’accord pour repousser les étrangers plus loin et empêcher toute solution solidaire de la crise migratoire.

Atmosphère de fin de règne ?
Que dire des deux pays suivis à la loupe par Bruxelles pour leurs infractions répétées à l’État de droit ?   La Pologne et la Hongrie, où des partis conservateurs-nationalistes tiennent le haut de l’affiche, avec une rhétorique qui rejoint la droite la plus extrême. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, « suspendu » de son parti de centre-droit, le PPE, s’est déclaré favorable à une « démocratie illibérale » et se veut chef de file des rebelles de l’Est.

Du côté de l’extrême-gauche, la cible n’est pas la solidarité mais les accords commerciaux et les politiques européennes jugés ultra-libéraux : et pour cause, mathématiquement, les deux tiers des leaders européens sont classés au centre ou à droite.

Eurosceptiques au cœur des institutions ?
Alors oui, si on fait les comptes, sur les 705 sièges attribués aux eurodéputés de 27 pays (suite du départ du Royaume-Uni), beaucoup risquent d’être occupés par des eurosceptiques : un quart au moins. Est-ce assez pour bloquer la machine communautaire ?   Le Parlement européen devra composer une majorité non plus seulement avec les deux grands partis traditionnels (Parti Populaire européen à droite, socialistes et démocrates à gauche), mais sans doute avec un troisième soutien, voire des majorités à la carte.

Sauf que la Commission européenne va, elle aussi, changer de visage, les pays étant censés nommer de nouveaux commissaires à leur goût,  y compris bon nombre de populistes de plus en plus décomplexés : la méthode « consensuelle », de mise pour faire avancer les dossiers, risque d’en prendre un coup.

Les extrêmes ne cherchent plus la sortie
Ce vote est surtout marqué par des incertitudes sans précédents. Les europhiles se sont réjouis un peu trop tôt du mauvais exemple du Brexit, qui dissuade désormais les souverainistes de se réclamer de l’ »exit » : finie la revendication du ‘Frexit’, ‘Öxit’, ‘Italexit’ et autre ‘Hongrexit’, sauf pour une poignée de marginaux dans le paysage politique.

La mode est de tenter de détricoter le projet européen de l’intérieur. Sauf qu’il y a aujourd’hui un gros point d’interrogation sur le départ programmé des Britanniques : et s’ils restaient ?

Si la date du Brexit est repoussée bien au delà du 12 avril, les Britanniques devront participer au vote : et l’on devrait regonfler les rangs des élus de Strasbourg à 751, dont beaucoup d’élus britanniques pro-Brexit.  L’histoire du serpent qui se mord la queue. Les électeurs vont-ils une fois encore bouder ce scrutin pourtant crucial pour leur avenir ?   À la dernière consultation, ils étaient à peine 42 % à se déplacer. Hâtons-nous de rendre l’élection européenne populaire.

Sur France 24, chaîne internationale de reportages et de débats, nous vous proposons une couverture aussi riche que variée : notre « bus de l’Europe » avec quatre reporters embarqués allant à la rencontre des Européens, deux débats avec des têtes de listes françaises et européennes mais aussi des émissions spéciales en co-production France 24, Deutsche Welle, ou encore France 24, Public Sénat et enfin, dès le 13 mai, un « Journal de l’Europe » tous les jours.

Publié dans Texte Actualité divers

De plus en plus de Britanniques souffrent de « strexit »

brexit.jpgLe stress lié au Brexit, cette nouvelle pathologie dont souffrent les Britanniques et appelée « strexit », est principalement due à l’insécurité de l’emploi et au manque de visibilité sur l’avenir liés à la sortie du marché unique.

Plusieurs études récentes ont mis en lumière le stress généré par le Brexit.  Plusieurs études récentes ont mis en lumière le stress généré par le Brexit.

Amis anglais, si depuis quelques semaines, voire plusieurs mois, l’angoisse vous gagne, les migraines sont de plus en plus fréquentes ou encore, si vous souffrez d’insomnies, vous êtes peut-être atteint d’un nouveau syndrome : le strexit. Comprenez : le stress lié au Brexit.

Plusieurs études récentes ont mis en lumière ce mal de société qui touche le Royaume-Uni. Depuis juin 2016 sur le Brexit, date du référendum, le nombre de prescriptions d’antidépresseurs est en nette hausse (+13,4 %), attestent des travaux de chercheurs de Harvard et du King’s college de Londres publiés dans le British medical journal.

Un autre rapport publié fin 2018 révèle également que 57 % de l’absentéisme au travail est dû au stress, à l’anxiété et à la dépression, « alors que pendant des années, les problèmes de dos figuraient en tête de liste », précise le professeur de psychologie et de santé organisationnelle à l’université de Manchester, Cary Cooper, contacté par France 24.

Insécurité de l’emploi
S’il est difficile de mesurer l’effet du Brexit sur la santé de nos voisins, que ce soit en terme de lien de cause à effet ou de proportion, l’insécurité de l’emploi suscitée par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne aurait un impact particulièrement néfaste sur eux. « Les salariés ont peur de perdre leur travail, notamment dans le secteur automobile où les fermetures d’usines se multiplient”, assure le professeur qui co-écrit un livre sur l’impact psychologique du Brexit sur la population outre-Manche. Pour le constructeur Ford, un Brexit sans accord coûterait plus de 700 millions d’euros en 2019. La City résiste mais n’exclut pas des délocalisations à Paris, Francfort ou Amsterdam.

Conséquence : le temps de présence sur le lieu de travail a fortement augmenté ces derniers temps, révèlent les études. « Les gens, même malades de la grippe, viennent travailler de peur d’être sanctionnés ou licenciés en cas de crise économique post-Brexit ”, commente Cary Cooper.

Manque de contrôle
Au-delà de l’insécurité professionnelle, les Britanniques vivent mal la gestion du processus politique autour du Brexit sur laquelle ils n’ont pas la main. « Ce manque de contrôle est très pesant sur le moral des gens », note le chercheur.

Hommes, femmes, jeunes et moins jeunes,  toutes les classes de la société sont concernées car elles craignent l’impact au quotidien de la sortie du marché unique, que ce soit leur travail, leur pension de retraite ou encore leur système national de santé (NHS).

« C’est comme un divorce, cela peut laisser des traces »
« Les gens sont en mesure de gérer ce genre d’instabilité six mois, voire un an. Mais cela dure depuis trois ans. Et cela n’est pas prêt de s’arrêter », poursuit-il. Pas étonnant donc, pour Cary Cooper, que six millions de Britanniques aient récemment signé une pétition anti-Brexit et que près de deux millions soient descendus dans la rue pour appeler à un nouveau référendum. « C’est une façon pour eux de reprendre le contrôle sur leur avenir », décrypte-t-il. Sauf que l’option d’un nouveau vote a été rejetée par la Chambre des communes et par la Première ministre Theresa May.

Pour sortir de cette bulle de stress, Cary Cooper préconise de reprendre le contrôle sur sa vie professionnelle en s’enquérant auprès de son employeur sur ses intentions. « Obtenir des informations sur un éventuel déménagement de son entreprise est un très bon moyen de reprendre le dessus », estime-t-il. Idem dans sa vie personnelle : « Il faut trouver des activités où l’on redevient acteur et maître du jeu ».

L’issue de l’accord sera aussi déterminante pour tourner la page du strexit. « S’il n’y a pas d’accord, la population active aura beaucoup de mal à relever la tête, analyse-t-il. C’est comme un divorce, cela peut laisser des traces. »

Publié dans Texte Actualité divers

Les députés britanniques votent contre toutes les solutions alternatives au plan de Theresa May

brexitLes élus ont rejeté aux quatre nouvelles options de sortie de l’Union européenne qui leur avaient été présentées par Theresa May afin de conserver une coopération étendue avec l’UE.

Les députés britanniques ont voté ce lundi soir contre les quatre options alternatives à l’accord de Brexit conclu par la Première ministre Theresa May avec Bruxelles.

Après avoir rejeté trois fois déjà l’accord de Theresa May, avoir voté la semaine dernière contre huit propositions parlementaires pour tenter de sortir de l’impasse, les élus ont rejeté les nouvelles options, d’initiative parlementaire, qui leur étaient présentées.

4 propositions refusées
Parmi les solutions proposées figuraient les deux qui ont recueilli le plus de suffrages mercredi, à savoir l’organisation d’un référendum sur tout accord de divorce conclu avec Bruxelles et la mise en place d’une union douanière avec l’UE. Une troisième option proposait d’arrêter le processus de Brexit en cas d’absence d’accord à deux jours de la date de sortie, qui a été reportée au 12 avril.

Enfin, la proposition d’un modèle « Norvège + », également connue sous le nom de « Common Market 2.0 », préconisait le maintien du Royaume-Uni au sein du marché unique, synonyme de liberté de circulation des biens, capitaux, services et personnes, comme la Norvège, ainsi qu’une union douanière spécifique avec l’UE, soit une politique de droits de douane et commerciale commune.

Un no-deal devenu « presque inévitable »
Le parlement « a une nouvelle fois échoué à trouver une majorité claire pour chacune des options » présentées, a réagi le secrétaire d’État au Brexit Stephen Barclay.  « La position légale par défaut est que le Royaume-Uni va quitter l’UE dans onze jours » sans accord, a-t-il ajouté.

L’auteur de la proposition « Norvège + », le conservateur Nick Boles a immédiatement annoncé qu’il quittait le Parti conservateur.  « J’ai tout donné pour tenter de trouver un compromis qui pourrait mener le pays hors de l’UE tout en maintenant notre puissance économique et notre cohésion politique », a-t-il dit visiblement très ému. « J’accepte que j’ai échoué. J’ai échoué surtout parce que mon parti refuse le compromis », a-t-il accusé.

Theresa May n’a de son côté pas exclu de présenter une quatrième fois au vote son accord de divorce. Quant au référent Brexit du parlement européen Guy Verhofstadt, il a affirmé sur Twitter qu’une sortie du Royaume-Uni de l’UE « sans accord » était devenue « presque inévitable », juste après les votes des parlementaires britanniques.

« Mercredi, c’est la dernière chance pour le Royaume-Uni de sortir de l’impasse ou faire face à l’abyme », a déclaré l’eurodéputé belge libéral Verhofstadt.

Publié dans Texte Actualité divers

Theresa May envisage de soumettre une 4ème fois l’accord de Brexit aux députés

Theresa MayLa Première ministre britannique Theresa May envisageait samedi de soumettre une quatrième fois aux députés l’accord de retrait de l’Union européenne, pour éviter une sortie brutale, sans accord, de l’UE le 12 avril.

Le texte a été rejeté vendredi par les députés par 344 voix contre 286, une marge cependant plus faible que les deux fois précédentes.  « La position du gouvernement est que nous pensons que la meilleure façon de respecter le référendum est de mettre en œuvre l’accord », a déclaré samedi à la BBC le président du Parti conservateur, Brandon Lewis.

L’adoption du texte est censée permettre au Royaume-Uni de quitter le giron de l’UE avec une période de transition jusqu’à fin 2020, afin d’éviter une rupture trop brutale de liens tissés pendant 46 ans.

Plusieurs députés très eurosceptiques comme Boris Johnson, Jacob Rees-Mogg ou Dominic Raab ont finalement soutenu l’accord, changeant leur fusil d’épaule.  « Au moins nous nous dirigeons dans la bonne direction », a déclaré à des journalistes un porte-parole de Theresa May vendredi.

Les députés doivent étudier lundi des scénarios alternatifs de sortie de l’Union européenne, après avoir échoué mercredi à rassembler une majorité sur huit options qui leur étaient présentées.

Le leader du Labour appelle Theresa May à la démission
Devant les députés, Theresa May a assuré vendredi qu’elle continuerait à « plaider en faveur d’un Brexit ordonné », mais elle a reconnu aussi la nécessité de se mettre d’accord sur une « autre voie ».

Selon plusieurs quotidiens britanniques, Downing Street envisage de mettre les députés face à un choix: soit ils votent l’accord de Theresa May, soit un projet alternatif qui recueillerait le soutien de nombreux députés lundi et pencherait pour un Brexit plus doux que le texte actuel.

La cheffe du gouvernement espèrerait ainsi convaincre les eurosceptiques de son parti conservateur de voter pour son accord de retrait, qu’ils rejettent jusqu’à présent car ils considèrent qu’il ne coupe pas suffisamment les liens avec l’UE.

Près de trois ans après le référendum de juin 2016, qui avait vu le camp du « Leave » l’emporter à 52%, le Parlement reste très divisé et le sentiment de frustration domine dans la population.

Pour sortir de l’impasse, la députée conservatrice et ancienne ministre, Nicky Morgan, a évoqué l’idée d’un « gouvernement d’union nationale », une hypothèse rejetée par Brandon Lewis qui estime que cela « ne change pas l’arithmétique parlementaire », les députés ayant été jusqu’à présent incapables de s’accorder sur le Brexit.

Le leader du Labour, principal parti d’opposition, a lui appelé Theresa May à démissionner. De leur côté, les eurosceptiques font pression pour que le Royaume-Uni se détache de l’UE, quitte à partir sans accord. Des milliers de manifestants pro-Brexit, drapeaux britanniques en main, se sont rassemblés à Londres vendredi, jour où le pays était censé quitter l’UE.

Un sommet européen spécial convoqué le 10 avril
Faute d’accord approuvé par le Parlement, un « no deal » (sortie sans accord) le 12 avril, hypothèse qui affole les milieux économiques, reste le scénario « par défaut », a averti vendredi Theresa May.

Le « no deal » est une « possibilité croissante », a déclaré le Premier ministre irlandais Leo Varadkar. Le rejet de l’accord « accroît très fortement les risques d’une sortie sans accord », a aussi réagi la présidence française, appelant les Britanniques à « présenter dans les tous prochains jours un plan alternatif (élections législatives, référendum, union douanière …) ».

Pour éviter cette sortie brutale, Theresa May pourrait se résigner à demander un nouveau report, de plus longue durée, mais qui l’obligerait à organiser des élections européennes fin mai. Un sommet européen spécial a été convoqué le 10 avril.

Selon le tabloïd The Sun, 170 députés conservateurs, dont une dizaine de ministres, ont écrit à la cheffe de gouvernement pour exiger que le Royaume-Uni quitte l’UE rapidement et ne participe pas aux élections européennes.

Brandon Lewis a confirmé avoir connaissance de cette lettre, qu’il n’a lui-même « pas signée ». « Nous devrions faire tout ce que l’on peut pour quitter l’UE de manière ordonnée le plus rapidement possible », a-t-il déclaré à la BBC, ajoutant :  « l’accord est la bonne façon de le faire ».

Publié dans Texte Actualité divers

Après le nouveau rejet de l’accord de Theresa May, où va le Brexit ?

Theresa MayLes députés britanniques ont pour la troisième fois rejeté le plan de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May, ce vendredi. Comment le Royaume-Uni et l’Union européenne peuvent-ils désormais espérer sortir de l’impasse ?

La tension est à son comble au Royaume-Uni. Le scénario d’un Brexit sans accord est « désormais probable », a prévenu la Commission européenne, ce vendredi, alors que les députés britanniques ont refusé pour la troisième fois l’accord de Brexit proposé par Theresa May et négocié avec l’Union européenne. Les implications de ce vote sont « graves », a déclaré la Première ministre britannique, soulignant que le scénario par défaut était désormais un Brexit sans accord le 12 avril.

De son côté, Emmanuel Macron a souligné que ce nouveau rejet (accroissait) « très fortement les risques d’une sortie sans accord ». Le président Emmanuel Macron a d’ores et déjà averti que la France était « prête » à accueillir un Brexit sans commun accord conclu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Vers une sortie de l’UE sans accord, le 12 avril
Le scénario vers lequel Londres et Bruxelles s’acheminent est donc celui d’un Brexit sans accord. Londres a désormais jusqu’au 12 avril pour proposer une solution alternative à l’Union européenne. Sinon, à cette date, le Royaume-Uni sortira de l’Union avec un « no-deal ».

Le pays mettrait ainsi fin, sans période de transition ni plan pour la suite de leur relation, à 46 ans d’appartenance à l’UE, quittant du jour au lendemain le marché unique et l’union douanière. Un scénario redouté par les milieux économiques. Les deux parties ont intensifié ces derniers mois leurs préparatifs face à cette éventualité. Mais les députés ont une deuxième fois voté contre ce scénario mercredi et Theresa May y est hostile.

Réclamation d’un nouveau report à l’Europe
Le président du Conseil européen Donald Tusk a réagi dans la foulée du vote ce vendredi, annonçant la tenue d’un sommet européen extraordinaire le 10 avril prochain. Les détails de la rencontre sont encore à déterminer mais, à l’image de ce qui a déjà été fait, Theresa May pourrait participer au début de la rencontre, a ajouté cette même source.

Pour les ministres britanniques, cet énième sommet pourrait être l’occasion de demander aux dirigeants européens un nouveau report de la date fatidique.

Un report du Brexit sur le long terme
Les dirigeants de l’Union européenne ont ouvert la possibilité d’un long report, si l’accord de retrait était rejeté, à condition qu’un changement significatif intervienne entre temps.

Theresa May a dit mercredi qu’elle ne serait plus à son poste pour mener de nouvelles négociations. Cela pourrait constituer le changement réclamé par l’UE puisqu’un nouveau gouvernement conservateur, avec d’autres postulats, serait alors en mesure de rouvrir les négociations avec Bruxelles.

Un long report devrait courir au moins jusqu’à fin 2019, a prévenu la Commission européenne, et être approuvé par les 27. Il implique que le Royaume-Uni prenne part aux élections européennes en mai.

La tenue d’élections générales
Autre scénario amenant à un changement de gouvernement: la tenue d’élections générales. Elles peuvent être convoquées si le Parlement et le gouvernement ne parviennent pas à s’entendre sur une solution pour mettre en œuvre le Brexit.

Le Parlement doit voter lundi une nouvelle fois sur plusieurs options possibles pour le Brexit mais ce vote n’est pas contraignant et Theresa May peut alors décider de convoquer des élections générales pour sortir de l’impasse. Un tel scrutin peut aussi être organisé à la suite du vote d’une motion de censure contre le gouvernement.

Pas de Brexit du tout
Bien que Theresa May refuse ce scénario, il ne peut être exclu au vu du chaos ambiant au Royaume-Uni. Selon la Cour de Justice européenne, le Royaume-Uni peut décider seul de renoncer à quitter l’UE, sans avoir besoin de l’aval des autres États membres.

Mais un tel revirement, soutenu par une minorité de députés, implique l’organisation de nouvelles élections ou d’un nouveau référendum qui renverserait le résultat de la première consultation, en juin 2016, au résultat acquis par 52% des voix.

Publié dans Texte Actualité divers

Le président de la Chambre des Communes donne son feu vert à un troisième vote sur l’accord de sortie avec l’UE

John Bercow« La motion est nouvelle, substantiellement différente, et en conformité avec les conditions posées », a déclaré le speaker John Bercow.

C’est reparti pour un tour, le gouvernement britannique présentera vendredi 29 mars aux députés pour la troisième fois son accord de Brexit négocié avec Bruxelles, après avoir obtenu jeudi le feu vert du président de la Chambre des communes pour l’organisation de ce vote. « La motion est nouvelle, substantiellement différente, et en conformité avec les conditions posées », a déclaré le speaker John Bercow.

Il avait rejeté la tenue du vote la semaine dernière, au motif que les députés ne pouvaient réexaminer un texte déjà rejeté au cours de la même session parlementaire.

« Le Parti travailliste s’y opposera »
Pour contourner l’obstacle, le gouvernement a décidé de ne présenter vendredi au vote qu’une partie de l’accord, le Traité de retrait, et d’en exclure la Déclaration politique sur la future relation avec l’Union européenne (UE). La manœuvre a été condamnée par l’opposition. « Nous quitterions l’UE mais sans avoir la moindre idée d’où nous irions », s’est insurgé Keir Starmer, le porte-parole du Labour pour le Brexit. « Ce n’est pas acceptable et le Parti travailliste s’y opposera ».

L’adoption du texte au Parlement offrirait à Londres un report de la date du Brexit au 22 mai, soit à la veille des élections européennes. « Nous sommes tous d’accord que nous ne souhaitons pas être dans la situation de devoir demander un nouveau report et de faire face à l’obligation de participer à l’élection du Parlement européen », a déclaré à la Chambre des communes la ministre des Relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, encourageant les députés à soutenir un texte qu’ils ont déjà rejeté à deux reprises, le 15 janvier et le 12 mars.