Publié dans Texte Actualité divers

Europa-Park : Le parc d’attractions propose 700 postes pour sa saison 2019

europa park allemagneLe parc allemand recrute du personnel pour ses attractions, la restauration, l’hôtellerie ou encore l’entretien du site

Comme souvent, pour préparer la saison estivale du site allemand, Europa-Park recrute. Ce sont, cette fois, 700 emplois sont à pourvoir dans le parc d’attractions, situé à Rust.

Du personnel (emplois à temps plein et partiel) est recherché dans les secteurs d’activité suivants : les attractions, la restauration, l’hôtellerie (réceptionnistes, serveurs, cuisiniers, agents d’entretien), les boutiques (vendeurs) et l’entretien.

Trois journées de l’emploi
A cette occasion, le parc propose du 14 au 16 février, trois journées de l’emploi à Europa-Park organisé en partenariat avec le Pôle emploi de Sélestat (Bas-Rhin).

Les candidats doivent impérativement être mobiles et avoir des notions courantes d’allemand (niveau A1 à C1) ou d’alsacien. Ils peuvent postuler via le site Internet dédié ou au 00 49 78 22 77 15 444

Les demandeurs d’emploi doivent néanmoins s’inscrire aux ateliers préparatoires de Pôle emploi Sélestat : le prochain aura lieu le 31 janvier à 9h. Après validation de la candidature, les postulants sont convoqués à un entretien de recrutement individuel.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Parcoursup : le Défenseur des droits demande plus de transparence sur la procédure d’affectation

parcoursupIl se dit « favorable à l’idée d’anonymiser les candidatures déposées dans Parcoursup afin que le lieu de résidence ne soit pas visible ».

Parcoursup est une nouvelle fois critiqué, le Défenseur des droits épingle le dispositif, lundi 21 janvier. Il réclame davantage de transparence sur la procédure d’affectation des étudiants et souhaite des progrès sur « la prise en compte des étudiants en situation de handicap ».

Jacques Toubon souhaite que soient rendus publics « les critères de tri précis utilisés dans chacune des formations  et pour la première fois dans les universités pour classer les millions de candidatures des futurs bacheliers », note Le Monde.

La question du lycée d’origine
Le Défenseur des droits « rappelle que le recours au critère du lycée d’origine pour départager les candidats peut être assimilé à une pratique discriminatoire s’il aboutit à exclure des candidats sur ce fondement ». Il se dit « favorable à l’idée d’anonymiser les candidatures déposées dans Parcoursup afin que le lieu de résidence ne soit pas visible ».

« Tant que la transparence ne sera pas faite sur ces critères, on ne lèvera pas le profond sentiment d’injustice ressenti par les lycéens des quartiers populaires », a déclaré au Monde Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis, l’un des élus qui a saisi le Défenseur.