Publié dans Texte Poéme, Poésie

Mon corps en poéme

femme sensuelce soir, je t’offre le poème de mon corps, lis-le, devines-le jusqu’aux aurores, déchiffres-le, tel un précieux parchemin. Du bout des lèvres, des yeux et des mains, lis-le, savoure un à un les mots comme si pour toi, rien n’était plus beau que de tourner les pages de mon corps qui chavire rien qu’à l’idée, que tu vas le découvrir.

Mais d’abord, effeuilles moi tout doucement, joue de mes dessous de satin, affriolants, déjà, mes formes se dévoilent à ton regard ombrageux appelant tes caresses pour de nouveaux jeux. Entre tes doigts de sculpteur souverain, je t’offre la cambrure de mes reins, des vers, des rimes au rythme passionné me font onduler en douce volupté.

Dans une symphonie qui nous appartiendra, ton chef d’œuvre à tes fantasmes s’éveillera, course perdue au plaisir de notre bohème, du feu qui coule dans nos veines. Ce soir, je t’offre le poème de mon corps, clames-le, honores-le encore et encore, je toucherais ton cœur de ma prose, tu me dégusteras en maître ou en virtuose.

Publicités
Publié dans Texte Sexualité

L’objet de tous les mystères

mystere femme hommePourquoi les femmes ont-elles caché si longtemps  et cachent encore  ce que les hommes désirent plus que tout chez elles : leur sexe.

Enfoui sous de nombreuses couches de tissus, robes, jutons, culottes, le sexe de la femme ne s’expose jamais. Aujourd’hui encore, même vêtue d’un pantalon, une femme ne se laissera jamais aller à s’asseoir les jambes écartées, comme le font si souvent les hommes. Habillée d’une jupe, elle croisera les jambes, pour qu’aucun regard ne puisse se perdre en elle.

D’où vient ce regard que l’on porte sur la vulve, puisque c’est son nom ?  Un regard empreint de répugnance autant que d’attirance. On parle de la moule, de la craquouse (L. F. Céline, « Mort à crédit »), plus souvent que de l’abricot ou de l’amande. Et les chansons grivoises ne manquent pas pour faire du sexe de la femme un synonyme de l’obscénité.

La femme face à elle même
La femme découvrira à l’adolescence que son sexe se couvre de poils, coule et que du sang s’en échappe. Toute sa vie, il lui faudra pratiquer une gymnastique compliquée pour tenter d’observer cette partie cachée de son corps qui, seule, la différencie des hommes. Combien de femmes n’ont jamais pris une petite glace pour regarder leur sexe (elles ne peuvent le faire autrement) ?   Le sexe de la femme est-il à ce point tabou ?   Combien de femmes vivent ainsi sans se connaître ?   Celle que la mère n’aura pas rassurée se posera de nombreuses questions sur la perte de sa virginité et la douleur qu’on y associe généralement.

Le sexe des femmes est une affaire de femmes. Les conseils seront chuchotés loin des oreilles des hommes, comme si en parler ouvertement pouvait attirer de quelconques malédictions. Les règles, même à l’âge adulte, sont soigneusement dissimulées et si une tache de sang vient souiller un pantalon, c’est un sentiment de honte qui envahira l’imprévoyante.

Lorsque la femme découvre que son sexe ne rebute pas son partenaire, elle se réconcilie alors pour de bon avec lui. Il pourra s’exposer librement sous le regard de l’homme, se laisser observer, admirer, caresser, aimer de la main et de la bouche. Pour son plus grand plaisir.

L’homme face à son sexe
Alors qu’il l’affuble de toutes les grossièretés dans de nombreuses histoires, le sexe de la femme, si caché, si mystérieux, est, pour l’homme, l’objet de toutes les convoitises. Sa main, adolescent, cherchera à percer le secret enfoui entre les cuisses serrées de sa conquête. Ses doigts, peu à peu plus sûrs d’eux, caresseront les poils, découvriront le clitoris qui se durcira sous leur pression, se perdront ensuite entre les lèvres avant d’atteindre l’entrée du vagin. L’homme se perdra dans sa douceur et sa moiteur, en savourera le goût laissé au creux de sa main. Il y posera enfin sa tête, y laissera aller son regard, puis sa bouche s’en délectera. Le mystère deviendra familier. Source de jouissance.

« Roses aux pétales délicats »,
« Blessures d’où je viens »
que de métaphores suggestives
pour cette parcelle d’anatomie féminine

Publié dans Texte Kamasutra

La posture du papillon

la posture du papillonPropice aux étreintes ardentes, l’union du papillon issue du Kamasutra demande une belle forme physique. Cette posture sexuelle, très acrobatique, booste la machine à fantasmes.

Le bien-aimé s’assoit, les jambes allongées, en appui sur ses bras tendus, prêt à recevoir sa bien-aimée brûlante de désir. Elle prend position face à lui, les jambes de part et d’autres de ses hanches, le buste basculé en arrière, le corps reposant sur les pieds et les mains, de manière à garder une grande mobilité du bassin. Dans une étreinte ardente, chacun s’active aiguillonné par Éros, dans des mouvements circulaires de va-et-vient.

Les bénéfices pour elle
Ainsi positionnée au-dessus, elle bénéfice d’une grande liberté de mouvements, pour stimuler les différentes zones de son plaisir (parois avant du vagin, point G, entrée du vagin) C’est elle qui mène le bal, des étincelles de bonheur plein les yeux. Qu’elle peut planter dans ceux de son partenaire pour lui montrer les vagues de plaisir qui la submergent.

Les bénéfices pour lui
Ainsi dominé par sa partenaire, lui se laisse gagner par l’excitation communicative de son désir à elle, ébahi du bonheur sexuel qui la transporte, la rendant follement excitante. La vue de leurs deux sexes s’activant, de ses seins, boostent sa machine à fantasmes.  Avec ce petit plus de l’interdiction de toucher. La performance des ébats demande de garder les bras en appui.

Les plus de l’union du papillon
A la diversité de variantes d’angles de pénétration que favorise la posture, s’ajoute les bénéfices du face-à-face. Vous pouvez vous encourager, manifester vocalement votre émoi sexuel (oui, oui  et autres vocalises). Bouche ouverte et lèvres gonflées de plaisir, c’est sûr le paradis orgasmique, c’est maintenant.

Les moins de l’union du papillon
Mieux vaut avoir la forme, cette posture est très physique. Les mains n’étant pas disponibles ni pour l’un ni pour l’autre, l’aspect « tendresse et sensualité » est restreint, en faveur d’une étreinte triviale. Attention toutefois à ne pas montrer des ardeurs démesurées qui malmèneraient le pénis de votre partenaire, qui doit être bien rigide. Sinon s’abstenir.

L’astuce
C’est la position idéale pour les multi-orgasmes pour la femme. Messieurs, pour durer et tenir cette folle chevauchée sans mollir, respirez. De préférence en mode tantrique, pour refaire descendre l’excitation quand elle devient trop intense, afin de ne pas éjaculer trop vite. Faites circuler l’énergie d’amour cosmique.

Publié dans Texte Beauté et Soin

Les bienfaits de la douche

DOUCHELa magie de la douche c’est qu’en quelques minutes, elle remet d’aplomb, efface la fatigue, élimine les tensions et éclaircit les idées. Des gels tonifiants, hydratants, adoucissants  aux parfums gourmands ont remplacé les savons d’antan pour en faire un pur moment de délice.

La douche n’est plus « seulement » faite pour se laver, tour à tour, elle réveille, tonifie apaise et hydrate les peaux desséchées par le soleil. On en use et abuse à chaque heure du jour et de la nuit.

A chaque moment de la journée, sa douche
Il y a celle du matin, qui après une longue nuit de sommeil, remet le moteur en marche, dégourdit muscles et articulations et nous prépare pour une « bonne journée ». Pour en optimiser les effets, mieux vaut choisir un gel douche aux senteurs vivifiantes et toniques.

Il y a celle de la fin de journée qui, l’été, nous lave de la sueur, de la pollution ou du sable et du sel, quand les vacances marines sont à l’ordre du jour. Particulièrement bienfaisante et relaxante, elle permet au corps d’oublier la chaleur de la journée et aux jambes, quand on la termine par un jet d’eau froide, de se faire toutes légères. Cette douche, sorte de prélude aux autres plaisirs de l’été (l’apéro face au coucher du soleil, le dîner en terrasse …) signe un des rares moments d’intimité, autant en profiter pour chouchouter sa peau avec un gel douche aux actifs hydratants.

Enfin, il y a la douche bien méritée, celle qui récompense l’effort physique accompli lors d’un jogging, d’un match de tennis ou d’un cours d’aérobic. Comme un petit miracle l’eau apaise les tensions, allège la température et favorise le retour à la normale. On en sort propre, détendu en pleine forme.

Le gel douche : un classique de la toilette
Il y a quinze ans le gel douche c’était un petit luxe, une note de fantaisie, qui tranchait avec l’habituel savon. Peu à peu, il a trouvé sa place dans les salles de bains des français qui aujourd’hui l’utilisent à 77 %.

Un succès qui s’explique par les qualités et les avantages des gels-douche :
– On les glisse dans sa trousse de toilette ou son sac de sport sans souci, oubliant du même coup nos vieilles boites à savon.
– Ils respectent la peau et ont fait de gros efforts sur la rinçabilité, quant à leur parfum, vu l’abondance de l’offre, chacun trouvera le sien.

Sous la douche on préserve l’hydratation
Pour nous permettre de protéger l’hydratation de la peau, les marques de cosmétiques ont mis au point des formules douces au ph neutre. Ces gels lavant nouvelle génération sont riches en actifs nourrissants et renforcent la barrière protectrice de la peau. Enveloppé d’un film protecteur et protégé du dessèchement cutané, l’épiderme retrouve toute sa douceur et sa souplesse. Adaptés à une utilisation quotidienne, les gels douche sur-gras ou enrichis en huiles relipidantes sont très hydratants et particulièrement conseillés aux peaux sensibles. Un produit a fait surface ces derniers mois dans les rayons de nos hypermarchés : le lait corps à appliquer directement sous la douche après vous être rincée. Cet hydratant minute peut se révéler être très pratique pour les plus pressées.

La douche : le bon moment pour s’hydrater
Après avoir imaginé des gels-douche aux fragrances plaisir, puis aux formules protectrices, les marques de cosmétiques proposent aujourd’hui des soins hydratants spécialement élaborés pour une application sous la douche. Ces soins hybrides réinventent l’hydratation et nous font découvrir une nouvelle gestuelle : celle d’appliquer le lait hydratant sous la douche. Pratiques et futés, ces laits corps nous font gagner un temps précieux. En effet, si la peau est aussi douce et hydratée qu’avec un lait traditionnel, il n’y a aucun effet collant. Résultat ?  A peine la douche terminée, on peut s’habiller. Cependant, attention, ces laits ne sont pas des gels douches, ils s’appliquent sur peau propre.