Publié dans Texte Actualité divers

Harry et Meghan dévoilent le prénom de leur bébé

Meghan Markle est apparue ce 8 mai au côté du prince Harry pour présenter leur bébé, né le 6 mai dernier.Le prince Harry et Meghan Markle ont dévoilé ce mercredi le prénom de leur bébé.

Le « Baby Sussex » a enfin un prénom. Le bébé de Meghan et Harry, né lundi 6 mai et présenté officiellement au public de mercredi s’appelle Archie Harrison Mountbatten-Windsor.

Les jeunes parents ont annoncé le prénom de leur enfant sur leur compte officiel Instagram. Dévoilant par la même occasion une photo de la reine et du prince Philip, en compagnie de Harry et Meghan et de la mère de celle-ci, Doria Ragland.

famille royale

Arthur, Alexander, Philip, James … Les spéculations allaient bon train depuis la naissance du bébé, et même bien avant, dès l’annonce de la grossesse de Meghan Markle. Archie est le diminutif du prénom Archibald. Prénom d’origine germanique, il signifie « audacieux » ou « courageux ». Ce prénom a fortement gagné en popularité ces dernières d’années en Angleterre et au Pays de Galles, passant de la 192e place en 1996 à la 18e en 2017, selon l’office de statistiques national. Harrison signifie « fils de Harry ».

Marge de manœuvre
L’attente a été de courte durée, pour les Britanniques qui avaient dû attendre toute une semaine pour découvrir le prénom de William, fils de Charles et Diana et un mois pour connaître celui de Charles, premier enfant de la reine Elizabeth.

Si le poids des traditions est important, les jeunes parents ont eu une certaine marge de manœuvre, estime sur BFMTV .  Jean des Cars, historien de la monarchie et des grandes dynasties. Parce que « ce petit garçon n’est que septième sur la ligne de succession. Il n’est pas dans le même ‘couloir’ que les enfants de William et Kate ». Les jeunes parents ont ainsi choisi de s’affranchir des noms les plus traditionnels puisés dans les tréfonds de la monarchie britannique, pour trouver un prénom moderne et inédit à leur enfant.

Quant à son nom de famille, Mountbatten-Windsor, c’est le patronyme du duc d’Edimbourg (Philip Mountbatten avant d’épouser Elizabeth) et de ses descendants de lignée masculine qui ne portent pas de titres royaux.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Meghan et Harry présentent leur nouveau-né au monde

Meghan Markle est apparue ce 8 mai au côté du prince Harry pour présenter leur bébé, né le 6 mai dernier.Meghan Markle est apparue ce 8 mai au côté du prince Harry pour présenter leur bébé, né le 6 mai dernier.

Le prince Harry et son épouse Meghan Markle présentent au public leur bébé, né le 6 mai dernier. Le couple est apparu ce mercredi pour la première fois depuis la naissance de leur fils. Meghan Markle, rompant avec la tradition, avait choisi de ne pas apparaître à sa sortie de la maternité, comme l’avaient fait avant elle, la princesse Diana ou Kate Middleton.

Autre signe de « modernité », c’est le prince Harry et non la duchesse de Sussex qui portait le nouveau-né pour cette présentation au public dans le hall Saint-George du château de Windsor. Le bébé, était emmailloté dans un lange blanc et sa tête couverte d’un petit bonnet blanc. Le couple n’a pas encore dévoilé le prénom du « baby Sussex », comme le surnomment les Britanniques.

Présentation à la reine
« C’est magique », a déclaré le jeune mère. « Il a le plus doux des tempéraments, il est très calme », a-t-elle affirmé, évoquant le bébé. « Je me demande d’où il tient ça! », a plaisanté le prince Harry, en costume gris clair et cravate foncée. Le cadet du prince Charles et de Lady Di était jadis connu pour être le trublion de la famille royale. « C’est un rêve. Ces deux derniers jours ont été très particuliers », a déclaré la duchesse.

Le couple s’apprête à présenter le nouveau-né à la reine Elizabeth et au prince Philip, ses arrières-grands-parents. « Cela va être un joli moment », a déclaré Meghan Markle. « Nous allons présenter le bébé à la famille. Et ma mère est là aussi … » a ajouté la duchesse, qui était vêtue d’une robe blanche et juchée sur des talons vertigineux. Le nouveau venu dans la famille royale est le huitième arrière-petit-enfant de la reine Eilzabeth et de son mari Philip.

Publié dans Texte Actualité divers

Les Britanniques attendent avec impatience l’arrivée du « royal baby »

couple royalLes rumeurs vont bon train quant à la naissance du bébé du prince Harry et de Meghan Markle.

Alors que des rumeurs affirmaient que la grossesse de Meghan Markle arrivait à terme dimanche dernier, le 28 avril, le “baby Sussex” tant attendu n’a toujours pas pointé le bout de son nez outre-Manche.

« Le moindre signe, le moindre mouvement du côté de Windsor, là où habite le couple, est scruté à la loupe par les journalistes spécialisés et par les fans de la royauté », expliquait ce samedi sur notre antenne Clémence Dibout, journaliste à BFMTV.

Un bébé déjà né ?
Mais nombreux sont les Britanniques à penser que le premier enfant de Meghan Markle et du prince Harry est déjà né. Un bookmaker britannique a même décidé de clore, vendredi 3 mai, ses paris liés à la naissance du royal baby, persuadé que Meghan Markle avait déjà accouché.

De nombreuses rumeurs fusent également dès que les fans de la royauté croient déceler le moindre petit indice.  « Cette semaine, il a fallu qu’une ambulance passe sirène hurlante aux abords de la résidence du couple pour alimenter les rumeurs les plus folles. En fait, il s’agissait d’une ambulance qui faisait un exercice pour une auto-école », explique notre reporter Clémence Dibout.

Un automobiliste aurait également affirmé avoir vu une couverture rose dans une Bentley qui s’est ensuite introduite dans le château, ce qui n’a pas tarder à alimenter les spéculations quant à la possible naissance du bébé du duc et de la duchesse de Sussex.

Buckingham Palace a tenu à démentir ces rumeurs, en affirmant que les journalistes spécialisés seraient prévenus dès le début du travail de Meghan Markle.  Le Royaume-Uni est en tout cas en ébullition, dans l’attente de l’annonce d’une naissance qui s’annonce imminente. L’annulation, vendredi 3 mai, d’un voyage officiel du prince Harry aux Pays-Bas, laisse en effet supposer que le royal baby arrivera sous peu.

Publié dans Texte Actualité divers

Le prince Harry annule en urgence un voyage officiel

couple royalL’annulation de son voyage relance les rumeurs de la naissance imminente du bébé royal, attendue depuis plusieurs semaines.

L’accouchement de Meghan Markle est-il imminent ?  Alors que le Sussex Baby doit naître dans les jours à venir, le Prince Harry a décidé d’annuler un voyage prévu mercredi prochain à Amsterdam, a annoncé un porte-parole de Buckingham Palace.

« En raison de la planification logistique du voyage de presse pour couvrir les visites et les engagements de la Famille Royale, nous avons décidé de repousser la visite du Duc de Sussex prévue pour le 8 mai à Amsterdam », a déclaré le porte-parole.

Cette annonce est aussi interprétée, souligne The Telegraph, comme un signe de respect envers son père, le Prince de Galles, qui doit se rendre en Allemagne le même jour pour commémorer l’Armistice de la Seconde Guerre Mondiale.

Son voyage de jeudi est maintenu
Le voyage du prince Harry à La Haye, prévu jeudi 9 mai, est lui maintenu. Il doit participer au lancement des Invictus Games de 2020, la compétition multi-sports pour soldats et vétérans de guerre dont il est le créateur.

Il n’y a pas eu encore d’annonce officielle de la naissance de l’enfant de Meghan et Harry. La grossesse de la Duchesse de Sussex devait arriver à son terme entre fin avril et début mai.

Publié dans Texte Actualité divers

Le bébé royal d’Harry et Meghan peut déjà craindre le fisc américain

Announcement Of Prince Harry's Engagement To Meghan MarkleL’enfant à naître du duc et de la duchesse de Sussex bénéficiera par sa mère de la nationalité américaine. Un cadeau empoisonné, qui risque de le rendre redevable d’impôts et de taxes aux États-Unis.

Aucun doute sur le fait que le bébé royal d’Harry et de Meghan naîtra avec une cuillère d’argent dans la bouche. Mais le fisc américain voudra en prime en connaître la valeur. La raison de cet intérêt des services fiscaux des États-Unis pour ce bébé tient à sa double nationalité, britannique par son père Harry, et américaine par sa mère, la duchesse de Sussex.

« Lorsqu’un des deux parents d’un enfant est américain et qu’il a résidé aux États-Unis pendant cinq ans dont au moins deux après 14 ans, alors le bébé est américain », rappelle David Treitel, fondateur de l’American Tax Returns, une société de conseil pour les expatriés américains au Royaume-Uni. « C’est le cas de Meghan », ajoute-t-il, précisant qu’il s’agit d’une première dans la famille royale.

La nationalité américaine est toutefois assortie de conditions particulièrement restrictives: comme tout bon citoyen américain qui naît, grandit et meurt n’importe où sur le globe, ce bébé devra chaque année montrer patte blanche au fisc de son pays d’origine.

Des revenus et des cadeaux à déclarer dès sa naissance
À partir de sa naissance, les comptes en banque du bébé alimentés en argent frais par des parents soucieux de son avenir devront être déclarés. Tout comme les revenus qu’il pourrait générer si ses parents décidaient par exemple de lui faire suivre les traces de sa mère, ancienne actrice, en faisant de lui un bébé star du petit ou grand écran.

Au-delà de l’intimité de ce bébé bien né, « le fisc américain va obtenir beaucoup d’informations sur la richesse du couple » à travers ces déclarations et celles de sa mère, résume David Treitel. Car, l’IRS, le service des impôts des États-Unis, exige aussi que les cadeaux de valeur offerts par des non-Américains à cet enfant qui ne manquera pas d’être gâté  soient également déclarés.

« Imaginez que la reine offre au bébé un beau livre d’art de la collection royale. Il devra alors être déclaré au fisc s’il dépasse une valeur de 100.000 dollars », rappelle David Treitel.

En revanche, les cadeaux glanés lors de la coûteuse « baby-shower », la fête entre une future maman et ses amies, organisée récemment par Meghan à New York, n’auront sans doute pas à être déclarés par la femme d’Harry s’ils ont été offerts par des compatriotes, selon lui.

Pas forcément de lourds impôts à payer
Si le bébé et sa mère devront s’acquitter de déclarations qui seront sans doute chronophages pour leurs comptables, il n’est pas dit qu’ils paieront beaucoup d’impôts : ceux-ci « peuvent souvent être compensés par les impôts à payer en Grande-Bretagne », commente Laura Saunders, spécialiste des questions fiscales au Wall Street Journal.

Au-delà de la famille royale, la volonté des autorités américaines de contrôler ses administrés expatriés a parfois des conséquences plus graves, touchant des individus qui n’ont a priori aucun lien avec les États-Unis si ce n’est le fait d’y avoir respiré leurs premières bouffées d’oxygène.

C’est le cas des « Américains accidentels », plusieurs milliers de personnes en France qui ont acquis automatiquement la nationalité américaine parce qu’elles sont nées aux États-Unis, mais qui ont souvent quitté le pays très jeunes et n’y ont plus aucune attache.

Le blues des « Américains accidentels »
Depuis l’adoption en 2010 du Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA), qui substitue le critère de la nationalité à celui du domicile fiscal, ces citoyens se voient obligés de déclarer leurs revenus aux États-Unis, et le cas échéant d’y payer des impôts. Or une grande partie, et pas seulement des Français, ont parfois quitté les États-Unis très tôt. L’Association des Américains accidentels (AAA) qui les regroupe a appelé en fin d’année dernière le président américain Donald Trump à « trouver une solution ».

Leur situation est particulièrement problématique car en cas de refus de se plier aux obligations fiscales américaines, leurs établissements bancaires s’exposent à des sanctions, ce qui pousse ces banques à leur refuser l’accès à des services financiers tels que l’ouverture de comptes bancaires ou la souscription d’une hypothèque.

À une échelle moins dramatique, la famille royale britannique ne peut pas non plus se soustraire à ces obligations puisqu’une déclaration non conforme à la réalité est également assortie de risques d’amendes. Une solution existe tout de même pour éviter les maux de tête aux comptables du couple : que Meghan renonce à sa nationalité américaine. Mais si elle-même échapperait ainsi aux contraintes fiscales, le bébé serait, lui, toujours soumis au devoir de déclaration jusqu’à sa majorité.

Publié dans Texte Actualité divers

Pourquoi l’accouchement de Meghan Markle restera un secret jusqu’au dernier moment

Announcement Of Prince Harry's Engagement To Meghan MarkleLe duc et la duchesse préfèrent accueillir leur enfant dans l’intimité avant de le présenter au monde.

Rien ne fuitera avant la naissance du Baby Sussex, l’enfant de Meghan Markle et du prince Harry. Dans un communiqué officiel, publié ce jeudi, le duc et la duchesse de Sussex témoignent leur reconnaissance envers leurs fans, mais préfèrent accueillir dans l’intimité leur bébé.

« Les altesses royales ont décidé de garder secret leur projet pour l’arrivée de leur enfant. Le duc et la duchesse ont hâte de partager cette excitante nouvelle avec le monde une fois qu’ils auront eu l’opportunité de la célébrer dans l’intimité avec leur nouvelle famille. »

Un record de paris
Attendue ce mois-ci, la naissance du Baby Sussex suscite l’engouement des bookmakers. Ceux-ci parient notamment sur le sexe et le prénom. Beaucoup espèrent une fille du nom de Diana, pour rendre hommage à la mère du prince Harry.

S’appuyant sur le site Bookmakers.tv, The Mirror a révélé en février que plus de huit millions de livres de paris ont été pariées sur l’enfant du duc et la duchesse de Sussex. Un record historique, surpassant de très loin les 3 millions de livres mis en jeu pour les trois enfants de Kate Middleton réunis (George, Charlotte et Louis).

Publié dans Texte Actualité divers

Le prince Charles effectuera la première visite royale officielle à Cuba en mars

prince charles et camillaLe prince Charles et son épouse Camilla se rendront à Cuba du 24 au 27 mars dans le cadre de leur tournée dans les Caraïbes.

Le prince Charles se rendra en mars à Cuba, pour la toute première visite officielle d’un membre de la famille royale sur l’île, illustrant « les relations bilatérales grandissantes » entre les deux pays, ont annoncé vendredi ses services.

L’héritier du trône et son épouse Camilla, la duchesse de Cornouailles, feront étape à Cuba pendant quatre jours, du 24 au 27 mars, au cours de leur tournée dans les Caraïbes.

Aucune entrevue n’est prévue avec l’ancien président et actuel premier secrétaire du parti communiste cubain Raul Castro, frère de Fidel Castro, le dirigeant emblématique de l’île arrivé au pouvoir après une révolution en 1959 et mort en 2016.

Reçus par le président
Charles et Camilla seront les invités d’honneur d’un dîner officiel offert par le président Miguel Diaz-Canel, qui a succédé à Raul Castro en avril 2018. Ils pourraient également rencontrer les musiciens du Buena Vista Social Club lors de la visite d’un studio à la Havane, qui doit encore être finalisée.

Cette escale sur l’île communiste, programmée « à la demande du gouvernement britannique », doit permettre de « mettre en valeur les relations bilatérales grandissantes » entre les deux pays, ainsi que leurs « liens culturels », selon Clarence House, la résidence officielle du prince Charles.

« Un dialogue ouvert et franc »
Cette visite « fait partie de notre rapprochement de longue date avec Cuba », a souligné un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères. Il a fait état d’un « dialogue ouvert et franc sur les problèmes qui nous divisent comme les droits de l’homme », mais aussi d’un engagement commun « en faveur du progrès dans les domaines qui nous intéressent ».

Le ministère cubain des Affaires étrangères s’est lui « félicité » de l’annonce de cette visite officielle et a souhaité la « bienvenue » au couple royal. La tournée dans les Caraïbes du Prince Charles et de la duchesse Camilla commencera le 17 mars et s’achèvera le 29, jour prévu pour la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

En remplacement de la reine Elizabeth
Outre Cuba, le couple visitera Sainte-Lucie, la Barbade, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Saint-Kitts-et-Nevis, et Grenade, cinq pays qui reconnaissent la reine Elizabeth II comme cheffe de l’État. Charles et Camilla termineront leur voyage aux Iles Caïmans, un territoire britannique.

Elizabeth, âgée de 92 ans, n’a plus entrepris de visite à l’étranger depuis 2015. Elle est remplacée dans ce rôle par son fils Charles, ainsi que par ses petits-enfants William et Harry.