Publié dans Texte Actualité divers

Les terribles aveux de Jonathann Daval

jonathann davalCe sont des mots qui font froid dans le dos. Jonathann Daval, qui doit être jugé l’an prochain pour le meurtre de son épouse Alexia, s’est confié cet été au psychiatre mandaté par la juge d’instruction.

Suivant une information du Point, qui a pu consulter le rapport de l’expert versé au dossier, l’ancien informaticien a ainsi détaillé les difficultés de couple et qui duraient depuis plusieurs années, en dressant un portrait peu flatteur d’Alexia : «Elle est devenue violente, en paroles et en actes, et m’humiliait en disant que j’étais un bon à rien […]. J’encaissais les coups et j’esquivais».

Une relation conflictuelle qui aurait finalement dégénéré pour l’éternité dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 à Gray-la-Ville (Haute-Saône), durant laquelle Jonathann a tué sa femme.

«Elle m’a dit : ‘T’es pas un homme ‘ Elle m’a frappé avec les pieds et les mains, elle m’a poussé, alors je l’ai bloquée, je l’ai étranglée et je l’ai frappée. Ce que je voulais, c’est qu’elle se taise», confesse celui qui, après le drame, avait joué les maris éplorés devant les caméras.

«Une pathologie de personnalité» évidente
Selon l’expert-psychiatre, Jonathann possèderait «une personnalité obsessionnelle», propice à «un refoulement de l’agressivité» qui a pris racine dès l’adolescence, à la suite de «sévères» troubles obsessionnels compulsifs (TOC) tels «amour de l’ordre, de la propreté, du rangement et une persistance de rites de vérification».

Des traits qui, d’une certaine façon, pourraient expliquer pourquoi Jonathann se serait obstiné jusqu’au bout dans une attitude de mari parfait. D’ailleurs Jonathann Daval l’assure, il était «amoureux de sa femme» et l’est «toujours» aujourd’hui, deux ans après sa mort.

Enfin, si les conclusions du médecin évoquent «une pathologie de personnalité» plutôt évidente, il ne relève pour autant aucune «dangerosité psychiatrique» chez le mis en cause, allant à l’encontre d’une première expertise psy.

De fait, la responsabilité pénale de Jonathann Daval devrait être pleinement engagée lors du son procès à venir.

Publié dans Texte Actualité divers

Affaire Maëlys : la justice valide l’expertise psychologique de Nordahl Lelandais

Nordahl LelandaisLe témoignage du codétenu accablant Nordahl Lelandais et l’expertise psychologique de ce dernier restent dans le dossier sur la mort de Maëlys. La défense avait demandé l’annulation de ces deux pièces.

C’est un récit que la défense de Nordahl Lelandais aurait bien voulu voir disparaître du dossier sur la mort de Maëlys. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a validé ce document reprenant un témoignage mettant en cause l’ancien maître-chien qui a reconnu être à l’origine de la mort de la petite Maëlys en 2017, a appris BFMTV auprès du parquet de Grenoble. La semaine dernière, la défense du meurtrier présumé avait réclamé son annulation.

Ce témoignage est celui d’un homme détenu pendant six mois dans une cellule voisine à celle de Nordahl Lelandais au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. Il a assuré que ce dernier lui aurait confié avoir violé Maëlys avant de lui asséner des coups mortels. Un témoignage qui venait contredire les dépositions du suspect qui, depuis le début de l’affaire, a toujours assuré avoir tué « accidentellement » la fillette.

L’expertise conservée en partie
Sur la base de ce témoignage notamment, l’avocat des parents de Maëlys, Jenifer et Joachim de Araujo, a déposé la semaine dernière une demande de requalification auprès des juges d’instruction pour réclamer que les poursuites à l’encontre de Nordahl Lelandais soient modifiées. Pour l’instant, l’ancien militaire est mis en examen pour « enlèvement suivi de meurtre », la famille de la petite fille veut qu’il soit poursuivi pour « assassinat » et « viol ». Une procédure distincte qui n’a pas encore été tranchée.

La justice a également validé l’expertise psychologique de Nordahl Lelandais dont, là encore, la défense avait demandé l’annulation. La cour d’appel de Grenoble demande toutefois que certains termes soient retirés de cette expertise. Ce document de 73 pages, réalisé à la suite de cinq entretiens de deux heures, estime que l’ancien militaire présente « une insensibilité morale et une imperméabilité au sentiment de culpabilité car la notion même de faute lui paraît incompréhensible ».

À cela s’ajoutent une « mythomanie constante » et une capacité à « manipuler » accentuée par son impression d’être en « position de toute puissance ».

Publié dans Texte Actualité divers

Plainte pour agression sexuelle contre Nordahl Lelandais

Nordahl LelandaisAprès plusieurs mois d’enquête préliminaire, la justice a ouvert une information judiciaire à l’encontre de l’ancien maître-chien.

L’une de ses petites-cousines l’accuse d’agression sexuelle en 2017, alors qu’elle avait 14 ans. Elle a porté plainte en avril et a été entendue ce mardi par un juge.

L’ancien maître-chien déjà mis en examen pour les meurtres de Maëlys de Araujo et d’Arthur Noyer, ainsi que pour agressions sexuelles sur deux de ses petites-cousines, fait l’objet d’une information judiciaire. Après plusieurs mois d’enquête préliminaire, l’affaire portant sur des faits d’agression sexuelle sur mineur et de menace de mort a été confiée à des juges d’instruction, a appris ce mardi BFMTV, confirmant une information de l’Express. Nordahl Lelandais est accusé par une autre de ses petites-cousines, âgée de 16 ans. Elle a porté plainte contre lui en avril dernier.

Auditionnée ce mardi par un juge, la plaignante, âgée de 14 ans au moment des faits qu’elle rapporte, explique avoir subi des attouchements le jour de l’enterrement de son père, en mars 2017. Selon ses dires, Nordahl Lelandais lui a touché « la poitrine » et « les fesses avec insistance ». La jeune fille le repousse et se retrouve alors prise en étau entre la peur et les menaces de son grand-cousin. « Il m’a dit ‘si tu dis quelque chose je te tue' », confiait-elle cet été à BFMTV.

Des textos équivoques
Tenaillée par la peur, l’adolescente se mure dans le silence. C’est la double mise en examen de l’ancien militaire qui la conduit finalement à tout révéler à sa mère : « J’ai appris pour ma petite cousine, je me suis dit qu’il était temps d’en parler, qu’il ne fallait plus que je le garde pour moi. Qu’il fallait que j’en parle parce que je ne pouvais plus le garder pour moi, c’était trop dur. »

Après sa plainte déposée en avril, les policiers ont recueilli dans le cadre d’une enquête préliminaire des éléments qui semblent corroborer ce nouveau témoignage à charge. Des messages illustrant la nature de la relation entre Nordahl Lelandais et sa petite-cousine ont notamment été découverts sur son téléphone, précise l’Express.

« Fin mars, il a commencé à me renvoyer des messages et je lui ai répondu parce que j’avais forcément peur. Il m’a dit : ‘C’est quand qu’on se marie, t’es ma petite bombe’, que des choses comme ça », nous soufflait-elle au mois de juillet.

L’adolescente espère que sa plainte « va encourager les personnes, s’il a fait quelque chose à quelqu’un qui est encore vivant, à le dire également. Ça va peut-être les aider à avoir la force d’y aller et de le dire », conclut-elle.

Publié dans Texte Actualité divers

Le nom de Nordahl Lelandais apparaît dans l’enquête sur la mort de Thomas Rauschkold

Nordahl LelandaisCe jeudi, les parents de Thomas Rauschkolb ont intenté une action en justice pour le meurtre de leur fils.

Si cette plainte ne vise pas directement Nordahl Lelandais, elle relance les soupçons autour de son implication dans la mort de Thomas Rauschkolb, dont le cadavre a été retrouvé en 2015 près d’une rivière, en Savoie.

Classée en 2017 par les enquêteurs comme une mort accidentelle, l’affaire Thomas Rauschkolb pourrait prendre un nouveau tournant. Ce jeudi, les parents du jeune homme ont déposé une plainte contre X pour meurtre, a annoncé leur avocat à BFMTV, confirmant une information de RTL. Ils ne visent pas directement Nordahl Lelandais, mais le spectre de celui qui a déjà avoué les meurtres de Maëlys et d’Arthur Noyer pèse sur ce cold case.

« C’est une plainte avec constitution de partie civile entre les mains du doyen des juges d’instruction. Elle est contre X naturellement, puisque moi je ne dis pas que monsieur Lelandais est à l’origine de l’homicide de Thomas Rauschkolb. Simplement, on dit que c’est une piste à explorer », a déclaré ce jeudi matin sur notre antenne Me Bernard Boulloud, l’avocat des parents.

Photo troublante
Le 28 décembre 2015, Thomas Rauschkolb est retrouvé mort au bord d’une rivière après avoir passé une soirée dans une boîte de nuit de Grésy-sur-Aix, en Savoie. Après deux ans d’enquête, la police clôt les investigations estimant que le garçon de 18 ans a fait une chute accidentelle en sortant d’une soirée bien arrosée. Mais cette issue est loin de convaincre ses parents, qui pointent plusieurs éléments troublants.

Le jeune homme est retrouvé avec une chaussure en moins et sa ceinture pend à un grillage près de son corps comme s’il avait « tenté d’échapper à quelqu’un qui le poursuivait », avance son père dans les colonnes du Parisien. Surtout, une photo suspecte refait surface.

Celle de la victime posant aux côtés de Nordahl Lelandais au Studio 54, la discothèque où il se trouvait le soir de sa mort. La photographie date de 2012 et a été prise par une serveuse de l’établissement.

« Rien ne dit que Nordahl Lelandais n’y était pas aussi le jour de sa mort. Ça fait trop de coïncidences (…) Le caporal Noyer a été tué en sortant d’une boîte de nuit », avait alors réagi auprès du quotidien le père de la victime.

Son avocat, Me Bernard Boulloud avait toutefois nuancé : « Attention, cette photo ne prouve pas à ce stade qu’il est lié à la mort de Thomas Rauschkolb. Juste qu’il a fréquenté la même discothèque. »

Nordahl Lelandais soupçonné dans 40 dossiers de disparition
Mais lundi, l’interview d’une ancienne compagne du maître-chien vient à nouveau relancer les suspicions. Celle-ci déclare à nos confrères qu’il « faudrait notamment creuser le dossier du jeune Thomas Rauschkolb (…) A cette époque, je venais de quitter Nordahl Lelandais une première fois et il était dans le même état de colère, de frustration que lorsqu’il a tué le caporal Noyer. (…) La veille (…), il m’avait fait peur avec une tronçonneuse. »

Aujourd’hui, la mort de Thomas Rauschkolb fait partie des 40 dossiers encore non élucidés par la cellule de gendarmerie Ariane et pour lesquels Nordahl Lelandais est suspecté. Avec cette plainte pour meurtre, il appartient aux enquêteurs d’établir si Nordahl Lelandais est véritablement impliqué ou non dans la mort du jeune homme.

Publié dans Texte Actualité divers

Nordahl Lelandais : son ex-compagne veut porter plainte contre les gendarmes

Nordahl LelandaisEn couple avec Nordahl Lelandais entre mai 2015 et décembre 2016, la jeune femme assure avoir tenté d’alerter les gendarmes de Pont-de-Beauvoisin sur son compagnon. En vain.

« C’est le diable. » Dans l’ombre depuis deux ans, l’ancienne compagne de Nordahl Lelandais, accusé d’avoir tué Maëlys de Araujo et Arthur Noyer, prend la parole dans Le Parisien et sur RTL ce lundi.

Karine (son prénom a été changé) annonce qu’elle va porter plainte contre les gendarmes, qui ne l’ont pas écoutée lorsqu’elle les alertait sur la dangerosité de son compagnon de l’époque.

« Manipulateur », « psychopathe »
Pour respecter le deuil des familles des victimes présumées de l’ancien maître-chien, elle s’était fait discrète. Mais aujourd’hui, Karine ne mâche plus ses mots contre ce « manipulateur » et ce « psychopathe » avec lequel elle est sortie entre mai 2015 et décembre 2016 : « Je me suis bien fait avoir. Ses crimes, la pédophilie, son homosexualité, j’ai tout découvert dans la presse. Il n’y a que du mauvais en lui », déclare-t-elle dans les colonnes du Parisien.

La jeune femme raconte avoir dû rompre avec celui qui était « devenu insupportable, trop impulsif. Il avait des angoisses, des changements d’humeur, un décalage avec la réalité. Il prenait aussi beaucoup de cocaïne », se souvient-elle. Après leur rupture, l’accusé l’aurait harcelée, la « menaçant » à plusieurs reprises, la frappant ou la poursuivant lors de ses déplacements.

Les gendarmes alertés avant la disparition de Maëlys
Lorsqu’il lui aurait « ‘foncé dessus avec sa voiture », Karine se serait présentée à la gendarmerie  et ce pour la quatrième fois  afin de déposer plainte : « Les gendarmes ont d’abord refusé de prendre ma plainte. J’ai dû insister, pleurer, pour qu’ils le fassent. (…) Les gendarmes m’ont même demandé d’arrêter de le provoquer. Alors que c’est moi qui vivais un enfer », regrette-t-elle.

C’est à ce moment que Karine estime que les gendarmes ont commis une faute. Elle assure que si les autorités avaient pris ses craintes au sérieux, un drame aurait pu être évité. Nous sommes alors le 18 juillet 2017. Maëlys de Araujo a disparu le soir d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère), moins d’un mois et demi plus tard, le 27 août.

« Savoir qu’un enfant est parti alors que vous auriez pu l’éviter, c’est très difficile », ajoute l’ancienne compagne du mis en cause. Elle va donc déposer plainte contre la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin qui n’a pas traité sa plainte et l’aurait ensuite accusée d’être « la méchante » alors qu’elle s’estime être, au contraire « une victime ».

Publié dans Texte Actualité divers

Le drame secret de Nordahl Lelandais

Nordahl LelandaisL’homme au passé énigmatique assure aux experts psy qu’un événement l’a fait basculer en 2017.

« Un regard noir, intense, soutenu, fixe, vide de sentiment ». Un regard qui met « au défi » celui qui lui fait face. C’est par ces mots qu’un expert psychologue décrit Nordahl Lelandais dans un rapport inédit, versé à ce dossier criminel labyrinthique, en décembre 2018. Un an après les premiers aveux de l’ancien militaire pour l’affaire Maëlys, la noirceur de ce regard dissimule encore son lot de secrets.

Quatre affaires mettent aujourd’hui en cause le maître-chien. D’abord le meurtre en avril 2017, vers Chambéry, du caporal Arthur Noyer, que Nordahl Lelandais aurait pris en stop avant de lui asséner un coup mortel lors d’une bagarre, selon ses propres aveux. Ensuite, en juillet, l’agression sexuelle, filmée, d’une petite-cousine âgée de quatre ans. Puis en août, l’agression d’une autre petite cousine âgée de six ans, selon un mode opératoire identique. Et enfin, une semaine plus tard, le meurtre de la petite Maëlys, enlevée au cours d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).

Il y a plus d’un an, l’écho médiatique de l’affaire avait permis de relancer plusieurs dossiers de disparitions non élucidées dans sa région, en Rhône Alpes, avec une lancinante question en toile de fond : Nordahl Lelandais, combien de victimes ?  La gendarmerie a même mis en place une cellule spéciale baptisée Ariane pour, d’une part, retracer « le parcours de vie » du suspect, et, d’autre part tenter de rapprocher ou d’éliminer pas moins de 900 cas de disparitions, de cold case ou d’enterrés sous X au regard de ce parcours. Un an après, les conclusions de cette cellule sont toujours attendues.

« Un litre de rhum et un gramme de cocaïne par jour »
Une évidence s’impose pour l’instant : si l’on excepte l’incendie criminel d’un snack à Paladru (Isère) commis avec des complices en 2008, tous les faits pour lesquels il est mis en cause se concentrent sur l’année 2017. Deux hypothèses demeurent : soit le jeune homme n’avait pas basculé dans le crime avant cette année-là. Soit des victimes plus anciennes restent introuvables à ce stade.

Face aux différents experts psy qui l’ont interrogé à plusieurs reprises l’année dernière, Nordahl Lelandais a accrédité la première théorie. Il a même identifié un épisode précis, en février 2017, qui lui aurait fait perdre pied : l’avortement de son ex-compagne A. qui attendait un enfant de lui. « C’est très dur à vivre sans (…) Je pourrais avoir un bébé et j’ai ôté la vie d’un enfant », s’est-il lamenté face à l’expert psychologue. A le croire, cette paternité impossible l’aurait plongé dans une profonde dépression : « J’étais no limit, un litre de rhum et un gramme de cocaïne par jour » Il aurait aussi développé des troubles de la personnalité : par exemple, « l’impression que tout le monde savait tout sur moi ».

Dans le rapport d’un expert psychiatre daté de 2018, Nordahl Lelandais avait déjà décrit cette sensation étrange mais en la datant cette fois de son enfance : celle d’être le héros du film Truman Show, dans lequel l’acteur Jim Carrey incarne un homme dont la vie est retransmise 24 heures sur 24 à la télévision, sans qu’il ne le sache.

Quand Nordhal Lelandais se fait passer pour un policier
« Depuis février, mars, j’étais plus moi du tout » répète Nordhal Lelandais. De fait, plusieurs événements troublants surviennent dans son quotidien à cette période. En février 2017, il se retrouve au cœur d’une altercation avec une automobiliste. Pour mettre fin au conflit, il brandit un insigne de police qu’il conservait dans sa voiture. Il sera condamné à quatre mois de prison avec sursis pour cette détention illégale.

En mars, c’est-à-dire quelques semaines avant la mort d’Arthur Noyer, le jeune homme occupe un poste d’intérimaire dans une usine de sirop mais obtient un arrêt de travail. « J’ai fait un faux mouvement en portant des cartons », raconte-t-il. Un détail qui n’en est pas un : sa vie professionnelle est jalonnée de congés maladie (une vingtaine rien qu’entre septembre 2001 et décembre 2005). Comme si « la désorganisation mentale de Nordhal Lelandais s’exprim[ait] au travers de son corps », selon les mots d’un expert psychologue.

Il « a pu s’identifier à ses chiens »
Ce même expert dresse un portrait glaçant du personnage, dépeint en dissimulateur hors pair. Selon lui, la personnalité du trentenaire comporte des troubles « déjà retrouvés chez les criminels en série » avec « un triptyque psychopathique, pervers narcissique et psychotique ». Le rapport souligne également que le meurtre de Maëlys est un « crime soigné, méthodique et ce n’est que grâce au développement des techniques d’investigation criminelle qu’il sera démasqué. Nul doute qu’il ne l’aurait jamais été sinon ».

L’expert développe d’ailleurs une analogie surprenante entre le comportement de Nordahl Lelandais et celui d’un chien, dont le suspect apprécie tant la compagnie (il avait deux malinois avant son interpellation) :  » Il partage (…) avec ces animaux des points communs qui lui ont notamment permis de retrouver la trace puis les restes de Maëlys ». Le tueur présumé explique lui-même être doté d’un « très bon sens de l’orientation » et d’un « très très bon odorat » : « vous me mettez à un endroit et dix ans après, j’y retourne comme ça « . Le psy note une similitude entre le comportement de Nordahl Lelandais et celui d’un « animal qui ramène sa proie morte au domicile de ses maîtres « . Avant d’ajouter : « cet homme a pu s’identifier, au cours d’expériences de dissociations pathologiques, à ses chiens, incorporant leur animalité, leurs instincts, perdant ainsi une part de son humanité.  »

« Je peux pas en avouer d’autres « 
D’autres corps sont-ils cachés dans la nature ?  Nordhal Lelandais le nie : « Je peux pas en avouer d’autres, il n’y en a pas d’autres. » Pour mieux dissiper l’ombre d’un serial killer qui lui colle à la peau, il cite d’ailleurs plusieurs affaires médiatisées pour lesquelles il a été mis hors de cause : celle d’Estelle Mouzin disparue en 2003 à Guermantes (il se trouvait en Guyane), celle de Lucas Tronche évaporé dans le Gard en 2014 (selon l’exploitation de ses données téléphoniques, Nordahl Lelandais se trouvait ailleurs) et celle d’Antoine Zoia, également dans le Gard en 2016 (l’adolescent a depuis été retrouvé pendu dans un bois).

Selon une source proche du dossier, « c’est davantage le profil de prédateur sexuel de Nordahl Lelandais qui devrait être creusé plutôt que celui de tueur en série ». Cette même source s’interroge sur d’éventuelles autres agressions commises sur des enfants de son cercle familial, cercle très large puisque sa mère compte 11 frères et sœurs. Après avoir nié ses penchants pédophiles dans un premier temps, le mis en examen a finalement avoué, en décembre dernier face à la juge d’instruction les agressions de deux petites-cousines.

Des penchants qui ne seraient pas récents (« ça m’est déjà arrivé quand j’étais plus jeune » a-t-il expliqué lors ses aveux) mais qui se seraient transformés en passage à l’acte en 2017. Toujours sous l’effet de la drogue et de l’alcool, selon lui. Stratégie de défense ou aveux sincères ?  Pour les enquêteurs, le « défi » consiste désormais à trouver la vérité derrière son « regard noir ».

Publié dans Texte Actualité divers

Meurtre d’Alexia : les « aveux circonstanciés » de Jonathann Daval

jonathan daval« Mais le seul point sur lequel Jonathann Daval ne s’est pas exprimé et qu’il ne reconnaît pas, c’est la crémation du corps d’Alexia », explique une source judiciaire.

Jonathann Daval, meurtrier présumé de son épouse Alexia, a livré des « aveux circonstanciés » le 30 janvier devant le nouveau juge d’instruction chargé du dossier, dans l’attente de la reconstitution du meurtre, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Entendu dans la plus grande discrétion au tribunal de grande instance de Besançon, l’informaticien de 35 ans, entouré de ses avocats, a confirmé devant le magistrat, Marjolaine Poinsard, sa version des faits.

alexia davalAprès avoir avoué une première fois le meurtre commis fin octobre 2017, Jonathann Daval était revenu sur ses aveux en juin pour accuser son beau-frère d’en être l’auteur et sa belle-famille d’avoir conclu un « pacte secret » visant à lui faire porter le chapeau.

Mais il avait de nouveau reconnu début décembre être le meurtrier d’Alexia le 7 décembre, craquant lors d’une confrontation avec la mère de la victime au tribunal de grande instance de Besançon.

« Il s’est expliqué très précisément »
« Pour la première fois, il a fait, par déclaration devant le juge d’instruction, des aveux circonstanciés sur les conditions de la mort d’Alexia », a-t-on indiqué de source proche du dossier à propos de son audition du 30 janvier.

« Il s’est expliqué très précisément sur le déroulé des faits mais le seul point sur lequel Jonathann Daval ne s’est pas exprimé et qu’il ne reconnaît pas, c’est la crémation du corps d’Alexia », a-t-on précisé de même source.

« La date de la reconstitution du meurtre d’Alexia n’est pas encore fixée », a ajouté cette source. Le corps de l’employée de banque de 29 ans avait été découvert le 30 octobre 2017, en partie brûlé, dans un bois, non loin de leur maison de Gray-la-Ville (Haute-Saône).

Jonathann Daval, mis en examen en janvier pour « meurtre sur conjoint » et qui encourt la prison à perpétuité, est détenu à la maison d’arrêt de Dijon. En 2017, 130 femmes sont mortes en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon des données communiquées par le ministère de l’Intérieur.