Publié dans Texte Actualité divers

Réapprenez à perdre votre temps

Laurent FreytrichDans notre monde agité, on cherche à optimiser chaque heure. Pourtant, perdre son temps a des vertus. Alors, profitons de l’été pour ralentir .

Vous aussi, vous courez après le temps comme le lapin blanc d’Alice au pays des merveilles  ?   Pendant toute l’année, combien de fois par jour entendez-vous au bureau « Désolé, mais je n’ai pas le temps »  ?   Combien de fois dites-vous à vos enfants « Plus tard, tu vois bien que, là, je n’ai pas le temps »  ?   Combien de fois dites-vous à vos parents que vous viendrez les voir dans deux mois parce que vous êtes débordé  ?

Dans votre vie professionnelle comme dans votre vie personnelle, vous cherchez à perfectionner votre timing. Le challenge  ?  Caser en 24 heures son boulot, sa famille, ses amis, ses loisirs et un temps de sommeil. Et j’oubliais : trouver le temps d’organiser les futures vacances, d’acheter les fournitures scolaires, de prendre rendez-vous chez le dentiste, etc … Pas si simple, puisque deux Français sur trois ont l’impression de manquer de temps dans la journée pour faire tout ce qu’ils voudraient (enquête Harris Interactive).

Le temps est donc devenu un bien précieux, une source d’optimisation. Mais vouloir à tout prix gagner du temps conduit à des absurdités : on participe à des speed-datings pour rencontrer la femme ou l’homme de sa vie en sept minutes. On doit convaincre des investisseurs de miser sur sa start-up au cours d’un elevator pitch de deux minutes. On se fait livrer des courses en deux heures pour acheter des tomates déjà coupées en deux. Gain de temps ou non-sens  ?   À vous de décider.

Même l’information circule trop vite : on partage des posts sans en vérifier la véracité, on propage une vidéo sans la regarder jusqu’au bout. Trois heures sans votre mobile et vous avez l’impression de manquer quelque chose. Pourtant, ce besoin d’immédiateté est un leurre. Alors profitons de la période estivale pour calmer le jeu .

« Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous »
Mettre en pratique cette citation du librettiste Michel Carré est un rêve pour beaucoup , 83 % des Français aiment prendre le temps de faire les choses et un Français sur deux rêve de ralentir. Alors faites-le vraiment , du farniente italien au tout nouveau niksen hollandais, le concept de ne rien faire est une tendance en hausse dans un monde hyper-speed.

Accordez-vous des moments rien qu’à vous sans une once de culpabilité. Simplement pour vous sentir bien, respirer et rêver. Le temps est un bien précieux, qui ne nous appartient jamais. Seul Docteur Strange, le superhéros, détient la pierre du temps et le pouvoir de revenir en arrière. Nous, superhéros du quotidien, pouvons simplement nous accorder de bons moments et ralentir.

Car perdre son temps répond à une loi fondamentale de la vie : l’oscillation. Il est impossible d’être à 150 % en permanence. On a besoin de redescendre, de se calmer pour repartir plus fort et plus loin. Sinon, c’est la surchauffe et le burn-out. Le physique craque, le mental vacille et les émotions négatives nous mettent les nerfs à vif.

Pour éviter cela, voici quelques conseils pour lever le pied et ralentir
Offrez-vous une digital détox, une vraie déconnexion d’Internet, sans téléphone, sans tablette. Oui, vous perdez aussi votre temps sur les réseaux sociaux, mais là, nous vous invitons à une perte de temps sans écran, pour vous ressourcer.

Retrouvez le plaisir de flâner, de déambuler dans les rues, d’observer autour de vous la ville ou la nature. Ré-apprivoisez vos cinq sens pour profiter de chaque balade. Adoptez la slow attitude au lieu de tout vouloir faire vite. Donnez sans compter du temps à vos proches, à ceux qui sont indispensables à votre vie, avant qu’ils ne disparaissent.

Quittez la périphérie du tourbillon de la vie pour revenir à son centre, au cœur, à l’essentiel. Profitez de « moments vrais » en étant à 100 % avec vos proches physiquement, mais aussi mentalement : quand vous rendez visite à vos parents, vous n’êtes pas sur Instagram toute la journée.  Vivez l’instant présent sans penser à l’heure suivante ni à ce que vous devez faire demain. Soyez là pleinement et maintenant.

Ennuyez-vous, lL’ennui développe la créativité, en particulier chez les enfants. Arrêtez de vouloir remplir leurs vies de mille activités alors qu’en contemplant les formes des nuages, un enfant peut imaginer des aventures incroyables. Dans le futur, la créativité et l’imagination resteront les qualités humaines que les intelligences artificielles auront du mal à synthétiser.

Alors ce temps précieux et élastique, ne le remplissez pas de futilités. Gaspillez-le, mais pour mieux revenir à l’essentiel et prendre le temps de vivre.

Laurent Freytrich accompagne, depuis 2002, les dirigeants, les managers et les collaborateurs de très nombreuses entreprises (CAC 40, PME et entreprises publiques) dans leur développement personnel, professionnel et collectif. Il est l’un des fondateurs du cabinet de conseil Moortgat Énergie.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Le coût de la rentrée scolaire stagne cette année

rentree scolaireLe budget alloué par les familles pour la rentrée 2019 sera globalement en stagnation, mais varie en fonction des classes selon une enquête de la Confédération syndicale des familles. Ainsi, le CP et le lycée sont moins chers cette année, alors que le collège est plus coûteux.

Le coût de la scolarité augmente de 0,17% comparé à la rentrée 2018 avec des disparités selon les niveaux, selon l’enquête annuelle de la Confédération syndicale des familles (CSF) basée sur l’analyse des réponses de 114 familles en France.

Les parents devront débourser 159 euros en moyenne pour un enfant entrant au CP contre 165 euros l’année dernière, soit une baisse de près de 4%. En 2018, la rentrée avait été 10% plus chère.

Même tendance à la baisse d’un peu moins de 4% pour une rentrée en seconde où le panier moyen est de 389 euros en seconde générale et 395 en seconde bac pro sanitaire et social.

En revanche, les parents d’élèves entrant au collège mettront plus la main à la poche : la rentrée coûtera 361 euros pour les élèves de sixième (+ 5,6%).

La rentrée peut absorber 20% du budget familial
Le calcul du budget moyen par la CSF comprend les frais engagés pour les fournitures, les livres, les équipements sportifs et spécifiques ainsi que les frais annexes (coopérative, assurance …).

Pour un couple avec deux enfants, l’un entrant en 4e et l’autre en seconde, avec un salaire ouvrier et un Smic, la rentrée représente 20% du budget de septembre, selon la CSF. La part s’élève à 42% pour un parent seul touchant le RSA socle et qui a trois enfants entrant en CM2, 4e et seconde.

La CSF préconise une TVA à taux réduit sur les fournitures scolaires qui permettrait aux parents de faire des économies de 10 à 23 euros par enfant selon ses calculs. Elle demande aussi à nouveau la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire (ARS), qui sera versée mardi à environ 3 millions de familles.

L’ARS, qui aide les parents aux revenus modestes à payer cartables et autres fournitures, a été revalorisée d’environ 0,3% par rapport à l’an dernier. Elle est désormais de 368,84 euros pour les élèves de 6 à 10 ans, 389,19 euros pour les 11-14 ans, et 402,67 euros pour les 15-18 ans. Ces montants sont majorés d’environ 2 euros à Mayotte.

Publié dans Texte Actualité divers

Tout ce que vous n’imaginez pas faire avec votre barbecue

barbecueVous commencez à en avoir un peu ras-le-bol des sempiternelles saucisses ?    Votre barbecue peut vous griller bien plus de choses que vous ne l’imaginez.

C’est un des rituels de l’été, alors que les trois quarts des Français en possèdent un, indique un récent sondage BVA, et qu’ils s’adonnent en moyenne 17 fois par an aux plaisirs de la grillade, selon une enquête Idealo réalisée en 2016, le barbecue offre une multitude de possibilités parfois encore inexplorées. Car il n’y a pas que les merguez et les chipolatas à faire griller. Pizza, brochette de légumes, poisson entier :  tout est bon dans le barbecue, à condition de bien savoir l’utiliser.

Une pizza sur les braises
Sachez qu’un barbecue à couvercle n’est pas nécessaire pour cuire une pizza. Votre barbecue chariot, plébiscité majoritairement par les Français, fera très bien l’affaire. Une seule précaution à prendre : s’équiper d’une spatule ou d’une pelle comme un vrai pizzaïolo. Deux techniques s’offrent à vous.

La première ne nécessite aucun outil supplémentaire. Il suffit de précuire la pâte quelques minutes sur la grille au-dessus des braises. Vous pouvez pour cela utiliser une plaque à pizza afin d’éviter que la pâte ne colle à la grille. Ensuite, il suffit de retirer la pâte lorsqu’elle commence à dorer, en quelques minutes. Il est préférable de la poser ailleurs pour la garnir afin d’éviter de se brûler. Reposer ensuite la pizza sur la grille quelques instants, c’est prêt. Attention, la cuisson est très rapide.

La seconde technique nécessite d’investir dans une pierre à pizza (on en trouve à partir d’une dizaine d’euros) qui va permettre de cuire la pâte sans la retourner. Elle se pose tout simplement sur la grille du barbecue. Il suffit de bien la faire chauffer une bonne dizaine de minutes avant d’y poser la pâte.

Dans tous les cas, le bord de la pizza ne fonce pas, il ne faut donc pas se fier à sa couleur pour évaluer la cuisson. Et s’il y a des ingrédients plus longs à cuire, comme de la viande, il est préférable de les faire précuire avant, notamment au barbecue.

Des brochettes de légumes
Ce sont souvent les grands absents des soirées barbecue, paquet de chips mis à part. Pourtant les brochettes de légumes sont tout à fait barbecue compatibles. Tomate, aubergine, champignon, courgette, poivron et oignon frais grillent très bien au-dessus des braises, contrairement aux carotte, pomme de terre, brocolis ou patate douce, plus longs à cuire. Les légumes marinés sont également à éviter en raison de l’huile qu’ils contiennent.

Truite, sardine et maquereau
Et pourquoi pas un barbecue de poisson? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande d’en manger deux fois par semaine en associant poisson gras à forte teneur en oméga-3 (saumon, thon, sardine, maquereau, hareng) et poisson maigre (sole, turbot, colin, lieu, cabillaud, merlan, merlu). Mais il semble parfois difficile de conjuguer santé et environnement, entre présence de résidus toxiques, espèces victimes de surpêche et élevage intensif.

Alors que les Français consomment en moyenne 34kg de poisson par an, selon France Agrimer, le saumon et le thon représentent à eux deux près d’un cinquième de cette consommation. Deux espèces potentiellement problématiques: le saumon sauvage et d’élevage contient des résidus toxiques. Tout comme le thon, qui est en plus victime de surpêche.

C’est pour cela que l’Anses conseille aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants en bas âge d’éviter les grands poissons prédateurs en raison de leur bioaccumulation des métaux et polluants (requin, lamproie, espadon, marlin) et de limiter la consommation d’espèces les plus contaminées (lotte, loup, anguille et civelle, grenadier, flétan, mulet, brochet, raie, dorade).

Pour autant, certaines espèces bonnes pour la santé ne sont pas pour autant bonnes pour la sauvegarde des océans. Pour y voir plus clair, le WWF a édité un guide de la pêche durable. L’organisation de protection de l’environnement recommande ainsi d’opter pour des espèces moins connues  comme pangasius, chinchard ou poisson lapin afin de diversifier son assiette et limiter la surpêche.

Préférez ainsi le mulet au bar, victime d’une pêche excessive. Une alternative au goût similaire mais aussi moins chère, comme la truite pour le saumon. Le WWF fait également la distinction entre les zones de pêche et la manière dont les poissons sont capturés, comme les anchois. Ceux provenant de l’Atlantique Nord -dans le golfe de Gascogne sont à privilégier contrairement à ceux de la Méditerranée. Quant aux sardines, aucun problème pour celles venant de la Méditerranée, contrairement à celles de l’Atlantique.

Le plus simple pour s’y retrouver est encore de faire confiance aux labels MCS et ASC qui garantissent des poissons issus d’une pêche et d’une aquaculture durables.

Bien utiliser son barbecue
Bien que très appréciée, la cuisson au barbecue est loin d’être idéale. Car elle engendre la formation de composés chimiques. « La cuisson d’aliments à des températures élevées, en particulier en contact direct avec la flamme, conduit à la formation en surface de composés chimiques dont certains comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et notamment le benzopyrène ont des propriétés cancérigènes », met en garde l’Anses. Elle a ainsi formulé des recommandations pour limiter l’exposition à ces substances.

D’abord bien régler la hauteur de cuisson. « Les aliments doivent être cuits à la chaleur des braises et non pas au contact direct des flammes (qui atteignent des températures d’environ 500°C). » Globalement, il est recommandé de ne pas dépasser 220°C. Ce qui revient à placer la grille à au moins 10 cm des braises. Mieux encore, opter pour un modèle à cuisson verticale.

Autre avertissement de l’Anses : pour les fidèles du barbecue au charbon de bois, privilégier l’usage de charbon de bois épuré. Le barbecue à gaz reste cependant la formule la plus saine et la plus écologique, comme le pointe l’observatoire pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Dernière précaution : si vous faites usage d’allume-feu sous forme liquide, solide ou de gel, ils doivent avoir brûlé complètement avant de placer les aliments et ne surtout pas être utilisés pour raviver les braises. Enfin, l’Anses appelle à éviter la chute de graisse dans les flammes. « Plus la viande est maigre, plus le risque de formation d’HAP est faible. » Et conseille de recouvrir le foyer d’un léger tapis de cendre ou de retirer le gras apparent des viandes.

Publié dans Texte Actualité divers

Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi pour rupture abusive de contrat

Carlos GhosnL’ancien PDG de Renault et Nissan réclamerait 15 millions d’euros, selon Le Figaro.

Carlos Ghosn veut faire payer ses anciens employeurs. L’ancien PDG de Renault et Nissan, actuellement assigné à résidence à Tokyo, a intenté des poursuites contre Nissan et Mitsubishi auprès de la justice néerlandaise pour « rupture abusive » de son contrat, rapporte mercredi Le Figaro

Carlos Ghosn reproche aux deux constructeurs japonais la rupture abusive de son contrat de travail comme salarié de NMBV, leur filiale commune basée aux Pays-Bas, et réclamerait jusqu’à 15 millions d’euros, selon le journal.

NMBV avait remercié Ghosn après une réunion de son conseil d’administration, le 12 mars 2019, soit le même jour que l’annonce de sa prochaine dissolution. Si Carlos Ghosn a bien démissionné de chez Renault-Nissan BV (RNBV), ce n’était pas le cas chez NMBV, et « la rupture de contrat serait insuffisamment motivée » selon l’argumentation de ses avocats, rapportée par Le Figaro.

Renault envisage des poursuites contre Ghosn
Mais pour Nissan et Mitsubishi, le contrat de Carlos Ghosn ne pouvait être valide puisqu’il n’aurait pas « été soumis au conseil d’administration de NMBV », selon le quotidien. Ni l’avocat de Carlos Ghosn ni ses porte-parole n’ont réagi aux sollicitations de l’AFP mercredi soir.

Les deux constructeurs visés ont affirmé, toujours selon le quotidien, vouloir récupérer les rémunérations versées par NMBV à leur ancien dirigeant, soit 7,82 millions d’euros entre avril et novembre 2018.

Renault a de son côté annoncé le 5 juin qu’il envisageait des poursuites contre son ancien dirigeant après avoir détecté 11 millions d’euros de « dépenses suspectes » au sein de RNBV, société commune entre Renault et Nissan basée également aux Pays-Bas. Ghosn, mis en examen au Japon pour diverses malversations, n’a pas été inculpé dans le cadre de ses activités au sein de NMBV.

Publié dans Texte Actualité divers

Ouverture d’une enquête contre l’ancien ministre du Budget Éric Woerth

Éric WoerthEn 2016, le parquet de Paris avait ouvert une première information judiciaire pour « concussion, complicité et recel. »

Nouvel épisode dans l’affaire Tapie, deux jours après que l’ancien homme d’affaires a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris dans une affaire d’escroquerie en marge du dossier autour de l’arbitrage sur son litige avec le Crédit Lyonnais.

Ce jeudi, une information du Parisien, depuis confirmée par BFMTV, rapporte que la Cour de justice de la république (CJR) a ouvert, il y a un mois, une enquête à l’encontre Éric Woerth pour « concussion. » A l’époque ministre du Budget du gouvernement Fillon, il est soupçonné d’avoir, en 2009, accordé une ristourne fiscale à Bernard Tapie après l’arbitrage.

Selon le quotidien, c’est en 2016 que le parquet de Paris avait ouvert une première information judiciaire pour « concussion, complicité et recel », qui avait permis la mise en examen d’un membre du cabinet d’Éric Woerth. Une situation qui avait poussé la CJR à ouvrir une enquête sur l’ancien ministre.

« Exonération fiscale »
Comme l’explique encore Le Parisien, c’est un rapport de Gilles Johannet, alors procureur de la Cour des comptes, qui attire l’attention de la justice. Il y est en effet expliqué qu’Éric Woerth a permis à Bernard Tapie de bénéficier d’une « exonération fiscale » à hauteur de 61 à 82 million d’euros.  « Je ne veux pas donner le sentiment de fuir mes responsabilités, mais je me suis tenu éloigné de ce dossier », expliquait en 2016 l’ancien ministre auprès de Mediapart.

Publié dans Texte Actualité divers

Le PNF enquête sur 15 parlementaires soupçonnés de détournement de fonds publics

Le PNF enquête sur 15 parlementaires soupçonnés de détournement de fonds publicsLe parquet national financier a décidé en novembre dernier l’ouverture d’enquêtes préliminaires, sur signalement de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, contre 15 parlementaires.

Le Monde livre le détail des faits ce jeudi et note que Jean-Christophe Cambadélis fait partie des concernés. Quinze parlementaires sont sous le coup de quinze enquêtes préliminaires distinctes lancées par le parquet national financier (PNF) car ils sont soupçonnés d’avoir utilisé leur indemnité représentative de frais de mandat pour des dépenses personnelles.

Ces procédures succèdent à un signalement opéré par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Ils sont plus précisément soupçonnés d’avoir fait un mauvais usage de leurs indemnités représentatives de frais de mandat (IRFM), rebaptisées « avance de frais de mandat » en janvier 2018.

De 20.000 à 80.000 euros chacun
Les sommes concernées vont de 20.000 euros à 80.000 euros par élus, selon des informations livrées ce jeudi par Le Monde. Depuis janvier, on savait que Thierry Solère, député élu dans les Hauts-de-Seine, intégrait ce petit peloton. Le quotidien du soir détaille sur son site la composition de l’effectif concerné, évoquant sept députés et huit sénateurs, déjà élus lors de la législature précédente, dont respectivement deux et cinq sont encore en poste aujourd’hui. Le sénateur centriste Yves Détraigne et l’ex-député PS élu à Paris Jean-Christophe Cambadélis font notamment partie des concernés.

Il faut d’ailleurs noter que pour l’un ou l’autre siège, on ne parle pas tout à fait des mêmes sommes. Un député perçoit ainsi 5840 euros net mensuels d’IRFM tandis qu’un sénateur touche 6109 euros net mensuels. Si les conditions d’emploi de ces montants ont longtemps parues floues, elles ont été strictement définies à compter d’octobre 2015. Elles ne peuvent satisfaire qu’au règlement des frais de permanence et d’hébergement, de transport, de représentation, de réception, de communication et de formation. Le Sénat y ajoute la participation au fonctionnement de son groupe parlementaire.

Deux versements en question
Avant l’entrée en vigueur de ce nouveau cadre, on reproche à Yves Détraigne d’avoir utilisé ces fonds pour s’acheter deux voitures. Il s’en est expliqué auprès du Monde : « Je m’en servais aussi pour mes déplacements professionnels, j’avais eu l’aval du groupe centriste ». Les enquêteurs s’intéressent encore à plusieurs faits remontant à la période qui s’est étendue après la promulgation de la nouvelle législation, comme l’emploi d’une part de son indemnité pour l’aménagement d’un bureau pour son assistante parlementaire dans sa maison où il avait lui-même dû réinstaller sa permanence.

Enfin, son dossier pourrait comporter une dernière mention : il n’a pas rendu les trop-perçus de son indemnité d’une année sur l’autre, virant ensuite par deux fois les sommes constituées du compte dédié à son IRFM vers des comptes personnels. Ces deux transferts portent sur plusieurs dizaines de milliers d’euros chacun mais sont tous deux antérieurs à octobre 2015. Le juge pénal devra donc examiner l’ajout ou non de ces faits à la procédure.

Jean-Christophe Cambadélis est quant à lui soupçonné d’avoir réalisé des paiements personnels, pour un montant total de près de 80.000 euros, dont ses cotisations au PS grâce à son IRFM. Il a contesté auprès du quotidien du soir et assuré les avoir réglées en prenant sur son salaire.

Publié dans Texte Actualité divers

Vincent Lambert va être autopsié à Paris pour vérifier que l’arrêt des traitements a respecté la loi

Affaire Vincent LambertLe corps de Vincent Lambert sera autopsié vendredi à Paris dans le cadre d’une enquête en « recherche des causes de la mort ». Elle a pour but de vérifier que l’arrêt des traitements s’est fait dans le respect du cadre légal.

L’arrêt des traitements de Vincent Lambert s’est-il fait dans le respect de la loi ?   Pour le savoir, une autopsie aura lieu ce vendredi matin, à Paris, a annoncé ce jeudi le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette. Cette opération médico-légale a été décidée dans le cadre d’une enquête en « recherche des causes de la mort » ouverte ce jeudi et confiée à la police judiciaire, a-t-il précisé lors d’un point presse. « Il ne s’agit pas d’une enquête de flagrance ni d’une enquête préliminaire pour meurtre. Cette procédure est conduite hors de tout soupçon de meurtre », a-t-il tenu à éclaircir.

Le procureur a estimé nécessaire d’ouvrir cette enquête afin de transmettre aux proches de Vincent Lambert « tous les éléments leur permettant de connaître les circonstances de la mort. Ne pas ouvrir d’enquête aurait pu être assimilé à un soutien aux personnels soignants. L’enquête en ‘recherche des causes de la mort’ est la manière la plus neutre de parvenir à la vérité », estime Matthieu Bourrette.

Le corps sera restitué à Rachel Lambert
Conscient qu’une autopsie est une épreuve « violente » pour les proches du défunt, il a néanmoins soutenu qu’elle était « indispensable ». Elle sera menée par deux médecins légistes experts dès vendredi matin pour que le corps soit restitué au plus vite à Rachel Lambert, la tutrice légale de Vincent Lambert.

« Son épouse et ses parents ont compris les motifs qui m’ont conduit à la décision d’ouvrir cette enquête, et le but poursuivi. Elle a pour seul objet de connaître les circonstances du décès et de s’assurer que les traitements ont été réalisés dans le respect de la loi », a assuré Matthieu Bourrette. Des analyses toxicologiques ainsi que des auditions doivent également avoir lieu.