Publié dans Texte Actualité divers

Qui veut goûter une bière à base de sel marin ?

biere sel marinDes canadiens ont mutualisé leur savoir-faire pour créer un breuvage aux accents marins, qui se marie avec le goût du homard.

Un couple de Canadiens vendant du sel de l’océan Atlantique s’est associé avec un ami brasseur pour créer une bière à base de sel marin, dont la distribution commerciale va bientôt débuter.

Chaque jour, Colin Duggan plonge son seau dans les froides eaux de la côte est du Canada puis remplit d’imposantes marmites dans sa maison du centre-ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, où son épouse Audrey fait bouillir l’eau et filtre le sel. Le couple a démarré Tidal Salts, sa petite entreprise, il y a trois ans, et vend ses contenants de sel marin en ligne et dans des épiceries spécialisées partout au Canada. «J’ai grandi au bord de l’océan, ce premier goût du sel évoque des souvenirs de plage», raconte M. Duggan à l’AFP.

Se marie avec le goût du homard
Son ami Stefan Gagliardi, qui travaille dans une des plus vieilles brasseries du continent, Alexandre Keith’s, était à la recherche d’une bière qui se marie avec le goût du homard, fer de lance de la Nouvelle-Écosse qui en est le premier exportateur mondial.

«D’habitude, on marie le homard avec du champagne, mais cela est coûteux et je voulais une alternative moins chère», explique M. Gagliardi. Après avoir essayé une Gose allemande pour accompagner un plat de homard, il a décidé d’utiliser le sel de l’entreprise de son ami pour créer Le Passage, bière d’inspiration allemande aux accents marins. Les bières Gose, amères et salées, ont été brassées pendant environ mille ans en Allemagne avant de disparaître temporairement pendant la Seconde Guerre mondiale.

«J’ai grandi au bord de l’océan»
Récemment, cette sorte de bière a fait un retour sur le devant de la scène avec l’essor des microbrasseries en Amérique du Nord, mais aussi en Jordanie, où la première microbrasserie du pays, Carakale Brewing Company, utilise du sel de la Mer morte pour confectionner sa Gose maison.

«Les saveurs que vous obtenez de ce sel sont uniques, et ils rendent la bière unique», avec «une acidité citronnée, un côté sec accentué par la salinité» selon M. Gagliardi. La première livraison de la bière, pour l’instant confinée aux provinces atlantiques, aura lieu début mai. «Si c’est un succès, nous pourrions étendre sa distribution au reste du Canada et aux États-Unis», estime M. Gagliardi.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Lidl relance la guerre du Thermomix avec un modèle connecté presque 1000 euros moins cher

thermomix lidlAprès l’immense succès de son robot cuiseur phénomène, Lidl va lancer le 3 juin prochain une version connectée de son Monsieur Cuisine qui sera vendue 359 euros. Soit 940 euros de moins que le nouveau Thermomix qui sortira au même moment.

La guerre des robots multifonctions va monter en intensité dès cet été. Alors que le champion allemand Vorwerk vient d’annoncer la sortie prochaine de son nouveau Thermomix connecté, son grand rival Lidl lui répond du tac au tac.

Le distributeur va mettre sur le marché en France son très attendu nouveau Monsieur Cuisine lui aussi connecté. Sobrement baptisé Monsieur Cuisine Connect, l’appareil sera vendu le 3 juin prochain dans les 1500 supermarchés français de l’enseigne.

Alors que le nouveau Thermomix coûte 1299 euros, la version de hard-discounter sera, elle, proposée à 359 euros. « Un prix particulièrement attractif qui le rend accessible à tous », assure Lidl dans un communiqué. Lancé fin 2018 en Allemagne au tarif de 300 euros, le Monsieur Cuisine Connect s’est tellement bien vendu que Lidl a vite épuisé ses stocks. C’est peut-être ce qui explique le prix plus élevé qui sera pratiqué en France (59 euros plus cher).

Et après le succès du modèle précédent déjà vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires en France, Lidl s’attend à faire un nouveau carton. « Nous avons fait des gros stocks pour qu’il soit présent quinze semaines dans au moins 250 magasins », assure Michel Biero, le directeur exécutif achats et marketing de Lidl en France qui ne communique pas sur le nombre précis d’appareils mis en vente mais qui compte en commercialiser « plusieurs dizaines de milliers ».

Déjà vendu en Belgique et en Allemagne, le Monsieur Cuisine Connect est proposé avant sa sortie française sur Leboncoin à des tarifs très élevés, preuve de l’engouement des clients de l’enseigne.

A l’occasion de ce lancement, Lidl réajuste aussi le prix du modèle précédent, qui passera de 229 à 179 euros à compter du 23 avril. Mais la version connectée du Monsieur Cuisine, deux fois plus onéreuse, apporte des innovations très attendues des utilisateurs. Il dispose d’un écran tactile de 7 pouces comme le nouveau Thermomix qui permet d’accéder à un choix de 450 recettes classées par ordre alphabétique, par thèmes ou par mot clé. Connecté au wifi, le robot pourra se mettre automatiquement à jour et ce gratuitement. Dix nouvelles recettes seront ainsi ajoutées chaque mois.

Surtout, les concepteurs de ce nouveau modèle ont semble-t-il écouté les critiques souvent faites à ce type d’appareil à savoir la petite taille du bol. Sur l’ancien Monsieur Cuisine ou sur les Thermomix, il fallait se contenter de 2,2 litres. Un peu juste pour cuisiner pour cinq personnes ou plus. Ce « Thermomix killer » dispose lui d’un bol de 3 litres.

Un petit plus qui, outre son prix, pourrait faire la différence face au Thermomix TM6 que Vorwerk s’apprête à mettre sur le marché. Vendu près de 1000 euros plus cher, le modèle de l’entreprise allemande propose certes une plus large gamme de recettes (plus de 5000 en langue française contre 400 pour celui de Lidl) mais pour bénéficier des mises à jour de nouvelles préparations il faut s’abonner au service Cookidoo facturé 36 euros par an.

Fatalement « made in China »
Plus largement, l’appareil de Lidl semble soutenir la comparaison avec le Thermomix. Déjà testé par le site spécialisé Les Numériques, le Monsieur Cuisine Connect récolte la note de 5 étoiles sur 5. « Avec ce Monsieur Cuisine Connect, la marque de Lidl montre qu’elle peut s’imposer sur un marché très concurrentiel et largement dominé par Vorwerk avec son Thermomix, écrit le site. Il jouit d’un rapport qualité/prix imbattable. »

Mais comment Lidl peut proposer un produit qui semble soutenir la comparaison avec celui de Thermomix pour près de 1000 euros de moins ? « La vraie question c’est comment nos concurrents font pour proposer un produit si cher », ironise Michel Biero. Le secret c’est le lieu de fabrication. Car si l’appareil est conçu an Allemagne au siège du groupe à Neckarsulm, près de Stuttgart, il est produit en Asie.

« Une usine en Chine travaille exclusivement pour nous sur la production du Monsieur Cuisine », assure Michel Biero. La firme dispose à Hong-Kong d’un bureau employant une centaine de personnes pour acheter les produits et gérer la production de ses appareils électroménagers vendus sous la marque Silvercrest.

Le Thermomix à la relance
A contrario, Vorwerk a fait le choix d’une production en Europe. Principalement, en France près de Chartres, mais aussi en Allemagne. Ce qui fatalement fait gonfler le prix de vente final. Pourtant, malgré des ventes en demi-teinte depuis deux ans, l’entreprise qui commercialise le Thermomix ne compte pas changer de stratégie.

« Notre produit est fabriqué en France avec des matériaux de qualité, il peut être réparé car nous luttons contre l’obsolescence programmé et surtout il propose des innovations importantes, assure Bertrand Lengaigne, le directeur commercial de Thermomix France. On ne veut pas détruire notre stratégie de qualité avec des produits moins chers. » La marque assure se satisfaire de cette concurrence qui fait parler de l’ensemble de la catégorie.

Sauf qu’en touchant un large public qui n’a peut-être pas les moyens de s’offrir un robot à 1300 euros, Lidl commence à faire de l’ombre à Vorwerk et son Thermomix. En 2017, les ventes du robot star ont reculé de 15% et la marque refuse de communiquer les chiffres de ventes de l’année 2018. L’entreprise qui emploie 12.000 personnes dans le monde songe à supprimer 320 emplois.

Publié dans Texte Actualité divers

Barbie sort de nouvelles poupées en fauteuil roulant et prothèse

barbie handicapMattel avait déjà développé la diversité au cœur de sa ligne de poupée, le géant du jouet lance aujourd’hui une Barbie en fauteuil roulant et une autre en prothèse, qui prônent l’inclusivité.

En 2016, Mattel annonçait l’arrivée de la diversité dans sa ligne de poupées, avec la gamme Barbie Fashionista. Fini les modèles identiques de Barbie blanches pour la plupart, dotées de cheveux longs et lisses et surtout extrêmement longilignes,  tellement que leurs proportions ont été jugées complètement irréalistes, on voyait enfin représentées toutes les morphologies, les couleurs de peau, les cultures et les textures de cheveux.

Les petites filles et petits garçons pouvaient désormais jouer sans être conditionné·es dès le plus jeune âge aux standards de beauté destructeurs, et surtout peu représentatifs de la population qui les entoure.

Aujourd’hui, la société américaine agrandit sa gamme avec trois nouvelles venues : une Barbie aux cheveux tressés, une Barbie avec une jambe prothétique, mais aussi une réédition de la poupée en fauteuil roulant, commercialisée pour la première fois en 1998.

Pour accompagner cette nouveauté, la marque explique qu' »au fil des ans, la ligne [Barbie Fashionistas] a évolué pour être plus représentative du monde que les filles voient autour d’elles. » On tient tout de même à rappeler que les filles ne sont pas les seules à jouer à la Barbie, et que les garçons ne choisissent pas toujours Ken.

Interviewée par Teen Vogue, Kim Culmone, vice-présidente de Mattel, indique qu' »un fauteuil roulant ou une poupée dans un fauteuil roulant était l’un des articles les plus demandés par les consommateurs et consommatrices. Et il est important pour nous de les écouter. » En ce qui concerne la poupée munie d’une jambe prothétique, elle ajoute que l’équipe « n’avait pas forcément réalisé à quel point elle serait importante pour quelqu’un vivant avec cette expérience. »

Elle revient également sur le flot de critiques que la marque a reçu avant de rendre sa gamme plus inclusive :« Les commentaires que nous avons reçus (…) ne correspondaient pas à nos intentions. On a pris ça très au sérieux ».

On espère donc que les efforts continueront, en proposant notamment des Barbie qui ne se contentent pas de tailler jusqu’au 40, et en poursuivant de prouver aux petites filles (et aussi aux petits garçons), qu’elles peuvent devenir ce qu’elles souhaitent, et qu’elles sont parfaites exactement comme elles sont.

Publié dans Texte Actualité divers

Apifilm, une alternative à l’emballage alimentaire plastique

apifilmCet emballage alimentaire imprégné de cire d’abeille est écologique, réutilisable et compostable. Le produit, 100% français, va être primé au salon international de la restauration, Sirha, qui  a débuté  hier  samedi à Lyon.

La guerre contre le plastique fait rage et les alternatives fleurissent. Après la décision du gouvernement d’interdire les couverts et contenants en plastique d’ici le 1er janvier 2020, d’autres produits pourraient se trouver menacés, comme les emballages alimentaires.

La solution pourrait provenir de l’Isère, à Saint-Just de Claix, près de Grenoble. C’est dans cette commune d’un peu plus de 1000 habitants que vit Delphine Sève, écologiste de longue date. Cette apicultrice gère la boutique «l’Atelier miel de Delphine». Passionnée d’abeilles, elle possède 40 ruches depuis trois ans , elle produit depuis septembre 2017 Apifilm, un emballage alimentaire écologique et durable à base de miel.

100% naturel
Ce produit alternatif au film plastique est constitué d’une toile tissée en coton naturel à laquelle de la cire d’abeille récoltée par l’apicultrice est intégrée. À cette cire naturellement antibactérienne, Delphine Sève ajoute de la résine de Pin des Landes et de l’huile de coco, cette dernière ayant des vertus antifongiques.

Apifilm présente plusieurs avantages, d’abord d’un point de vue pratique. Il s’adapte en effet aux récipients et il est modelable à souhait. On peut emballer un oignon, une pomme entamée ou son sandwich avant un pique-nique, et il supporte sans problème le froid du congélateur. Il convient pour tous les aliments, excepté les viandes et poissons crus.

Ensuite, d’un point de vue éthique : cet emballage a la particularité d’être réutilisable et d’avoir une durée de vie d’un an, au bout de laquelle il peut finir sa vie au compost. Il se lave à la main et à l’eau froide. Et en plus d’être 100% naturel, les matières premières proviennent pour la plupart de France. L’usine qui produit l’emballage, Indutex, est basée à Villers-Cotterêts, dans l’Aisne.

Une idée venue d’Amérique du Nord
Apifilm va se voir décerner ce samedi 26 janvier la mention spéciale «green» des Prix de l’Innovation 2019 du salon Sirha de la restauration et de l’hôtellerie, qui attend près de 200.000 visiteurs à Lyon jusqu’au 30 janvier. C’est la première fois que cette mention est utilisée pour un produit.

«Les organisateurs de Sirha ont décidé de mettre en lumière les initiatives écologiques, se réjouit Delphine Sève, ils ont même prévu d’ouvrir un salon 100% écolo l’an prochain, pour la première fois.» Selon elle, la sensibilisation à l’écologie de ces dernières années a permis le développement d’un marché bio de l’alimentation, et surtout sa démocratisation. «Les magasins bio ont énormément de succès et il s’en ouvre en masse, c’est très encourageant».

L’idée n’est pourtant pas nouvelle. Delphine Sève, qui est ingénieure agronome spécialisée en environnement, s’est inspirée de la tendance des «Bee’s wrap» qui a émergé il y a une dizaine d’années chez les écologistes d’Amérique du Nord. Comme la mise au point de l’emballage était relativement simple, la tendance était de créer son propre emballage à l’aide de matériaux naturels.

«Je connaissais cette tendance, explique-t-elle, alors, je me suis dit que j’allais faire pareil avec la cire que je récoltais. J’ai fait des emballages pour moi, puis pour mes copines. Au fur et à mesure, la demande augmentait, j’ai donc eu l’idée de commercialiser l’emballage». Pour Delphine Sève, le plus important se trouve dans la recette : «on trouve beaucoup de tutoriels sur internet qui expliquent comment on fait un emballage maison, mais c’est plus complexe qu’il n’y paraît, il faut savoir bien doser la cire». Delphine a l’idée de rajouter la résine de pin pour éviter que la cire ne se casse ou se décroche.

Développement croissant
La petite entreprise n’en est qu’à ses débuts. «La production est encore balbutiante, admet l’apicultrice, pour la simple raison que la découpe des emballages est artisanale et nous ne sommes que deux à la faire». Actuellement, Delphine Sève vend environ un millier de lots d’Apifilm par mois, sachant qu’un lot est constitué de trois emballages de trois tailles différentes. La vendeuse estime que deux lots correspondent au besoin d’une famille.

Actuellement, Apifilm est distribué dans une soixantaine de dépôts de vente en vrac. «Mais je compte étendre la production, espère Delphine Sève, vers les magasins bio». Surtout, l’apicultrice cherche à amoindrir les coûts de production. Actuellement, un emballage Apifilm se vend entre 14 et 17 euros, «ce qui correspond au double comparé à la consommation moyenne d’emballage alimentaire d’un ménage», admet Delphine Sève. La solution viendrait du remplacement de la cire d’abeille par de la cire végétale, de carnauba ou de soja. Pour l’instant, l’heure est à la recherche. Mais surtout, pour Delphine Sève, «l’enjeu principal est de faire connaître le produit, et que les gens se rendent compte que, oui, il existe des alternatives au plastique».

Publié dans Texte Actualité divers

Uber s’intéresse désormais aux vélos et trottinettes autonomes

uber trottinetteL’entreprise californienne a annoncé recruter des ingénieurs en robotique pour développer un projet de trottinettes et de vélos autonomes. Une innovation majeure pour le géant américain des VTC qui cherche à diversifier ses services et, surtout, devenir rentable.

Des vélos en libre-service qui rouleraient tout seuls vers le client, des trottinettes électriques qui se rendraient d’elles-mêmes à leur base de chargement.  Cette idée, surréaliste en apparence, ne sera pas mise en application demain, mais Uber semble y réfléchir pour après-demain. En effet, la célèbre entreprise de VTC a publié des annonces pour recruter des ingénieurs en «robotique de micro-mobilité».

L’idée fait suite au développement croissant ces dernières années de ces deux-roues en libre-service, dont l’organisation ne dépend pas de bornes de stationnement mais d’une application mobile permettant de les localiser à distance. Trottinettes, vélos ou voitures (dans certaines villes) apparaissent sur l’écran, il ne reste ensuite qu’à les débloquer en scannant un QR code avec son smartphone.

Uber a déjà racheté l’entreprise californienne Jump Bikes au printemps 2018 qui exploitait alors 250 vélos électriques à San Francisco. Le géant du transport a aussi investi dans les trottinettes électriques Lime, débarquées en juin dernier à Paris.

L’objectif de l’automatisation de ces services, qui pourrait sembler n’être qu’un «gadget», est «d’améliorer la sécurité, l’expérience du conducteur et l’efficacité opérationnelle de nos vélos et trottinettes électriques partagés grâce à l’utilisation des technologies de détection et de robotique», explique Uber.

En quête de nouvelles économies
La société californienne ne précise cependant pas que, mécaniquement, une telle innovation lui permettrait de réaliser des économies au niveau du personnel. En effet, les services de partage de vélos et de trottinettes électriques doivent payer des personnes salariées ou non  pour récupérer, charger et réparer les deux-roues durant la nuit, lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Il s’agit d’opérations logistiques coûteuses qui réduisent considérablement les profits des opérateurs. Rendre les moyens de locomotion autonomes permettrait de baisser les coûts de gestion et, à long terme, de rentabiliser ces services qui impliquent des investissements particulièrement coûteux.

Car Uber ne cesse de perdre de l’argent. En 2016, le géant américain a enregistré une perte nette évaluée à 3 milliards de dollars. L’année suivante, elle atteignait 4,5 milliards. En 2018, rien qu’au deuxième trimestre, l’entreprise perdait encore 891 millions. Ces pertes, qui interviennent alors même que la croissance de l’activité est toujours très forte, s’expliquent par de forts investissements, notamment en recherche et développement.

Le VTC en danger
Uber, comme les autres entreprises de VTC, cherche par tous les moyens à diversifier ses services pour pérenniser son existence. Pour cela, le géant américain manifeste depuis un an sa volonté de réorienter sa stratégie sur le développement des deux-roues. Surtout, de plus en plus de villes tentent de limiter la prolifération des VTC.

Début août 2018, par exemple, la ville de New York a gelé pour un an les nouvelles licences de VTC et imposé un salaire minimum pour les chauffeurs, des mesures inédites aux États-Unis. À Londres, Uber a été temporairement interdit de circuler. En Bulgarie, l’entreprise est interdite. Son activité est également impossible au Danemark et en Hongrie.

En France, la loi Grandguillaume de décembre 2016 a permis de mieux contrôler le statut des chauffeurs VTC. Effective depuis le 1er janvier 2018, elle a entraîné une baisse de 25% du nombre de conducteurs enregistrés sur sa plateforme, ce qui a entraîné une hausse du temps d’attente des clients et du coût moyen des courses.

Enfin, l’image du géant des VTC a été tout particulièrement ternie en mars 2018, lorsqu’une de ses voitures autonomes en phase de test a percuté une femme qui traversait une rue de l’Arizona. L’accident avait stoppé net les recherches en la matière, qui ont finalement pu recommencer. Il est certain qu’avec des trottinettes et des vélos autonomes, Uber s’oriente vers des services beaucoup moins dangereux pour les piétons.

Publié dans Texte Actualité divers

Bob le mini lave-vaisselle arrive dans les cuisines

lave vaisselle bobPetit, compact et abordable (299 euros), ce lave-vaisselle de poche a déjà séduit 6000 consommateurs lors d’une phase de précommande.

Bob réinvente le lave-vaisselle avec une taille mini, proche du micro-ondes. Ses dimensions, 33 cm de large sur 47 de hauteur et de profondeur, permettent de le poser un plan de travail. Une simple prise électrique suffit pour le brancher. Pas besoin de prise d’eau : l’évacuation peut se faire vers l’évier. Seule contrainte, il faut remplir le petit réservoir de 3 litres avant de le mettre en route. 3 litres, quand il en faut 5 pour faire la même vaisselle à la main, affirme la marque.

Enfin, Bob coûte 299 euros, ce qui le rend relativement accessible. D’une capacité de deux couverts (soit quatre assiettes), il lave en 20 minutes. Avec Bob, la start-up Daan Tech vise une clientèle plutôt jeune, urbaine et manquant de place dans sa cuisine pour installer un lave-vaisselle standard. Comme il sera très visible, Dann Tech a soigné le look de ce lave-vaisselle, avec une porte aux formes arrondies, et un choix de douze coloris, du rouge profond au vert pastel.

Un appareil made in France
L’année dernière, la jeune entreprise avait présenté son appareil début 2018, avec l’idée de relancer la fabrication d’électroménager en France. Un an plus tard, la jeune équipe est en passe de réussir son défi. Une campagne de pré-commande a séduit 6 000 consommateurs, attirés aussi par un tarif exceptionnel de 199 euros. L’opération a permis à l’entreprise d’engranger 1,2 million d’euros. Pour les retardataires, Bob est désormais en vente 299 euros, sur le site de l’entreprise. Les premières livraisons devraient avoir lieu en novembre, avec la priorité donnée aux premiers clients.

Parallèlement, la start-up devrait procéder à une levée de fonds pour amorcer la pompe de l’industrialisation. Comme prévu, Bob sera fabriqué en France, précisément dans l’usine de SV20 Industries, à la Roche sur Yon, en Vendée.

Publié dans Texte Actualité divers

Mastercard sur le point de limiter les prélèvements automatiques

mastercardLa spécialiste du paiement par carte a décidé d’instaurer de nouvelles règles aux commerçants qui utilisent ses services.

L’objectif : plus de transparence et de sécurité. On ne compte plus les entreprises qui proposent une période d’essai à la souscription d’un service par abonnement. Une stratégie pour attirer de nouveaux clients mais qui peut ensuite réserver de mauvaises surprises sur son compte en banque.

Par le biais d’un communiqué de presse, Mastercard annonce améliorer la transparence et de nouvelles protections bancaires pour ses clients. Dorénavant, la société américaine souhaite imposer aux commerçants d’informer leurs clients avant le déclenchement du premier paiement.

Les retailers  en ligne ou pas  devront « obtenir l’approbation du titulaire de carte à la fin de l’essai avant de commencer à le facturer ». Le prélèvement ne sera donc plus automatique, il faudra attendre la permission du client.

Celui-ci devra être informé par mail ou par texto du montant de la transaction, de la date de paiement, du nom du commerçant ainsi que des instructions explicites sur la procédure à suivre pour annuler son essai. Une opération qui devra être systématique pour chaque opération. La facture devra par ailleurs comporter les coordonnées du vendeur, que ce soit l’URL du site web ou l’adresse physique d’un magasin.

Mastercard se démarque ainsi de ses concurrents Visa et American Express. En revanche, l’entreprise n’a pas communiqué la date de mise en place, ni précisé si ces nouvelles mesures seront déployées partout dans le monde.