Publié dans Texte Actualité divers

Un tiers des Français seraient dépendants aux écrans

hyper connexionEn moyenne, les Français passeraient 4 heures et 6 minutes par jour, sans distinction entre cadre professionnel ou privé, sur leurs écrans.

Les conclusions de cette étude Elabe pour AXA Prévention et SOS Addictions sont on ne peut plus claires : les Français souffrent d’hyper connexion. Devenus une extension de la main, smartphones et autres tablettes sont ainsi désormais incontournables pour un tiers des Français, qui se disent dépendants aux écrans. Pour 60% des sondés, il serait même inconcevable de passer une journée sans son téléphone.

Interrogés par BFMTV, plusieurs occupants d’une terrasse parisienne tentent d’expliquer le pourquoi d’une telle dépendance. Pour Christophe, sans smartphone, « on se dit que comme avec les clés, on va être en galère si on ne l’a pas. » « Tu regardes l’heure, puis une notification, puis tu restes dessus », précise quant à lui Simon, qui assure occuper deux heures de ses journées sur ses applications.

Toujours selon cette étude, les habitudes du quotidien tendent confirmer cette idée de dépendance. Ainsi, pour 61% des Français, le premier réflexe au lever est de consulter son smartphone et près d’un Français sur 2 (48 %) consulte « au cas où » son mobile ou sa tablette toutes les 10 minutes.

Risques d’athazagoraphobie ?
Toujours à notre antenne, Laurent Karila, addictologie et porte-parole de SOS addictions, pointe du doigt les dangers insoupçonnés d’une utilisation continue du smartphone et d’autres appareils électroniques.

« C’est devenu un doudou, le smartphone, il y en a même qui développent ce qu’on appelle l’athazagoraphobie (peur d’être oublié ou ignoré, ndlr), ils attendent de manière anxieuse qu’on réponde à leur SMS, leurs emails, leurs statuts sur les réseaux sociaux etc … », explique-t-il.

Pourtant, parmi les interrogés, la prise de conscience de tels dangers semble réelle. Ainsi, ils sont 87% considérer comme néfaste la surexposition aux écrans, en particulier chez leurs enfants.

Afin d’éviter l’hyper connexion, il est ainsi conseillé de pratiquer une activité physique quotidienne et bannir les écrans lors des pauses repas. Si l’addiction ne peut se résoudre immédiatement, il convient également de réaliser une déconnexion progressive, en retirant quelques applications de son smartphone par exemple.

Publicités
Publié dans Texte Santé

Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur

cerveauLa perception de la douleur est essentielle pour la survie, mais l’intensité de la douleur ressentie peut être amplifiée ou diminuée : par exemple, des soldats blessés au combat se rappellent souvent ne rien avoir ressenti sur le moment.

Une nouvelle étude publiée mardi dans la revue scientifique américaine Cell Reports s’intéresse au circuit cérébral responsable de l’accroissement ou de la diminution des signaux de douleur. Elle compare ce mécanisme à la manière dont un thermostat contrôle la température dans la pièce d’une maison.

Yarimar Carasquillo, principal auteur de l’étude et chercheuse au National Center for Complementary and Integrative Health (NCCIH), a déclaré à l’AFP que la région responsable de ce mécanisme était l’amygdale centrale, structure cérébrale essentielle dans le décodage des émotions.

Selon l’étude, elle semble jouer un double rôle
En effectuant des recherches sur des souris, Yarimar Carasquillo et ses collègues ont découvert que l’activité dans les neurones qui expriment la protéine kinase C-delta amplifient la douleur, alors que les neurones qui expriment la somatostatine inhibent la chaîne de transmission dans les nerfs utilisés pour communiquer la douleur.

L’amygdale centrale n’est pas complètement responsable de la gestion de la douleur. Son rôle est par exemple de réagir au stress ou à l’anxiété qui amplifient la douleur, ou bien la concentration sur une tâche qui détourne l’attention de la personne et réduit sa perception de la douleur.

Ressentir la douleur peut être un avertissement essentiel signalant à la personne qu’elle a besoin d’aide, par exemple pour les personnes qui ont une appendicite ou une crise cardiaque.

Les personnes qui naissent avec une insensibilité à la douleur ne réalisent souvent pas la gravité des blessures qu’elles subissent et sont par conséquent en plus grand danger d’en mourir. Cependant, toute douleur n’est pas utile. D’après un sondage datant de 2012, environ 11% des adultes américains ressentent de la douleur physique chaque jour.

Cela conduit souvent à la dépendance envers de puissants antalgiques comme les opiacés, ou bien à des tentatives d’automédication au moyen de médicaments contrefaits ou illégaux qui contiennent de plus en plus souvent du fentanyl, un opiacé de synthèse extrêmement puissant et dangereux.

En s’efforçant de mieux de comprendre les mécanismes cérébraux responsables de la modulation de la douleur, les chercheurs espèrent découvrir de meilleurs traitements, des traitements qui viseraient uniquement les formes de douleur qui sont « mauvaises » et inutiles.

« La réaction saine, c’est : vous ressentez une douleur, elle vous dit que quelque chose ne va pas, vous êtes soigné, et la douleur s’en va », a expliqué Yarimar Carasquillo. « Dans le cas de la douleur chronique, cela ne se produit pas, le système est bloqué. Si nous pouvons identifier ce qui bloque le système, nous pouvons inverser le phénomène », a-t-elle dit.

Publié dans Texte Actualité divers

Au pays du Cognac, le whisky a gagné ses lettres de noblesse

cognac.jpegAvec 150 millions de bouteilles de whisky vendues par an, la France est l’un des marchés les plus importants au monde. Des distilleries se sont même installées dans l’Hexagone, et les grands chefs cuisinent avec.

Tombée amoureuse du whisky après la Libération, la France reste fidèle à cet alcool « viril et authentique », en le francisant un peu avec sa propre production ou un mode de consommation gastronomique. Le whisky et le rhum étaient l’an dernier les spiritueux les plus achetés en France (78% et 77%) contre 46% pour le cognac, selon une étude Ipsos réalisée pour la 16e édition de Whisky Live Paris, le plus important salon du whisky en Europe dont la fréquentation a été multipliée par dix depuis son lancement.

« Pendant la Seconde guerre mondiale, les Anglo-Saxons sont arrivés avec suffisamment de marketing et ont vraiment convaincu les Français de se mettre au whisky. On voit tout cet imaginaire s’épaissir ces dernières années », explique à l’AFP Nicolas Le Brun, le programmateur du salon.

« L’image du whisky, un alcool d’homme, s’est faite à travers le cinéma. Autour du cognac il y a des préjugés, on ne va pas parler de virilité, plutôt il faut être aisé pour le consommer », analyse Simon Cholet du Bar Symbiose à Bordeaux qui participe au volet cocktails du salon. Avec 150 millions de bouteilles de whisky par an, la France est l’un des marchés les plus importants au monde. « Cette passion n’est pas seulement celle du buveur, mais aussi celle du connaisseur », assure Nicolas Le Brun.

Du whisky breton exporté à travers le monde
Distillerie familiale en Bretagne depuis 120 ans qui produisait des liqueurs, Armorik s’est mise au whisky dans les années 1980 parce que « c’est un spiritueux celte par excellence », raconte David Roussier, représentant de la maison, l’un des pionniers du whisky made in France. « Le whisky est plus simple à appréhender : il y a un côté très pragmatique et authentique dans le whisky écossais », explique-t-il.

Il reconnaît que la maison a mis du temps à convaincre qu’on pouvait faire du whisky en France. Mais depuis quelques années « le whisky français surfe sur une vague plutôt positive » avec le désir de consommer écologique et local. Le premier intérêt pour Armorik « c’est le côté whisky français, breton », souligne David Roussier qui écoule 60% de sa production en Bretagne mais exporte aussi vers l’Allemagne, l’Amérique du Nord, le Japon ou l’Australie. Ensuite « on revient pour le goût ».

La distillerie urbaine est une autre façon de produire en France. Epicier, Nicolas Juhlès a décidé de lancer en 2015 La Distillerie de Paris pour être au coeur des mondes bouillonnants de la cuisine, de la parfumerie et du design. « Je me suis battu pendant plusieurs années pour servir le whisky avec du fromage, c’est magnifique », se réjouit-il.

Au Bar Symbiose, restaurant gastronomique à Bordeaux, Simon Cholet incorpore les boissons dans les plats. Un bouillon de volaille aux champignons et au thé Pu Erh sur du whisky accompagne ainsi son pigeon.

Publié dans Texte Actualité divers

La France est la championne du monde des lancements de nouveaux produits bio

alimentation bioPlus d’un nouveau produit alimentaire sur cinq lancé en France est un produit bio. Le pays est champion en la matière.

La France est-elle en train de devenir le pays du bio en Europe et dans le monde ?  Une étude réalisée par le cabinet Mintel révèle que c’est en France que la part du bio est la plus importante dans les lancements de nouveautés de produits alimentaires. Entre août 2018 et juillet 2019, ce sont 22% des nouveaux produits étaient étiquetés bio dans l’Hexagone. Ce qui fait de la France le principal innovateur en la matière, devant l’Allemagne (20%) et loin devant l’Espagne (9%).

La France est ainsi au-dessus de la moyenne européenne (17% de produits bio lancés sur la période) et largement au-dessus de la moyenne mondiale (10%). L’Europe étant par ailleurs à la pointe au niveau global puis qu’avec 17% de nouveautés en bio, elle fait mieux que les États-Unis qui sont à 15%. Dans les autres régions du monde comme l’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient, l’Amérique latine ou l’Afrique, le bio ne représente pas plus de 4% des nouveautés alimentaires mises sur le marché.

Jusqu’où peut aller le bio en France ?
Très sensibles aux questions de l’alimentation, les Français se convertissent massivement au bio depuis quelques années. Même si son poids reste en retrait par rapport à ce qu’il représente en Allemagne. En France, le bio représente 4% des achats en grande distribution contre 5,7% en Allemagne.

Le bio va donc continuer à progresser en France même si selon Nielsen il n’a pas vocation à devenir la norme. Le panéliste estime son potentiel à 11% du marché au global dans le pays, soit tout de même près du triple de ce qu’il représente aujourd’hui.

« Les catégories où le bio est fort sont avant tout des catégories de matières premières, produits non transformés, oeufs, lait, farine, miel, jus de fruit, indique Isabelle Kaiffer, directrice consumer chez Nielsen. Et même sur ces catégories fortes en bio, le niveau de part de marché du bio dépasse rarement 12%. Sachant que le bio atteindra plus rarement le même niveau sur des produits transformés, la moyenne de toutes les catégories des produits de grande consommation dépassera difficilement 11%. »

Au-delà du bio, l’étude montre aussi une montée en puissance de l’ensemble des produits responsables ou meilleurs pour la santé. « Les allégations relatives aux produits biologiques font de plus en plus partie d’un positionnement plus large sur les produits éthiques et de santé, relève Katya Witham, analyste des marchés alimentaires chez Mintel. Le végétarisme est l’une des tendances les plus en vogue actuellement dans les aliments et les boissons. Il semble donc naturel que les producteurs biologiques lient les deux. »

Les nouveautés produits qui ont des allégations santé (« sans sucre », « sans gluten », « moins de sels »…) ou environnementaux et éthiques sont passées de 20% en 2009 à plus de 40% aujourd’hui. S’il y a une attente de « moralisation » de la part des consommateurs, l’industrie de l’agroalimentaire a bien saisi l’intérêt marketing de telles démarches.

Les jeunes plus sensibles au bio
Surtout auprès des plus jeunes consommateurs plus sensibles à ces questions-là. Selon Mintel, les millenials (25-34 ans) ainsi que la génération Z (16-24 ans) sont les plus susceptibles d’acheter des produits biologiques. 81% des jeunes Français sont susceptibles d’acheter de tels produits et même 85% des Espagnols, 86% des Allemands et 87% des Italiens. « La génération Z a grandi à une époque où la santé et le bien-être occupent une place de choix, conclut Katya Witham. Pour les jeunes générations, l’impact social et environnemental de la consommation revêt une grande importance, ce qui devrait contribuer à alimenter la croissance future du secteur des produits biologiques. »

Publié dans Texte Actualité divers

Quelle langue faut-il apprendre pour décrocher les meilleurs postes ?

Quelle langue faut-il apprendre pour décrocher les meilleurs postesLa maîtrise de l’anglais est un minimum pour les cadres qui veulent faire carrière, et ne permet plus de faire la différence.

Les recruteurs sont de plus en plus à la recherche de profils maîtrisant une ou deux langues supplémentaires, selon un sondage Babbel.

Peu de Français font le choix d’apprendre l’italien ou encore le portugais, estimant que cette langue sert surtout pour aller faire du tourisme. Aujourd’hui, ils peuvent se féliciter d’avoir fait le bon choix. Selon l’enquête réalisée par Opinion/Way Babbel, ces langues deviennent de plus en plus utiles dans le monde professionnel. Car la seule maîtrise de l’anglais n’est plus suffisante pour se distinguer des autres candidats. Les recruteurs misent sur des profils sachant parler deux ou trois langues.

Ainsi 70% des cadres parlant italien déclarent avoir décrocher un poste grâce à cette compétence. Ils sont 74% parmi ceux qui parlent le portugais. Mieux encore le russe a permis de faire la différence pour 89% des cadres qui le parlent. Pour comparaison, seulement 41% des cadres ont été choisi pour leur maîtrise de l’anglais.

Un tiers de sondés à obtenu une augmentation
Ces compétences servent aussi pour progresser dans sa carrière: 60% des cadres parlant italien déclarent que cela leur a permis d’obtenir des responsabilités, ils sont 70% pour ceux qui parlent le portugais et 82% pour le russe. L’anglais a permis de décrocher une promotion que pour 37% des cadres.

La maîtrise des langues est aussi un argument à faire valoir lors de la négociation du salaire : 33% des sondés ont ainsi décroché une augmentation. Mais c’est le russe, au vu de sa rareté, qui est le plus monnayable (73%) suivi du portugais (71%) et de l’italien (48%). L’anglais lui n’a été valorisé que dans 24% des cas.

Mais l’étude met aussi en avant que l’allemand est la langue (hormis l’anglais) qui est la plus parlée parmi les hauts salaires : elle est maîtrisée par 52% des cadres gagnant plus de 60.000 euros brut par an.

Publié dans Texte Actualité divers

Quelle est la chaîne de supermarchés qui vend le plus de bio en France ?

Autumn vegetables in shopping paper bag on kitchen table top view.Avec près de 10% de ses ventes de produits de grande consommation en bio, c’est Monoprix qui arrive de loin en tête des distributeurs qui en vendent le plus en France. Et c’est Lidl qui ferme la marche.

Le bio c’est pour les riches ? Ce palmarès des enseignes qui en vendent le plus de bio en proportion de leurs ventes semble l’affirmer. Selon des données du panélistes Nielsen obtenues par Linéaires, c’est l’enseigne Monoprix en France qui réalise la plus grande part de ses ventes de produits de grande consommation (alimentaire, produits d’hygiène …) en bio.

Le bio représente actuellement 9,8% de ces ventes, soit une progression de 1,8 point par rapport à la même période en 2018. Or l’enseigne est connue pour son positionnement premium, ses prix élevés et sa clientèle urbaine.

L’enseigne qui appartient au groupe Casino est loin devant les autres chaînes de grande distribution en France. Casino est ainsi à 4,8% de ses ventes en bio, tout comme Carrefour Market et devant Géant (4,6%), Carrefour (4,4%), Super U (4,3%) et Leclerc (4,1%). C’est Lidl qui ferme la marche de ce classement. Seules 3% des ventes du discounter sont réalisées en bio. Même si l’enseigne progresse très vite puisque cette part n’était que de 2,3% en 2018. En moyenne en France, ce sont 4,4% des produits de grande consommation vendus par les enseignes qui sont bio. Cette part était de 3,6% il y a un an.

Le bio, une préoccupation de riches ?
Ces données confirment la sociologie des consommateurs bio en France. Selon une étude de Nielsen, les acheteurs de bio en France sont généralement plutôt aisés, plus âgés que la moyenne des consommateurs (la moyenne d’âge des acheteurs de bio est de 49 ans en France), cadres et urbains (principalement franciliens).

Cela s’explique par les prix des produits bio plus élevés que les produits conventionnels mais aussi par une sensibilité accrue des consommateurs aisés pour les problématiques de santé et d’environnement. « On n’a pas les moyens d’avoir peur de ce qu’on mange quand on a peur de ne pas avoir assez à manger », assure ainsi Pascale Hébel, la directrice du département consommation du Crédoc dans Les Echos.

Publié dans Texte Animaux

Pourquoi les oiseaux chantent ?

Pourquoi les oiseaux chantentDès l’aurore, le chant gracieux des oiseaux retentit pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Mais la question demeure : pourquoi les oiseaux chantent-ils ?

Marquer son territoire
Nombreuses sont les espèces d’oiseaux existantes sur notre grande planète bleue. Chez certaines espèces seuls les mâles chantent, chez d’autres, mâles comme femelles produisent ces sons si gracieux, dont l’un des buts principaux est de marquer son territoire. Volant de branches en branches, l’oiseau avertit son voisinage par des chants répétés : « je vis ici, c’est mon territoire et je suis près à le défendre ». Ce marquage est particulièrement prononcé dans les périodes de reproductions, au moment ou les oiseaux doivent faire leur nids.

S’accoupler
Le chant fait partie intégrante de la reproduction chez l’oiseau. Chaque espèce possède un chant différent permettant d’identifier ses semblables dans la nature. Les oiseaux en chantant annoncent donc au monde entier qu’ils cherchent l’amour, permettant à d’autres de répondre et d’engager la rencontre comme la discussion. Et attention, l’apparence ne suffit pas : les femelles choisissent leur partenaire d’après un savant mélange visuel et sonore, avec une attention particulière à la qualité du chant de leur aspirant. Un oiseau qui ne chante pas très bien quelque soit son plumage aura donc plus de mal à trouver sa moitié.

Se repérer
Au terme des saisons chaudes, les oiseaux descendent vers le sud laissant leurs territoires et se servant de leurs chants pour leur grand voyage. Traversant des milliers de kilomètres, les oiseaux produisent de petits sons d’appels pour communiquer entre eux et se repérer les uns vis à des autres en plein vols. C’est un moyen pour eux de rester groupés mais aussi de se prévenir en plein vol d’éventuels obstacles à éviter. Ces cris d’appels ont récemment fait l’objet d’une étude, car de nombreux chercheurs ont remarqué que les pollutions lumineuses des villes perturbaient les vols nocturnes des oiseaux migrateurs, allant jusqu’à déconcentrer les volatiles et provoquer de nombreux chocs contre les vitres d’immeubles.