Publié dans Texte Actualité divers

70 femmes députées adressent une lettre de soutien à Meghan Markle

Meghan_MarklePlus de 70 femmes députées de la Chambre des communes, issues de toutes les formations, ont adressé une lettre de soutien à la Duchesse de Sussex, ce mardi.

Attaquée et traquée par les tabloïds anglais, Meghan Markle, l’épouse du Prince Harry, a reconnu avoir eu « une année difficile » en raison de la pression des médias.

« En tant que femmes parlementaires issues de diverses tendances politiques, nous voulons exprimer notre solidarité envers vous en prenant position contre le caractère souvent déplaisant et trompeur des reportages publiés dans certains de nos journaux nationaux ciblant votre personne et votre famille ».

Dans une lettre ouverte publiée ce mardi, l’ensemble des femmes députés de la chambre des communes, le parlement britannique ont adressé leur soutien à Meghan Markle, l’épouse du Prince Harry, particulièrement critiquée ces derniers mois dans la presse.

« À certaines occasions, des articles et des titres de presse ont tenté de dénigrer votre personne, sans que cela ne soit justifié, selon les informations dont nous disposons », ont écrit les parlementaires dans leur lettre. « Plus inquiétant encore, ce sont les sous-entendus dépassés et coloniaux de certains de ces articles que nous dénonçons aujourd’hui. En tant que femmes députées de toutes les origines, nous rejoignons votre prise de position. Cela ne peut continuer impunément. »

Des moyens pour faire respecter la vie privée
Dans la lettre, les 72 femmes politiques signataires expliquent leur démarche: « Bien que nous évoluions dans des sphères publiques différentes, nous partageons votre ressenti sur les abus et les intimidations dont vous faites l’objet et qui sont si souvent utilisés pour dénigrer les femmes occupant des postes publics importants. »

Et de conclure ainsi, « gardant cela à l’esprit, nous souhaitons que les médias nationaux puissent à présent faire le tri entre les informations qui relèvent de l’intérêt national ou du caractère privé, quand ils cherchent à atteindre une femme. Ayez l’assurance que nous sommes solidaires avec vous à cet égard. Nous utiliserons les moyens dont nous disposons pour que la presse nationale britannique accepte votre droit à la vie privée et fasse preuve de respect, et qu’enfin leurs récits reflètent au mieux la vérité. »

La duchesse de Sussex maltraitée par les médias britanniques
Après avoir été traquée par les tabloïds anglais sur ses relations familiales et avoir essuyé une série de critiques sur son comportement à la suite de la démission d’une partie du personnel de la maison royale, Meghan Markle a été maltraitée dans les médias cet été, notamment pour avoir à deux occasions utilisé des jets privés pour des vacances.

Le duc et la duchesse de Sussex ont également été malmenés en raison du coût de la rénovation de leur logement, un cottage situé sur les terres du château de Windsor, 2,4 millions de livres (2,7 millions d’euros) aux frais du contribuable britannique.

Meghan Markle et le prince Harry ont porté plainte
Pour faire face aux nombreuses critiques, Meghan Markle a annoncé le 1er octobre qu’elle allait attaquer en justice l’éditeur du Mail on Sunday, un hebdomadaire britannique qui a publié dans ses colonnes une lettre manuscrite qu’elle avait envoyée à son père. Ce même jour, le prince Harrry a écrit un message sur le site officiel du comté de Sussex.

« Il y a un moment où la seule bonne chose à faire est de se révolter contre cette attitude, parce qu’elle détruit des gens et des vies. Il s’agit tout simplement de harcèlement qui effraie et réduit au silence. Nous savons tous que c’est inacceptable, à n’importe quel niveau. »

Selon plusieurs médias, qui évoquent des piratages de boîtes vocales, une plainte a également été déposée contre le Daily Mirror.

« Une année difficile » a reconnu Meghan Markle
Dans une interview diffusée dimanche 20 octobre, le prince Harry et Meghan Markle se sont confiés sans filtre à la chaîne britannique ITV. L’ancienne actrice américaine, qui a épousé Harry en 2018, a reconnu notamment que l’année écoulée avait été « difficile » en raison de la pression des médias.

« N’importe quelle femme, quand elle est enceinte, est vulnérable. C’est un grand défi. Et surtout quand vous êtes une femme, ça fait beaucoup. Et ajoutez à ça le fait d’être une jeune mère et une jeune mariée », a-t-elle expliqué dans ce documentaire tourné durant le séjour du couple princier en Afrique.

Des images rares, en rupture avec la devise de la famille royale : « Ne jamais se justifier, ne jamais se plaindre ». Cette exposition médiatique inédite n’a pas plu à la reine et au Prince Charles. Selon les correspondants royaux, le prince Harry et sa femme seraient plus isolés que jamais.

Publié dans Texte Actualité divers

La famille royale vient de dévoiler la photographie du baptême d’Archie

bapteme archieArchie a été baptisé ce samedi matin au sein de la chapelle privée du château de Windsor.

La photographie était attendue. Sur Instagram, le duc et duchesse de Sussex ont dévoilé, ce samedi, sur leur compte officiel, le cliché du baptême de leur fils Archie, né en mai dernier. La cérémonie, présidée par l’archevêque de Canterbury qui avait marié Meghan et Harry, a eu lieu dans la chapelle privée du château de Windsor.

Sur la photographie, il est indiqué que le bébé a été baptisé vêtu de la réplique exacte de la robe de baptême royale, portée avant lui par les bébés royaux depuis 11 ans.

Seulement 25 personnes ont été invitées, parmi lesquelles le prince Charles et son épouse Camilla, le prince William et Kate Middleton, et la mère de Meghan, Doria Ragland. La reine Elizabeth II n’était pas présente, occupée par un déplacement à la résidence de Sandringham à Norfolk après une semaine en Écosse.

Publié dans Texte Actualité divers

Le Prince William assure qu’il soutiendrait ses enfants s’ils étaient homosexuels

Famille royaleWilliam a confié avoir déjà évoqué cette question avec Kate, et discuté de la manière dont ils pourraient montrer leur soutien de la meilleure façon possible à leurs enfants.

Cela ne poserait « absolument aucun problème » au prince William si l’un de ses enfants était homosexuel. Le duc de Cambridge s’est exprimé pour la première fois sur cette question mercredi, alors qu’il visitait l’association Albert Kennedy Trust, afin de rencontrer des jeunes sans-abris, mis à la porte par leurs parents après avoir fait leur coming-out, rapporte The Guardian.

Interrogé sur sa réaction si jamais George, Charlotte ou Louis lui annonçaient être homosexuels, l’époux de Kate Middleton a aussitôt répondu : « Vous savez quoi, j’y ai beaucoup réfléchi récemment, parce qu’un couple de parents m’a déjà posé la questions. Je pense qu’on n’y pense pas tant qu’on ne devient pas parent, et évidemment, cela ne me poserait absolument aucun problème ».

« La communication est la chose la plus importante »
William a confié avoir déjà évoqué cette question avec Kate, et discuté de la meilleure manière possible de montrer leur soutien à leurs enfants, très exposés au regard du public et des médias. « La seule chose qui m’inquiéterait, c’est la manière dont cela serait vu et interprété », a-t-il expliqué.

« Je pense que la communication est la chose la plus importante », a-t-il ajouté. « Ce ne serait pas le fait qu’ils soient homosexuels qui m’inquiéterait, mais plutôt la manière dont les gens réagiraient, et pourraient faire peser une certaine pression sur leurs épaules ».

Faz Bukhari, un jeune Londonien de 28 ans soutenu par l’association, a réagi à ces déclarations auprès du magazine People.  « La réponse de William était très juste, l’entendre parler de ses peurs concernant ce que les gens pourraient penser de ses enfants, et comment lui et Kate pourraient les soutenir s’ils s’identifiaient comme LGBT. Il comprend qu’il peut y avoir de très mauvaises réactions, il comprend les problèmes que cela peut engendrer, et j’espère que sa parole aidera à sensibiliser les parents », a-t-il estimé.

Le prince William avait déjà témoigné son soutien à la communauté LGBT en juin 2016, en posant en couverture du magazine Attitude.

Publié dans Texte Actualité divers

Harry et Meghan rompent avec William et Kate pour créer leur fondation

Harry et Meghan rompent avec William et Kate pour créer leur fondationLe duc et la duchesse de Sussex vont créer leur propre fondation.

Le prince Harry et son épouse Meghan vont créer leur propre fondation après avoir rompu avec celle dans laquelle ils œuvraient aux côtés du frère de Harry, le prince William, et de son épouse Kate, a annoncé jeudi le Palais de Kensington.

Cette prise de distance a alimenté la spéculation des médias britanniques sur un éloignement des deux fils du prince Charles et de Lady Di, alimenté par une supposée mésentente de leurs épouses.

En annonçant dans un communiqué ces changements dans leurs engagements caritatifs, Kensington palace a expliqué que ceux-ci « visent à ce que le travail et les responsabilités de leurs altesses royales soient les plus complémentaires possibles alors qu’ils se préparent à leurs futures fonctions, et ce que leurs activités caritatives correspondent mieux à leurs nouveaux foyers ».

Bien-être des militaires et des anciens combattants
Concrètement, « dans les prochains mois, la Royal Foundation va devenir la principale organisation caritative et philanthropique du duc et de la duchesse de Cambridge (William et Kate) », a indiqué Kensington palace. Cette fondation s’intéresse en particulier au bien-être des militaires et des anciens combattants, aux enfants et adolescents, à la protection des espèces menacées et de l’environnement, et à la question de la santé mentale.

De leur côté, « le duc et la duchesse de Sussex (Harry et Meghan) établiront leur propre fondation caritative avec le soutien opérationnel, pour une période de transition, de la Royal Foundation ». Harry et son frère, et leurs épouses, continueront à travailler ensemble à l’avenir, sur des sujets comme la santé mentale, précise le palais.

Les deux couples s’étaient déjà éloignés géographiquement puisqu’il y a quelques mois, Harry et Meghan ont quitté le palais de Kensington, à Londres, où ils vivaient avec William et Kate, pour s’installer dans un cottage sur les terres du château de Windsor à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de la capitale, où il élèvent leur premier enfant, Archie, né le 6 mai.

Publié dans Texte Actualité divers

Le convoi du prince William et de Kate Middleton renverse une femme de 83 ans

Le convoi du prince William et de Kate Middleton renverse une femme de 83 ansLe couple princier se rendait à des commémorations lorsque leur convoi a renversé une femme âgée. Elle a été transférée à l’hôpital.

Le convoi du prince William, qui escortait le prince et son épouse Kate Middleton, a renversé une femme de 83 ans lundi.

Une enquête de police a été ouverte selon le Guardian. Le média britannique rapporte que l’accident a eu lieu tandis que le duc et la duchesse de Cambridge étaient conduits de Londres à Windsor, en marge des cérémonies de commémoration de l’Ordre de la Jarretière. Un policier à moto serait impliqué dans la collision.

La victime s’appelle Irene Mayor, elle a été transportée dans un hôpital de la capitale anglaise dans un état sérieux mais stable, toujours d’après la publication.

« Inquiets et attristés »
« Le duc et la duchesse de Cambridge ont été profondément inquiets et attristés en apprenant l’accident, lundi après-midi », a déclaré un porte-parole de Kensington. « Leurs Altesses royales ont envoyé leurs meilleurs vœux à Irene et sa famille et resteront en contact tout au long de son rétablissement. »

Comme le veulent les consignes de sécurité, le convoi a continué à avancer après la collision. Le Guardian rapporte les propos d’un voisin selon lequel lorsque les secouristes sont arrivés, « une moto de police était couchée sur la route. » Le couple princier n’a pas vu l’accident.

Publié dans Texte Actualité divers

Meghan et Harry dévoilent une nouvelle photo du petit Archie

Meghan et Harry dévoilent une nouvelle photo du petit ArchieÀ l’occasion de la Fête des pères ce dimanche, le duc et la duchesse de Sussex ont publié sur Instagram un nouveau cliché de leur fils de six semaines, sur lequel on aperçoit pour la première fois son visage.

Pour la Fête des mères il y a quelques semaines, les followers Instagram du duc et de la duchesse de Sussex avaient eu droit à une photo des pieds du jeune Archie. Mais à l’occasion de la Fête des pères ce dimanche, les jeunes parents publient pour la première fois un cliché sur lequel on voit en partie le visage de leur fils, aujourd’hui âgé de six semaines.

« Joyeuse Fêtes des pères. Et nous souhaitons une première Fête des pères très spéciale au duc de Sussex », peut-on lire en légende de la photographie sépia, sur laquelle on peut voir le petit Archie agrippé au doigt de son père.

Il s’agit du premier cliché montrant Archie Harrison, né le 6 mai dernier, les yeux ouverts. La dernière fois que le duc et la duchesse de Sussex étaient apparus devant les caméras et les photographes avec leur fils, le 8 mai, ce dernier était en effet profondément endormi.

À moitié caché derrière la main de son père, difficile pour l’instant de dire si le tout jeune bébé royal ressemble plus au prince Harry ou à Meghan Markle.

Publié dans Texte Actualité divers

Donald Trump accueilli à Buckingham Palace

Donald Trump accueilli à Buckingham PalaceCe lundi, Donald Trump a initié une visite d’État de trois jours au Royaume-Uni. Il y a été accueilli par la famille royale à Buckingham Palace, en préambule d’un calendrier très chargé.

Donald Trump a enfin posé le pied sur le sol anglais. Ce lundi, il a débuté sa visite d’État de trois jours au Royaume-Uni par une étape à Buckingham Palace. Sur place, le président américain, flanqué de son épouse Melania, a d’abord été accueilli par le prince Charles et son épouse Camilla Parker-Bowles.

Revue des Horse Guards
Il a ensuite rejoint la reine Elizabeth II dans son château pour y converser autour d’un déjeuner. En marge de cette rencontre, le chef d’État, qu’on sait amateur de défilés militaires depuis qu’il a été subjugué par notre 14-juillet, a eu l’occasion de descendre du perron vers le parc pour y passer en revue les Horse Guards, aux côtés d’un officier. Ce rendez-vous avec la dynastie des Windsor doit se prolonger tout l’après-midi à travers la découverte de l’abbaye de Westminster, distante de quelques pas seulement de la résidence royale, en compagnie du prince Andrew, troisième enfant de la souveraine, puis un thé partagé à Clarence House avec le maître des lieux, le prince de Galles.

S’il est d’usage en principe pour les chefs d’État ou de gouvernement reçus par la royauté britannique d’être hébergés à Buckingham Palace, ce ne sera pas le cas cette fois-ci en raison de travaux effectués dans le château. Le chantier en question n’empêchera pas en revanche la tenue d’un dîner officiel entre les prestigieux murs de la salle de bal.

Donald et Melania Trump iront donc passer leurs deux nuits anglaises à Winfield House, résidence de l’ambassadeur américain. Les époux s’y sont d’ailleurs rendus ce lundi matin en préambule de leur visite. Ironie à l’endroit d’un homme politique souvent critiqué pour avoir voulu instituer une mesure restrictive, surnommée le « muslim ban », concernant les conditions d’entrée sur le territoire américain de ressortissants de certains pays islamiques: on peut voir depuis Winfield House le minaret de la grande mosquée de Londres.

Un homme de sorties
Conformément à son habitude, une odeur de soufre a précédé le président américain chez son principal allié. Ce dimanche, il a dû démentir, en dépit de l’existence d’un enregistrement, avoir qualifié de « méchante » Meghan Markle, la femme du prince Harry. Et dans la matinée, après qu’Air Force One s’est posé sur le tarmac, il s’est permis de traiter Sadiq Khan, le maire de Londres, de « perdant », avant de le comparer au « très bête », selon lui, maire de New York.

Ce n’est cependant pas la première incursion de Donald Trump, en tant que président des Etats-Unis, au Royaume-Uni. A la mi-juillet 2018, il s’était déjà entretenu avec la reine. Lors d’un meeting ultérieur, dont s’est souvenu ici CNN, il avait pavoisé : « On devait se voir un petit quart d’heure et ça a duré une heure. Pourquoi ?  Parce qu’on s’est bien entendu, on s’est bien entendu »