Publié dans Texte Actualité divers

Ce que vous humez quand la pluie tombe

pluis gifVous pensiez que l’eau tombée du ciel n’avait pas de senteur ?

Quand les premières grosses gouttes d’une  pluie d’été tombent sur le sol chaud et sec, n’avez-vous jamais reniflé une odeur particulière ?  Dans mes souvenirs d’enfance, des parents agriculteurs décrivaient comment ils pouvaient toujours «sentir la pluie» juste avant une tempête.

Bien sûr, la pluie en elle-même ne contient aucune odeur. Pourtant, juste au début d’une bonne averse, une senteur appelée pétrichor imprègne l’air. Issue du sol, elle semble agréable à celles et ceux qui la distinguent car musquée et fraîche.

Cette odeur résulte de l’humidité du sol. En 1964, des scientifiques australiens ont étudié pour la première fois ce phénomène. Ils l’ont baptisé pétrichor. Mais il a fallu attendre les années 2010 pour que son mécanisme soit décortiqué par des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT).

Décelable à des niveaux faibles
Le pétrichor est une combinaison de composés chimiques odorants issue d’huiles fabriquées par des plantes. Des micro-organismes, les actinobactéries, constituent la base du pétrichor. Ils prolifèrent dans les zones rurales et urbaines ainsi que dans les environnements marins. Minuscules, ils transforment la matière organique morte ou en décomposition en composés chimiques simples pour fabriquer les nutriments nécessaires au développement des plantes et d’autres organismes.

Sous-produit de cette activité, un composé organique appelé géosmine se combine au pétrichor et lui donne son odeur. Similaires à l’alcool dénaturé, ses molécules ont tendance à dégager une forte odeur. De plus, sa structure chimique complexe le rend particulièrement décelable à des niveaux extrêmement faibles: nos nez peuvent détecter quelques parties de géosmine par mille milliards de molécules d’air.

Pendant une période de sécheresse, le taux d’activité de décomposition des actinobactéries ralentit. Mais juste avant un événement pluvieux, l’air s’humidifie de même que le sol. L’activité des actinobactéries s’accélère et forme davantage de géosmine.

Ce qui fait que lorsque les gouttes de pluie tombent sur le sol en particulier sur des surfaces poreuses telles que des sols meubles ou du béton brut, elles éclaboussent et éjectent de minuscules particules appelées aérosols.

La géosmine et les autres composés d’un pétrichor présents sur le sol ou dissous dans la goutte de pluie sont libérés sous forme d’aérosol et transportés par le vent vers les zones environnantes. Si la pluviométrie est assez forte, l’odeur de pétrichor se diffuse rapidement grâce au vent et alerte ainsi les gens que la pluie est imminente.

L’orage passé, le parfum disparaît, et le sol commence à sécher. Les actinobactéries redeviennent inactives. Elles sont prêtes pour la prochaine perturbation, et à nous envoyer un nouveau signal odoriférant quand la pluie menacera.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Publicités
Publié dans Texte Humour

Code SMS des générations

Code SMS des jeunes

LOL Laughing out Loud : rire à gorge déployée
PTDR :  PéTé De Rire PTDRTS :  PéTé De Rire Tout Seul
MDR : Mort De Rire / OMG : oh my God / TG : ta gueule
CC : coucou / TJR : toujours / SLT : Salut / TFK : tu fais quoi
JTDR :  j’ t’ adoreTAF :  devoir / BJR CCV : bonjour comment ça va
JTM : je t’aime / TKT : t’inquiète

barre separationCode SMS des séniors

CLD : Chez Le Docteur / EMA : Enterrement Meilleur Ami(e)
ACR : Apporte la Chaise Roulante / ATD : Apporte Ton Déambulateur
CPM : Couverture Par Mutuelle / OSVCS : On Se Voit au Club des Seniors
JCAC : Je Conduis Avec une Couche / JOOJS : J’ai Oublié Ou Je Suis
LPPF : La Pile du Pacemaker est Faible / EDBE : Encore Des Brûlures d’Estomac
JSC : Je Suis Constipé / PMDER : Perdu Mes Dents En Riant
OMDUG : Oh Mon Dieu, Un Gaz / JEDT : Je t’Écris Des Toilettes
JTLLA : Je Te Laisse, Le Laxatif Agit

Publié dans Texte Humour

Leçon de géographie

Géographie d’une femme

Entre 18 et 20 ans une femme est comme l’Afrique : à moitié sauvage, naturellement belle et pleine de mystérieux deltas à la fertilité certaine.
Entre 21 et 30 ans une femme est comme l’Amérique : développée et ouverte au commerce, spécialement avec ceux qui ont du pognon.
Entre 31 et 35 ans une femme est comme l’Inde : sensuelle, relaxée, épanouie, convaincue de sa beauté.
Entre 36 et 40 ans une femme est comme la France : délicieusement mûre, elle reste un agréable territoire à visiter.
Entre 41 et 50 ans une femme est comme la Yougoslavie : la guerre est aujourd’hui perdue, les erreurs du passé la hantent. De gros travaux de reconstruction doivent être lancés.
Entre 51 et 60 ans une femme est comme la Russie : étendue, aux limites incontrôlées. Le climat froid décourage les visiteurs.
Entre 61 et 70 ans une femme est comme la Mongolie : un glorieux passé, de grandes conquêtes, mais hélas, aucun futur.
Après 70 ans une femme est comme l’Afghanistan : beaucoup savent où ça se trouve, mais personne ne veut plus y aller.

barre separationGéographie d’un homme

Entre 15 et 70 ans un homme est comme les États Unis : gouverné par un gland.

Publié dans Texte Humour

Je suis émue de vous dire …

clin oeil barre

Je suis émue de vous dire que j’ai
bien compris, l’autre jour, que vous avez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde un souvenir de votre
baiser et je voudrais que ce soit
la preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul. Si vous voulez me voir ainsi
dévoiler, sans aucun artifice, mon âme
toute nue, daignez donc me faire une visite.
Et nous causerons en amis et en chemin.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde et la plus étroite
amitié, en un mot, la meilleur amie
que vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, alors que l’abandon où je
vis est bien long, bien dur, et bien souvent
pénible, ami très cher, j’ai le cœur
gros, accourrez vite me le
faire oublier. A l’amour je veux me sous-
mettre.

Maintenant, lisez une phrase sur deux.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Parfum d’amour

couple bisousRires , sourires, regards partagés, caresses et frissons, comme autant de senteurs enivrant mon âme. Amour, tendresse, douceur ont enfin un arôme.

Glissant de l’un à l’autre, molécules diffuses raccordant enfin nos cœurs séparés par le vide de l’espace. Ces effluves envoûtants éveillent tous nos sens. A fleur de peau, vibrations charnelles, émotions sensuelles.

Ne me résignant à te laisser partir sans elles comme un parfum partagé, je les voudrais dans un écrin , un flacon magique. Afin que, dès aujourd’hui, les senteurs de notre vie t’accompagnent chaque jour.

Publié dans Texte Lettre divers

Malheur à l’abbaye

pereAu Père Spicace,

Un grand malheur est arrivé à l’abbaye et j’ai la pénible mission de vous en faire part. Mardi soir, pendant que l’abbé Nédictine donnait les dernières grâces, l’abbé Quille  perdit l’équilibre dans l’escalier et tomba inanimé dans les bras du Père Iscope.

Les révérends pères, en perdant l’abbé Quille, perdaient leur seul soutien.
Un seul restait joyeux : le père Fide. Quant à l’abbé Tise, il n’y comprenait rien. Il aurait bien voulu que le saint Plet l’aide à comprendre ce qui s’était passé mais rien n’y fit.

Après l’accident de l’abbé Quille, on alla chercher le Père Manganate et le Père Itoine, les deux médecins de l’abbaye. Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains et celui-ci décéda peu après.

Le lendemain fut donc célébré son enterrement. Chacun fut appelé à  l’abbaye par les célèbres cloches du Père Sonnage.   La messe fût dite sur une musique de l’abbé Thoven.
Le père Ocquet fut chargé du sermon et comme il n’y avait pas de chaire, il monta sur les épaules du Père Choir.

A la fin de l’homélie, le Père Cepteur fit la quête et remit les dons ainsi recueillis à notre frère africain, l’abbé N’Pé. Après la messe, une grande discussion s’engagea pour le transport de la bière : l’abbé Canne et l’abbé Trave voulaient passer par les champs. Le Père Clus s’y opposa. L’abbé Casse en fut enchanté.

Le Père San avec sa tête de turc ne voulait rien entendre. Le Père Vers et le Père Nicieux semaient le doute dans les esprits. Finalement on décida que, comme à l’accoutumée, l’abbé Taillière serait chargé du transport du corps du défunt.

Devant la tombe creusée par le Père Forateur et en l’absence du Père Missionnaire, l’abbé Nédiction donna l’absolution. Le Père Venche et l’abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe. Celle-ci fût recouverte d’une belle pierre tombale préparée par l’abbé Tonneuse.

Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant. Le Père Pendiculaire était plié en deux de douleur et de chagrin. L’abbé Vitré était lui aussi plein de larmes. La Mère Cédés , invitée pour l’occasion, fermait la marche en compagnie du frère du Père Igord.
A l’arrivée, le Père Sil et l’abbé Chamelle préparèrent le repas tout en consultant les livres culinaires du saint Doux. Le Père Nod et le Père Collateur servirent à boire et chacun pût se remettre de ses émotions.

Publié dans Texte Humour

Les lois de Murphy en comptabilité

loi murphy compta.gifLe temps, c’est de l’argent.
On a jamais rien pour rien.
Le travail s’étire en fonction du temps dont on dispose pour le terminer tout comme l’importance et la complexité des tâches augmentent à mesure que les délais raccourcissent.
Les dépenses augmentent toujours un peu plus que les revenus.
Demander un délai est la façon la plus sage de ne rien faire.
La bureaucratie se développe pour absorber toujours un peu plus de revenus.
Pour évaluer le temps nécessaire à l’accomplissement d’une tâche, on multiplie le temps estimé par 2 et on décuple le produit. Ainsi, pour une tâche d’une heure, il faut allouer deux jours.
Les choses banales se règlent sans délais, les choses importantes ne se règlent jamais.
Le progrès se fait tous les quatre jeudis.
Le matériel dont on avait besoin pour hier doit être commandé au plus tard le lendemain matin.
Tout système a sa propre façon de gaspiller le papier: dans les sociétés socialistes, toutes les formules sont remplies en quatre exemplaires et dans les sociétés capitalistes, tous les objets sont emballés dans quatre couches de carton.
Pour obtenir un prêt, il faut prouver qu’on n’en a pas besoin.
L’opulence du décor de l’entrée d’un bureau est inversement proportionnelle à la solvabilité de l’entreprise.
En Amérique, ce qui compte n’est pas tant le prix qu’on paie, mais l’économie qu’on réalise.
Le compromis coûtera plus cher que les solutions qu’il remplace.