Publié dans Texte Sport divers

Faut-il boire beaucoup d’eau quand on court ?

boire eauC’est un réflexe pour les sportifs : si boire de l’eau est essentiel, il faut savoir doser en fonction de l’effort à accomplir.

Participant pour la première fois à une course à pied, notre journaliste spécialiste santé, Margaux de Frouville, revient dans une série d’articles sur le sport et l’alimentation. Nous la suivrons au cours de sa préparation et jusqu’au jour de la course « La Parisienne », ce dimanche 8 septembre.

Pendant l’effort, il est important de rester hydraté. Mais pendant une activité telle qu’une course, le plus important est de savoir doser en fonction de l’effort accompli. Si vous avez soif, c’est que vous êtes déjà en déficit : “si vous avez cette sensation, vous avez déjà perdu 2 à 4% de votre capital hydrique”, nous explique Alain Ducardonnet, cardiologue et consultant santé BFMTV. “Il faut boire de petites quantités de façon répétée. Tous les quarts d’heure idéalement”, ajoute t-il.

Première hypothèse : vous devez accomplir un effort de très longue durée comme un marathon. “Dans ce cas, il faut prévoir 500 millilitres d’eau par heure, surtout pas en une seule fois. Privilégiez 150 millilitres, soit l’équivalent d’un verre et demi, toutes les 20 minutes”, précise Roland Krzentowski, médecin du sport, fondateur de Mon Stade, centre dédié au sport et à la santé à Paris. “Quand on fait un marathon, il y a un contrôle de ravitaillement tous les cinq kilomètres”, rappelle le spécialiste.

Attention à bien boire le matin
Deuxième cas de figure : pour un effort à durée limitée, comme les 6,7 kilomètres de La Parisienne, boire n’est pas indispensable, s’il ne fait pas trop chaud. “L’idéal est de boire un peu avant, pour ne pas partir déshydraté, entre 300 et 500 millilitres dans les 3 heures qui précèdent”, détaille le docteur Krzentowski.

Autre paramètre à prendre en considération : le moment de la course. “Si vous courez le matin, après une nuit où vous n’avez pas bu pendant 8h, il faut bien s’hydrater avant”, conclut le médecin du sport.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

La canicule est-elle un motif légitime pour ne pas aller travailler ?

caniculeLa semaine s’annonce très chaude. Météo France prévoit des températures qui vont atteindre les 37 degrés dès lundi sur certaines parties de la France, et encore quelques degrés de plus les jours suivants.

Travailler dans ces conditions peut être pénible, voire dangereux pour certaines professions. Tour d’horizon de ce que dit le droit du Travail.

Météo France nous avait prévenu: l’été 2019 s’annonce plus chaud que la normale. Les températures prévues pour cette dernière semaine de juin le confirment. Dès lundi, les températures vont tourner autour de 35°C dans de nombreuses régions et vont continuer à s’intensifier les quatre jours suivants, pour atteindre parfois 40°C.   Soit 12°C à 15°C degrés de plus que les températures habituellement rencontrées en cette période.

Ces fortes chaleurs sont une épreuve pour les professionnels exerçant en extérieur, tels que les ouvriers des travaux publics, ou bien ceux qui subissent déjà la chaleur des machines dans des locaux mal ventilés. Mais le droit du Travail n’impose aucune température au-delà de laquelle le travail doit être suspendu.

Les employeurs doivent seulement prendre « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ». Dans la pratique, les salariés doivent avoir à leur disposition de l’eau fraîche pour éviter la déshydratation. Et les employeurs décident souvent d’aménager les horaires de travail, en commençant par exemple la journée plus tôt, et en allongeant la pause de midi pour éviter que les travailleurs soient exposés aux heures les plus chaudes.

Adopter une tenue plus légère mais respectant les usages
Peut-on toutefois décider que les conditions sont trop dures pour continuer à travailler ? Le salarié dispose bien du droit de retrait, mais ce n’est valable que si la situation présente un danger grave et imminent. Il faudra des preuves sérieuses pour que la canicule soit considérée comme telle, et ainsi ne pas s’attirer les foudres de son employeur pour retrait abusif.

Pour les salariés qui travaillent dans les bureaux, ces fortes chaleurs s’annoncent pénibles. Même si les locaux sont climatisés, la tentation est grande de porter une tenue plus légère, ne serait-que pour supporter les trajets dans les transports en commun bondés. Une fois encore, tout est question de mesure et de bons sens. Si le crop top et le mini-short sont parfaits pour le week-end, les porter au travail n’est pas recommandé. Les femmes ont de nombreuses options vestimentaires, comme les robes et jupes, si confortables lors des fortes chaleurs.

Pas le choix pour les uniformes
Pour les hommes le choix est certes plus limité. Et dépendra du secteur professionnel dans lequel on évolue. Si le bermuda et les sandales peuvent passer inaperçu dans une société d’informatique ou dans le secteur de la création, il sera plus mal vu dans les milieux plus conservateurs, comme la banque ou un cabinet de juriste.

Il y a encore la question de l’uniforme. Si pour des raisons d’hygiène, une blouse et une charlotte font partie de la tenue de travail, hors de question de les ôter sous prétexte de canicule. Tout comme le port d’un casque et de chaussures de sécurité dans un milieu exposé: il faudra les garder. Ainsi que les vêtements aux couleurs de leur enseigne que portent certains vendeurs ou serveurs. Il faudra prendre son mal en patience, les températures devraient baisser à partir du week-end prochain.

Publié dans Texte Beauté et Soin

Comment soigner un coup de soleil ?

coup de soleilPiégés par le soleil ?   Pas de panique. Si la brûlure est légère, il existe des remèdes simples pour soigner un coup de soleil.

Avec le retour des beaux jours et l’arrivée des vacances d’été, attention aux coups de soleil. Quels gestes adopter si, malgré la crème solaire, on ne parvient pas à les éviter ?    Si la brûlure est légère, il est tout à fait possible de se soigner soi-même grâce à des remèdes naturels ou des pommades cicatrisantes. Si la brûlure est plus importante, l’intervention du médecin peut néanmoins être nécessaire.

La règle d’or : beaucoup s’hydrater
La règle d’or en cas de coups de soleil: boire beaucoup d’eau pour permettre d’hydrater l’organisme. Le soleil déshydrate en effet le corps. C’est d’ailleurs pour cela que l’on se sent fatigué après une journée de farniente à la plage.

Il faut ensuite éviter de se ré-exposer au soleil en attendant que la brûlure disparaisse. Le cas échéant, il faut se couvrir ou appliquer de la crème solaire d’indice supérieur à 50.

Crèmes hydratantes, argile, aloé vera et vinaigre de cidre
Pour soulager un léger coup de soleil, la première chose à faire est de rafraîchir la zone qui a été brûlée.  « Rafraîchissez la zone brûlée avec de l’eau du robinet (entre 15°C et 25°C), environ 15 minutes, jusqu’à disparition totale de la douleur, ou prenez un bain tiède et non froid si la zone brûlée est étendue », conseille le site Ameli.fr. (cliquez ici)

Ensuite, il est possible d’appliquer une pommade calmante et hydratante comme la Biafine, qui aidera à la cicatrisation. On peut aussi opter pour plusieurs remèdes naturels comme appliquer du yaourt, du vinaigre de cidre ou du gel d’aloé vera sur la zone brûlée.

Autre astuce : utiliser de l’argile mélangée avec de l’huile essentielle de lavande, connue pour ses vertus cicatrisantes. La recette est très simple : il suffit de mélanger de la poudre d’argile verte avec de l’eau froide et de rajouter cinq gouttes d’huile essentielle de lavande. On applique ensuite la mixture pendant une à deux heures.

Les vertus thérapeutiques de ces remèdes naturels n’ont pas été prouvées scientifiquement. Ils aident néanmoins à soulager la douleur.

Quand consulter un médecin ?
Ces premiers conseils fonctionnent uniquement sur de légers coups de soleil. Si quelques heures après l’exposition des cloques apparaissent, il s’agit alors d’une brûlure de second degré.

Dans le cas où les cloques sont assez petites et entourées d’une zone rouge, on a affaire à une brûlure de second degré superficiel. « Des précautions supplémentaires sont à prendre pour éviter une infection. Nettoyez les zones brûlées au savon, avec un antiseptique dermique. Les cloques peuvent s’infecter car les bactéries présentes sur la peau ne sont pas détruites par un coup de soleil », explique encore le site Ameli.

Si les brûlures couvrent plus de 10% du corps, que les cloques sont importantes ou touchent des zones sensibles du corps, ou que la douleur s’accompagne d’étourdissements et de signes de déshydratation, il est alors indispensable de consulter un médecin qui déterminera le traitement à adopter.

Publié dans Texte Actualité divers

10 astuces pour boire suffisamment au quotidien

eauHydratation des cellules et de la peau, élimination des déchets ou encore régulation de la température corporelle.

L’eau est un élément vital pour l’organisme. Alors qu’il est conseillé de boire environ 1 à 1,5 litre d’eau par jour.

1) N’attendez pas d’avoir soif
La soif est un signal d’alarme de votre organisme. Lorsque cette sensation apparaît, le corps est déjà déshydraté, c’est presque déjà un peu tard. N’attendez donc pas de ressentir la soif pour boire de l’eau.

2) Préparez votre bouteille pour la journée
Lorsqu’on est au travail ou occupé à d’autres activités, on oublie souvent de boire régulièrement. L’astuce : se préparer une bouteille d’eau chaque jour, afin de vérifier si notre consommation d’eau est suffisante.

3) Buvez à volonté
L’eau représente 60 % du poids de notre corps, cela donne une idée de l’importance de l’eau dans le bon fonctionnement de l’organisme. Transpiration, urine et même respiration, l’eau est éliminée en permanence par l’organisme. C’est pourquoi le Programme national nutrition santé recommande de boire de l’eau à volonté, tout au long de la journée.

4) Variez les plaisirs
Boire 1 à 1,5 litres d’eau par jour vous rebute ?  Variez les plaisirs : thé, tisanes ou café permettent également de s’hydrater. Pensez également aux bouillons et autres soupes et potages.

5) Adaptez votre consommation d’eau à votre activité
Lors d’un effort physique, le corps se déshydrate plus vite à cause de la transpiration. Même si vous n’avez pas soif, forcez-vous à boire avant l’effort. Ensuite, buvez régulièrement pendant et après l’activité sportive.

6) Vive les fruits
« Buvez » en mangeant des fruits, pour allier hydratation et diététique, privilégiez les fruits riches en eau : melon, pastèque, poire, pêche, orange …

7) Donnez du pep à votre eau
Si vous trouvez l’eau un peu fade, ne vous jetez pas sur les eaux aromatisées car elles sont souvent sucrées, ou alors choisissez-les sans sucre. Sinon, ajoutez à votre verre d’eau une rondelle de citron ou d’orange ou quelques feuilles de menthe pour lui donner du goût.

8) Changez d’eau
Eau du robinet, eaux de source, eaux minérales, eaux gazeuses … Il existe toute sortes d’eaux, pour ne pas vous lasser changez d’eau régulièrement.

9) Soyez attentifs en cas de maladie
Diarrhée, vomissements ou fièvre peuvent provoquer de grandes pertes d’eau. Le risque : la déshydratation. Soyez donc particulièrement attentifs lorsque vous êtes malade. En cas de fièvre par exemple, buvez un demi litre d’eau en plus par degré supérieur à 37°C.

10) Adaptez votre consommation d’eau à la chaleur
A partir de 30°C, l’organisme se déshydrate plus rapidement, à cause de la transpiration. C’est pourquoi il est recommandé de boire plus lorsqu’il fait chaud.

Publié dans Texte Actualité divers

D’où vient la gueule de bois ?

gueule de boisAprès une soirée un peu trop arrosée, elle est presque toujours au rendez-vous. Mais au fait, qu’est-ce qui provoque la gueule de bois ?

Un diner entre amis, un « afterwork » un peu trop arrosé, ou une soirée particulièrement festive. On boit, on trinque, on mélange, on re-boit. Puis on rentre se coucher en sachant que le lendemain, ce sera dur.

Et cela ne manque pas, au petit matin, on arrive au petit-déjeuner avec une mine douloureuse et l’un de nos proches nous invective : « ouh là, t’as la gueule de bois, toi ». Et ce n’est certainement pas à cet instant que l’on se pose cette question mais posons la quand-même : d’où vient cette expression « gueule de bois » ?

Les symptômes de l’abus d’alcool
La gueule de bois est une expression qui définit tous les symptômes que l’on peut ressentir après avoir fait des excès d’alcool : état nauséeux, mal de crâne, bouche pâteuse, fatigue, etc …   La cause d’un tel état est généralement due à une déshydratation. La déshydratation est la suite d’une dégradation de l’éthanol (de l’alcool, quoi) dans le corps.

Et il stimule l’inhibition de la vasopressine, une hormone antidiurétique. En résumé, la dégradation de l’éthanol stimule les urines. On urine plus qu’à l’accoutumé, on évacue les liquides du corps, et donc on se déshydrate plus rapidement. Or, le corps est très sensible à la déshydratation. Le cerveau en particulier, dont la conséquence est des maux de crâne.

L’autre symptôme de la déshydratation : la gueule de bois
L’autre symptôme est la xylostomiase : une bouche sèche, rêche, âpre, râpeuse … une bouche avec une texture identique au bois. Et voilà, cette métaphore d’avoir une bouche comme du bois est devenue « gueule de bois ». Et l’expression s’est démocratisée. Et pour info, on établit la naissance de cette expression au XVIIIème siècle.

Comment combattre la gueule de bois ?
Les plus sages d’entre nous diront qu’il faut maîtriser la consommation d’alcool. C’est en effet le plus simple. Mais en cas d’excès, il faut boire, boire et boire de l’eau. Notamment avant d’aller se coucher, pour maximiser l’hydratation du corps.

Publié dans Texte Beauté et Soin

Les bienfaits de la douche

DOUCHELa magie de la douche c’est qu’en quelques minutes, elle remet d’aplomb, efface la fatigue, élimine les tensions et éclaircit les idées. Des gels tonifiants, hydratants, adoucissants  aux parfums gourmands ont remplacé les savons d’antan pour en faire un pur moment de délice.

La douche n’est plus « seulement » faite pour se laver, tour à tour, elle réveille, tonifie apaise et hydrate les peaux desséchées par le soleil. On en use et abuse à chaque heure du jour et de la nuit.

A chaque moment de la journée, sa douche
Il y a celle du matin, qui après une longue nuit de sommeil, remet le moteur en marche, dégourdit muscles et articulations et nous prépare pour une « bonne journée ». Pour en optimiser les effets, mieux vaut choisir un gel douche aux senteurs vivifiantes et toniques.

Il y a celle de la fin de journée qui, l’été, nous lave de la sueur, de la pollution ou du sable et du sel, quand les vacances marines sont à l’ordre du jour. Particulièrement bienfaisante et relaxante, elle permet au corps d’oublier la chaleur de la journée et aux jambes, quand on la termine par un jet d’eau froide, de se faire toutes légères. Cette douche, sorte de prélude aux autres plaisirs de l’été (l’apéro face au coucher du soleil, le dîner en terrasse …) signe un des rares moments d’intimité, autant en profiter pour chouchouter sa peau avec un gel douche aux actifs hydratants.

Enfin, il y a la douche bien méritée, celle qui récompense l’effort physique accompli lors d’un jogging, d’un match de tennis ou d’un cours d’aérobic. Comme un petit miracle l’eau apaise les tensions, allège la température et favorise le retour à la normale. On en sort propre, détendu en pleine forme.

Le gel douche : un classique de la toilette
Il y a quinze ans le gel douche c’était un petit luxe, une note de fantaisie, qui tranchait avec l’habituel savon. Peu à peu, il a trouvé sa place dans les salles de bains des français qui aujourd’hui l’utilisent à 77 %.

Un succès qui s’explique par les qualités et les avantages des gels-douche :
– On les glisse dans sa trousse de toilette ou son sac de sport sans souci, oubliant du même coup nos vieilles boites à savon.
– Ils respectent la peau et ont fait de gros efforts sur la rinçabilité, quant à leur parfum, vu l’abondance de l’offre, chacun trouvera le sien.

Sous la douche on préserve l’hydratation
Pour nous permettre de protéger l’hydratation de la peau, les marques de cosmétiques ont mis au point des formules douces au ph neutre. Ces gels lavant nouvelle génération sont riches en actifs nourrissants et renforcent la barrière protectrice de la peau. Enveloppé d’un film protecteur et protégé du dessèchement cutané, l’épiderme retrouve toute sa douceur et sa souplesse. Adaptés à une utilisation quotidienne, les gels douche sur-gras ou enrichis en huiles relipidantes sont très hydratants et particulièrement conseillés aux peaux sensibles. Un produit a fait surface ces derniers mois dans les rayons de nos hypermarchés : le lait corps à appliquer directement sous la douche après vous être rincée. Cet hydratant minute peut se révéler être très pratique pour les plus pressées.

La douche : le bon moment pour s’hydrater
Après avoir imaginé des gels-douche aux fragrances plaisir, puis aux formules protectrices, les marques de cosmétiques proposent aujourd’hui des soins hydratants spécialement élaborés pour une application sous la douche. Ces soins hybrides réinventent l’hydratation et nous font découvrir une nouvelle gestuelle : celle d’appliquer le lait hydratant sous la douche. Pratiques et futés, ces laits corps nous font gagner un temps précieux. En effet, si la peau est aussi douce et hydratée qu’avec un lait traditionnel, il n’y a aucun effet collant. Résultat ?  A peine la douche terminée, on peut s’habiller. Cependant, attention, ces laits ne sont pas des gels douches, ils s’appliquent sur peau propre.