Publié dans Texte Actualité divers

D’où vient la gueule de bois ?

gueule de boisAprès une soirée un peu trop arrosée, elle est presque toujours au rendez-vous. Mais au fait, qu’est-ce qui provoque la gueule de bois ?

Un diner entre amis, un « afterwork » un peu trop arrosé, ou une soirée particulièrement festive. On boit, on trinque, on mélange, on re-boit. Puis on rentre se coucher en sachant que le lendemain, ce sera dur.

Et cela ne manque pas, au petit matin, on arrive au petit-déjeuner avec une mine douloureuse et l’un de nos proches nous invective : « ouh là, t’as la gueule de bois, toi ». Et ce n’est certainement pas à cet instant que l’on se pose cette question mais posons la quand-même : d’où vient cette expression « gueule de bois » ?

Les symptômes de l’abus d’alcool
La gueule de bois est une expression qui définit tous les symptômes que l’on peut ressentir après avoir fait des excès d’alcool : état nauséeux, mal de crâne, bouche pâteuse, fatigue, etc …   La cause d’un tel état est généralement due à une déshydratation. La déshydratation est la suite d’une dégradation de l’éthanol (de l’alcool, quoi) dans le corps.

Et il stimule l’inhibition de la vasopressine, une hormone antidiurétique. En résumé, la dégradation de l’éthanol stimule les urines. On urine plus qu’à l’accoutumé, on évacue les liquides du corps, et donc on se déshydrate plus rapidement. Or, le corps est très sensible à la déshydratation. Le cerveau en particulier, dont la conséquence est des maux de crâne.

L’autre symptôme de la déshydratation : la gueule de bois
L’autre symptôme est la xylostomiase : une bouche sèche, rêche, âpre, râpeuse … une bouche avec une texture identique au bois. Et voilà, cette métaphore d’avoir une bouche comme du bois est devenue « gueule de bois ». Et l’expression s’est démocratisée. Et pour info, on établit la naissance de cette expression au XVIIIème siècle.

Comment combattre la gueule de bois ?
Les plus sages d’entre nous diront qu’il faut maîtriser la consommation d’alcool. C’est en effet le plus simple. Mais en cas d’excès, il faut boire, boire et boire de l’eau. Notamment avant d’aller se coucher, pour maximiser l’hydratation du corps.

Publicités
Publié dans Texte Beauté et Soin

Les bienfaits de la douche

DOUCHELa magie de la douche c’est qu’en quelques minutes, elle remet d’aplomb, efface la fatigue, élimine les tensions et éclaircit les idées. Des gels tonifiants, hydratants, adoucissants  aux parfums gourmands ont remplacé les savons d’antan pour en faire un pur moment de délice.

La douche n’est plus « seulement » faite pour se laver, tour à tour, elle réveille, tonifie apaise et hydrate les peaux desséchées par le soleil. On en use et abuse à chaque heure du jour et de la nuit.

A chaque moment de la journée, sa douche
Il y a celle du matin, qui après une longue nuit de sommeil, remet le moteur en marche, dégourdit muscles et articulations et nous prépare pour une « bonne journée ». Pour en optimiser les effets, mieux vaut choisir un gel douche aux senteurs vivifiantes et toniques.

Il y a celle de la fin de journée qui, l’été, nous lave de la sueur, de la pollution ou du sable et du sel, quand les vacances marines sont à l’ordre du jour. Particulièrement bienfaisante et relaxante, elle permet au corps d’oublier la chaleur de la journée et aux jambes, quand on la termine par un jet d’eau froide, de se faire toutes légères. Cette douche, sorte de prélude aux autres plaisirs de l’été (l’apéro face au coucher du soleil, le dîner en terrasse …) signe un des rares moments d’intimité, autant en profiter pour chouchouter sa peau avec un gel douche aux actifs hydratants.

Enfin, il y a la douche bien méritée, celle qui récompense l’effort physique accompli lors d’un jogging, d’un match de tennis ou d’un cours d’aérobic. Comme un petit miracle l’eau apaise les tensions, allège la température et favorise le retour à la normale. On en sort propre, détendu en pleine forme.

Le gel douche : un classique de la toilette
Il y a quinze ans le gel douche c’était un petit luxe, une note de fantaisie, qui tranchait avec l’habituel savon. Peu à peu, il a trouvé sa place dans les salles de bains des français qui aujourd’hui l’utilisent à 77 %.

Un succès qui s’explique par les qualités et les avantages des gels-douche :
– On les glisse dans sa trousse de toilette ou son sac de sport sans souci, oubliant du même coup nos vieilles boites à savon.
– Ils respectent la peau et ont fait de gros efforts sur la rinçabilité, quant à leur parfum, vu l’abondance de l’offre, chacun trouvera le sien.

Sous la douche on préserve l’hydratation
Pour nous permettre de protéger l’hydratation de la peau, les marques de cosmétiques ont mis au point des formules douces au ph neutre. Ces gels lavant nouvelle génération sont riches en actifs nourrissants et renforcent la barrière protectrice de la peau. Enveloppé d’un film protecteur et protégé du dessèchement cutané, l’épiderme retrouve toute sa douceur et sa souplesse. Adaptés à une utilisation quotidienne, les gels douche sur-gras ou enrichis en huiles relipidantes sont très hydratants et particulièrement conseillés aux peaux sensibles. Un produit a fait surface ces derniers mois dans les rayons de nos hypermarchés : le lait corps à appliquer directement sous la douche après vous être rincée. Cet hydratant minute peut se révéler être très pratique pour les plus pressées.

La douche : le bon moment pour s’hydrater
Après avoir imaginé des gels-douche aux fragrances plaisir, puis aux formules protectrices, les marques de cosmétiques proposent aujourd’hui des soins hydratants spécialement élaborés pour une application sous la douche. Ces soins hybrides réinventent l’hydratation et nous font découvrir une nouvelle gestuelle : celle d’appliquer le lait hydratant sous la douche. Pratiques et futés, ces laits corps nous font gagner un temps précieux. En effet, si la peau est aussi douce et hydratée qu’avec un lait traditionnel, il n’y a aucun effet collant. Résultat ?  A peine la douche terminée, on peut s’habiller. Cependant, attention, ces laits ne sont pas des gels douches, ils s’appliquent sur peau propre.