Publié dans Texte Santé

Doctolib devient l’une des rares « licornes » françaises

Doctolib ldevient l'une des rares licornes françaisesAu départ simple start-up, Doctolib est devenue une « licorne ».

La plateforme de rendez-vous médicaux en ligne et de téléconsultation a rejoint mardi le club très fermé des jeunes sociétés du numérique dont la valorisation dépasse le milliard de dollars. Une performance possible grâce à une nouvelle levée de fonds de 150 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs, indique Les Échos ce mercredi.

Le fonds d’investissement américain General Atlantic est ainsi entré dans le capital de la société, et les actionnaires déjà présents (Bpifrance, Eurazeo, Kernel et Accel) ont remis de l’argent au pot.

Des critères exigeants
Doctolib compte désormais doubler ses effectifs en trois ans, s’étendre ailleurs qu’en France et en Allemagne, qui sont ses deux marchés actuels, et accélérer le déploiement de son service de téléconsultation.

À part Doctolib, seules trois sociétés françaises sont officiellement des « licornes » : la plateforme de streaming audio Deezer, le réseau de covoiturage Blablacar et le site de vente en ligne vente-privée.com. Pour accéder à ce statut, les entreprises doivent remplir trois critères : disposer d’une valorisation supérieure à un milliard de dollars, avoir été créées récemment et ne pas être cotées en Bourse. Les sociétés françaises Criteo, Talend ou OVH sont également souvent considérées comme des licornes, même si elles ne remplissent pas ces trois critères.

Les licornes sont rares en Europe en général, et en France en particulier. Selon un classement établi en juin 2018 par la banque d’affaires britannique GP Bullhound, l’Europe ne compterait que 16% des licornes dans le monde, contre 48% aux États-Unis et 36% en Asie. En Europe, le Royaume-Uni domine avec 25 licornes, loin devant l’Allemagne et la Suède. Pour justifier ces faiblesses, les experts évoquent en particulier le morcellement du marché européen qui perdure, malgré les efforts de l’UE.

« Le premier site d’e-santé en Europe »
Né en 2013, Doctolib a depuis connu une croissance accélérée mais solide. Environ 75 000 praticiens utilisent son outil d’agenda et de gestion des rendez-vous, dont 5 000 en Allemagne. Ce sont eux qui rémunèrent l’entreprise, puisqu’ils paient un forfait mensuel pour bénéficier du service.

« Nous cumulons 30 millions de visites chaque mois », indique aux Echos Stanislas Niox-Chateau, le fondateur de Doctolib. Cela fait de la plateforme « le premier site d’e-santé en Europe, et parmi les tout premiers au monde », rappelle-t-il.

Publié dans Texte Actualité divers

Le Lavoir Moderne lève 5 millions d’euros pour moderniser le pressing

lavoir moderneLe Lavoir Moderne veut dominer le marché du pressing, et vient de lever 5 millions d’euros auprès d’investisseurs privés. La startup souhaite étendre l’accès à ses services à d’autres départements d’Île-de-France et aux capitales européennes.

Le pressing fait aussi sa révolution numérique. Le Lavoir Moderne a récolté 5 millions d’euros pour sa deuxième levée de fonds. Des investisseurs privés et des bureaux de gestion de patrimoine misent sur la startup, qui ambitionne d’industrialiser le marché du pressing de proximité. Prochaines étapes : étendre son service en Île-de-France au-delà de Paris et sa proche banlieue, puis dans d’autres capitales européennes.

Le linge livré à domicile et à prix cassés
Une fois l’application gratuite de Le Lavoir Moderne téléchargée, il suffit de quelques clics pour qu’un opérateur bien-nommé « Lavandier » vienne chercher le linge en scooter. Les chemises, robes et pantalons doivent être lavés à la pièce  entre 4 et 10 euros chacun, tandis que les autres vêtements sont facturés entre 2,5 et 8 euros le kilo. Si l’addition reste salée, elle reste inférieure au coût d’un pressing traditionnelle, affirme la startup.

Les textiles seront ensuite lavés dans une usine du Val d’Oise, à Pontoise. Un nouveau bâtiment de 3.500 mètres carrés, financé par une première levée de fonds de 3 millions d’euros l’an dernier, devrait être opérationnel dès mars, et augmenter la capacité de production de l’entreprise. Après deux ou trois jours ouvrés, la startup livre le linge propre à domicile à la demande du client.

Miser sur la production de masse
Avec des prix relativement bas par rapport au marché, la startup mise sur les économies d’échelle. Ses fondateurs affirment traiter dix fois plus de chemises par agent que dans les pressing traditionnels, grâce à ses infrastructures. Mais dans cette course à la productivité, le Lavoir Moderne ne facture pas des auto-entrepreneurs pour ses livraisons comme peut le faire Uber, ou son concurrent direct, Zipjet. Il embauche des salariés, essentiellement des étudiants à temps partiel.

La startup essuie encore quelques ratés parmi les milliers de commandes mensuelles. Les plateformes comme Google Maps ou Trustpilot recueillent différentes histoires d’usagers furieux d’avoir perdu leur linge. Mais la startup développe ses technologies pour y remédier, et géolocalise désormais les sacs grâce à une puce RFID.

Publié dans Texte Actualité divers

Uber s’intéresse désormais aux vélos et trottinettes autonomes

uber trottinetteL’entreprise californienne a annoncé recruter des ingénieurs en robotique pour développer un projet de trottinettes et de vélos autonomes. Une innovation majeure pour le géant américain des VTC qui cherche à diversifier ses services et, surtout, devenir rentable.

Des vélos en libre-service qui rouleraient tout seuls vers le client, des trottinettes électriques qui se rendraient d’elles-mêmes à leur base de chargement.  Cette idée, surréaliste en apparence, ne sera pas mise en application demain, mais Uber semble y réfléchir pour après-demain. En effet, la célèbre entreprise de VTC a publié des annonces pour recruter des ingénieurs en «robotique de micro-mobilité».

L’idée fait suite au développement croissant ces dernières années de ces deux-roues en libre-service, dont l’organisation ne dépend pas de bornes de stationnement mais d’une application mobile permettant de les localiser à distance. Trottinettes, vélos ou voitures (dans certaines villes) apparaissent sur l’écran, il ne reste ensuite qu’à les débloquer en scannant un QR code avec son smartphone.

Uber a déjà racheté l’entreprise californienne Jump Bikes au printemps 2018 qui exploitait alors 250 vélos électriques à San Francisco. Le géant du transport a aussi investi dans les trottinettes électriques Lime, débarquées en juin dernier à Paris.

L’objectif de l’automatisation de ces services, qui pourrait sembler n’être qu’un «gadget», est «d’améliorer la sécurité, l’expérience du conducteur et l’efficacité opérationnelle de nos vélos et trottinettes électriques partagés grâce à l’utilisation des technologies de détection et de robotique», explique Uber.

En quête de nouvelles économies
La société californienne ne précise cependant pas que, mécaniquement, une telle innovation lui permettrait de réaliser des économies au niveau du personnel. En effet, les services de partage de vélos et de trottinettes électriques doivent payer des personnes salariées ou non  pour récupérer, charger et réparer les deux-roues durant la nuit, lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Il s’agit d’opérations logistiques coûteuses qui réduisent considérablement les profits des opérateurs. Rendre les moyens de locomotion autonomes permettrait de baisser les coûts de gestion et, à long terme, de rentabiliser ces services qui impliquent des investissements particulièrement coûteux.

Car Uber ne cesse de perdre de l’argent. En 2016, le géant américain a enregistré une perte nette évaluée à 3 milliards de dollars. L’année suivante, elle atteignait 4,5 milliards. En 2018, rien qu’au deuxième trimestre, l’entreprise perdait encore 891 millions. Ces pertes, qui interviennent alors même que la croissance de l’activité est toujours très forte, s’expliquent par de forts investissements, notamment en recherche et développement.

Le VTC en danger
Uber, comme les autres entreprises de VTC, cherche par tous les moyens à diversifier ses services pour pérenniser son existence. Pour cela, le géant américain manifeste depuis un an sa volonté de réorienter sa stratégie sur le développement des deux-roues. Surtout, de plus en plus de villes tentent de limiter la prolifération des VTC.

Début août 2018, par exemple, la ville de New York a gelé pour un an les nouvelles licences de VTC et imposé un salaire minimum pour les chauffeurs, des mesures inédites aux États-Unis. À Londres, Uber a été temporairement interdit de circuler. En Bulgarie, l’entreprise est interdite. Son activité est également impossible au Danemark et en Hongrie.

En France, la loi Grandguillaume de décembre 2016 a permis de mieux contrôler le statut des chauffeurs VTC. Effective depuis le 1er janvier 2018, elle a entraîné une baisse de 25% du nombre de conducteurs enregistrés sur sa plateforme, ce qui a entraîné une hausse du temps d’attente des clients et du coût moyen des courses.

Enfin, l’image du géant des VTC a été tout particulièrement ternie en mars 2018, lorsqu’une de ses voitures autonomes en phase de test a percuté une femme qui traversait une rue de l’Arizona. L’accident avait stoppé net les recherches en la matière, qui ont finalement pu recommencer. Il est certain qu’avec des trottinettes et des vélos autonomes, Uber s’oriente vers des services beaucoup moins dangereux pour les piétons.