Publié dans Texte Actualité divers

Facebook dévoile un nouveau logo, pour l’ensemble de ses applications

mark_zuckerberg.jpgLa firme californienne dévoile un logo pour sa maison-mère, afin de mieux la différencier de son application du même nom.

Facebook a désormais un nouveau logo. Sur son site, l’entreprise dévoile une nouvelle identité visuelle particulièrement sobre. La société américaine, qui détient le réseau social du même nom, mais également Instagram, WhatsApp et Messenger, entend mieux mettre en avant la proximité entre ces différents services. Ce logo est celui de la maison-mère, il n’a pas vocation à remplacer le célèbre “f” sur fond bleu du réseau social.

facebook

“Les gens devraient connaître les entreprises derrière les produits qu’ils utilisent. Nos principaux services incluent l’application Facebook, Instagram, WhatsApp, Messenger, ainsi que les produits Portal et Oculus. Aujourd’hui, nous faisons évoluer l’image de notre entreprise afin de mieux montrer que ces produits sont conçus par Facebook. Nous introduisons un nouveau logo d’entrepris afin de mieux distinguer l’entreprise Facebook de l’application Facebook, qui gardera sa propre identité” précise la firme.

D’après le visuel communiqué par l’entreprise, ce nouveau logo variera en fonction de son utilisation. Il prendra deux teintes de bleu lorsqu’il sera utilisé aux côtés des applications Facebook ou Messenger, et arborera le dégradé de couleurs chaudes d’Instagram lorsqu’il sera accolé au logo de l’application photo du groupe de Mark Zuckerberg. Une version verte est vouée à évoluer aux côtés du logo WhatsApp.

smarthphone

Toujours sur son site, Facebook explique que des lettres capitales ont été choisies afin de mieux différencier la maison-mère des différentes applications. Ce nouveau logo viendra s’intégrer à l’ensemble des plateformes dans les prochaines semaines, sous l’appellation « From Facebook ».

Publié dans Texte Actualité divers

Facebook fournit aussi des données personnelles aux opérateurs téléphoniques

facebookFacebook partage avec les fabricants de smartphones et opérateurs télécom des données sur les utilisateurs de son application, ainsi que de Messenger et Instagram.

Les pratiques de Facebook en matière d’exploitation des données personnelles constituent un large champ d’exploration. Un document confidentiel, examiné par The Intercept, souligne le partage d’un large panel de données entre l’entreprise, les fabricants de smartphones sur lesquels l’application est installée et les opérateurs téléphoniques, soit une centaine de sociétés différentes, dans cinquante pays.

Parmi les informations transmises par Facebook, les réseaux Wi-Fi choisis sur les smartphones concernés, leurs caractéristiques techniques, la localisation des utilisateurs de son application, leurs centres d’intérêt et les groupes d’amis auxquels ils appartiennent. Autant de données qui proviennent non seulement des versions iOS et Android de l’application Facebook, mais aussi d’Instagram et Messenger, également détenues par l’entreprise américaine.

D’après The Intercept, ces informations servent de socle aux entreprises clientes de la firme californienne pour évaluer leur réputation face à leurs concurrents, notamment dans le cas où un utilisateur de Facebook aurait basculé d’un opérateur téléphonique vers un autre. Le site spécialisé rapporte également la mise à profit de ces données pour évaluer les ressources d’un individu, et lui proposer, ou non, des offres promotionnelles sur certains smartphones.

Le partage de ces données s’inscrit dans le cadre d’un programme lancé en août dernier, sous le nom d' »Actionable Insights », et destiné à aider les opérateurs télécom à améliorer la connectivité dans le monde. Facebook maintient auprès de The Intercept que l’ensemble de ces informations est anonymisé et n’a pas été mis à profit pour établir le niveau de solvabilité des membres de son réseau.

En juin 2018 déjà, le New York Times révélait l’existence d’accords passés entre Facebook et une soixantaine de fabricants de téléphones, l’entreprise ayant ainsi ouvert son accès aux données personnelles de ses utilsateurs à au moins quatre constructeurs chinois de smartphones. L’article, contesté en partie par Facebook, mettait en lumière des partenariats de longue date avec Samsung, Apple, Microsoft ou encore BlackBerry, qui permettaient à ces entreprises d’en savoir plus sur les penchants religieux, politiques ou encore la situation matrimoniale des utilisateurs Facebook ayant acheté l’un de leurs téléphones. Pour rappel, Facebook se prépare à verser une amende de 3 à 5 milliards de dollars aux États-Unis, en raison de sa gestion largement controversée des données personnelles.

Publié dans Texte Actualité divers

Facebook lance une nouvelle version de son application avec une fonction « Secret Crush »

facebook plusÀ l’occasion de la conférence annuelle dédiée aux développeurs de Facebook, le patron du réseau social Mark Zuckerberg a annoncé plusieurs nouveautés dont le lancement d’une nouvelle version de son application, centrée sur les groupes et sur les interactions privées avec notamment la création d’une fonction « Secret Crush ». Messenger et Instagram connaîtront également quelques modifications.

Vous avez le béguin pour un autre usager de Facebook ?  Le réseau social veut vous aider à lui signifier votre « crush » secret : c’est l’une des nouvelles fonctionnalités dévoilées ce mardi par l’entreprise, qui veut mettre les « groupes » et l’intime au centre de son application, entièrement redessinée.

Le célèbre réseau social a lancé ce mardi une toute nouvelle version de son application, qui perd sa célèbre couleur bleue au passage. Elle mettra les « communautés » et « groupes » au « centre », au même titre que les « amis », a expliqué le PDG Mark Zuckerberg lors de sa conférence annuelle des développeurs.

Une application plus centrée sur les groupes
Ces changements font écho aux annonces récentes de Mark Zuckerberg, qui a promis en mars un virage fondamental vers une plateforme plus soucieuse de l’intimité, censée répondre à deux enjeux: le goût croissant des internautes pour les interactions plus restreintes que le traditionnel « fil d’actualités », mais aussi les inquiétudes liées à la gestion des données personnelles. « A mesure que le monde (…) devient plus connecté, nous avons besoin de ressentir de l’intimité plus que jamais », a dit mardi le jeune patron.

« C’est pourquoi je pense que l’avenir est privé », a-t-il lancé, en forme de nouveau mantra pour son groupe tant critiqué pour sa gestion -jugée laxiste et opaque des données personnelles. Il a redit toutefois que ce changement de stratégie prendrait des années pour être entièrement mené à bien au sein de l’entreprise.

L’application a donc été revue pour placer les groupes au centre de « l’expérience » Facebook et encourager les internautes à se rencontrer en chair et en os, via des centres d’intérêt communs ou des rencontres amoureuses.

Une nouvelle fonction « Secret Crush »
Coté cœur, Facebook a décidé d’étendre géographiquement sa fonction « Rencontres », désormais proposée dans une vingtaine de pays (mais pas en Europe ni aux États-Unis), et d’y ajouter la fonction « Secret Crush » (béguin secret), qui permet de sélectionner des « amis » que l’on aimerait mieux connaître et de le leur faire savoir discrètement.

Les groupes, dont il existe « des dizaines de millions », seront plus facilement visibles, grâce à une nouvelle présentation de l’application, et leur accès sera encouragé via par exemple des recommandations basées sur les centres d’intérêt ou les « événements ».

Même si cela peut sembler contre-intuitif, Facebook pense que les groupes peuvent aider à interagir avec des gens qui n’ont pas les mêmes idées politiques, alors que les utilisateurs des réseaux sociaux ont tendance à être enfermés dans ce que l’on nomme la « filter bubble » (littéralement, la « bulle de filtrage »), car n’interagissant qu’avec des personnes ou organisations ayant des opinions proches des leurs.

« Les groupes peuvent créer des liens malgré les divisions »
Parce que leurs algorithmes priorisent les contenus en fonction des goûts des usagers, les réseaux sociaux sont accusés d’entretenir et d’amplifier cette « bulle », qui peut devenir un prisme idéologique déformant.

« Les groupes peuvent créer des liens malgré les divisions », estime Fidgi Simo, à la tête de l’application Facebook. Ainsi, « si vous êtes amateur de chiens, vous trouverez d’autres amateurs de chiens malgré des divergences, politiques ou autres », ajoute-t-elle, précisant que plus de 400 millions d’utilisateurs appartiennent à des groupes. Facebook revendique 2,37 milliards d’utilisateurs mensuels.

Des nouveautés pour Messenger et Instagram
D’autres responsables du réseau social ont annoncé des modifications pour les applications Messenger et Instagram qui permettront aux entreprises de communiquer plus facilement avec leurs clients. Ces derniers pourront notamment échanger directement avec les entreprises via des publicités, selon Reuters. Le groupe a également dit vouloir rendre l’application Messenger « plus rapide ».

Il lancera par ailleurs une nouvelle version de Messenger pour Mac et Windows. Une première puisque le service n’était jusqu’à présent disponible sur ordinateur qu’en passant par le site Facebook. Enfin, une fonctionnalité baptisée « Catalogue de produits » pour WhatsApp Business verra le jour.

Les changements annoncés mardi concerneront d’abord la version mobile, puis d’ici quelques mois la version site internet. Le groupe est depuis plus de deux ans aux prises avec des controverses à répétition, de la manipulation du réseau à des fins politiques par des pays étrangers à la gestion des données de ses utilisateurs, qui constituent le fondement de son modèle économique. Élus et régulateurs tirent à boulets rouges sur le groupe, qui fait l’objet de poursuites et d’enquêtes tous azimuts dans plusieurs pays, dont les États-Unis.

Publié dans Texte Actualité divers

Une nouvelle panne géante de serveur chez Facebook, Instagram et Whatsapp ?

facebook plusLes applications de la galaxie Facebook (Instagram, Messenger et Whatsapp) ne répondaient plus pendant plus d’une heure à la mi-journée ce dimanche.

De nombreux utilisateurs de Facebook et des autres applications appartenant au géant de la Silicon Valley, à savoir Instagram, Whatsapp et Messenger, signalaient des problèmes de connexion ce dimanche à la mi-journée.

Les sites et applications du groupe étaient difficilement accessibles pendant plusieurs heures. Le site spécialisé DownDetector a ainsi recensé un pic de signalement de problème pour se connecter à Facebook à partir de 12h36, à Instagram à partir de 12h37, à Messenger à partir de 12h44 et à Whatsapp à partir de 12h46.

Facebook travaille à résoudre le problème
Ces difficultés concernaient aussi bien le continent américain que l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie, toujours selon les données fournies par DownDetector. 80% des utilisateurs des différentes applications auraient ainsi rencontré des problèmes de connexion ce dimanche, selon Netblocks.

Un peu après 15 heures, le nombre de signalements de problèmes de connexion avait drastiquement baissé. Un porte-parole de Facebook a de son côté indiqué être conscient que « certaines personnes rencontrent actuellement des difficultés pour accéder à notre famille d’applications. Nous travaillons à résoudre le problème aussi rapidement que possible », a-t-il indiqué à SkyNews.

Le groupe rencontre régulièrement des problèmes de serveurs. Il y a tout juste un mois, le 13 mars dernier, une panne d’ampleur avait touché une grande partie des 2,3 milliards d’utilisateurs mondiaux de la plateforme.

Publié dans Texte Actualité divers

Facebook Messenger : un simple emoji permet d’activer le mode sombre

Facebook MessengerAttendu de longue date, le mode sombre est désormais disponible pour tous les utilisateurs de Facebook Messenger. L’un d’entre eux l’a découvert par hasard.

Si des “easter eggs”,  des fonctions cachées que l’utilisateur doit découvrir  sont régulièrement dévoilés sur les voitures Tesla, d’autres entreprises de la Silicon Valley en sont friandes. C’est le cas de Facebook, qui a discrètement activé le mode sombre sur son application Messenger, mais à une condition : que l’utilisateur envoie l’emoji “croissant de Lune” dans une conversation. La fonction a été découverte par un membre du forum Reddit.

Une fois l’emoji envoyé, un message apparaît dans la partie supérieure de la conversation. Il redirige vers la page dédiée aux paramètres de l’application, qui permet alors d’activer le mode sombre. Ce dernier place alors l’ensemble des conversations et des menus de Facebook Messenger sur fond noir.

Les avantages du mode sombre
Si le mode sombre a un intérêt d’ordre esthétique aux yeux de certains, il a également pour avantage de diminuer la quantité de lumière émise par le smartphone lorsque l’application est active. Ce qui a pour effet de diminuer la fatigue oculaire. La fonction est également bénéfique à la “santé” du smartphone.

De plus en plus fréquents ces dernières années, les smartphones équipés d’un écran OLED affichent des noirs absolus, bénéficiant d’un taux de contraste infini. Une qualité liée à la technologie OLED, qui, pour produire la couleur noire, “désactive” les pixels de la zone concernée. En mode sombre, une large partie de l’écran est recouverte de noir, donc de pixels éteints. Ce qui a pour conséquence de préserver la batterie du mobile.

Facebook n’est pas le seul à prévoir un mode sombre pour ses applications. Google le propose déjà sur YouTube, ainsi que sur son système d’exploitation Android. D’après Bloomberg, Apple travaille également sur un mode sombre, qui pourrait faire son apparition sur iOS 13, attendu à l’automne 2019.

Publié dans Texte Actualité divers

Facebook Messenger vous laisse 10 minutes pour supprimer un message

facebook messengerFacebook vient d’introduire une fonction “supprimer” à son application Messenger. Les utilisateurs ont dix minutes pour effacer un message qu’ils ont envoyé.

Il est désormais possible de supprimer un message publié via Facebook Messenger. En préparation depuis l’année passée, la fonctionnalité vient d’être officialisée par Facebook qui précise qu’elle est disponible sur les versions Android et iOS de l’application de messagerie.

Les utilisateurs ont dix minutes pour effacer un message en appuyant dessus pour faire apparaître l’option. Les destinataires qui l’ont reçu verront alors une alerte les informer de la suppression du contenu.

Mark Zuckberberg, bêta testeur
Facebook avait décidé de développer cette option pour Messenger en avril 2018 après que le site TechCrunch avait découvert que le PDG Mark Zuckerberg et d’autres dirigeants du réseau social avaient la possibilité de programmer la suppression de leurs messages dans la boîte de réception du destinataire après un certain laps de temps.

A l’époque, l’entreprise avait justifié cette manœuvre comme une mesure préventive suite au piratage de courriels dont avaient été victimes les dirigeants de Sony. La semaine dernière, lors d’un échange avec les investisseurs suite à la présentation des résultats trimestriels de l’entreprise, Mark Zuckerberg a indiqué que Facebook chercherait à proposer plus d’options éphémères dans ses produits afin de répondre à une demande croissante des usagers.

Publié dans Texte Actualité divers

Instagram, Messenger et WhatsApp en partie fusionnés par Facebook ?

instagram, messenger et whatsappD’après le New York Times, le dirigeant de Facebook souhaiterait mutualiser les trois services de messagerie, afin d’inciter les utilisateurs des différentes plateformes à davantage interagir entre eux.

A elles trois, elles cumulent 3,8 milliards d’utilisateurs. D’après le New York Times, Mark Zuckerberg souhaiterait regrouper les forces des applications WhatsApp, Instagram et Facebook Messenger. L’article évoque quatre sources internes à Facebook, maison-mère des trois services. D’après eux, le dirigeant américain souhaite harmoniser l’infrastructure logicielle de Messenger, WhatsApp, et la fonction de messagerie d’Instagram, dans le but de les rendre compatibles. Selon ces mêmes sources, les trois services conserveraient leur identité propre et resteraient des applications à part entière.

Des utilisateurs plus engagés
Du côté de l’utilisateur, la principale évolution serait l’arrivée du chiffrement de bout en bout par défaut sur les trois applications. Un procédé qui consiste à sécuriser les échanges en ligne et à les rendre inaccessibles, y compris pour Facebook. A l’heure actuelle, seul WhatsApp bénéficie d’un tel dispositif par défaut. Il est cependant possible de l’activer sur Facebook Messenger, avec l’option baptisée “Conversations secrètes’”. En harmonisant le fonctionnement des trois applications, Facebook rendrait possible le partage de messages chiffrés entre les utilisateurs de WhatsApp, Messenger et Instagram.

Pour Facebook, l’intérêt d’un tel rapprochement serait d’augmenter l’engagement des internautes dans son univers applicatif, et donc ses revenus publicitaires. L’opération pourrait être moins bien perçue par les utilisateurs de la première heure des deux applications rachetées par Facebook (en 2012 pour Instagram et en 2014 pour WhatsApp).

mark zuckerberg facebookLes promesses d’indépendance oubliées
Selon le New York Times, le projet de Mark Zuckerberg a provoqué des tensions au sein de la multinationale, qui pourraient avoir un lien avec les départs des fondateurs de WhatsApp et d’Instagram (qui étaient restés salariés de Facebook) entre 2017 et 2018.

Certains d’entre eux avaient promis le respect de l’indépendance de leur application au sein de l’écosystème Facebook au moment du rachat. Des promesses qui n’ont pourtant pas été respectées par Facebook, qui a rapidement tenté de mutualiser les données personnelles des utilisateurs. En 2016, la justice allemande avait notamment épinglé l’entreprise pour avoir partagé les données entre WhatsApp et Facebook.

Interrogé sur le sujet, Facebook affirme vouloir “créer la meilleure expérience de messagerie possible”. “Nous travaillons à rendre nos services de messagerie chiffrés de bout en bout et explorons des pistes pour faciliter les échanges avec ses amis et sa famille entre les plateformes” confirme un représentant du réseau social.

En dépit de la meilleure protection de la vie privée, le chiffrement des conversations pourrait constituer un défi dans la lutte contre les fausses informations. Ne pouvant accéder au contenu des messages WhatsApp, Facebook est actuellement incapable de détecter des arnaques ou des fake news qui circulent parfois en masse. Ce qui a récemment contraint Facebook à limiter les transferts de messages sur la plateforme.