Publié dans Texte Actualité divers

Harry et Meghan dévoilent le prénom de leur bébé

Meghan Markle est apparue ce 8 mai au côté du prince Harry pour présenter leur bébé, né le 6 mai dernier.Le prince Harry et Meghan Markle ont dévoilé ce mercredi le prénom de leur bébé.

Le « Baby Sussex » a enfin un prénom. Le bébé de Meghan et Harry, né lundi 6 mai et présenté officiellement au public de mercredi s’appelle Archie Harrison Mountbatten-Windsor.

Les jeunes parents ont annoncé le prénom de leur enfant sur leur compte officiel Instagram. Dévoilant par la même occasion une photo de la reine et du prince Philip, en compagnie de Harry et Meghan et de la mère de celle-ci, Doria Ragland.

famille royale

Arthur, Alexander, Philip, James … Les spéculations allaient bon train depuis la naissance du bébé, et même bien avant, dès l’annonce de la grossesse de Meghan Markle. Archie est le diminutif du prénom Archibald. Prénom d’origine germanique, il signifie « audacieux » ou « courageux ». Ce prénom a fortement gagné en popularité ces dernières d’années en Angleterre et au Pays de Galles, passant de la 192e place en 1996 à la 18e en 2017, selon l’office de statistiques national. Harrison signifie « fils de Harry ».

Marge de manœuvre
L’attente a été de courte durée, pour les Britanniques qui avaient dû attendre toute une semaine pour découvrir le prénom de William, fils de Charles et Diana et un mois pour connaître celui de Charles, premier enfant de la reine Elizabeth.

Si le poids des traditions est important, les jeunes parents ont eu une certaine marge de manœuvre, estime sur BFMTV .  Jean des Cars, historien de la monarchie et des grandes dynasties. Parce que « ce petit garçon n’est que septième sur la ligne de succession. Il n’est pas dans le même ‘couloir’ que les enfants de William et Kate ». Les jeunes parents ont ainsi choisi de s’affranchir des noms les plus traditionnels puisés dans les tréfonds de la monarchie britannique, pour trouver un prénom moderne et inédit à leur enfant.

Quant à son nom de famille, Mountbatten-Windsor, c’est le patronyme du duc d’Edimbourg (Philip Mountbatten avant d’épouser Elizabeth) et de ses descendants de lignée masculine qui ne portent pas de titres royaux.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Meghan et Harry présentent leur nouveau-né au monde

Meghan Markle est apparue ce 8 mai au côté du prince Harry pour présenter leur bébé, né le 6 mai dernier.Meghan Markle est apparue ce 8 mai au côté du prince Harry pour présenter leur bébé, né le 6 mai dernier.

Le prince Harry et son épouse Meghan Markle présentent au public leur bébé, né le 6 mai dernier. Le couple est apparu ce mercredi pour la première fois depuis la naissance de leur fils. Meghan Markle, rompant avec la tradition, avait choisi de ne pas apparaître à sa sortie de la maternité, comme l’avaient fait avant elle, la princesse Diana ou Kate Middleton.

Autre signe de « modernité », c’est le prince Harry et non la duchesse de Sussex qui portait le nouveau-né pour cette présentation au public dans le hall Saint-George du château de Windsor. Le bébé, était emmailloté dans un lange blanc et sa tête couverte d’un petit bonnet blanc. Le couple n’a pas encore dévoilé le prénom du « baby Sussex », comme le surnomment les Britanniques.

Présentation à la reine
« C’est magique », a déclaré le jeune mère. « Il a le plus doux des tempéraments, il est très calme », a-t-elle affirmé, évoquant le bébé. « Je me demande d’où il tient ça! », a plaisanté le prince Harry, en costume gris clair et cravate foncée. Le cadet du prince Charles et de Lady Di était jadis connu pour être le trublion de la famille royale. « C’est un rêve. Ces deux derniers jours ont été très particuliers », a déclaré la duchesse.

Le couple s’apprête à présenter le nouveau-né à la reine Elizabeth et au prince Philip, ses arrières-grands-parents. « Cela va être un joli moment », a déclaré Meghan Markle. « Nous allons présenter le bébé à la famille. Et ma mère est là aussi … » a ajouté la duchesse, qui était vêtue d’une robe blanche et juchée sur des talons vertigineux. Le nouveau venu dans la famille royale est le huitième arrière-petit-enfant de la reine Eilzabeth et de son mari Philip.

Publié dans Texte Actualité divers

Meghan Markle a accouché d’un garçon

couple royalLe prince Harry et son épouse Meghan ont accueilli ce lundi 6 mai leur premier enfant, un garçon.

La famille royale britannique s’agrandit. Meghan Markle, l’épouse du prince Harry, a donné naissance ce lundi 6 mai un petit garçon, son mari, le duc de Sussex, à ses côtés.

Le prince Harry a annoncé la nouvelle devant les nombreux médias réunis à Windsor, dans l’attente de l’événement. « Je suis heureux d’annoncer que Meghan et moi avons eu ce matin un petit garçon qui va très bien. La mère et l’enfant se portent bien. Ça a été l’expérience la plus incroyable de ma vie. Ce dont sont capables les femmes dépasse tout simplement l’entendement », a-t-il déclaré, visiblement très ému.

Ce moment très particulier
La nouvelle a également été annoncée sur le compte Instagram officiel du duc et de la duchesse de Sussex. « Nous sommes heureux de vous annoncer que leurs altesses royales le du et la duchesse de Sussex ont accueilli leur premier enfant, tôt le matin du 6 mai 2019. Il pèse 3,2 kilos. La duchesse et le bébé se portent bien et le couple remercie le public qui a partagé leur excitation et l’a soutenu tout au long de ce moment très particulier de leur vie », indique le communiqué publié sur le compte Instagram Sussex Royal.

Le premier « royal baby » du duc et de la duchesse de Sussex est septième dans l’ordre de succession au trône, juste après Harry, et juste avant le prince Andrew, deuxième fils de la reine. Il passe après ses trois cousins, George, Charlotte et Louis.

Le prince Harry et la duchesse de Sussex ont, jusqu’au bout, tenu à préserver le secret autour de cette naissance, afin de préserver au mieux leur vie privée. Début avril, ils avaient ainsi publié un communiqué indiquant : « Les altesses royales ont décidé de garder secret leur projet pour l’arrivée de leur enfant. Le duc et la duchesse ont hâte de partager cette excitante nouvelle avec le monde une fois qu’ils auront eu l’opportunité de la célébrer dans l’intimité avec leur nouvelle famille. »

Les Britanniques ont beaucoup spéculé sur cette naissance, pariant sur le sexe et le prénom du bébé. Ils étaient ainsi nombreux à attendre une fille prénommée Diana.

Publié dans Texte Actualité divers

Le bébé royal d’Harry et Meghan peut déjà craindre le fisc américain

Announcement Of Prince Harry's Engagement To Meghan MarkleL’enfant à naître du duc et de la duchesse de Sussex bénéficiera par sa mère de la nationalité américaine. Un cadeau empoisonné, qui risque de le rendre redevable d’impôts et de taxes aux États-Unis.

Aucun doute sur le fait que le bébé royal d’Harry et de Meghan naîtra avec une cuillère d’argent dans la bouche. Mais le fisc américain voudra en prime en connaître la valeur. La raison de cet intérêt des services fiscaux des États-Unis pour ce bébé tient à sa double nationalité, britannique par son père Harry, et américaine par sa mère, la duchesse de Sussex.

« Lorsqu’un des deux parents d’un enfant est américain et qu’il a résidé aux États-Unis pendant cinq ans dont au moins deux après 14 ans, alors le bébé est américain », rappelle David Treitel, fondateur de l’American Tax Returns, une société de conseil pour les expatriés américains au Royaume-Uni. « C’est le cas de Meghan », ajoute-t-il, précisant qu’il s’agit d’une première dans la famille royale.

La nationalité américaine est toutefois assortie de conditions particulièrement restrictives: comme tout bon citoyen américain qui naît, grandit et meurt n’importe où sur le globe, ce bébé devra chaque année montrer patte blanche au fisc de son pays d’origine.

Des revenus et des cadeaux à déclarer dès sa naissance
À partir de sa naissance, les comptes en banque du bébé alimentés en argent frais par des parents soucieux de son avenir devront être déclarés. Tout comme les revenus qu’il pourrait générer si ses parents décidaient par exemple de lui faire suivre les traces de sa mère, ancienne actrice, en faisant de lui un bébé star du petit ou grand écran.

Au-delà de l’intimité de ce bébé bien né, « le fisc américain va obtenir beaucoup d’informations sur la richesse du couple » à travers ces déclarations et celles de sa mère, résume David Treitel. Car, l’IRS, le service des impôts des États-Unis, exige aussi que les cadeaux de valeur offerts par des non-Américains à cet enfant qui ne manquera pas d’être gâté  soient également déclarés.

« Imaginez que la reine offre au bébé un beau livre d’art de la collection royale. Il devra alors être déclaré au fisc s’il dépasse une valeur de 100.000 dollars », rappelle David Treitel.

En revanche, les cadeaux glanés lors de la coûteuse « baby-shower », la fête entre une future maman et ses amies, organisée récemment par Meghan à New York, n’auront sans doute pas à être déclarés par la femme d’Harry s’ils ont été offerts par des compatriotes, selon lui.

Pas forcément de lourds impôts à payer
Si le bébé et sa mère devront s’acquitter de déclarations qui seront sans doute chronophages pour leurs comptables, il n’est pas dit qu’ils paieront beaucoup d’impôts : ceux-ci « peuvent souvent être compensés par les impôts à payer en Grande-Bretagne », commente Laura Saunders, spécialiste des questions fiscales au Wall Street Journal.

Au-delà de la famille royale, la volonté des autorités américaines de contrôler ses administrés expatriés a parfois des conséquences plus graves, touchant des individus qui n’ont a priori aucun lien avec les États-Unis si ce n’est le fait d’y avoir respiré leurs premières bouffées d’oxygène.

C’est le cas des « Américains accidentels », plusieurs milliers de personnes en France qui ont acquis automatiquement la nationalité américaine parce qu’elles sont nées aux États-Unis, mais qui ont souvent quitté le pays très jeunes et n’y ont plus aucune attache.

Le blues des « Américains accidentels »
Depuis l’adoption en 2010 du Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA), qui substitue le critère de la nationalité à celui du domicile fiscal, ces citoyens se voient obligés de déclarer leurs revenus aux États-Unis, et le cas échéant d’y payer des impôts. Or une grande partie, et pas seulement des Français, ont parfois quitté les États-Unis très tôt. L’Association des Américains accidentels (AAA) qui les regroupe a appelé en fin d’année dernière le président américain Donald Trump à « trouver une solution ».

Leur situation est particulièrement problématique car en cas de refus de se plier aux obligations fiscales américaines, leurs établissements bancaires s’exposent à des sanctions, ce qui pousse ces banques à leur refuser l’accès à des services financiers tels que l’ouverture de comptes bancaires ou la souscription d’une hypothèque.

À une échelle moins dramatique, la famille royale britannique ne peut pas non plus se soustraire à ces obligations puisqu’une déclaration non conforme à la réalité est également assortie de risques d’amendes. Une solution existe tout de même pour éviter les maux de tête aux comptables du couple : que Meghan renonce à sa nationalité américaine. Mais si elle-même échapperait ainsi aux contraintes fiscales, le bébé serait, lui, toujours soumis au devoir de déclaration jusqu’à sa majorité.

Publié dans Texte Actualité divers

Pourquoi l’accouchement de Meghan Markle restera un secret jusqu’au dernier moment

Announcement Of Prince Harry's Engagement To Meghan MarkleLe duc et la duchesse préfèrent accueillir leur enfant dans l’intimité avant de le présenter au monde.

Rien ne fuitera avant la naissance du Baby Sussex, l’enfant de Meghan Markle et du prince Harry. Dans un communiqué officiel, publié ce jeudi, le duc et la duchesse de Sussex témoignent leur reconnaissance envers leurs fans, mais préfèrent accueillir dans l’intimité leur bébé.

« Les altesses royales ont décidé de garder secret leur projet pour l’arrivée de leur enfant. Le duc et la duchesse ont hâte de partager cette excitante nouvelle avec le monde une fois qu’ils auront eu l’opportunité de la célébrer dans l’intimité avec leur nouvelle famille. »

Un record de paris
Attendue ce mois-ci, la naissance du Baby Sussex suscite l’engouement des bookmakers. Ceux-ci parient notamment sur le sexe et le prénom. Beaucoup espèrent une fille du nom de Diana, pour rendre hommage à la mère du prince Harry.

S’appuyant sur le site Bookmakers.tv, The Mirror a révélé en février que plus de huit millions de livres de paris ont été pariées sur l’enfant du duc et la duchesse de Sussex. Un record historique, surpassant de très loin les 3 millions de livres mis en jeu pour les trois enfants de Kate Middleton réunis (George, Charlotte et Louis).

Publié dans Texte Famille

L’Espagne allonge le congé paternité à 8 semaines

congé paternitéDepuis lundi, les Espagnols disposent de 8 semaines de congé paternités contre 5 auparavant.

Ces congés sont rémunérés à 100 % «en cas de naissance, d’adoption ou d’accueil d’un enfant». Les pères devront prendre deux premières semaines de ce congé au moment de la naissance de l’enfant. Les six semaines suivantes peuvent être prises de façon discontinue mais avant le premier anniversaire de l’enfant.

Les semaines de congé paternité ne sont pas transférables entre les parents. Ainsi, les femmes ne mettent pas davantage entre parenthèses leur carrière au profit de leur conjoint, souligne El Pais. Cette loi a été votée à l’unanimité et sans aucune abstention en juin 2018, pour «lutter contre les inégalités hommes-femmes».

Dans cette optique, le congé paternité sera progressivement allongé à 12 semaines en 2020 puis 16 semaines en 2021, devenant ainsi de même durée que le congé maternité. En 2021, les jeunes pères devront prendre 6 des 16 semaines après la naissance puis les 10 autres durant la première année de l’enfant.

En France, la durée du congé paternité est de 11 jours week-ends compris  pour les pères salariés. Pour favoriser «l’égalité professionnelle», un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), recommandait récemment de rallonger le congé paternité à trois, voire quatre semaines. «Un allongement de sa durée serait de nature à renforcer ces bénéfices, à sécuriser la prise en charge de la mère et du nouveau-né dans les premiers jours du retour au domicile», précise le rapport.

Sept pères sur dix prennent ce congé en France
Actuellement, sept pères sur dix prennent ce congé «de paternité et d’accueil du jeune enfant». Instauré en 2002, ce dispositif optionnel, indemnisé par l’Assurance maladie en fonction du salaire, vient compléter le congé de naissance obligatoire de trois jours, à la charge de l’employeur.

Pour pousser le gouvernement à engager une réforme sur cette question, de nombreuses voix se sont récemment élevées pour réclamer un congé paternité obligatoire et mieux rémunéré en France.

Le magazine mensuel féminin Causette avait réuni une quarantaine de personnalités françaises autour d’une pétition qui a réuni plus de 50.000 signatures. Les écrivains Frédéric Beigbeder et David Foenkinos, les chanteurs Julien Clerc et Vincent Delerm, le footballeur Vikash Dhorasoo, l’humoriste Guillaume Meurice, l’économiste Thomas Piketty, le journaliste Mouloud Achour, le médecin urgentiste Patrick Pelloux, les acteurs Jalil Lespert et Jean-Pierre Darroussin … figuraient parmi les signataires.

L’entrée en vigueur de la nouvelle loi espagnole pourrait inciter l’exécutif à se pencher sur la question. D’autant que la France figure parmi les pays les moins généreux en Europe.

Publié dans Texte Actualité divers

Une femme dans le coma accouche dans sa chambre d’hôpital

femme coma accouchement etat-unisAucun signe précurseur n’avait permis au personnel de l’hôpital de deviner sa grossesse.

Dans l’Arizona, aux États-Unis, une femme dans le coma depuis plus de 14 ans a mis au monde un petit garçon samedi dernier, dans la chambre de l’hôpital où elle est soignée. Une enquête a été ouverte pour déterminer qui est responsable du viol de cette patiente inconsciente et le père de cet enfant, révèle la chaîne de télévision américaine NBC.

La victime est plongée dans le coma depuis un accident où elle a failli mourir noyée, il y a plus de 14 ans. Elle est depuis hospitalisée dans une structure médicale particulière située à Phoenix.

Aucun signe montrant une grossesse
Le personnel de l’établissement a été profondément choqué, samedi, lorsqu’il a compris que la femme était sur le point d’accoucher alors qu’aucun signe précurseur ne laissait deviner sa grossesse. Une infirmière présente dans la chambre a pris en charge l’opération et la patiente a pu donner naissance à un petit garçon en bonne santé.

« Comment cela peut se produire ?   Je suis en colère, triste, et cela me rend malade », a témoigné anonymement une employée de cette structure médicale qui précise que, à la vue de l’état de la patiente, il était impossible qu’elle se défende face à son violeur.

Une enquête en cours
Une enquête est actuellement en cours pour déterminer l’identité du responsable de ce viol. De nombreuses personnes passaient dans la chambre de la victime chaque jour, cette dernière nécessitant des soins toutes les heures. Un service de protection des patients a ainsi annoncé avoir commencé à interroger l’ensemble du personnel.

Pour le moment, aucun suspect n’a été interpellé. A la suite de cet accident, la clinique a décidé d’imposer une nouvelle réglementation : chaque employé, homme, doit maintenant être accompagné d’une collègue pour entrer dans la chambre d’une patiente.