Publié dans Texte Recette Cuisine

Mini tomates farcies aux pistaches, thon et câpres

Mini tomates farcies aux pistaches, thon et câpresIngrédients
– 1 grappe de tomates cerise
– 1 boîte de miettes de thon
– Quelques câpres
– 1 sachet de pistaches
– 1 petit bouquet d’aneth
– Sel

Préparation
1) Coupez le chapeau des tomates, épépinez-les, salez l’intérieur et laissez-les reposer retournées afin qu’elles rendent leur eau de végétation.
2) Écrasez le thon à la fourchette et mêlez délicatement les câpres et les pistaches décortiquées.
3) Garnissez les tomates, plantez délicatement une brindille d’aneth sur le dessus

Note : Selon vos goûts, vous pouvez aussi servir votre recette avec des soufflés au bacon ou au fromage.

Publicités
Publié dans Texte Recette Cuisine

Soupe thaï de moules à la citronnelle et à la coriandre

soupe-thac3af-de-moules-c3a0-la-citronnelle-et-c3a0-la-coriandre.jpgIngrédients pour 2 personnes
– 1 litre de Moules de bouchot
– 1 carottes
– 1 branche de céleri
– 1 oignon blanc
– 1 bouquet de coriandre
– 1 clous de girofle
– 3 tomates cerises
– 1 bâtons de citronnelle
– 1 noix de gingembre frais
– 1 briquette de lait de coco
– huile d’olive

Préparation
1) Peler un oignon, le ciseler.
2) Laver les carottes, les peler et les couper en rondelles.
3) Rincer et effiler le céleri, le couper en lamelles.
4) Retirer la première feuille de la citronnelle, la ciseler.
5) Peler et râper le gingembre.
6) Faire chauffer l’huile dans une cocotte, ajouter tous les légumes, les épices, les condiments et quelques branches de coriandre.
7) Les faire revenir doucement, sans coloration, couvrir d’eau, saler légèrement, poivrer. Laisser cuire 30 minutes.
8) Ajouter les moules bien nettoyées. Dès que les moules sont ouvertes, couper le feu.
9) Dé coquiller les moules avant de servir dans les bols, parsemer de coriandre ciselée et servir immédiatement.

Relaxnews

Publié dans Texte Recette Cuisine

Magret de canard, sauce montée au beurre et dés de mangue

Magret de canard, sauce montée au beurre et dés de mangueIngrédients pour 2 personnes
– 1 magrets de canard
– 1 mangues
– 35 g de beurre demi-sel
– 5 cl de vinaigre
– 10 cl de fond brun de veau
– 5 cl de vin rouge
– 40 g de sucre
– sel et poivre

Préparation
1) Peler les mangues et tailler la chair en petits dés.
2) La faire légèrement revenir dans 30 g de beurre.
3) Quadriller la peau des canard à l’aide d’un couteau.
4) Faire chauffer une poêle, y déposer les magrets de canard (côté peau en premier) et cuire 6 à 8 minutes (selon épaisseur).
5) Assaisonner; retourner et cuire de nouveau 5 à 7 minutes.
6) Surveiller la cuisson, les magrets doivent encore être légèrement saignants.
7) Réserver au chaud enveloppés d’une feuille de papier aluminium.
8) Dégraisser la poêle de cuisson, y déposer le sucre et faire caraméliser.
9) Dès que le caramel atteint une belle couleur ambrée, verser le vinaigre et laisser réduire de moitié.
10) Verser le fond de veau et le vin rouge.
11) Laisser réduire de nouveau 7 à 8 minutes à feu doux.
12) Passer la sauce au mixeur, rectifier l’assaisonnement.
13) Ajouter progressivement le reste de beurre bien froid et taillé en morceaux.
14) Déposer les dés de mangue.
15) Dresser les magrets de canard coupés en tranches, napper de sauce.

Note : Pour apprécier le degré de maturité d’une mangue, tâter délicatement le fruit : la pulpe, sous la peau, doit être souple (sans être molle). En revanche, il est difficile de se fier à la couleur de la peau puisque certaines variétés de mangues restent vertes à maturité, alors que d’autres deviennent jaunes, ou orangé tâché de rouge.

Publié dans Texte Recette Cuisine

Burgers de poulet au bacon, pommes paillassons

Burgers de poulet au bacon, pommes paillassonsIngrédients pour 2 personnes
Pommes paillassons
– 350 g de pommes de terre
– 1 oignons
– 2 œufs
– 1 pincée de noix de muscade
– 20 g de beurre
– sel et poivre du moulin
Burgers
– 2 belles feuilles de laitue
– 2 cuillère à soupe de farine
– 2 cuillère à soupe de chapelure
– 1 œuf
– 2 filets de poulet
– 2 tranches de bacon
– 15 g de beurre
– 100 g de comté
– 2 petits pains carrés (ou ronds)
– 2 cuillère à soupe de ketchup

Préparation
1) Peler et laver les pommes de terre, les râper. Les déposer dans un saladier d’eau et laisser reposer 1 heure au frais à couvert.
2) Éplucher et hacher les oignons.
3) Égoutter les pommes de terre, ajouter les oignons hachés.
4) Battre les œufs en omelette, les verser au mélange précédent. Assaisonner de sel, de poivre et de noix de muscade.
5) Faire fondre le beurre dans une poêle, y déposer un emporte-pièce de la taille des petits pains et le remplir du mélange à base de pommes de terre pour constituer un paillasson d’épaisseur moyenne.
6) Faire cuire à la poêle 5minutes de chaque côté.
7) Réitérer l’opération 3 fois de manière à obtenir 4 paillassons.
8) Laver et essorer les feuilles de salade.
9) Dans 3 assiettes différentes, déposer la farine, la chapelure et l’œuf battu.
10) Tremper chaque filet de poulet successivement dans la farine, dans l’œuf puis dans la chapelure. Réserver 10 minutes au frais.
11) Faire dorer les tranches de bacon dans une poêle sans matière grasse afin de les rendre légèrement croustillantes.
12) Dans une autre poêle, faire fondre le beurre, y cuire les filets de poulet quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
13) Déposer quelques copeaux de comté sur chaque filet de poulet.
14) Couper les pains à burger en 2 dans le sens de l’épaisseur, les toaster 2 minutes sous le gril, puis les tartiner de ketchup.
15) Sur les bases des pains, déposer un filet de poulet, un paillasson de pommes de terre, une feuille de salade, et une tranche de bacon, refermer les burgers puis déguster.

Relaxnews

Publié dans Texte Recette Cuisine

Bagel frais au pamplemousse de Floride

bagel-frais-au-pamplemousse-de-floride.jpgIngrédients pour 2 personnes
Pour la pâte à bagel
– 167 g de farine
– 7 g de sucre
– 3 g de sel
– 1 sachets (11g) de levure sèche de boulangerie
– 3 g d’huile
– 7 g de mélasse
– 1 œuf battu
Pour la garniture
– 80 g de fromage frais à tartiner
– 1 pamplemousses roses de Floride
– 2 tranches de saumon fumé
– 2 branches d’aneth

Préparation
1) Dans une jatte, mélanger la levure et le sucre dans 15 cl d’eau tiède.
2) Laisser reposer pendant 15 minutes.
3) Dans une autre jatte, mélanger la farine, l’huile et le sel puis ajouter la première préparation.
4) Pétrir la mixture pendant au moins 5 minutes puis former une boule et déposer la pâte dans une des jattes.
5) Laisser reposer pendant 1 heure dans un endroit chaud.
6) Quand la pâte est bien gonflée, préchauffer le four à 210°C (Th.7).
7) Diviser la pâte en 6 boules qui seront façonnées en les aplatissant du plat de la main.
8) Former le fameux trou du bagel en appuyant du pouce au centre de chaque pâton.
9) Porter à ébullition un grand volume d’eau bouillante et la mélasse.
10) Plonger les bagels un par un pendant 1 minute, les égoutter puis passer l’œuf battu au pinceau.
11) Déposer les 6 bagels sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfourner pour 20 minutes.
12) Laisser refroidir sur une grille.
13) Fouetter le fromage frais pour le détendre.
14) Couper les bagels dans l’épaisseur et tartiner les bases de fromage frais.
15) Tailler le saumon en lanières et peler à vif puis prélever les suprêmes du pamplemousse.
16) Répartir ces ingrédients sur les bagels.
17) Ajouter des pluches d’aneth et recouvrir avec les chapeaux du bagel. Déguster aussitôt.
18) Parsemer les bagels de graines de sésame, de pavot ou de carvi juste avant de les passer au four.

Relaxnews

Publié dans Texte Recette Cuisine

Soupe de légumes et de pâtes

soupe-de-lc3a9gumes-et-de-pc3a2tes.jpgIngrédients pour 2 personnes
– 50 g d’asperges
– 75 g de carottes planes
– 75 g de duo de courgettes
– 75 g de tomates en quartier
– 100 g de fusillis
– 2 cuillère à soupe de baies roses
– 1 litre de bouillon de légumes
– 1 cuillère à soupe de basilic
– Sel et poivre

Préparation
1) Couper les asperges en tronçons.
2) Porter le bouillon à ébullition dans une casserole à fond épais.
3) Baisser le feu.
4) Ajouter les pâtes, les carottes, le duo de courgettes et les tronçons d’asperges puis laisser cuire 5 à 10 min.
5) Les pâtes doivent être al dente.
6) Ajouter les tomates et laisser chauffer encore quelques minutes.
7) Saler et poivrer.
8) Verser la soupe dans les bols et saupoudrer de basilic.

Publié dans Texte Actualité divers

Le gaspillage alimentaire risque encore d’augmenter dans les prochaines années

gaspillage alimentaireL’ONU s’efforce de mobiliser les pays pour réduire le gaspillage alimentaire de moitié d’ici à 2030. Mais celui-ci semble bien parti pour suivre la tendance inverse.

Alors qu’un milliard de tonnes de nourriture sont perdues ou jetées chaque année, peut-on réellement endiguer le gaspillage alimentaire ?  Cet incontestable gâchis,  820 millions de personnes souffrent encore de la faim dans le monde peine à trouver ses remèdes.

Pire encore, le gaspillage alimentaire devrait augmenter durant les prochaines années, à en croire un rapport du Boston Consulting Group (BCG). La masse de nourriture gaspillée va même augmenter d’un tiers d’ici 2030. Chaque seconde, ce seraient actuellement 66 tonnes de nourriture qui finiraient à la poubelle, selon le BCG. 2030 correspond pourtant à une échéance importante pour l’ONU, qui souhaite voir le gaspillage diminuer de moitié au niveau mondial d’ici là.

Lutter contre les pertes et le gaspillage
Derrière les prévisions pessimistes du BCG, deux causes de gâchis sont à distinguer, selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) publié lundi, à l’approche de la journée mondiale de la lutte contre le gaspillage alimentaire qui se tient ce mercredi 16 octobre : les pertes et le gaspillage alimentaires.

Les pertes alimentaires désignent tout ce qui est perdu entre la production et la vente au détail. Elles touchent en priorité les pays en développement qui ne disposent pas toujours des infrastructures ni des moyens de transport et de réfrigération qui permettent d’éviter que les aliments ne deviennent impropres à la consommation.

L’Inde produit, par exemple, 28% des bananes au niveau mondial mais ses exportations ne représentent que 0,3% de ce total. «Avec une chaîne du froid améliorée, le nombre de bananes exportées pourrait passer de 4000 à 190.000 conteneurs, fournir 95.000 emplois et bénéficier à 34.600 petites exploitations fermières», explique ainsi John Mandyck, auteur du «Lien caché entre gaspillage alimentaire, faim et changement climatique». Actuellement, 40% des pertes ont lieu au moment de l’après-récolte et de la distribution. Mais ces pertes alimentaires devraient être amenées à baisser à mesure que les pays se développent et renforcent leur chaîne de distribution.

Le gaspillage alimentaire désigne, lui, les denrées jetées à la poubelle lors de la vente aux particuliers, ou par les consommateurs eux-mêmes. Il devrait, selon le BCG, connaître une évolution inverse à celle des pertes alimentaires.  Puisqu’il augmente à mesure que les pays se développent. Plus un pays est développé, plus les particuliers vivent dans l’abondance alimentaire, plus ils tendent à gaspiller.

Ainsi, les consommateurs européens et d’Amérique du Nord gaspillent chaque année entre 95 et 115kg de nourriture par personne, là où les habitants d’Afrique subsaharienne ou d’Asie du Sud n’en gâchent que 6 à 11kg. L’Espagne a récemment formulé un aveu d’impuissance : malgré les dispositifs de sensibilisation du gouvernement, le gaspillage alimentaire a augmenté de près de 9% en 2018 par rapport à l’année précédente. Un problème que les pays en développement devraient eux aussi rencontrer sur le chemin de leur croissance, et qui explique en partie les difficultés qu’anticipe le BCG pour réduire la quantité d’aliments qui sont gâchés.

Des actions à prendre rapidement
Les pertes et le gaspillage alimentaire ont également été pointés du doigt dans un rapport du Giec consacré aux sols, cet été. Le groupement de scientifiques indique que ce gâchis alimentaire induit forcément un épuisement de sols «pour rien». Selon la FAO, pertes et gaspillage sont responsables de près de 8% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.

Face à ces effets en cascade, le Boston Consulting Group et l’ONU se rejoignent sur un point : il est nécessaire de prendre des actions rapides afin de limiter les dégâts. Le BCG préconise ainsi des actions de pédagogie, le développement de technologies pour mieux adapter l’offre et la demande, mais aussi la mise en place de contraintes législatives.

Au niveau européen, aucun texte n’oblige les États à lutter contre le gaspillage alimentaire. La lutte contre ce gâchis dépend donc des seules réglementations nationales, lesquelles n’évoluent pas à la même vitesse. La France se veut en pointe grâce notamment à une réglementation qui contraint les supermarchés à donner leurs invendus alimentaires. Beaucoup reste à faire malgré tout : si l’on prend en compte l’ensemble de la filière alimentaire, le gaspillage de nourriture s’élève à 155 kg par Français par an.