Publié dans Texte Poéme, Poésie

Mes pensées sont rangées dans un grand meuble à tiroirs

87ff7716Mes pensées sont rangées dans un grand meuble à tiroirs, mes rires, mes pleurs, mes souvenirs, mes tourments ont chacun leur place. Les tiroirs s’ouvrent et se referment au gré des aléas de la vie.

Il y a des jours, un voir plusieurs de ceux-ci s’entrebâillent et ne veulent plus se fermer, ils se rebellent, difficile alors d’arriver à les dompter et d’y mettre de l’ordre, je dois faire front en me battant avec courage et patience pour obtenir de la discipline.

Et puis il y a des périodes néfastes ou ils décident de tous s’entrouvrir en même temps et de se vider de leur substance en s’éparpillant, se mélangeant et semant une pagaille destructive dans l’espoir de me harceler, me décourager, m’anéantir et provoquer un conflit.

Entre mon esprit et la sagesse qui se déchirent mutuellement, chacun voulant prendre un chemin différent pour interpréter mes pensées. Ils aiment de temps en temps me mener au bord du précipice en détruisant ce meuble et brisant les alvéoles de ma mémoire un par un.

Je m’épuise inlassablement à tout reconstruire petit à petit, à remanier cette harmonie jusqu’au prochain cataclysme de mes pensées. Pourtant, qu’il est agréable, reposant, apaisant, d’avoir chaque tiroir bien rangé au bon endroit, alors mes pensées, soyez de temps en temps indulgentes avec moi et prenez place au bon endroit dans mon esprit avec bienveillance auprès de la sagesse.

Publicités
Publié dans Texte Poéme, Poésie

La tristesse est à la porte de mon cœur

femme tristeLa tristesse est à la porte de mon cœur, elle se joue de moi et épie mes premières larmes qui s’accumulent en silence dans mes veines et je déverse mes peines dans un flot tumultueux qui ne font que m’ensevelir un peu plus.

Elles sont le reflet sombre de mes pensées et ces pleurs face à l’angoisse qui sont sans issus. Comment la fuir, comment anéantir cette grisaille de l’âme.

Même l’éclat du sourire a disparu de mes lèvres car le bonheur n’est qu’illusion et tellement éphémère. Le bien être aurait-il déserté et disparu de cet univers, serions-nous abandonnés ou tout simplement perdu.

Pourquoi nous imposer la douleur et ces peines sans fin, ces épreuves et ces maux qui nous rongent de l’intérieur et mon combat est en perpétuel mouvement. Mon cœur saigne et il porte les stigmates du désespoir qui ne s’effacera pas avec le temps qui passe, mais restera gravé éternellement dans ma mémoire.

Je me sens prisonnière de mon destin mais malgré tout, je scrute l’horizon en quête d’une espérance qui guidera mes pas sur le chemin de la réconciliation pour chercher des jours meilleurs et fuir le passé.

Le monde devant mes yeux n’est que tristesse, je voudrais prendre tous ces chagrins et les emporter avec moi. Mais le chemin à parcourir est encore si loin de mon cœur et malgré mon combat, mes sanglots résonnent comme un tambour.

Mon âme subit ces assauts qui persistent avec cruauté, pourquoi autant de tristesse, pourquoi autant d’indifférence. Mon cœur saigne dans la tristesse, elles est ma plus grande faiblesse, elle est mon plus grand désespoir.

Publié dans Texte Réflexion

Le quotidien de la solitude

femme roseQui ne connaît pas ces moments de « grandes solitudes » qui nous tourmentent de temps en temps, nous plongeant dans l’incertitude de l’existence.

Qui n’a pas jamais subit l’isolement du cœur et du corps face aux turpitudes de la vie. Rien n’est plus accablant que de se sentir délaisser, isoler de tous sans personne à l’horizon.

Le destin se joue de nous en permanence, il n’est pas un fleuve tranquille mais un torrent intrépide qui nous ballote de rivage en rivage au gré de son humeur. Les obstacles ne peuvent pas tous s’éviter et des blessures indélébiles y demeurent.

Comment repousser cet isolement qui pèse tant de personnes  jour après jour, comment retrouver le goût à la vie quand la flamme de l’espoir s’affaiblit, comment relever la tête face à tant d’injustice et d’incompréhension.

La porte reste invariablement fermée sur le futur, pas d’issue de sortie, le passé est le passé, pas de marche arrière, quel tristesse. Alors comment dompter cet exil de l’esprit. A quand la délivrance de cette existence si rien ne se peaufine à l’horizon, si rien de concret ne se dessine, si plus rien ne survient pour briser les chaînes de la solitude.

Inlassablement les jours finissent par se ressembler et l’espoir de trouver sa bonne étoile s’amenuise. La solitude qu’elle soit journalière ou épisodique ne devrait jamais pouvoir exister, mais elle est là, tapie dans l’ombre prête à faire surface pour beaucoup d’entre nous. La moindre faille et elle trône devant nous pour nous faire de l’ombre.

Publié dans Texte Réflexion

La poussière des regrets

poussiere dre regretQuelque soit ton passé, quelles que soient tes barrières, tout cela est bien loin¸derrière. Secoues-en la poussière, fais souffler un vent de volonté. La poussière des regrets sera vite balayée.

Des regrets est un mal ennuyeux, elle pénètre partout et fait pleurer les yeux, elle se glisse en douceur dans les recoins pour nous faire étouffer, suffoquer et pleurer. Elle se dépose en une épaisse couche à terre où demeurent nos pas quand on regarde en arrière, elle applique au regard un voile obscurcissant qui cache la lumière et rend triste en dedans.

Elle s’accumule d’autant mieux qu’on ne bouge pas et puis un jour, on se sent figé sous son poids. Ne laisse pas ton cœur s’étouffer sous la poussière, retire la et tu verras que la vie va reprendre. Si tu doutes, contemple la vie dans la nature, les oiseaux savent bien qu’en haut, l’air est plus pur. Aussi, vois comment ils prennent soin de leurs ailes, aucun grain de poussière y entreras.

Lorsque dans la vie rien ne va plus, que les problèmes tourmentent ton esprit et que l’argent te cause tant de soucis, repose-toi s’ il le faut, mais n’abandonne surtout pas. Lorsque trop d’ erreurs ont été commises, que tout ton univers menace de s’écrouler et que, fatigué, tu sens la confiance t’abandonner, repose-toi s’il le faut, mais n’ abandonne surtout pas.

Tu sais, la vie est parfois étrange avec son lot de surprises et d’imprévus, il ne nous est pas donné de savoir à l’avance combien d’étapes nous devrions franchir, ni combien d’ obstacles nous devrions surmonter avant d’ atteindre le bonheur et la réussite. Combien de gens ont malheureusement cessé de lutter, alors qu’ il n’aurait peut-être fallu qu’un petit pas de plus pour transformer un échec en réussite ?  Et, pourtant, un pas à la fois n’est jamais trop difficile.

Tu dois donc avoir le courage et la ténacité pour faire ce petit pas de plus en affirmant que la vie est une grande et puissante amie qui se tient toujours à tes côtés, prête à te porter. Mais surtout et avant tout, rappelle-toi bien, quand dans ta vie, des moments difficiles viendront, repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas.