Publié dans Texte Actualité divers

Déces d’Ariane Carletti : l’émouvant témoignage de sa fille

ariane carlettiÉléonore Sarrazin, la fille de l’animatrice phare du Club Dorothée, raconte le combat de sa mère contre le cancer.

Ariane Carletti, figure importante du Club Dorothée, est morte cette semaine à l’âge de 61 ans des suites d’un cancer. Sa fille Éléonore Sarrazin a raconté dans Le Parisien le combat contre la maladie de l’actrice et chanteuse.

« Elle s’est battue comme une lionne », explique la jeune femme de 25 ans, qui a suivi les pas de sa mère en devenant elle aussi actrice. « Elle a été super courageuse. Ma mère a affronté des montagnes qui étaient énormes. Elle les a gravies les unes après les autres. C’est juste que la dernière était un peu trop rude. Elle est partie entourée d’énormément d’amour. »

En raison de son état de santé, Ariane Carletti a dû refuser de nombreux projets : « Beaucoup de gens lui ont proposé de monter sur les planches », confirme Éléonore Sarrazin. « Elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas être fiable. À certaines périodes, son taux d’énergie pouvait changer du tout au tout. Et elle ne voulait pas porter la responsabilité d’être sur scène. »

« Elle ne voulait pas qu’on s’inquiète »
Ariane Carletti restait tout de même optimiste malgré l’avancée de la maladie : « Encore lundi, elle nous parlait de ce qu’elle désirait manger et quelles vacances elle aimerait organiser », se souvient sa fille. Face à la maladie, Ariane Carletti restait cependant pudique : « Entre nous, on n’a jamais voulu en parler, parce qu’il y avait de la coquetterie de sa part. Elle ne voulait pas qu’on s’inquiète. Elle n’a jamais voulu mentir aux gens non plus, ni être malhonnête. Alors, ça faisait quelque temps qu’elle s’était un peu repliée. »

Fille d’un réalisateur et d’une actrice, Ariane Carletti a été une des animatrices phares du Club Dorothée dans les années 80 et 90. Elle a aussi été l’interprète de générique de plusieurs dessins animés cultes, comme Dragon Ball ou Yakari.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Décès de de Marcel Ledun

Marcel LedunCet ancien journaliste de Nord Eclair et ex-attaché de presse de la Foire internationale de Lille avait 90 ans.

Marcel Ledun, marionnettiste de Nounours dans Bonne nuit les petits, est mort. D’après La Voix du Nord, il s’est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi à l’EHPAD Saint-Antoine de Lille, où il résidait depuis peu. Il avait 90 ans.

Ancien journaliste de Nord Eclair et ex-attaché de presse de la Foire internationale de Lille, Marcel Ledun avait rejoint en 1962 ce programme court pour enfants, diffusé sur l’ORTF, rappelle le quotidien.

bonne nuit les petitsIl animait le gentil compagnon du marchand de sable, parfois accompagné de son neveu Oscar, qui demandait chaque soir comment s’était passée la journée de Pimprenelle et Nicolas, et leur racontait une histoire, avant qu’ils ne s’endorment à coups de poussière dorée.

Après 568 épisodes de 5 minutes et cinq émissions spéciales, Bonne nuit les petits s’est poursuivi sur TF1 à partir de 1976, sous le titre de Nounours, avant d’être proposé par France 2 dans les années 90.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Michel Aumont

Michel AumontConnu pour ses seconds rôles dans Un dimanche à la campagne et Ripoux contre ripoux, Michel Aumont a décroché quatre Molières et trois nominations aux César.

L’acteur Michel Aumont, connu pour ses rôles dans Un dimanche à la campagne de Bertrand Tavernier et Ripoux contre ripoux de Claude Zidi, est mort mercredi 28 août à l’âge de 82 ans, comme l’a confirmé son entourage à BFMTV.

Grand second rôle du cinéma français et ancien pensionnaire de la Comédie-Française, Michel Aumont a décroché au cours de ses cinquante ans de carrière quatre Molières. Il a aussi reçu trois nominations au César du meilleur second rôle masculin pour Des enfants gâtés (1977), Courage fuyons (1979) et Un dimanche à la campagne (1984).

Un habitué des films de Claude Zidi et de Francis Veber
Excellent dans les rôles de commissaire et d’homme politique, Michel Aumont a participé à plusieurs films mémorables des années 1970 comme La Gifle de Claude Pinoteau, Monsieur Klein de Joseph Losey et Mort d’un pourri de Georges Lautner. Plus récemment, il est apparu dans Palais Royal de Valérie Lemercier.

Michel Aumont a aussi noué des relations privilégiées avec deux maîtres de la comédie à la française. Sous la direction de Claude Zidi, il a joué dans La Course à l’échalote, Bête mais discipliné et surtout Ripoux contre ripoux.

Francis Veber l’a quant à lui employé dans Le Jouet, Les Compères, Le Placard, Tais-toi! et La Doublure. Des succès populaires qui ont permis à Michel Aumont de devenir un des seconds rôles les plus prolifiques et les plus connus du cinéma français.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Michel de Decker, écrivain et chroniqueur dans Secrets d’histoire

Michel de DeckerL’écrivain passionné d’histoire est mort samedi des suites d’un cancer, à l’âge de 71 ans.

Michel de Decker, écrivain passionné d’histoire qui intervenait dans plusieurs médias, est mort samedi des suites d’un cancer. Il était âgé de 71 ans. C’est France Bleu Normandie, où il animait des chroniques sur l’histoire de la région depuis 1991, qui l’annonce ce dimanche.

Les téléspectateurs de France 2 connaissent bien son visage : il intervenait également dans l’émission Secrets d’histoire, animée par Stéphane Bern. Ce dernier lui a rendu hommage sur les réseaux sociaux.

« Bien triste nouvelle, Michel de Decker était un passionné d’Histoire, merveilleux conteur dans Secrets d’Histoire. Il nous manquera terriblement. Pensées émues pour ses proches et sa famille. »

« Secrets d’Histoire est orphelin »
Le compte officiel de l’émission a également salué la mémoire du spécialiste : « Stéphane Bern et toute l’équipe de Secrets d’histoire adressent leurs plus sincères condoléances à la famille de Michel de Decker. Cher Michel, vous allez nous manquer. Vous manquerez aux téléspectateurs de France 2. Secrets d’histoire est orphelin de l’un de ses piliers. »

Né dans les Hauts-de-France, il avait publié une trentaine d’ouvrages, sur de nombreuses figures historiques. Il s’est notamment intéressé à Henri IV, Claude Monet, Ninon de Lenclos, Marie-Antoinette ou encore Napoléon.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Richard Williams

Richard WilliamsLa famille de Richard Williams a annoncé la mort du dessinateur vendredi. Il était atteint d’un cancer.

Richard Williams, animateur anglo-canadien, est mort vendredi à l’âge de 86 ans à son domicile de Bristol. Sa famille l’a annoncé à la BBC, ajoutant qu’il souffrait d’un cancer. Il est notamment connu pour son travail sur Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, film culte de Robert Zemeckis sorti en 1988.

Richard Williams était directeur de l’animation sur ce long-métrage Disney, adapté d’un roman de Gary K. Wolf, qui mêlait dessin-animé et prises de vue réelles. Roger Rabbit est un lapin animé, star de cinéma. Un détective privé (Robert Hoskins) est engagé afin de savoir si sa femme le trompe. Roger et Jessica Rabbit figurent aujourd’hui parmi les figures les plus marquantes de l’animation américaine. Le film lui avait valu deux Oscars et un Bafta en 1989.

Nombreuses récompenses
Né en 1933 à Toronto, il a déménagé au Royaume-Uni dans les années 1950. Au cours de sa carrière, il a travaillé sur les séquences animées de nombreux longs-métrages, notamment Le Retour de la Panthère rose et Quand la Panthère rose s’emmêle. Il a également réalisé plusieurs films d’animation, comme Le Voleur et le cordonnier en 1993. Enfin, il a produit plusieurs films et travaillé comme scénariste et comme doubleur.

Selon la BBC, Richard Williams a reçu trois Oscars et trois Baftas au cours de sa vie. Natasha Sutton Williams, l’une de ses six enfants, se souvient de lui comme d’une « source d’inspiration pour tous ceux qui l’ont rencontré » : « Une personne incroyablement généreuse et chaleureuse qui souhaitait vraiment en apprendre plus sur le monde », décrit-elle.

Publié dans Texte Actualité divers

Déces de Peter Fonda

Peter FondaLe célèbre motard dans « Easy Rider » est mort vendredi matin, à Los Angeles. « Il est parti en riant », a déclaré sa sœur, Jane Fonda.

L’acteur américain Peter Fonda, rendu célèbre par son rôle de motard dans le film « Easy Rider » (1969) qu’il avait co-écrit, est mort vendredi matin à son domicile de Los Angeles à l’âge de 79 ans, laissant orpheline toute une génération marquée par ce long-métrage entré dans la légende.

« Un toast à la liberté »
Fils de la star d’Hollywood Henry Fonda, petit frère de Jane Fonda et père de Bridget Fonda, Peter Fonda est mort d’un arrêt respiratoire provoqué par un cancer du poumon, a indiqué son publiciste dans un communiqué.

« Tandis que nous pleurons la perte de cet homme doux et gracieux, nous souhaitons aussi célébrer son esprit indomptable et son amour de la vie. En l’honneur de Peter, portez un toast à la liberté, s’il vous plaît », conclut le communiqué signé de sa famille.

« Je suis très triste. C’était mon gentil petit frère adoré. Le bavard de la famille. J’ai passé des moments merveilleux seule avec lui ces derniers jours. Il est parti en riant », a dit Jane Fonda.

« Easy Rider », étendard de la contre-culture des 1960′
« Easy Rider », écrit par Peter Fonda, Dennis Hopper et Terry Southern, interprété par les deux premiers et réalisé par Hopper, est l’un des films étendards de la contre-culture américaine des années soixante. Il évoque la quête de liberté à travers une odyssée à moto dans les grands espaces du sud-ouest américain.

L’image de Peter Fonda les jambes étendues sur son chopper Harley-Davidson peint aux couleurs du drapeau américain est emblématique du cinéma de cette époque. Un exemplaire de cette moto s’était vendu aux enchères 1,35 million de dollars en 2014.

La disparition de l’acteur, dont le film le plus célèbre a marqué l’histoire des années 60, risque de laisser un grand vide. « Icône #PeterFonda », a simplement tweeté l’acteur Joseph Gordon-Levitt, accompagnant son message d’une photo, en noir et blanc, de Peter Fonda, veste en cuir sur les épaules et immense drapeau américain dans le dos.

« Repose en Paix », a tweeté la réalisatrice américaine Ava DuVernay avec une photo datant de 2012 où elle fait un selfie avec celui qu’elle qualifie de « légendaire ».
Militant écologiste

Pour célébrer le 50e anniversaire de la sortie du film (le 14 juillet 1969), Peter Fonda avait organisé une projection à New York le 20 septembre prochain, avec des musiciens pour interpréter la célèbre bande-son rock du film, dont l’inoubliable « Born to Be Wild » du groupe Steppenwolf.

Plus récemment, Peter Fonda avait joué Méphistophélès dans « Ghost Rider » (2007). Son dernier film, « The Last Full Measure », avec Samuel L. Jackson, Morgan Freeman et Laurence Fishburne, doit sortir fin octobre aux Etats-Unis.

Militant écologiste de la première heure, l’acteur avait fait sensation au festival de Cannes en 2011 lorsqu’il avait qualifié le président américain de l’époque, Barack Obama, de « putain de traître » en lui reprochant sa gestion d’une marée noire dans le Golfe du Mexique provoquée par le naufrage de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Maurice Jallier, compositeur et ambassadeur de la culture créole

Maurice JallierDevenu aveugle, il avait milité également en faveur de la reconnaissance des non-voyants.

La ministre des Outre-Mer Annick Girardin a rendu hommage lundi à l’auteur-compositeur martiniquais Maurice Jallier, mort vendredi à l’âge de 90 ans à son domicile de Fort-de-France. Elle a salué l’importance du rôle de cet artiste dans la promotion de la culture créole.

Maurice Jallier, né le 12 janvier 1929 au Bénin, a composé plusieurs centaines de chansons, autant de petites peintures sociales. Parmi celles-ci, « Lazazou, Céfilon, Mirogréa resteront parmi les chefs d’œuvre de la musique antillaise », a twitté la SACEM, dont il était le plus ancien sociétaire martiniquais.

Artiste prolixe, guitariste et pianiste, celui qui avait exercé également comme kinésithérapeute jusqu’au milieu des années soixante, a vécu l’apogée de sa carrière d’artiste dans les années 1950 à 1970.

Outre le domaine de la composition, il a également exercé ses talents dans celui de la comédie en écrivant des sketches et des pièces de théâtre, et a signé plusieurs ouvrages sur la musique aux Antilles.

Devenu aveugle, il avait milité également en faveur de la reconnaissance des non-voyants. « Maurice Jallier n’aura de cesse tout au long de sa carrière de promouvoir le patrimoine culturel antillais à l’international, avec notamment la création du groupe Créolita et du célèbre Carnaval antillais de Paris, grâce auquel la richesse culturelle des Antilles continue encore à ce jour de rayonner sur la plus belle avenue de la capitale », écrit la ministre dans son communiqué.