Publié dans Texte Actualité divers

Déces de Marie Fredriksson, chanteuse du groupe Roxette

Marie FredrikssonLa chanteuse suédoise Marie Fredriksson, membre du groupe Roxette, à l’origine des tubes The Look, Listen to Your Heart, It Must Have Been Love dans les années 1980, vient de mourir à l’âge de 61 ans.

Marie Fredriksson, chanteuse suédoise, qui avait fondé en 1986 le groupe Roxette avec Per Gessle, vient de mourir. Elle était âgée de 61 et a succombé à un cancer, qu’elle combattait depuis 17 ans.

« C’est avec une grande tristesse que nous devons annoncer que Marie Fredriksson, du groupe Roxette, s’est éteinte dans la matinée du 9 décembre après un combat de 17 ans contre le cancer », a indiqué Dimberg Jernberg Management dans un communiqué.

Listen to your heart
On doit au groupe Roxette de nombreux tubes, comme Listen to your heart, The Look, en 1989, leur premier succès planétaire, Joyride, ou encore It must have been love, entendu dans la bande originale de Pretty Woman.

Le groupe, qui a publié dix albums au cours de sa carrière, a vendu plus de 75 millions de disques dans le monde. Marie Fredriksson, 61 ans, était soignée depuis 2002 pour une tumeur cérébrale. En rémission, elle était repartie en tournée et avait retrouvé les studios en 2010. En 2013, elle expliquait qu’elle avait dû réapprendre à parler et à chanter à cause de la maladie. Mais six ans plus tard, alors qu’elle participait à la tournée anniversaire du groupe (RoXXXette 30th Anniversary Tour) ses médecins lui avaient conseillé de prendre du repos.

Duo avec Anni-Frid Lyngstad d’Abba
En 1996, Marie Fredriksson avait enregistré un duo avec une autre chanteuse suédoise célèbre, Anni-Frid Lyngstad, ex-membre du mythique groupe Abba.

Per Gessle, l’autre moité du groupe Roxette, a salué sur Twitter la mémoire de la chanteuse.

Publiant ce message : « Le temps passe tellement vite. Il n’y a pas si longtemps, nous passions jours et nuits dans mon petit appartement, partageant nos rêves impossibles. Et quel rêve nous avons partagé.  Je suis honoré d’avoir pu rencontrer ton talent et ta générosité. (…) Rien ne sera plus jamais pareil ».

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Francette Vernillat, comédienne de doublage de la série culte Tom Sawyer

Francette Vernillat est connue pour avoir doublé Tom Swayer dans la célèbre série du même nom des années 1980.

L’actrice Francette Vernillat, qui a prêté sa voix à de nombreux jeunes garçons et adolescents dans des séries et des dessins animés, est morte le 3 décembre à l’âge de 82 ans, a annoncé sur Twitter le journaliste de l’AFP Jean-François Guyot.

Née en 1937, Francette Vernillat est connue pour avoir doublé Tom Swayer dans la célèbre série du même nom des années 1980. On peut aussi entendre sa voix dans Bouba, où elle joue le petit ourson, mais aussi dans Transformers et Nicky Larson.

D’Autant en emporte le vent à Karaté Kid
Francette Vernillat a aussi participé à plusieurs séries TV devenues cultes comme Ma sorcière bien-aimée, Inspecteur Derrick, La Petite Maison dans la prairie, Madame est servie, Papa Schultz. Au cinéma, elle a fait preuve d’éclectisme en doublant des personnages de Autant en emporte le vent (1939), L’Ombre d’un doute (1943) et Karaté Kid (1984).

Également actrice de cinéma et de théâtre, elle est apparue dans un segment du film à sketch Les Sept Péchés capitaux (1952) et dans Thérèse Raquin (1953) de Marcel Carné.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de l’actrice et chanteuse Marie Laforêt

Marie LaforetMarie Laforêt est morte à l’âge de 80 ans. La chanteuse et actrice, de son vrai nom Maïtena Douménach, s’est éteinte samedi à Genolier en Suisse, rapporte l’AFP.

Surnommée « la fille aux yeux d’or » (en fait, ils étaient jaunes-verts), elle a joué dans 35 films et vendu plus de 35 millions d’albums, au long d’une existence bien peu rectiligne.

« Marie Laforêt est décédée samedi à Genolier. Sa fille vient de me l’annoncer », a indiqué à un journaliste de l’AFP, Dominique Segall, attaché de presse de la réalisatrice Lisa Azuelos, la fille de Marie Laforêt.  Les causes de la mort de l’interprète des Vendanges de l’amour ou Viens, viens n’ont pas été précisées.

« La fille aux yeux d’or »
Surnommée « la fille aux yeux d’or » (en fait, ils étaient jaunes-verts), Marie Laforêt a joué dans 35 films et vendu plus de 35 millions d’albums, au long d’une existence bien peu rectiligne.

« Ma carrière est de bric et de broc mais ma vie est remplie du début à la fin », assurait celle qui, mariée cinq fois, fut aussi actrice de théâtre, écrivain, antiquaire et commissaire-priseur.

Marie Laforêt était une personnalité complexe, intello pas du tout féministe, à la fois modeste, snob et gouailleuse, dotée d’un humour corrosif. « J’aime bien les gens qui ont une angoisse », indiquait-elle. De son physique exceptionnel, traits purs et sensuels, cheveux longs romantiques, elle affirmait qu’il ne lui avait pas toujours porté chance.

Maïténa Doumenach, son vrai nom, naît le 5 octobre 1939 à Soulac-sur-Mer (Gironde), fille d’un industriel. A l’âge de 3 ans, dira-t-elle 35 ans plus tard, elle est violée par un voisin : « Impossible d’en parler pendant des décennies ». « Sans ce viol, je n’aurais pas fait un métier public qui allait à l’encontre de ma timidité naturelle. J’ai choisi un métier exutoire », , soulignera-t-elle.

Un concours d’actrice organisé par Europe 1
Jeune fille, elle est attirée par le couvent mais se passionne pour le théâtre au lycée, à Paris, puis remporte un concours d’actrice, organisé par Europe 1, en 1959. Un an plus tard, elle apparaît au cinéma au côté d’Alain Delon dans Plein soleil (de René Clément) puis, en 1961, dans La fille aux yeux d’or (tiré d’un roman de Balzac), de Jean-Gabriel Albicocco qu’elle épousera.

Elle joue ensuite dans Joyeuses Pâques et Flic ou voyou de Georges Lautner, avec Jean-Paul Belmondo, Les morfalous d’Henri Verneuil, La chasse à l’homme, d’Edouard Molinaro, Fucking Fernand, de Gérard Mordillat (nommée pour le César du meilleur second rôle féminin), Tangos, l’exil de Gardel, de Fernando Solanas (prix du jury 1985 à Venise) etc. Elle a aussi été dirigée par Chabrol, Granier-Deferre, Deville, Mocky et d’autres.

« Un timbre »
En 1963, sort son premier 45 tours, Les vendanges de l’amour, écrit par Danyel Gérard. C’est le succès et les tubes vont s’enchaîner : Ivan, Boris et moi, Il a neigé sur Yesterday (chanson-hommage aux Beatles), Viens sur la montagne, Marie douceur, Marie colère, Que calor la vida etc …  Elle est pionnière dans la World Music, puisant son inspiration dans les folklores américain et européen.

Tout en se tenant à l’écart du show-biz, elle remplit l’Olympia en 1969, tourne dans le monde entier. « Je n’ai pas une voix, j’ai un timbre », notait-elle pourtant, minimisant son talent personnel et ajoutant, comme pour bien montrer qu’elle n’était dupe de rien, ne pas « avoir honte de faire ce que je fais : interpréter au premier degré des chansons populaires ».

Petit à petit, elle renonce aux enregistrements, privilégie l’écriture (elle écrit ses propres chansons mais aussi un livre remarqué : Contes et légendes de ma vie privée), s’installe à Genève (elle aura la double nationalité franco-suisse) où elle tient une galerie d’art.

Cinq mariages et trois enfants
En 1994, elle publie une compilation de ses chansons en quatre volumes, parcourant ses 30 ans de carrière. Elle fait aussi du théâtre : en 2000, elle interprète une bouleversante Maria Callas (nommée aux Molières).

Marie Laforêt fait parler d’elle en 2002 pour d’autres raisons qu’artistiques: liée par un de ses époux à la famille de Didier Schuller,  ancien directeur de l’office HLM des Hauts-de-Seine et condamné dans une affaire de financement occulte. Elle témoigne de sa peur dans l’émission de Thierry Ardisson, sur Canal + et en tire un livre : Panier de crabes.

Elle s’est mariée cinq fois, a eu trois enfants avec Judas Azuelos, homme d’affaires d’origine marocaine juive, puis avec Alain Kahn-Sriber, homme d’affaires et collectionneur d’art.

Sa fille, Lisa Azuelos, réalisatrice du film LOL (avec Sophie Marceau), ne cachait pas de difficiles relations avec sa mère, laquelle, de son côté, admettait avoir été parfois trop absente avec ses enfants.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès d’Annick Alane, actrice dans Hibernatus et Les Trois Frères

Annick AlaneLa comédienne Annick Alanne, visage familier du cinéma et de la télévision française, vient de s’éteindre à l’âge de 94 ans.

La comédienne Annick Alane, second rôle prolifique au théâtre, et visage familier du cinéma et de la télévision depuis 1951, s’est éteinte lundi à l’âge de 94 ans dans un hôpital parisien, a annoncé son agent.

Formée au Cours Simon, deux fois récompensée par le Molière de la meilleure comédienne dans un second rôle en 1994 et 2001 pour les pièces Tailleur pour dames et La Chatte sur un toit brûlant, avait démarré sa carrière à 26 ans dans Une Nuit à Megève de Jean de Letraz sur la scène du Théâtre Michel, à Paris.

Au théâtre ce soir
Membre de la troupe de Jacques Fabbri, Annick Alane a enchaîné de très nombreux rôles dirigée par les plus grands metteurs en scène, devenant notamment l’une des pensionnaires de Au Théâtre ce soir dans une vingtaine de pièces.

Au cinéma, Annick Alane a été enrôlée dans près de quarante longs métrages dont de nombreux succès populaires comme Hibernatus de Edouard Molinaro avec Louis de Funès, La Gifle de Claude Pinoteau, « La Crise » de Pour la peau d’un flic de Alain Delon, Trois Hommes et un couffin et La Crise de Coline Serreau, Vipère au poing de Philippe de Broca, et Mortel Transfert de Jean-Jacques Beineix.

De Maguy à Joséphine ange gardien
A la télévision, la comédienne a été au générique de nombreuses séries comme L’Homme de Picardie, Les Enquêtes du commissaire Maigret, Pause Café, Maguy, Le Comte de Monte-Cristo, Joséphine, ange gardien et Louis la Brocante.

Annick Alane était la mère de deux comédiens, sa fille Valérie Alane et son fils Bernard Alane qui jouait l’homme hiberné dans les glaces à l’affiche de Hibernatus.

Les obsèques de la comédienne seront célébrées jeudi en l’église Saint-Roch, la paroisse parisienne de l’Aumônerie des artistes.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Pascale Roberts, actrice de Plus belle la vie

Pascale RobertsLa comédienne est morte ce samedi des suites d’une longue maladie. Elle a partagé sa vie d’actrice entre le théâtre, le cinéma et la télévision.

Pascale Roberts, l’interprète de Wanda Legendre dans Plus Belle la vie, est morte samedi. La nouvelle a été annoncée lors du journal télévisé de 19 heures, sur France 3. Une information confirmée ce dimanche par l’Agence France-Presse (AFP), l’actrice est morte à Paris à 89 ans des suites d’une longue maladie.

Pascale Roberts a interprété la mère fantasque de Blanche Marci entre 2008 et 2016 dans le feuilleton quotidien de la troisième chaîne. Selon le site fan Plus belle la vie, ce sont ses problèmes de santé qui ont obligé l’actrice à s’éloigner du plateau de tournage.

Planches, cinéma et télévision
Née en 1933, Pascale Roberts (Marie-Josée Walsain-Laurent, de son vrai nom) a partagé sa vie d’actrice entre le cinéma, la télévision et le théâtre. Au cours de sa carrière, démarrée au début des années 1950, elle a été dirigée par plusieurs grands réalisateurs, comme Costa-Gavras (Compartiment tueurs) ou Jean-Pierre Mocky (Le mari de Léon). En 1998, son interprétation dans Marius et Jeannette de Robert Guédiguian lui vaut une nomination aux César dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle.

À la télévision, elle est apparue dans de nombreuses séries, d’Alice Nevers à Joséphine, ange gardien en passant par L’Instit. Sur les planches, elle a notamment été mise en scène par Jean-Louis Barrault dans les années 1960 ou encore Jean-Luc Moreau dans les années 2000. Côté vie privée, elle fut la première femme de l’acteur Pierre Mondy.

Publié dans Texte Actualité divers

Déces d’Ariane Carletti : l’émouvant témoignage de sa fille

ariane carlettiÉléonore Sarrazin, la fille de l’animatrice phare du Club Dorothée, raconte le combat de sa mère contre le cancer.

Ariane Carletti, figure importante du Club Dorothée, est morte cette semaine à l’âge de 61 ans des suites d’un cancer. Sa fille Éléonore Sarrazin a raconté dans Le Parisien le combat contre la maladie de l’actrice et chanteuse.

« Elle s’est battue comme une lionne », explique la jeune femme de 25 ans, qui a suivi les pas de sa mère en devenant elle aussi actrice. « Elle a été super courageuse. Ma mère a affronté des montagnes qui étaient énormes. Elle les a gravies les unes après les autres. C’est juste que la dernière était un peu trop rude. Elle est partie entourée d’énormément d’amour. »

En raison de son état de santé, Ariane Carletti a dû refuser de nombreux projets : « Beaucoup de gens lui ont proposé de monter sur les planches », confirme Éléonore Sarrazin. « Elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas être fiable. À certaines périodes, son taux d’énergie pouvait changer du tout au tout. Et elle ne voulait pas porter la responsabilité d’être sur scène. »

« Elle ne voulait pas qu’on s’inquiète »
Ariane Carletti restait tout de même optimiste malgré l’avancée de la maladie : « Encore lundi, elle nous parlait de ce qu’elle désirait manger et quelles vacances elle aimerait organiser », se souvient sa fille. Face à la maladie, Ariane Carletti restait cependant pudique : « Entre nous, on n’a jamais voulu en parler, parce qu’il y avait de la coquetterie de sa part. Elle ne voulait pas qu’on s’inquiète. Elle n’a jamais voulu mentir aux gens non plus, ni être malhonnête. Alors, ça faisait quelque temps qu’elle s’était un peu repliée. »

Fille d’un réalisateur et d’une actrice, Ariane Carletti a été une des animatrices phares du Club Dorothée dans les années 80 et 90. Elle a aussi été l’interprète de générique de plusieurs dessins animés cultes, comme Dragon Ball ou Yakari.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de de Marcel Ledun

Marcel LedunCet ancien journaliste de Nord Eclair et ex-attaché de presse de la Foire internationale de Lille avait 90 ans.

Marcel Ledun, marionnettiste de Nounours dans Bonne nuit les petits, est mort. D’après La Voix du Nord, il s’est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi à l’EHPAD Saint-Antoine de Lille, où il résidait depuis peu. Il avait 90 ans.

Ancien journaliste de Nord Eclair et ex-attaché de presse de la Foire internationale de Lille, Marcel Ledun avait rejoint en 1962 ce programme court pour enfants, diffusé sur l’ORTF, rappelle le quotidien.

bonne nuit les petitsIl animait le gentil compagnon du marchand de sable, parfois accompagné de son neveu Oscar, qui demandait chaque soir comment s’était passée la journée de Pimprenelle et Nicolas, et leur racontait une histoire, avant qu’ils ne s’endorment à coups de poussière dorée.

Après 568 épisodes de 5 minutes et cinq émissions spéciales, Bonne nuit les petits s’est poursuivi sur TF1 à partir de 1976, sous le titre de Nounours, avant d’être proposé par France 2 dans les années 90.