Publié dans Texte Actualité divers

Carlos Ghosn retrouve la liberté, mais sous strictes conditions

Carlos GhosnL’ex-PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn est sorti de prison dans la soirée de jeudi à Tokyo, libéré sous caution mais dans des conditions strictes, avec notamment l’interdiction de voir son épouse sans l’autorisation préalable du tribunal.

« Restreindre les communications et le contact entre ma femme et moi est cruel et inutile », a à cet égard réagi vendredi M. Ghosn dans un communiqué en anglais diffusé par ses avocats.

Le tribunal de Tokyo chargé de l’affaire avait à la mi-journée accepté sa requête en vue de sa libération, mais le bureau des procureurs avait aussitôt fait appel, jugeant « regrettable » que le juge ait donné son feu vert « en dépit de craintes de destruction de preuves ».

Ce recours a été rejeté quelques heures plus tard et sa libération est devenue effective peu après.  L’ex-PDG de Renault-Nissan est sorti à 22H22 (13H22 GMT) d’un pas assuré, encadré par des gardiens, portant un costume sans cravate, sous les flashes des appareils photo, avant de monter dans un véhicule noir, selon des journalistes de l’AFP sur place.

L’image tranchait avec celle de sa première libération sous caution le 6 mars : il était alors apparu déguisé, coiffé d’une casquette bleue, dans un uniforme d’ouvrier de voirie, le visage barré de lunettes et d’un masque de protection blanc, un accoutrement qui avait fait de lui la risée des médias alors même qu’il visait à duper les journalistes massés devant la prison. L’avocat à l’origine de ce scénario avait dû ensuite présenter ses excuses pour cet « échec » qui avait terni la réputation de son illustre client.

Strictes conditions
Le magnat de l’automobile déchu de 65 ans, qui était retourné dans le centre de détention de Kosuge (nord de Tokyo) début avril après une nouvelle arrestation surprise, a dû payer une deuxième caution, cette fois de 500 millions de yens (quatre millions d’euros).

Carlos Ghosn s’était déjà acquitté d’une grosse somme (un milliard de yens) pour obtenir le droit de quitter le 6 mars la prison, où il avait passé 108 jours dans la foulée de son interpellation initiale le 19 novembre dernier pour des malversations financières présumées.

L’ancien grand patron est désormais à l’air libre mais soumis à de strictes conditions : « assignation à résidence, interdiction de quitter le Japon et autres conditions visant à empêcher destruction de preuves et fuite », a précisé le tribunal.

Surtout, il n’a le droit de voir son épouse que « si le tribunal approuve une requête » en ce sens, a expliqué son avocat, Me Junichiro Hironaka, à la presse. Carole Ghosn, dans le viseur des procureurs pour son rôle supposé dans un des volets de l’affaire, est en outre soupçonnée par le parquet d’avoir contacté des protagonistes du dossier.

Au cours de sa précédente remise en liberté, Carlos Ghosn avait pu retrouver sa famille dans un appartement de location à Tokyo, enregistré auprès du tribunal et dont il n’avait pas le droit de s’absenter plus de trois jours. Il retournera dans le même logement, selon Me Hironaka.

Si un nouveau rebondissement n’est pas à exclure dans cette affaire hors normes, qui a vu la chute d’un des plus puissants PDG de la planète au moment où il s’apprêtait à tirer sa révérence, la dernière mise en examen de Carlos Ghosn semble clore les investigations du parquet.

La justice critiquée
Ce dirigeant franco-libanais-brésilien est sous le coup de quatre inculpations : deux pour des dissimulations de revenus dans des documents boursiers et deux pour des cas différents d’abus de confiance aggravé.

La dernière affaire, la plus sérieuse aux yeux des experts, porte sur des détournements présumés de fonds de Nissan, d’un montant de cinq millions de dollars, selon le bureau des procureurs.

Face à ce qu’il qualifie d' »acharnement judiciaire », M. Ghosn a usé de plusieurs moyens – entretien avec quelques médias dont l’AFP, communiqués, comparution à sa demande devant un tribunal  pour clamer son innocence et dénoncer un « complot » ourdi par Nissan à son encontre.

Dans une récente vidéo, enregistrée la veille de sa ré-arrestation le 4 avril mais rendue publique quelques jours plus tard, il a encore insisté sur la thèse du piège tendu par les dirigeants du groupe japonais afin de le faire tomber et de stopper ainsi le processus de fusion Renault-Nissan qu’il préparait.

Sa épouse Carole se mobilise depuis des semaines pour dénoncer le traitement dont fait l’objet son mari. Sa campagne est soutenue par plusieurs avocats étrangers comme japonais et des organismes internationaux, qui estiment que le système judiciaire nippon ne respecte pas les droits de la défense, dénonçant des interrogatoires répétés, sans avocat, pendant la garde à vue.

Maintenant qu’il a la possibilité de passer autant de temps qu’il le souhaite avec ses avocats, Carlos Ghosn va pouvoir se consacrer activement à la préparation de son procès qui n’est pas attendu avant plusieurs mois.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Hommage du cinéma français à son dernier « grand duc » Jean-Pierre Marielle

Jean-Pierre MarielleLe monde du cinéma français a rendu hommage jeudi à l’acteur Jean-Pierre Marielle, décédé la veille à l’âge de 87 ans, louant son élégance et sa voix caverneuse.

Inoubliable interprète de Monsieur de Sainte-Colombe dans « Tous les matins du monde » (1991), le comédien est mort d’une longue maladie, a annoncé son épouse, l’actrice Agathe Natanson, à l’AFP.

« Quel coup dur, je suis effondré « , a réagi Jean-Paul Belmondo, son ami du conservatoire avec qui il a fait les « 400 coups ». « C’était plus qu’un ami », a souligné « Bébel », saluant la mémoire d' »un grand comédien, une forte personnalité sachant tout à la fois manier l’humour de façon redoutable et travailler avec le plus grand sérieux ».

« Jean-Pierre est parti rejoindre Jean, Philippe et les autres … C’est tout un cinéma qui part avec lui », écrit le réalisateur et comédien Guillaume Canet sur les réseaux sociaux. Avec Jean Rochefort et Philippe Noiret, ses acolytes des « Grands Ducs » déjà disparus, Jean-Pierre Marielle incarnait toute une époque.

« Qu’est-ce qu’un acteur ?  Une voix, un phrasé. Il avait une voix, il avait un phrasé, une grande originalité, il détestait les modes, les ambiances, les doxas », relève le comédien Fabrice Luchini sur RTL.

« Les César ?  Rien à foutre »
Pour le cinéaste Jean-Pierre Mocky qui a travaillé avec lui, Jean-Pierre Marielle « avait beaucoup de prestance ». « Il jouait des rôles de fanfaron. Même dans la vie, c’était un grand gars, il était très drôle, il passait son temps à faire des plaisanteries », a-t-il dit sur Franceinfo.

Le cinéaste Bertrand Blier, qui a fait trois films avec l’acteur, a souligné sur RTL que Jean-Pierre Marielle était « très particulier ». « C’était un garçon secret, mystérieux, souvent angoissé, (…) mais « j’ai beaucoup de bons souvenirs avec lui », a-t-il ajouté.

Christian Clavier a également fait part de son « émotion ». « Que de plaisir de tourner avec un si Grand acteur et avec lui le souvenir de mémorables tournages. Merci pour ces grands moments inoubliables »

Avec la disparition de Jean-Pierre Marielle, s’éteint une des dernières figures de « la bande du conservatoire », formée au début des années 50 par Jean-Paul Belmondo, Claude Rich ou Jean Rochefort, l' »ami de toute une vie », décédé en octobre 2017.

Le comédien a joué dans plus d’une centaine de films (sous la direction notamment d’Audiard, Blier, Molinaro, Mocky, Sautet, Tavernier, Miller) et d’innombrables pièces et téléfilms.

S’il a été nommé sept fois aux César notamment pour son rôle dans « Tous les matins du monde », il n’a jamais reçu de statuette. « Les César, j’en ai rien à foutre », répondait-il. Ce qui n’a pas empêché l’Académie de lui rendre hommage jeudi et de saluer en lui « un formidable interprète, qui incarnait ses rôles avec cet humour piquant et un certain cynisme qui lui étaient si propres ».

Répliques fleuries
Il « avait cette gouaille imprévisible, ce grain de folie qui transcendent un immense acteur. Sa voix si reconnaissable par son moelleux et la justesse de sa diction nous entraînait aux frontières d?un génie irremplaçable, à la Serrault, à la Piccoli.  Lui », s’est souvenu l’ancien président du festival de Cannes, Gilles Jacob.

D’abord acteur de théâtre et de boulevard, Jean-Pierre Marielle sera ignoré de la Nouvelle vague et connaîtra des débuts timides au cinéma avant d’exploser à la fin des années 60, autant dans des films comiques que tragiques, d’auteur que grand public.

S’ensuit dans les années 70 une période prolifique devant les caméras et des répliques fleuries dans les films devenus culte de Joël Séria (« Les galettes de Pont-Aven », « Comme la lune »). Parmi ses autres rôles marquants, figurent « Que la Fête commence » de Bertrand Tavernier, « Dupont Lajoie » d’Yves Boisset, mais aussi « Coup de Torchon » de Tavernier, « Tenue de soirée » de Blier, « Uranus » de Claude Berri, « La Petite Lili » de Claude Miller et « Les âmes grises » d’Yves Angelo.

En guise d’hommage, France 3 va diffuser jeudi soir « Pièce montée » de Denys Granier-Deferre, où il incarne un prêtre et Paris Première « Les galettes de Pont-Aven ». Arte diffusera de son côté lundi soir « Tous les matins du monde ».

Publié dans Texte Actualité divers

Les époux Fillon et Marc Joulaud renvoyés en correctionnelle

Les époux FillonPlus de deux ans après l’ouverture d’une enquête judiciaire visant l’ex-candidat LR à la présidentielle, les juges d’instruction du pôle financier de Paris ont rendu leur ordonnance de renvoi.

François Fillon et son épouse Penelope seront-ils traduits en justice avant la fin de l’année ?   Plus de deux ans après l’ouverture d’une enquête judiciaire visant l’ex-candidat Les Républicains à l’élection présidentielle, les juges Tournaire, Buresi et Tacheau ont rendu leur ordonnance de renvoi, vendredi 19 avril, à laquelle Le Monde a eu accès.

Ils demandent le renvoi devant le tribunal correctionnel de François Fillon, notamment pour détournement de fonds public, recel de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Un million d’euros détournés ?
Son épouse Penelope est quant à elle renvoyée en correctionnelle pour complicité et recel de détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux. Reste l’ancien député suppléant de François Fillon, Marc Joulaud, qui devra comparaître pour répondre à l’accusation de détournement de fonds publics.

L’instruction de ce dossier, ouverte après les premières révélations du Canard enchaîné sur le caractère présumé fictif de l’emploi d’assistante parlementaire de Penelope Fillon auprès de son époux, en janvier 2017, avait lourdement obéré la candidature de l’ex-Premier ministre à la magistrature suprême. Depuis, l’accusé s’est retiré de la vie politique.

Comme le détaille Le Monde, qui a eu accès à l’ordonnance de renvoi, les enquêteurs ont évalué le montant du détournement de fonds à plus d’un million d’euros sur plus de 30 ans, de 1981 à 2013. Sur le total, 408.400 euros concernent les contrats passés avec François Fillon et 645.600 euros concernent ceux passés avec Marc Joulaud. Les documents brandis par les avocats du couples, censés attester de la réalité du travail de Penelope Fillon, n’ont visiblement pas convaincu les magistrats instructeurs.

« Suite normale »
« C’est la suite normale de la procédure », a laconiquement commenté un des soutiens de François Fillon à la présidentielle. Antonin Lévy, l’avocat de l’ex-candidat, a pour sa part regretté que l’ordonnance de renvoi ait été transmise « à la presse avant même qu’elle n’ait été notifiée à M. Fillon et à sa défense ».

« Cela démontre l’état d’esprit dans lequel toute cette enquête a été conduite et nous réagirons sur le fond quand nous aurons pu prendre connaissance de ce document », a-t-il commenté.  Pour Pierre Cornut-Gentille, avocat de Penelope Fillon, « cela caractérise une nouvelle violation du secret de l’instruction ».

Publié dans Texte Actualité divers

La Première ministre écossaise appelle à un second référendum sur l’indépendance avant 2021

La Première ministre écossaiseLe gouvernement écossais va introduire « prochainement » un projet de loi visant à organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse.

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a de nouveau déclaré vouloir organiser un référendum sur l’indépendance de l’Écosse d’ici 2021, rapporte la BBC ce mercredi. Ce afin « d’éviter les dommages du Brexit », selon ses mots.

« Nous allons prochainement présenter un projet de loi fixant les règles pour tout référendum relevant actuellement ou à l’avenir de la compétence du parlement écossais », a déclaré Nicola Sturgeon, cheffe du SNP (Parti National Écossais) au Parlement à Édimbourg, espérant que ce texte serait voté d’ici la fin de l’année.

« Ces trois dernières années, le vote de l’Écosse a été ignoré, la voix du Parlement écossais a été ignorée, et toutes les conséquences découlant du Brexit sont totalement hors de notre contrôle. Cela plaide vraiment en faveur de l’indépendance », avait déclaré la Première ministre fin mars.

Les Écossais s’étaient déjà prononcés sur l’indépendance de leur nation en septembre 2014, et le « non » l’avait emporté à 55%. Mais le SNP n’a pas quitté des yeux son objectif, s’appuyant sur les résultats du référendum sur le Brexit de juin 2016. L’Écosse avait alors voté contre le Brexit à 62% contrairement au Royaume-Uni, qui a voté dans son ensemble à 52% pour le divorce.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Dick Rivers

Dick RiversNé Hervé Forneri en 1945, le chanteur de rock a enregistré au cours de sa longue carrière 33 albums studios.

Dick Rivers est mort ce mercredi des suites d’un cancer, annonce son manager. Né Hervé Forneri le 24 avril 1945, le chanteur de rock connu notamment pour sa célèbre « banane » a enregistré au cours de sa longue carrière 33 albums studios.

« J’ai la grande tristesse de vous annoncer que Dick Rivers est décédé cette nuit des suites d’un cancer. Nos très affectueuses pensées à son épouse Babette ainsi qu’à toute sa famille », a indiqué sur Twitter son manager Denis Sabouret.

Fasciné par le rock’n’roll comme beaucoup de jeunes de sa génération (Johnny Hallyday, Eddy Mitchell), Dick Rivers avait choisi un pseudonyme anglophone avant de se lancer dans la musique.

Du « yéyé » à Bashung
Il débute en 1961 avec Les Chats Sauvages. Ensemble, ils signent les tubes Hey Pony , Est-ce que tu le sais ?  , C’est pas Sérieux et surtout Twist à Saint-Tropez. Il restera un an dans le groupe, avant de se lancer dans une carrière solo. Vedette des années Salut les copains, Dick Rivers apparaît sur la fameuse « photo du siècle » de Jean-Marie Périer avec les 46 stars du « yéyé » en avril 1966. Les années 1960 sont marquées par des succès comme Rien que toi et Va t’en va t’en.

Après le déclin des années « yéyé », Dick Rivers tente de se réinventer dans les années 1970 et collabore avec succès pendant deux ans avec Alain Bashung, qui compose ses albums The rock machine, Rockin’ along …  the River’s country side et Rock & roll Star. A partir des années 1980, il diversifie ses activités : Les Chats Sauvages se reforment pour les 20 ans du groupe, il anime une émission sur RMC, il tourne avec Francis Cabrel.

Le retour dans les années 1990
En 1995, Dick Rivers surprend ses fans et les critiques avec Plein Soleil, considéré comme un de ses meilleurs disques. Produit par Patrick Coutin, il replace l’artiste sur le devant de la scène.

Tout en continuant la musique, l’artiste se laisse séduire par le cinéma et apparaît en 1999 dans La Candide Madame Duff de Jean-Pierre Mocky. Il retentera l’aventure en 2003 dans Le Furet, toujours de Mocky. On a pu aussi entendre sa voix grave dans des dessins animés pour enfants : Le Livre de la jungle 2, Tarzan 2 et Arthur et les Minimoys.

En 2011, Dick Rivers fête ses 50 ans de carrière avec un nouvel album, Mister D. Prouvant que les rockeurs ne meurent jamais, il continue ses tournées et se produit notamment à l’Olympia et sort un dernier album, Rivers, en 2014. Atteint d’un traumatisme crânien après une chute, il annule des concerts en 2015 avant de revenir en 2018 avec la tournée Âge tendre, où il partage la scène avec d’autres idoles d’autrefois : Sheila et Dave.

Publié dans Texte Actualité divers

Les avocats de Carlos Ghosn déposent une demande de libération sous caution

Carlos GhosnAprès la nouvelle inculpation de Carlos Ghosn sur des accusations de détournement de fonds, les avocats de l’ancien PDG de Renault-Nissan ont annoncé qu’ils avaient déposé une demande de libération sous caution.

Les avocats japonais de Carlos Ghosn, de nouveau inculpé ce lundi sur des accusations de détournement de fonds de Nissan, ont déposé une demande de libération sous caution, a annoncé le tribunal de Tokyo dans un bref communiqué.

L’ancien PDG de Renault-Nissan avait été ré-arrêté le 4 avril à son domicile de Tokyo, un mois à peine après être sorti de prison. Il est sous le coup de quatre inculpations.

Publié dans Texte Actualité divers

Ce qui lui est reproché à Carlos Ghosn

Carlos GhosnCarlos Ghosn a été mis en examen pour la quatrième fois au Japon ce lundi. Retour sur les soupçons qui pèsent sur l’ancien PDG de l’alliance automobile Renault-Nissan.

Cinq mois après l’arrestation à Tokyo de Carlos Ghosn pour des malversations financières présumées, l’ancien PDG de Renault-Nissan a une nouvelle fois été inculpé par le justice japonaise ce lundi. Il s’agit de sa quatrième mise en examen.

Un mois à peine après avoir quitté la prison sous caution, Carlos avait été arrêté une seconde fois le 4 avril à son domicile de Tokyo. Si l’homme d’affaires fait l’objet de plusieurs accusations, seules les trois premières citées ci-dessous ont été à ce stade suivies de poursuites judiciaires.

Dissimulation de revenus
Carlos Ghosn a été mis en examen au Japon pour avoir minimisé, dans les rapports de Nissan remis aux autorités boursières, environ la moitié de ses revenus, soit 9,23 milliards de yens (74 millions d’euros) de 2010 à 2018. Cela lui vaut deux inculpations.

Lors de son unique comparution devant le tribunal, le 8 janvier, le magnat déchu de l’automobile a reconnu que des revenus étaient à l’étude pour lui être versés lorsqu’il serait en retraite mais n’avaient pas encore été actés.

Le constructeur, lui-même inculpé dans cette affaire, a cependant décidé d’imputer la somme en question sur ses comptes de l’exercice achevé fin mars. Cette décision revient à graver dans le marbre l’existence de ces revenus, affaiblissant la ligne de défense de Carlos Ghosn.

L’ami saoudien
L’homme d’affaires franco-libano-brésilien a en outre été mis en examen le 10 janvier pour « abus de confiance aggravé »: il est accusé d’avoir tenté de faire couvrir par Nissan « des pertes sur des investissements personnels » au moment de la crise financière d’octobre 2008. La somme incriminée s’élève à 1,85 milliard de yens (14 millions d’euros).

Pour résoudre ce problème financier, il a obtenu qu’un milliardaire saoudien, Khaled Juffali, se porte garant. Il l’aurait ultérieurement récompensé par des virements provenant de « la réserve du PDG ». Nissan « n’a subi aucun préjudice », rétorque Carlos Ghosn. Quant aux versements effectués à M. Juffali, ils ont été « validés par quatre cadres » et correspondent à « d’importants services rendus » à l’entreprise.

La route d’Oman
Autre inculpation pour le même motif d’abus de confiance, Carlos Ghosn est sur la sellette pour des transferts d’argent émanant de Nissan, à un distributeur de véhicules du constructeur à Oman. Au total, 5 millions de dollars ont été utilisés pour le bénéfice personnel de Carlos Ghosn, selon le bureau des procureurs.

Des sources proches du dossier évoquent l’achat d’un yacht et des investissements dans un fonds contrôlé par son fils Anthony aux États-Unis, Shogun Investments LLC. Renault a transmis à la justice des éléments similaires, portant sur plusieurs millions d’euros de paiements suspects.

Résidences de luxe, rémunérations « indues », sœur embauchée
Nissan, qui a débuté les investigations à l’été 2018 après le signalement d’un ou plusieurs lanceurs d’alerte, accuse par ailleurs son ancien sauveur d’autres malversations, pour lesquelles il n’est pas poursuivi à ce stade. Le dossier mentionne l’existence de résidences de luxe à Beyrouth, Rio de Janeiro et Paris, achetées par l’intermédiaire de filiales basées aux Pays-Bas.

Carlos Ghosn a aussi reçu une rémunération « confidentielle » de 7,8 millions d’euros de la part d’une société néerlandaise co-détenue par Nissan et Mitsubishi Motors (NMBV).

Autre soupçon, le versement d’émoluments à une de ses soeurs (755.000 dollars de 2003 à 2016) pour des activités de conseil au sein d’un « Global donation advisory council » qui, d’après Nissan, n’a jamais existé. Interrogé sur le sujet fin janvier, Carlos Ghosn a esquivé la question, fustigeant l’attitude de Nissan et son « armée de gens qui ne cessent de (lui) jeter des horreurs à la tête ».

Château de Versailles
En France, l’ancien patron est soupçonné d’avoir obtenu la location du château de Versailles et du Grand Trianon pour l’organisation de son mariage en octobre 2016, une prestation évaluée à 50.000 euros, en contrepartie d’une convention de mécénat signée entre l’établissement public et la marque au losange. L’enquête fait suite à un signalement de Renault à la justice début février.

Renault et Nissan s’intéressent également à un autre événement dans le même lieu prestigieux, le 9 mars 2014, jour du 60e anniversaire de M. Ghosn, d’après une personne au fait des investigations. Selon le carton d’invitation, envoyé via une adresse email appelée « Alliance Versailles », il s’agissait d’un dîner pour célébrer en grande pompe (menu concocté par le chef étoilé Alain Ducasse, tenue de gala, feu d’artifice) les 15 ans de l’Alliance Renault-Nissan, tombant le 27 mars.

La facture de plus de 600.000 euros a été réglée par la société néerlandaise Renault-Nissan BV (RNBV) mais, parmi les 200 invités appelés à « une discrétion totale », figuraient essentiellement des proches de Carlos Ghosn, et de la haute société du Liban. Seulement deux représentants des constructeurs étaient là, assure la même source. Carlos Ghosn a également invité huit couples au Carnaval de Rio aux frais de Renault-Nissan en 2018, d’après des documents consultés par l’AFP.