Publié dans Texte Poéme, Poésie

L’espérance

femme roseL’espérance se trouve dans la foi de l’amour, contre toute attente la vie n’est pas un leurre, elle vaut la peine d’être vécue à toute heure, c’est sûr et certain on te cherche chaque jour.

L’espérance est une flamme que l’on entretient, chaque matin on attise la braise de l’espérance, chaque jour elle se consume au gré des heures, chaque soir on la préserve afin qu’elle ne meure.

L’espérance n’a pas d’âge elle est le baume du cœur, elle nous transporte et nous transforme sans cesse, elle nous délivre de nos peines de nos angoisses avec persévérance elle fait disparaitre la rancœur.

L’espérance est la passion inhérente de l’âme, toujours en quête d’incertitude en certitude sans se l’avouer l’espoir demeure en nous tous, elle nous retient bien souvent au fil d’Ariane.

Espérance tu es l’espoir du désespoir, d’attente en promesse, on veut encore te faire confiance

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Si seulement il existait des mots

femme roseSi seulement il existait des mots qui sauraient te raconter, je trouverais les plus beaux, ceux qui ne peuvent rien briser. Je les placerais devant toi sur une tendre mélodie et ils t’exprimeraient ce que moi je n’ai encore jamais dit.

De ta tendresse et de ta douceur, ils sont le lien qui nous unit car j’y ai trouvé dans ton cœur un amour infini. Pourquoi donc cette solitude d’un cœur qui a tant souffert, vient blesser les habitudes comme si elles ne savaient que faire.

Ce matin je pense à toi et les mots dansent devant mes yeux, j’aimerais être prés de toi,  plus un seul mot rien que nous deux. Dans le silence de chaque mot, il y a tant de parole et d’amour que tout ce que mon cœur trouve beau, grandit à chaque jour.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Tout en douceur

femme roseQue l’on ouvre mes mots en rosace, on y verra une multitude de rose, on y sentira l’effluve du bonheur, un cœur ardent tout en douceur.

Que l’on regarde mes yeux en transparence, on y trouvera la pureté d’une source, on y percevra l’éclat de l’eau, un torrent passionnel au doux murmure.

Que l’on saisisse mes souvenirs enfouis, on y discernera des étoiles nues dans la nuit, on y cherchera une étincelle de vie, un arc en ciel aux couleurs vives.

Que l’on m’arrache mon cœur, on y distinguera une lumière éclatante, on y lira comme un poème, un livre ouvert à la page je t’aime.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Au jardin de mon cœur

Au jardin de mon cœurAu jardin de mon cœur pousse la rose aux milles épines. Cette rose a la grande beauté, on ne peut pas la toucher.

La plus belle c’est la rose de juin, son parfum envoutant s’estompe quand viens les premières pluies, mais le soleil ravive son parfum et les abeilles, les papillons se pose sur elles.

Mais évite les épines de cette rose unique au première lueur du matin, la rose au milles épines se fait un collier de perles de pluie, mais dans le jardin de mon cœur la rose au milles épines resteras toujours dans mon cœur

Publié dans Texte Poéme, Poésie

La beauté réside dans les yeux

regardLa beauté réside dans les yeux, c’est la porte d’entrée d’un cœur, la porte ou l’amour réside, mais c’est aussi par les larmes que l’on voit passer la transparence d’un cœur au plus profond des yeux.

Dans tes yeux, je vois beaucoup d’amour, de tendresse. Ils ont un peu de bleu qui est un océan d’amour en liesse, ils ont un peu de vert qui est une prairie ensoleillée d’été, ils ont un peu de marron qui est un tapis de larmes de feuilles d’automne et au fond de ton regard un charme qui a conquis tout mon être.

Ces yeux là ne peuvent pas s’oublier, ils m’obsèdent et me regardent en permanence avec tant d’amour que je voudrais les conserver pour l’éternité.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

Mes pensées sont rangées dans un grand meuble à tiroirs

87ff7716Mes pensées sont rangées dans un grand meuble à tiroirs, mes rires, mes pleurs, mes souvenirs, mes tourments ont chacun leur place. Les tiroirs s’ouvrent et se referment au gré des aléas de la vie.

Il y a des jours, un voir plusieurs de ceux-ci s’entrebâillent et ne veulent plus se fermer, ils se rebellent, difficile alors d’arriver à les dompter et d’y mettre de l’ordre, je dois faire front en me battant avec courage et patience pour obtenir de la discipline.

Et puis il y a des périodes néfastes ou ils décident de tous s’entrouvrir en même temps et de se vider de leur substance en s’éparpillant, se mélangeant et semant une pagaille destructive dans l’espoir de me harceler, me décourager, m’anéantir et provoquer un conflit.

Entre mon esprit et la sagesse qui se déchirent mutuellement, chacun voulant prendre un chemin différent pour interpréter mes pensées. Ils aiment de temps en temps me mener au bord du précipice en détruisant ce meuble et brisant les alvéoles de ma mémoire un par un.

Je m’épuise inlassablement à tout reconstruire petit à petit, à remanier cette harmonie jusqu’au prochain cataclysme de mes pensées. Pourtant, qu’il est agréable, reposant, apaisant, d’avoir chaque tiroir bien rangé au bon endroit, alors mes pensées, soyez de temps en temps indulgentes avec moi et prenez place au bon endroit dans mon esprit avec bienveillance auprès de la sagesse.

Publié dans Texte Poéme, Poésie

La tristesse est à la porte de mon cœur

femme tristeLa tristesse est à la porte de mon cœur, elle se joue de moi et épie mes premières larmes qui s’accumulent en silence dans mes veines et je déverse mes peines dans un flot tumultueux qui ne font que m’ensevelir un peu plus.

Elles sont le reflet sombre de mes pensées et ces pleurs face à l’angoisse qui sont sans issus. Comment la fuir, comment anéantir cette grisaille de l’âme.

Même l’éclat du sourire a disparu de mes lèvres car le bonheur n’est qu’illusion et tellement éphémère. Le bien être aurait-il déserté et disparu de cet univers, serions-nous abandonnés ou tout simplement perdu.

Pourquoi nous imposer la douleur et ces peines sans fin, ces épreuves et ces maux qui nous rongent de l’intérieur et mon combat est en perpétuel mouvement. Mon cœur saigne et il porte les stigmates du désespoir qui ne s’effacera pas avec le temps qui passe, mais restera gravé éternellement dans ma mémoire.

Je me sens prisonnière de mon destin mais malgré tout, je scrute l’horizon en quête d’une espérance qui guidera mes pas sur le chemin de la réconciliation pour chercher des jours meilleurs et fuir le passé.

Le monde devant mes yeux n’est que tristesse, je voudrais prendre tous ces chagrins et les emporter avec moi. Mais le chemin à parcourir est encore si loin de mon cœur et malgré mon combat, mes sanglots résonnent comme un tambour.

Mon âme subit ces assauts qui persistent avec cruauté, pourquoi autant de tristesse, pourquoi autant d’indifférence. Mon cœur saigne dans la tristesse, elles est ma plus grande faiblesse, elle est mon plus grand désespoir.