Publié dans Texte Actualité divers

Emmanuel Macron a repris en moyenne 3 points de popularité

emmanuel macronEmmanuel Macron se redonne un tout petit peu d’air dans les sondages. Selon la moyenne des différents baromètres de satisfaction ou de popularité du Président, il regagne en moyenne 3 points.

Après une chute quasiment continue lors de l’année 2018 (-23 points en 12 mois), la côte de popularité d’Emmanuel Macron a rebondi au mois de janvier 2019. Si l’on prend en compte sa cote de satisfaction moyenne parmi sept baromètres mensuels, le président de la République gagne 24 points et atteint 27,29%.

Certes, Emmanuel Macron reste encore très loin des 47% d’opinion favorable de janvier 2018 mais il se donne un peu d’air après une fin d’année particulièrement difficile entre la mobilisation des Gilets jaunes et l’affaire Benalla. Vous pouvez consulter ces données sur le graphique ci-dessus.

barometre chef d'etat

Entre 22% et 35% en fonction des sondages et des questions
Dans le baromètre Ifop pour le JDD du 20 janvier, Emmanuel Macron avait repris 4 points en un mois, pour s’établir à 27% de satisfaits. Le chef de l’État a connu des trajectoires similaires auprès de plusieurs autres instituts :

– Il gagne 5 points selon le dernier baromètre Ifop pour Paris-Match (de 23% à 28%)
– Il gagne 4 points selon l’enquête réalisée par BVA (de 27% à 31%) et également selon Harris Interactive (de 31 à 35%)
– Il gagne 3 points selon le sondage réalisé par Ipsos (de 20% à 23%)
– Il gagne 2 points selon l’enquête Elabe (de 23% à 25%)
– Il gagne 1 point selon le baromètre de chez Kantar (de 21% à 22%)

Au final, la popularité d’Emmanuel Macron se situe donc aujourd’hui dans un intervalle compris entre 22 et 35% de satisfaction, au lieu de 20%-31% en décembre. Rappelons que les différences d’une enquête à l’autre peuvent relever soit de la méthodologie utilisée par chacun des instituts (mode de collecte, taille et « redressement » de l’échantillon …) et surtout de la question exacte qui est posée.

Vous pouvez retrouver en cliquant ici toutes les explications sur ces différents sondages de satisfaction et de popularité d’Emmanuel Macron.  Le président de la République profite certainement du grand débat national qu’il a initié et qui lui a permis de retourner au contact des Français, et surtout de retrouver une importante couverture médiatique. Emmanuel Macron a en effet effectué deux prestations devant des maires qui ont duré plus de 6h30 à chaque fois avant d’aller directement participer à un débat citoyen dans la Drôme. Des interventions jugées plutôt réussies par les observateurs bien que critiquées par les Gilets jaunes.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Un nouveau sondage confirme la hausse de popularité d’Emmanuel Macron

emmanuel macronD’après le baromètre Ifop pour le JDD, la popularité du président de la République gagne 4 points par rapport au mois de décembre.

C’est une remontée qui se confirme, la popularité d’Emmanuel Macron est en hausse de 4 points par rapport à décembre dernier et atteint désormais les 27% d’opinion favorable, selon le baromètre Ifop pour le JDD. Depuis le début de l’année, plusieurs autres sondages attestaient déjà de cette embellie.

L’hebdomadaire détaille le résultat de son sondage : “le président gagne trois points chez les « plutôt satisfaits » (22%) et un chez les « très satisfaits » (5%). Les « plutôt mécontents » augmentent d’un point à 32% quand les « très mécontents » baissent de cinq points à 40%.”

Niveau de popularité historiquement bas
Déjà le 10 janvier, la cote de confiance d’Emmanuel Macron regagnait un point pour s’établir à 22% dans le sondage Kantar Sofres Onepoint pour Le Figaro Magazine. Le lendemain, le sondage YouGov indiquait que la côte d’Emmanuel Macron gagnait trois points, après trois mois de baisse consécutive. Cette semaine encore, le sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio donnait une hausse de 4 points au Président, pour atteindre les 30% d’opinion favorable.

Si l’essentiel des sondages montrent un regain de popularité d’Emmanuel Macron, tous insistent aussi sur le fait qu’il reste un niveau historiquement bas. D’après le JDD, janvier est le cinquième mois consécutif où les insatisfaits de sa politique “dépassent les 70%”.

Publié dans Texte Actualité divers

Popularité : Emmanuel Macron regagne du terrain

emmanuel macronLe président de la République, Emmanuel Macron, remonte dans l’opinion publique

Après une chute amorcée l’été dernier, et qui s’est accélérée sous la pression des « Gilets jaunes », le chef de l’État tente de reprendre la main, notamment depuis ses vœux prononcés aux Français le 31 décembre en se rapprochant des préoccupations des Français au quotidien.

Retour à son niveau du premier tour des élections présidentielles
Les dernières enquêtes ont clairement démontré qu’Emmanuel Macron avait regagné quelques points de popularité, entre 1 et 5 selon les sondages, pour se situer entre 23 et 28%, autrement dit à peu près au niveau de son score du premier tour des élections présidentielles.

Un regain de confiance qui correspond donc aux dernières prises de paroles du président de la République, en particulier à l’occasion de l’ouverture du Grand débat national en Normandie, qui s’est transformée en exercice-marathon de question-réponse avec les maires pendant près de 7H. Les sondés semblent approuver le choix présidentiel d’adopter une ligne mêlant réalisme, fermeté et appel au dialogue.

Les Européennes en ligne de mire
A quelques mois des élections européennes, ces études sont de bon augure pour le président de la République et son parti LREM. Un sondage Ifop-Fiducial montre en outre une embellie pour l’alliance La République en marche-Mouvement démocrate (LaRem-MoDem), qui gagne 5 points en un mois et repasse devant le Rassemblement national en terme d’intentions de vote en vue du scrutin du 26 mai.

Il faudra désormais convaincre durant le Grand débat et répondre concrètement aux attentes des Français qui sont nombreuses. Celui-ci prendra fin mi-mars et, dans la foulée, le président de la République annoncera les axes retenus pour la suite du quinquennat.