Publié dans Texte Actualité divers

Paris, Rome et Berlin préparent une riposte pour interdire la cryptomonnaie de Facebook

cryptomonnaie de FacebookEn marge des réunions du FMI et de la Banque mondiale à Washington, Bruno Le Maire a déclaré qu’un ensemble de mesures était à l’étude pour interdire le déploiement du Libra, la cryptomonnaie de Facebook, sur le sol européen.

Après les paroles, les actes. La France, l’Italie et l’Allemagne préparent ensemble des mesures pour interdire la cryptomonnaie de Facebook, la Libra, sur le sol européen, a annoncé ce vendredi Bruno Le Maire en marge des réunions du FMI et de la Banque mondiale à Washington.

Mi-septembre, le ministre français de l’Économie avait déclarée que cette cryptomonnaie ne serait pas la bienvenue en Europe, en raison des menaces qu’elle représente pour la souveraineté numérique des pays de l’UE.

Dans une interview parue dans La Croix le 6 septembre, et avant de prendre position pleinement contre le projet de Facebook, Bruno Le Maire avait esquissé une première riposte au Libra. Il avançait alors la possibilité de lancer une cryptomonnaie « publique », émise par les banques centrales.

« La Libra n’est pas la bienvenue sur le territoire européen », a cette fois-ci renchéri Bruno Le Maire. « Nous prendrons des mesures avec les Italiens et les Allemands parce que c’est notre souveraineté qui est en jeu », a-t-il poursuivi, sans toutefois détailler ces mesures.

Pour rappel, Facebook envisage de lancer son Libra dès 2020. Le projet est néanmoins de plus en plus décrié. Tout récemment, plusieurs partenaires majeurs de l’entreprise, dont Visa, Mastercard et PayPal ont annoncé quitter le navire. Ils étaient pourtant gage de grande crédibilité pour Libra.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Décès du journaliste Eugène Saccomano, grande voix du foot

Eugène SaccomanoLe journaliste Eugène Saccomano, grande voix du foot sur Europe 1 et RTL, est mort ce lundi à l’âge de 83 ans. Il a marqué l’histoire de la radio française depuis les années 1960.

Eugène Saccomano, l’une des voix les plus célèbres du foot français, est mort ce lundi à l’âge de 83 ans, annoncent Var-Matin, Le Point et RTL. D’abord à Europe 1, de 1960 à 2001, puis à RTL, qu’il quittera finalement en 2012, Eugène Saccomano a vu passer cinq décennies de football français. Habitant et conseiller municipal de La Garde-Freinet (Var), il est décédé en région parisienne, selon Var-Matin.

Ancien directeur des sports d’Europe 1 où il a passé plus de 40 ans, il avait rejoint RTL entre 2001 et 2012. Né à Marseille, Eugène Saccomano avait débuté comme journaliste au journal Le Provençal avant de devenir correspondant d’Europe 1 dans le Sud. Il rejoint ensuite la rédaction parisienne de la radio puis son service des sports, dont il prendra la tête.

Il avait lancé en 1996 l’émission quotidienne « Europe Sport » et a remporté en 2000 le grand prix des médias pour la meilleure émission de radio avec « Le match du lundi ». « Eugène Saccomano, c’est beaucoup plus qu’une voix, c’est un divin babil par la magie duquel l’audition d’un match de football à la radio devient un plaisir rare et précieux », écrivait Le Figaro en 1999. Après plus de 40 ans, le journaliste avait quitté Europe 1 « sans verser une larme » et il avait « préféré passer dans l’équipe d’en face », RTL, où il avait notamment animé « On refait le match ».

Noël Le Graët : « Sa voix portait toujours le foot »
« C’est l’homme du football, confie Noël Le Graët, le président de la Fédération française, sur RMC. Sa voix portait toujours le foot. Elle était exceptionnelle. Il suivait l’actualité en permanence avec beaucoup d’élégance. On a tous beaucoup de tristesse. Il a marqué son époque. On se souviendra de sa voix. C’était toujours quelqu’un de très respectueux. »

Jean-Michel Larqué : « Il a été un précurseur »
« Eugène Saccomano, c’était la passion et une voix, explique Jean-Michel Larqué sur RMC. Mais le football n’était pas sa passion première, c’était avant tout un romancier. Il avait une culture générale bien au-dessus de la moyenne. Il a été un précurseur, puisqu’il y a encore aujourd’hui des émissions qui reprennent sa thématique. Il a aussi inventé les trémolos, repris aujourd’hui par Jano Resseguié. C’est même lui qui a inventé le tandem journaliste et consultant. C’était une voix incroyable. Même quand il ne se passait rien, il fallait lui donner l’antenne… »

Il a inspiré le film Borsalino
Originaire de Marseille, Eugène Saccomano était profondément attaché au département du Gard, où il a grandi, et était d’ailleurs un fervent supporter du Nîmes Olympique.

Mais avant de se faire connaître de millions d’auditeurs pour ses fabuleuses envolées lyriques autour du rectangle vert et l’émission « On refait le match », il s’était aussi distingué pour sa plume. En 1959, alors journaliste au quotidien Le Provençal, il a écrit le roman Bandits à Marseille, qui inspirera le film Borsalino en 1970 avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo. Il avait également consacré des ouvrages à Céline et Giono.

« Beaucoup de gens me prennent pour un con, pour un footeux qui ne comprend que le foot dans la vie, qui est un maniaque des tribunes de presse. Je le suis mais j’adore la littérature aussi. Le plaisir que j’ai, c’est de découvrir de nouveaux livres », confiait-il à France Info en 2014.

Publié dans Texte Actualité divers

Décès de Philippe Tome, co-créateur du Petit Spirou

plilipe tomeLe scénariste belge Philippe Tome, co-créateur du Petit Spirou, est mort à l’âge de 62 ans.

Le Petit Spirou est orphelin. Philippe Vandevelde, dit Philippe Tome, scénariste qui a co-créé le petit personnage, vient de mourir à l’âge de 62 ans.

« C’est avec une grande tristesse que nous venons d’apprendre la mort de Philippe Tome survenue hier à l’âge de 62 ans. Nous présentons nos condoléances à la famille et aux amis de cet immense auteur », a publié le compte Facebook Franquin et Cie ce dimanche.

Polar noir et humour potache
Il avait imaginé en 1987 avec Janry, son complice de toujours, rencontré à un cours de BD, Le petit Spirou. Ensemble, ils avaient auparavant écrit pendant six ans des aventures de Spirou et Fantasio chez Dupuis, prenant la suite de Fournier et Broca, et avant eux Jijé et Franquin. L’idée était de « rajeunir le lectorat », évoquait Philippe Tome dans ActuaBD en 2012, mais aussi de « renouer avec le 100% humour ».

Le scénariste originaire de Bruxelles avait aussi créé en 1985, avec le dessinateur Luc Warnant (suivi à partir de 1989 par Bruno Gazzotti, puis par Dan Verlinden), la bande dessinée policière et humoristique SODA.

Scénariste inclassable, il signe également en 2008, Berceuse assassine, dessiné par Ralph Meyer. Un thriller sombre, aux airs de film noir américain, aux antipodes de SODA et du Petit Spirou. « Ce que j’aime, disait-il à ActuaBD, c’est que si on enlève la signature de mes albums, les gens ne peuvent pas se rendre compte que c’est le même gars qui fait Le Petit Spirou et Berceuse Assassine ».

Sur les réseaux sociaux, les hommages à Philippe Tome sont nombreux, et montrent à quel point il a marqué l’histoire de la bande dessinée. Et l’enfance de bien des lecteurs.

Publié dans Texte Actualité divers

Le fisc souhaite surveiller Facebook et Le Bon Coin pour traquer les fraudeurs

fiscLe projet de loi finances 2020, présenté le 27 septembre, comporte un article destiné à « collecter en masse » les données rendues publiques sur les réseaux sociaux et sur les sites de vente en ligne, pour mieux repérer les comportements frauduleux.

Facebook, Instagram et Le Bon Coin, nouveaux terrains de jeu des inspecteurs du fisc ?  D’après le site spécialisé Next INpact, un article du projet de loi de finances 2020, porté par le gouvernement, entend donner « la possibilité pour les administrations fiscales et douanières de collecter et exploiter les données rendues publiques sur les sites internet des réseaux sociaux et des opérateurs de plate-forme ».

Cet outil de collecte massive de données sera essentiellement nourri d’informations à caractère public, sans restriction décidée par l’utilisateur. Le périmètre des supports étudiés sera néanmoins très large : il embrassera non seulement les publications postées sur des réseaux sociaux tels que Facebook ou Instagram, mais aussi des sites de vente en ligne, au premier rang desquels eBay ou Le Bon Coin. La surveillance par reconnaissance faciale a, elle, été écartée.

Le projet en question est mentionné à l’article 57 du projet de loi. Il implique concrètement que les photos, vidéos, commentaires ou petites annonces des internautes puissent être passés au crible, par le biais d’un système automatisé, l’idée étant de juger de la cohérence entre les revenus déclarés et le train de vie affiché en ligne ou d’apporter des indices sur la résidence fiscale d’une personne. L’article prévoit de confier cette mission à des « agents spécialement habilités à cet effet par les administrations fiscale et douanière », à même d’appréhender cette « méthode statistique innovante ».

Une expérimentation de trois ans
Toujours d’après l’article 57, les enquêtes de Bercy pourront être menées sans que les principaux intéressés ne soient mis au courant. En revanche, ces derniers pourront accéder aux documents détenus à leur sujet sous réserve d’en faire la démarche. Les éléments jugés dignes d’intérêt pourront être conservés pendant un an. Si les éléments sont utilisés dans le cadre d’une procédure pénale, ils seront gardés jusqu’à son terme. Les autres seront effacés après 30 jours.

Après décret du Conseil d’État et avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), l’expérimentation est vouée à s’étendre sur trois ans. Six mois avant que cette dernière prenne fin, un rapport sera remis au Parlement et à la CNIL, afin d’évaluer l’apport du dispositif et de déterminer de quelle manière il reste proportionné « à l’atteinte portée au respect de la vie privée ».

Dans un avis rendu public ce 30 septembre, la CNIL a en l’occurrence émis de fortes réserves au sujet de ce dispositif « susceptible de porter atteinte à la liberté d’opinion et d’expression ». L’institution appelle le législateur à l’accompagner de « garanties fortes » et réclame son « évaluation rigoureuse ».

A l’heure actuelle, l’administration peut déjà se servir des images enregistrées par satellite afin, par exemple, de vérifier l’existence d’une piscine extérieure non déclarée chez un particulier. En novembre dernier, l’administration fiscale avait déjà annoncé, par la voix du ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, le lancement d’une expérimentation, début 2019, pour surveiller les comptes des contribuables.

L’expérimentation se limitait alors à Twitter, Facebook ou LinkedIn, sans prendre en compte les petites annonces commerciales. L’expérimentation s’inscrivait par ailleurs dans les mesures de la loi contre la fraude fiscale, adoptée en octobre 2018 au Parlement. D’après le Parisien, l’investissement informatique réalisé à cet effet s’élevait à 20 millions d’euros.

Publié dans Texte Actualité divers

Le service de rencontres de Facebook arrive bientôt en France

facebook datingLa plateforme Facebook Dating fait ses débuts outre-Atlantique, pour mettre en relation les millions de célibataires du pays, avant son déploiement en Europe.

Aux États-Unis, Tinder et Meetic ont un nouveau concurrent de taille. Le 5 septembre, le plus grand réseau social de la planète annonce la disponibilité de son service baptisé Facebook Dating. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une plateforme de rencontres, déjà déployée dans certains pays comme le Canada et la Thaïlande  faisant office de zone de test à grande échelle. En plus du déploiement du service dans ses terres, Facebook annonce son arrivée en Europe début 2020.

Sur son blog, Facebook rappelle comment fonctionne son service de rencontres. Les utilisateurs intéressés peuvent créer un “profil de rencontres”, distinct de leur profil Facebook déjà existant. Le réseau social établit ensuite une liste de profils susceptibles de leur plaire, en se basant sur leurs intérêts communs.

A la différence d’applications comme Tinder, Facebook Dating ne fonctionne pas sur un principe de “swipe” et de “match”, où un intérêt réciproque de deux individus est indispensable pour qu’ils puissent discuter. Pour marquer son intérêt envers un membre de Facebook utilisant Facebook Dating, il suffit de lui envoyer un message ou d’appuyer sur une icône en forme de cœur, située au bas de son profil.

Pour tirer profit de sa très large communauté, Facebook permet aux célibataires d’utiliser leurs contenus Instagram,  filiale de Facebook  pour enrichir leur profil. Il est donc possible d’importer ses stories préférés pour mieux se mettre en valeur.

Comme annoncé en début d’année, Facebook Dating offre une fonction baptisée “Secret Crush”, qui consiste à signifier son intérêt pour un ou une amie figurant dans son réseau Facebook ou Instagram. Chaque utilisateur peut créer une liste  comptant jusqu’à neuf personnes  de ceux ou celles avec qui il se verrait bien avoir une romance. Si cette envie est réciproque, Facebook en informe les deux protagonistes, qui ont alors tout le loisir de poursuivre l’aventure.

Publié dans Texte Actualité divers

La première assurance scolaire anti-cyberharcèlement est disponible en France

ecolePour la première fois en France, une assurance scolaire prend en charge une aide juridique et psychologique pour les enfants touchés par le cyberharcèlement.

Ce n’est plus un secret, l’utilisation massive des réseaux sociaux par les jeunes augmente les risques de cyberharcèlement. Un jeune majeur sur cinq déclare d’ailleurs en avoir déjà été victime, révélait en février un sondage Ifop pour franceinfo.

Les conséquences peuvent être dramatiques: un adolescent en proie au cyberharcèlement est deux fois plus exposé aux tentatives de suicide ou à l’automutilation, assurait une autre étude menée par des chercheurs britanniques en 2018. Car contrairement à d’autres formes de harcèlement, le cyberharcèlement poursuit les victimes à leur domicile.

À la veille d’une nouvelle rentrée scolaire, nombreux sont les parents qui craignent que leur enfant soit l’objet de harcèlement en ligne. Pour la première fois, une assurance scolaire a inclus dans son offre classique une option pour gérer cette situation. Il s’agit de celle proposée par la Banque Casino. L’ajout de l’option “garantie sécurité contre les risques des réseaux sociaux” n’a pas fait augmenter le prix de l’assurance, qui reste facturée 12,90 euros par an et par enfant.

Soutien juridique et enfouissement des données
“Il s’agissait d’une demande des parents“, explique à BFM Tech Marc Lanvin, directeur général adjoint de la Banque Casino. “Nous avons fait un sondage en ligne auprès de nos assurés. Un sur quatre (26% des 2.000 répondants, ndlr) considérait la protection contre le cyberharcèlement comme une priorité.”

“On est dans une logique d’assistance aux parents. On va leur fournir une aide psychologique et juridique. La question est ensuite de faire disparaître au mieux les traces du cyberharcèlement. C’est à ce moment qu’interviennent les spécialistes de l’enfouissement des données”, détaille Marc Lanvin. Ces prestations sont prises en charge à hauteur de 500 euros.

Il s’agit pour l’instant de l’unique offre de ce genre en France, mais d’autres assureurs pourraient la proposer. Pour rappel, il existe des numéros gratuits à conserver au cas où un enfant serait victime de harcèlement en ligne : le 3020 pour joindre la ligne d’appel “non au cyberharcèlement” du ministère de l’Éducation nationale et le 0800.200.000 pour “Net écoute”, géré par l’association E-Enfance.

Publié dans Texte Actualité divers

Gérald Darmanin rectifie son annonce de suppression en 2022 de la taxe habitation

Gérald DarmaninAlors qu’il avait annoncé dans un premier temps sur RTL la suppression de la taxe d’habitation pour tous les Français en 2022, Gérald Darmanin a finalement rectifié l’information dans un tweet : la suppression aura bien lieu en 2023.

« Tous les Français auront leur taxe d’habitation supprimée pour 2022. » Le ministre de l’Action et des Comptes public l’a affirmé hier matin sur RTL. avant de rectifier quelques heures plus tard dans un tweet. « 2022 sera la dernière année au cours de laquelle 20% des Français les plus aisés paieront le dernier tiers de leur taxe d’habitation. En 2023 elle aura disparu pour tous » a tweeté à la mi-journée Gérald Darmanin.

Dans son discours de politique générale de juin dernier, le Premier ministre Édouard Philippe avait en effet rappelé que la taxe d’habitation sur les résidences principales serait supprimée pour l’ensemble des Français, mais avec un nouveau calendrier. Pour 80% des « Français les plus modestes (…) leur taxe sera intégralement supprimée en 2020. Pour les 20% restants, la suppression se déploiera sur trois années », a indiqué le Premier ministre. Soit une suppression totale en 2023.

Promesse d’Emmanuel Macron, la suppression de la taxe d’habitation qui ne devait concerner initialement que 80% des Français les plus modestes a finalement été étendue à l’ensemble des contribuables. Le gouvernement, après avoir un temps promis de supprimer la taxe d’habitation pour l’ensemble des Français « au plus tard d’ici 2021 », évoquait depuis plusieurs semaine 2023 comme date butoir. Un report liée notamment des mesures de relance du pouvoir d’achat décidée en réponse au mouvement des gilets jaunes qui ont obligé l’exécutif à revoir sa copie, pour éviter une envolée du déficit public.

Permettre aux enfants d’hériter plus tôt
Par ailleurs, Gérald Darmanin a évoqué sur RTL ses ambitions en matière de fiscalité. Le ministre dit ainsi avoir proposé au président de la République « la suppression de la redevance audiovisuelle, qui n’a pas été retenue, il faudra y réfléchir pour les années prochaines. » Le ministre de l’Action et des Comptes public entend aussi réformer la fiscalité en ce qui concerne les donations afin de permettre aux parents de donner plus facilement du capital à leurs enfants.

« Aujourd’hui, on hérite à 50 ans, a expliqué Gérald Darmanin sur RTL. Dans 10 ans, on va hériter à 60 ans. Est-ce qu’à 60 ans, on a besoin de l’héritage de ses parents ?  Je pense que c’est plutôt à 25, 30 ou 35 ans. Donc il faut allier l’espérance de vie et notre fiscalité moderne. »

infographie heritage