Publié dans Texte Réflexion

La valeur d’une heure

12 euros.jpgUn jour, un homme revenant du travail très tard, fatigué et agacé trouva son fils de 5 ans, à l’entrée de la porte.

– « Papa, je peux te poser une question ? »
– « Qu’est-ce que c’est ? »
– « Papa, combien tu gagnes par heure ? »
– « Ce n’est pas ton problème, pourquoi une question pareille ? »
– « Je veux juste savoir, s’il te plaît, combien tu gagnes par heure ? »
– « Tu sais quoi ?  Je gagne 12 € par heure « 

 « Ah » répondit le garçon, avec sa tête vers le bas.

– « Papa, prête-moi seulement 6 € »

– « C’est pour cette raison que tu demandais cela ?  Penses-tu que c’est comme ça que tu peux obtenir de l’argent pour acheter des jouets ?  Vite au lit dans ta chambre.  Je travaille durement chaque jour pour de tels enfantillages ? »

Le garçon restant silencieux, entre dans sa chambre et ferme la porte. L’homme assis devient de plus en plus nerveux sur les questions de l’enfant.

– « Comment ose-t-il poser ce genre de questions juste pour gagner de l’argent ? »

Une heure plus tard, l’homme se ressaisit et se dit : « Peut-être qu’il avait vraiment besoin d’acheter quelque chose avec ces 6 € et après tout ce n’est pas dans ses habitudes. » L’homme alla à la chambre du garçon et ouvrit la porte.

– « Tu dors, mon fils ? »
– « Non papa, je suis éveillé»
– « Je pense que j’ai été trop dur avec toi mon fils, j’ai eu une journée très dure, à tel point que je me suis déchargé sur toi. Voici les 6 € que tu as demandé. »

 – « Oh, merci papa »

L’homme a vu que le garçon avait déjà de l’argent, et commença à se fâcher de nouveau.
Le garçon comptait son argent doucement, puis regarda son père.

– « Pourquoi voulais-tu plus d’argent si tu en avais déjà ? »
– « Papa, c’est parce que je n’en avais pas assez », maintenant j’ai 12 €, puis-je acheter une heure de ton temps ?  S’il te plaît, arrive demain une heure avant à la maison, j’aimerais dîner avec toi. »

Le père a été brisé, il a mis ses bras autour de l’enfant et a demandé pardon.

C’est juste un petit rappel à tous ceux qui travaillent dur dans la vie, nous ne devons pas la laisser filer entre les doigts sans avoir passé un temps, ou une partie de ce temps avec ceux qui en ont vraiment le besoin, ceux qui sont proches de notre cœur. N’oubliez pas de partager ces 12 € (la valeur de votre temps) avec quelqu’un que vous aimez.

Si on meurt demain, la société pour laquelle nous travaillons, pourrait facilement nous remplacer dans les prochaines heures, mais la famille et les amis que nous avons laissés, eux, ne peuvent pas.

Publicités
Publié dans Texte Histoire, Légende

Les couleurs du Monde

Les couleurs du MondeUn jour, les couleurs du monde ont commencé à se quereller, chacune disait qu’elle était la plus belle, la plus importante, la plus utile, la favorite.

Vert dit : Je suis définitivement la plus importante, je suis le signe de la vie et de l’espoir. J’ai été choisie par les champs, les arbres et les feuilles. Sans moi, les animaux ne vivraient pas, regardez un pré de montagne et vous constaterez que je suis majoritaire.

Bleu l’interrompt : Tu ne penses qu’en fonction de la terre, mais considère le ciel et la mer. C’est l’eau qui est la base de la vie, le ciel offre l’espace, la paix et la sérénité.

Jaune riait sous sa cape : Vous êtes tellement sérieuses, vous autres. Moi, j’apporte le rire, la gaieté, la chaleur dans le monde, le soleil est jaune, et plusieurs étoiles aussi. Chaque fois que vous regardez un tournesol, le monde entier se met à rire, sans moi, il n’y aurait pas de plaisir.

Orange n’est pas d’accord : Je suis la santé et la force, je suis précieuse parce que j’apporte de la vie à l’humanité. Je transporte les plus importantes vitamines, pensez aux carottes, citrouilles, oranges, mangues et papayes. Je ne suis pas toujours là à l’année, mais, quand j’éclaire le ciel à mon lever et à mon coucher, ma beauté est telle que personne ne pense à aucun d’entre vous.

Rouge ne peut s’empêcher de crier : Je suis la vie de chacun de vous, je suis le sang, le sang de votre vie. Je suis la couleur du danger ou de la bravoure. Je suis toujours prête à me battre pour une bonne cause, je suis la couleur de la passion et de l’amour.

Violet se lève de toute sa grandeur : Elle est très grande, et dit avec grande pompe,  je suis la couleur royale, la couleur du pouvoir. Les rois, les chefs et les archevêques m’ont toujours choisie parce que je suis le signe de l’autorité et du pouvoir. Les gens ne me questionnent jamais, ils écoutent et obéissent.

Indigo se lève à son tour : Pensez à moi. Je suis la couleur du silence. Vous ne me remarquez pas mais sans moi, vous deviendrez superficielles. Je représente la pensée et la réflexion, la nuit et les eaux profondes. Vous avez besoin de moi pour votre équilibre.

Et toutes ces couleurs sont parties, chacune convaincue de leur unique supériorité. Leur querelle est devenue de plus en plus importante avec les jours. Soudainement, un éclair apparut et un bruit de roulement tonnerre se fit entendre. La pluie se mit à tomber. Les couleurs ayant très peur se sont toutes rapprochées les unes des autres pour se réconforter.

Au milieu de la clameur, Pluie est apparue : Vous autres, stupides couleurs, vous disputant, chacune essayant de dominer l’autre ne savez-vous donc pas que vous êtes toutes faites pour un besoin unique et spécial ?  Joignez-vous et venez à moi.

Faisant ce qu’on leur demandait, les couleurs se sont réunies. Pluie a continué à parler : À partir de maintenant, quand il pleuvra, chacune de vous s’étirera dans le ciel en une demi-boucle pour vous rappeler que vous pouvez vivre dans la paix.

arc en cielCet arc-en-ciel sera un signe d’espoir pour demain. Et, quand une grosse pluie lavera le monde, et qu’ensuite l’arc-en-ciel apparaîtra dans le ciel, souvenez-vous de vous apprécier l’une et l’autre.

Rouge est comme une pomme, tendre jusqu’au noyau
Orange, comme une flamme qui ne s’éteint pas
Jaune, comme le soleil qui éclaire votre journée
Vert, comme les plantes qui ne cessent de grandir
Bleu, comme l’eau si pure
Violet, comme une fleur prête à éclore
Indigo, comme un rêve qui meuble votre cœur

Publié dans Texte Réflexion

Le ménage mental

ménage mentalUn jour, j’ai fait passer une annonce pour trouver une aide ménagère. Je n’avais pas toujours le temps nécessaire pour m’occuper de la maintenance de mon appartement.

Madame Chantal s’est présentée à ma porte : sa jovialité et son entrain naturel m’ont convaincu. En une matinée, elle a abattu un travail incroyable, les étagères n’avaient jamais été aussi propres et le sol reluisait.

Elle venait 3 fois par semaine et, tout en sifflant, mettait de l’ordre dans mon petit monde désordonné. À un moment, j’ai eu un passage à vide. Je me remettais en question chaque jour, je me morfondais sur mon passé, je dormais beaucoup et je sombrais sans m’en rendre compte dans un état dépressif.

Un jour que je remuais de mauvais souvenirs, seul dans mon bureau, Mme Chantal a frappé doucement à ma porte et a demandé la permission de passer l’aspirateur. Une fois rentrée, elle a déposé l’appareil à mes pieds et m’a dit : « Aujourd’hui, c’est vous qui allez nettoyer  »

Je n’ai pas saisi tout de suite, mais, docile, je me suis exécuté. Au bout d’une demi-heure, mon bureau respirait la propreté. Et, sans comprendre pourquoi, je me sentais mieux. Mme Chantal est venu constater le résultat et m’a livré son secret : « Prendre soin de son intérieur, ce n’est pas seulement valable pour votre appartement. Il y a des endroits dans votre cœur et votre tête que vous ne pouvez pas faire nettoyer par les autres. »

Depuis ce jour, je consacre au moins une heure quotidienne à « faire mon ménage intérieur » et à me débarrasser des peurs ou des souvenirs indésirables qui m’encombrent.

Avez vous déjà songé à faire votre ménage ?
À descendre vos poubelles ?
À régler vos comptes ?
À payer ce que vous devez à autrui ?

Commencez dès maintenant,
il n’est jamais trop tard pour se sentir mieux.
Qui s’embarrasse à regretter le passé
perd le présent et risque l’avenir.

Publié dans Texte Réflexion

Les 7 merveilles du monde

On a demandé à un groupe d’étudiants de dresser la liste de ce qu’ils croyaient être « Les Sept Merveilles du Monde » de notre époque. Il y eut quelques différences mais voici en gros ceux qui ont reçu le plus grand nombre de votes :

Les 7 merveilles1) Les grandes pyramides d’Égypte
2) Le Taj Mahal
3) Le Grand Canyon
4) La Canal de Panama
5) L’Empire State Building
6) La Basilique St-Pierre
7) Le Grand Mur de Chine

Pendant qu’elle compilait les votes, l’enseignante nota qu’une étudiante n’avait toujours pas remis son papier. Elle demanda alors à la jeune fille si elle avait de la difficulté à dresser sa liste.
– Elle répondit, « oui, un peu, c’est difficile de décider car il y en a tellement »
– L’enseignante dit, « Dis-nous ceux que tu as et peut-être pourrons nous t’aider ».

La jeune fille hésita puis dit, « Je crois que les Sept Merveilles du Monde sont :

ou... le secret du bonheur.1) Voir
2) Entendre
3) Toucher
4) Gouter
5) Sentir
6) Rire
7) Aimer

La classe resta silencieuse, ces choses sont tellement simples et ordinaires que nous oublions à quel point elles sont merveilleuses. Souviens-toi, les choses les plus précieuses ne peuvent pas être achetées ou construites par l’homme.

Publié dans Texte Lettre divers

Lettre d’une mère à sa fille

dyn00412Ma fille,

Le jour où tu trouveras que je vieillis, je te demande de bien vouloir être patiente, et surtout, d’essayer de comprendre ce que je traverse.

Quand nous parlons, je répète la même chose dix fois, ne m’interromps pas pour me dire : « Tu viens de le dire il y a une minute ». Écoute simplement s’il te plaît.  Rappelle-toi quand tu étais petite, tu voulais que je te lise la même histoire, soir après soir, jusqu’à ce que tu t’endormes.

Quand je n’ai pas le goût prendre un bain, ne te mets pas dans l’embarras. Rappelle-toi quand je devais courir après toi pour essayer de t’amener à prendre une douche quand tu étais juste une petite fille.

Quand tu vois combien je suis ignorante devant les nouvelles technologies, donne-moi le temps d’apprendre et ne me regarde pas comme ça.  Rappelle-toi, je t’ai patiemment enseigné comment t’habiller, peigner tes cheveux et de trouver des réponses aux questions de la vie, chaque jour. Le jour où tu verras que je me fais vieille, je te demande d’être patiente, et surtout d’essayer de me comprendre.

Si j’oublie ce que nous étions en train de dire, donne-moi le temps de me souvenir, et si je ne peux pas, ne t’énerve pas, ne t’impatiente pas. Il te suffit de savoir que la chose la plus important pour moi et d’être avec toi.

Et quand mes jambes fatiguées ne me permettront plus de me déplacer aussi rapidement qu’avant, donne-moi la main de la même façon que je t’ai offert la mienne quand tu as commencé à marcher.

Quand ces jours arriveront, ne sois pas triste, reste juste avec moi, et comprends-moi alors que je m’en vais vers la fin de ma vie. Je te chéris et te remercie pour le temps et la joie que nous avons partagés.  Avec un sourire et l’immense amour que j’ai toujours eu pour toi, je veux te le dire encore : je t’aime, ma fille. »

Publié dans Texte Réflexion

La vie est belle

roseUne porte qui se referme s’ouvre aussi sur autre chose, un échec emmène vers une réussite à venir, la souffrance permet de savourer le retour de la joie.

Tout s’apprivoise, la tristesse, la peine, le bonheur … Et la vie ne livre ses secrets qu’à ceux qui prennent le temps de l’écouter, de la regarder, sans jamais fermer leurs oreilles et leurs yeux.

J’ai exploré les nuances tristes de la vie, loin de m’affaiblir ça m’a donné de la force.
Et je vois bien au-delà de la laideur du monde, je vois la beauté de la vie. Le chemin menant à cette beauté n’est pas facilement accessible, caché, escarpé, vertigineux, il décourage, ou développe la volonté, la ténacité, la force. A chacun de choisir.

Oui, c’est difficile d’emprunter ce chemin, on est coulé dans un tel moule qu’on croit à ce qui n’a aucune valeur, on voit de la beauté là où il n’y a que vide, on croit réel ce qui est factice, et il faut soit de la candeur soit de la volonté ou les deux à la fois pour sortir de ce moule.

Marcher sur ce chemin n’est pas de tout repos, mais quel plaisir, quel bonheur quand tout d’un coup le chemin devient un sentier joyeux, riant aux éclats, nous inondant de lumière, nous enivrant de couleurs, de senteurs, sentier sur lequel on s’élance en chantant, en dansant, en tournoyant, en plongeant dans ses rivières d’eau pure et limpide.

On regarde le ciel et on est émerveillé, la nuit ne nous effraie plus, les étoiles sont là pour nous guider, elles nous offrent la possibilité de réaliser nos rêves. Dès fois le blues s’invite, on l’accueille en lui faisant comprendre qu’il ne doit pas se plaindre, gémir et se lamenter sur lui-même, on passe un moment avec lui et on lui offre des couleurs, de la musique, des paysages, des mots, et après il s’en va tout guilleret.

Oui, la vie s’apprivoise en douceur, sans la brusquer, sans la dominer, sans la maltraiter. Elle nous livre son nectar lentement, doucement, tendrement. Et ce nectar, il faut savoir le partager dans des échanges positifs avec les autres.

Publié dans Texte Réflexion

Le paradoxe de notre temps

paradoc tempsLe paradoxe de notre temps est qu’on oublie de dire un mot gentil à celui qui nous regarde avec admiration.

Bientôt cet enfant pour qui tu es un héros sera devenu grand et vivra sa propre vie. N’oublie pas de serrer dans tes bras les personnes que tu aimes, parce que c’est le seul trésor qui vienne du cœur et qui ne coûte rien.

On peut guérir n’importe quelle blessure en serrant quelqu’un contre soi, pourvu qu’on le fasse avec tendresse. N’oublie pas de dire « Je t’aime » aux personnes qui comptent pour toi, mais surtout, dis-le avec sincérité.

Souviens-toi de profiter du temps que tu as avec la personne que tu aimes, parce qu’un jour elle ne sera plus là. Prends le temps d’aimer, prend le temps de parler
et de partager tes pensées intimes.

Et n’oublie jamais ceci, la vie ne se mesure pas par le nombre de souffles que l’on prend, mais par le nombre d’instants beaux, à couper le souffle.

Bob Morrehead