Publié dans Texte Kamasutra

La posture des chimpanzés

La position des chimpanzésLa position des chimpanzés est sûrement, avec celle de la brouette, l’une des positions sexuelles les plus difficiles du Kamasutra. Mais elle permet aussi de tester la dextérité des amants et leur courage.

La technique du retour à l’état primal n’est pas donnée à tout le monde; Pas plus que le fabuleux plaisir que l’on éprouve dans cette union sexuelle.

Si le Kamasutra est aussi célèbre dans le monde entier, c’est aussi et surtout grâce à son inventivité. C’est le cas de cette position des macaques, dont l’extrême difficulté n’a d’égal que l’extrême plaisir qu’elle peut apporter aux amants.

Difficile d’abord, de s’imaginer comment l’on se retrouve dans une telle position. L’homme se couche sur le dos et relève les jambes en les écartant. Son sexe pointe vers le haut, mais ce n’est pas la bonne direction. Le sexe doit être tendu vers le ciel. En même temps qu’il le maintient bien droit, il tient la femme par la taille pour la guider. Celle-ci, dos à l’homme, sans ne rien voir, doit néanmoins réussir à s’empaler sur le sexe de l’homme.

Pour maintenir l’équilibre, la femme doit avant tout rester bien droite tout en étant agenouillée, telle un petit singe. Le premier essai ne sera sûrement pas le meilleur et les amants devront s’y réessayer à plusieurs fois avant de réussir parfaitement. L’homme, en tenant sa partenaire, rythme la pénétration et choisit la cadence. Il peut également donner des petits coups de bassin pour approfondir la pénétration. La femme, elle, a le choix de monter plus ou moins haut à chaque coup pour rester maîtresse de l’intensité du coït. Elle peut enfin caresser le bas des testicules de son partenaire, zone hautement érogène chez l’homme, et s’aventurer à pénétrer un doigt dans son anus.

On peut alors varier le plaisir, non sans difficultés. Le femme peut aller de bas en haut tandis que son partenaire la dirige d’avant en arrière, ce qui suppose une parfaite coordination, mais sera aussi le meilleur moyen d’éprouver un plaisir partagé. Surtout, la position des chimpanzés est idéale pour rompre la monotonie du quotidien et de l’éternel missionnaire.

Malheureusement, la position des chimpanzés ne s’adresse pas aux novices. L’homme peut vite fatiguer sous le poids de sa partenaire, si elle n’apprend pas à lui faire confiance en se laissant totalement aller au contrôle de ses mains. Et malgré une position où l’orgasme est facilement atteignable, les mouvements restent limités et le champ de vision des amants est presque nul. Difficile, alors, de susciter le désir en regardant son ou sa partenaire. Mais le prix à payer vaut bien une jolie récompense pour nos petits singes en herbe.

Publicités
Publié dans Texte Kamasutra

La posture de l’enclume

La posture de l'enclumeLa bien-aimée est lascivement allongée sur le dos, offerte aux ardeurs de son bien-aimé qui se place face à elle, à genoux, de part et d’autres de ses hanches. Elle ouvre les jambes dans une promesse d’ébats torrides, lui dévoilant l’objet de sa convoitise, puis place ses pieds sur les épaules viriles de son partenaire.

Les bénéfices pour elle
Totalement soumise à son désir, elle pourra gémir sous les coups de boutoir de son partenaire, cette position lui offrant un angle de pénétration maximum. Chaque va-et-vient la rapproche de la jouissance.

Les bénéfices pour lui
La position est haletante, tant les sensations sont intenses, du à la possibilité de pénétrations profondes. Ses mains sont libres, de malaxer ses fesses et ses seins, parcourir son corps avec fièvre.  A condition qu’il ait de bons abdos.

Les plus de la position de l’enclume
La position est un incroyable booster d’excitation, de par les sensations de forte proximité de la zone génitale (fesses, sexes, testicules) qui sont engagés dans une folle chevauchée érotique.

Les moins de la position de l’enclume
Souplesse et bonne lubrification sont les deux clés incontournables de réussite de cette posture. Si ces éléments ne sont pas réunis, la douleur peut être au rendez-vous.

L’astuce
Pratiquez cette position dès lors que l’excitation est à son comble, et vos corps en sueur prêts à vous embarquer dans une expérience de lâcher prise sexuel total, en profondeur. Jouissance absolue.

Publié dans Texte Kamasutra

La posture du gaufrier

La posture du gaufrierLe bien-aimé s’étend docilement sur le dos, les jambes allongées. La bien-aimée s’allonge sur lui, les cuisses légèrement écartées, son sexe, tel un fourreau tout chaud, enserre celui de son partenaire. Qui plaque les mains sur ses fesses, et entame un mouvement de va-et-vient, à sa convenance.

Les bénéfices pour elle
Le mouvement s’effectue sans beaucoup d’efforts. Ses pieds en appui sur ceux de son partenaire, elle peut varier les angles de pénétration, en jouant sur sa cambrure. Le désir tel un volcan jaillit lentement de ses reins brûlants, attisé par les caresses impudiques de son partenaire.

Les bénéfices pour lui
La position du « soumis » peut libérer certains fantasmes et favoriser un véritable désordre des sens. D’autant plus qu’avec ses mains, il peut au final donner la cadence. Tel est pris qui croyant prendre. Quelque chose d’instinctif, de sexuel et de primaire cherche à prendre inexorablement le dessus.

Le plus de la position du gaufrier
Une fois tous deux emboîtés de la sorte, collés-serrés, la position permet une forte compression du vagin autour du pénis et procure des sensations d’extrême volupté. De plus, l’effet corps à corps crée une excitation intime, et les amants exultent, en passe d’accomplir leur rêve de fusion totale.

Le moins de la position du gaufrier
La mobilité reste cependant assez réduite, avec une certaine obligation d’accorder ses mouvements pour garder le contact.

L’astuce
Les adeptes du slow sexe vont adorer. La lenteur des ébats va permettre de plonger ensemble dans une longue et puissante vague orgasmique. Pratiquer une respiration profonde, tels deux tantrikas expérimentés va favoriser la propagation du plaisir dans l’ensemble du corps. Plaisir partagé garanti, les yeux dans les yeux.

Publié dans Texte Sexualité

Trois bonnes raisons de faire l’amour selon la science

couplesIl y a quelques jours, une étude alarmiste révélait que nous ne ferions plus l’amour d’ici 2030.

Quelle tristesse et surtout quelle mauvaise idée. Pour éviter ce désastre, Maxisciences revient sur les raisons scientifiques qui rappellent que le sexe c’est bon pour la santé.

C’est bon pour le cœur
Décédé dans les bras de sa maîtresse à la suite d’un rapport sexuel, la mort du Président Félix Faure, en 1899, a laissé quelques traces et craintes dans la mémoire collective. Pourtant l’accident cardiaque lors d’une partie de jambes en l’air reste rare. Selon la Fédération française de cardiologie, 0,016% des décès par arrêt cardiaque seraient liés à un rapport sexuel pour les femmes contre 0,19% pour les hommes.

Mieux encore, les coïts seraient même très bons pour la santé cardiaque. « Les bénéfices d’une activité sexuelle régulière pour le cœur sont multiples : un rapport sexuel représente un effort physique modéré comparable à la montée de 20 marches à bonne allure. Comme toute activité physique, il contribue à muscler le myocarde, c’est-à-dire le muscle cardiaque, ce qui permet d’éliminer les toxines de l’organisme », tient à rappeler le Pr François Carré, cardiologue au CHU de Rennes et ambassadeur de la FFC.

De plus, une étude menée par des chercheurs du centre médical de la défense nationale de Taïwan a montré que chez les hommes une activité sexuelle régulière permettait de faire baisser le taux d’homocystéine, un marqueur de risque cardiovasculaire.

Un antistress naturel
Petite crise d’anxiété avant un entretien ?   Oubliez les médicaments et optez pour une session de sexe. D’après une expérience dont les résultats ont été publiés dans la revue Biological Psychology, les personnes ayant eu un rapport avec pénétration au cours de la semaine étaient moins stressées et avaient constaté un retour à la normale de leur pression artérielle plus rapidement que celles qui n’avaient eu aucun rapport ou sans pénétration (masturbation, jeux sexuels …).

Des résultats qui s’expliquent par la libération d’une multitude hormones, dont celle de l’attachement qu’est l’ocytocine, qui participent au bien-être et à la détente.

Le sexe agit également comme un somnifère naturel. Lors d’un rapport sexuel, le corps libère de nombreuses hormones telles que la sérotonine et la prolactine. Cette dernière est connue pour participer à l’endormissement. Alors mordez l’oreiller de plaisir pour être certain(e) de sombrer ensuite dans les bras de Morphée.

Du sexe pour un cerveau plus jeune
Et si le secret de jouvence de certains seniors était une sexualité épanouie ?   On le sait, un mode de vie stressant et certaines épreuves du quotidien ont un impact négatif sur nos cellules cérébrales. Mais le contraire est-il vrai ?   Des sensations positives peuvent-elles avoir un rôle bénéfique sur notre cerveau ?

Pour le savoir des chercheurs ont mené une expérience et leurs résultats ont montré qu’une activité sexuelle régulière stimulait la neurogenèse (création de nouvelles cellules nerveuses) dans l’hippocampe des rats.

Une autre étude réalisée, cette fois sur des humains, par les universités anglaises de Coventry et d’Oxford, corrobore l’hypothèse selon laquelle le sexe protégerait du déclin cognitif. D’après les travaux publiés dans le Journal of Gerontology, en janvier dernier, les personnes (de 50 à 83 ans) qui sont les plus actives sexuellement ont obtenu de meilleurs résultats aux tests mesurant leurs capacités cognitives dont l’aisance verbale et leur perception visuelle des objets dans l’espace.

Publié dans Texte Kamasutra

La posture du nirvana

La posture du nirvanaVous : lascivement allongée sur le dos, les jambes tendues et les bras dirigés vers la tête du lit. Offerte à lui, vous semblez passive pour l’instant.

Lui : très traditionnellement, se positionne au-dessus de vous pour vous faire l’amour « à la papa ». Surprise,  alors qu’il est en train de faire ses petits mouvements de va et vient, vous bandez tous vos muscles.  Vous resserrez vos cuisses et vous tenez vos bras vers la tête de lit. Comme si vous vouliez repoussez le mur.

Pourquoi c’est si bon ?   Le fait de tendre tous vos muscles et de serrer très fort vos cuisses multiplie les effets de la pénétration et stimule naturellement votre clitoris. Étonné par cette résistance physique, monsieur redoublera d’efforts pour mieux vous posséder, le temps d’une étreinte.

Le bon moment pour l’essayer : Lorsque vous êtes éreintée par une journée de travail et que vous avez oublié de faire vos exercices quotidiens de stretching. Vous alliez ainsi détente, sport et plaisir. Que demander de plus ?

Bon à savoir : Vous pouvez ajouter une variante en tendant au maximum vos jambes vers le bas du lit, tout en les serrant.

Publié dans Texte Kamasutra

La posture de l’escalade du désir

La posture de l’escalade du désirLui : Debout, droit comme un I (au départ) et les pieds bien ancrés au sol, il attend que vous lui sautiez au cou.

Vous : Légère comme un papillon, enlacez ses épaules et laissez-le vous soulever. Vos jambes de chaque côté de son corps sont surélevées et vos pieds reposent sur un lit, un fauteuil, une machine à laver …

Histoire de soulager le dos de monsieur. Il peut alors jouer au monte-charge avec vous et vous faire monter et descendre comme bon lui semble.

Pourquoi c’est si bon ?  Parce que les sensations sont assez inédites. Vous aurez l’impression de voltiger et d’abriter un ascenseur montant et descendant à l’intérieur de votre vagin.  Le mouvement à la fois rapide et profond de haut vers le bas décuple le plaisir.

Le bon moment pour l’essayer : Lorsque vous avez envie de jouer aux rôles de « moi femme fragile et toi homme fort ».

Bon à savoir : N’hésitez pas à vous cambrer en arrière tout en vous accrochant à son cou afin de le faire entrer en vous plus profondément. Vous lui offrirez en plus une vue superbe sur votre anatomie.

Publié dans Texte Kamasutra

La posture de l’étreinte du lierre

La posture de l’étreinte du lierre« L’amante enlace son amant, elle l’enserre, l’entoure comme le lierre enserre son arbre pour se nourrir de sa force.

L’amante aspire à rencontrer l’énergie de la sève de son amant, » lit-on dans le Kâma Sûtra. C’est là toute la force de l’étreinte du lierre : une connexion passionnelle, où les deux partenaires ne font plus qu’un.

Comment ?
L’homme est debout. Son aimée, elle aussi debout, glisse l’une de ses cuisses entre celles de son amant. Les partenaires sont ainsi dans une connexion très proche, peau contre peau, yoni (sexe féminin) contre lingam (pénis). Ici, la rencontre des sexes est superficielle, les sensations peu profondes. L’étreinte du lierre est donc particulièrement adaptée aux « femmes biches », dont le yoni est peu profond, ou aux « hommes taureau » dont le lingam est grand. Autre atout de cette posture : le contact des corps se fait sur une surface très large, par quasiment toutes les parties du corps, ce qui permet à la sensualité de s’exprimer. Le plaisir est plutôt tendre et amoureux que mécanique et sexuel.

Les mouvements
L’étreinte du lierre est aussi une posture favorable à l’élan sexuel violent, quand les deux amants ont envie de faire l’amour très rapidement, sans prendre le temps de s’allonger. Dans cette situation, il est toutefois fortement conseillé de se déshabiller entièrement, car la rencontre des peaux compte beaucoup dans le plaisir. De plus, pour réussir cette posture, la femme peut se surélever légèrement ou porter des talons, si elle est petite. Et même si la profondeur de la rencontre n’est pas importante, le pénis de l’homme peut se trouver agréablement comprimé par les cuisses de son amante, lui permettant d’explorer des sensations différentes.

Le petit plus
Si cette posture semble permettre peu de marge de manœuvre, elle offre un mouvement très intéressant, lié à la cambrure plus ou moins importante de l’aimée : la femme peut choisir de mettre sa tête en arrière auquel cas, par réflexe, l’arc de ses reins se creuse et l’inclinaison de son yoni (sexe) permet une rencontre encore plus superficielle, qui peut être propice au plaisir. En effet, les zones de l’entrée du temple féminin sont souvent peu explorées. Mais la femme peut aussi garder une cambrure minimale en posant ta tête dans le creux du cou de son amant auquel cas la rencontre sera plus profonde. Entre les deux, divers degrés de cambrure sont possibles permettent d’explorer diverses sensations.  Cette « marge » de cambrure peut aussi être pratiquée par l’amant pour aboutir à une multitude de sensations.