Publié dans Texte Humour

L’ABC du sexe vu par les hommes

hommeA comme Anulingus
Non, il ne s’agit pas de lécher l’annulaire de votre partenaire. Quoi que, rien ne vous empêche d’essayer, après tout. Mais ce nom désigne une toute autre pratique, située plus bas, oui, voilà, plus derrière, ça y est, vous y êtes : sur l’anus de votre chéri.

B comme Branlette espagnole
Pourquoi espagnole ?  Le mystère demeure. Toujours est-il que les petits Français aussi raffolent de cette pratique consistant à se masturber entre les seins de leur partenaire. Et pas nécessairement en mangeant des tapas.

C comme Capote
En France, toutes les 5 heures, près de 3 personnes sont encore contaminées par le VIH. Alors ce n’est pas le moment de la laisser au placard. D’autant qu’il en existe pour tous les goûts : acidulée, colorée, vibrante, chauffante, phosphorescente, à se demander s’il n’y en aura pas bientôt qui feront le café. En attendant, on ne lâche pas la garde, et cet hiver aussi, on sort couvert(e).

D comme Domination
S’ils aiment avoir le dernier mot dans les discussions et avoir le dessus dans les conflits, il n’en est pas toujours de même sous la couette. Et pas besoin de faire péter la panoplie de latex pour jouer la maîtresse intransigeante et dominatrice.

E comme Embrasser
Mais si, vous savez, ce truc qu’on faisait au début de nos relations et qui consistait à coller nos lèvres à celles de l’autre, et à faire tournoyer les langues (deux en général, c’est amplement suffisant) ensemble.

F comme Fist Fucking
Également appelé Fisting, il consiste à introduire une main dans le vagin ou le rectum. Et donc à faire de votre corps un joli bracelet. Légèrement encombrant, mais tout à fait tendance.

G comme point G
Votre point G,  sa quête du Graal. Car depuis que Mr Gräfenberg a révélé son existence, et pour reprendre les propos d’un publicitaire bien connu, si à 30 ans on n’a pas trouvé celui de son partenaire, on a quand même raté sa vie. Enfin, c’est ce qu’on dit, quoi.

H comme Hurlements
S’il a développé une allergie fulgurante aux hurlements pendant les scènes de ménage, pendant les scènes d’amour en revanche sa réaction cutanée est plutôt érectile, plutôt, mais pas toujours.

I comme Impuissance
On parle d’impuissance quand l’impossibilité d’avoir une érection intervient au moins lors d’un rapport sur deux. Or, les chiffres parlent plus que les hommes : plus de 10% d’entre eux seraient concernés.

J comme Jouets sexuels
Parce que le sexe n’échappe pas aux tendances en tous genres, ne pas avoir de sextoys aujourd’hui vous propulse illico au rang de hasbeen du clitoris. Mais que pensent les hommes de nos nouveaux meilleurs amis ?

K comme Kama Sutra
Qui a eu cette idée folle, un jour de le remettre au goût du jour ?  Depuis, le missionnaire est vintage et l’amazone carrément rétro. Les courbatures, elles, systématiques et le plaisir, comme les antibiotiques, pas automatique.

L comme Langue
Pour faire monter un homme au septième ciel, donnez-lui la langue (à l’homme, pas au ciel), plutôt que de la donner au chat. Largement exploitée pour la fellation (et pour coller des timbres, mais là n’est pas le sujet), son utilisation peut pourtant être beaucoup plus variée.

M comme Masturbation
On dit la masturbation féminine plus taboue que la masturbation masculine. Au détail près suivant : si une femme avoue à son partenaire se caresser sous la douche, elle récoltera des yeux brillants d’envie. Si un homme avoue s’offrir des plaisirs solitaires, ça sera pour lui des yeux brillants de colère. Pourquoi sommes-nous à ce point inégaux devant la masturbation ?

N comme Non
Ou plutôt « N » comme « non chérie, pas ce soir ». Voilà qu’il a des migraines. Vaut mieux entendre ça que d’être sourde. Non en fait, vaut mieux pas l’entendre du tout. Car dans les mentalités, encore bien profondément ancrées, les choses sont ainsi faites : l’homme propose, la femme dispose. Si l’homme refuse, donc, il a une maîtresse. Où il ne nous aime plus. Peut-être même les deux, tant qu’à faire. Bref, c’est horrible. Et pas seulement parce que c’est terriblement frustrant.

O comme Orteils
S’il aime les avoir en éventail, peut-être adorera-t-il les avoir  dans votre bouche. Peu habituée à être sensuellement sollicitée, cette zone pourrait pourtant se révéler être celle de tous les plaisirs.

P comme point P
C’est le point G, dans sa version masculine. Il ne tire pas son nom de son inventeur qui ne s’appelle pas Präfenberg, mais de l’endroit où il se situe. Le pied ?  Le pancréas ?  Le pouce gauche ?  Que nenni, Mesdames, la prostate : une glande servant entre autres à stocker le liquide séminal, et dont la stimulation par le biais de l’anus, provoque des sensations orgasmiques.

Q comme Quotient Sexuel
Le Quotient Intellectuel permet de connaître ses aptitudes intellectuelles, le Quotient Émotionnel ses capacités émotionnelles et le Quotient Sexuel ses possibilités sexuelles, tout à fait. Vous, vous devez avoir un QI élevé. Mais qu’en est-il de votre QS ?  Autrement dit de votre potentiel érotique détectable ?

R comme Rasage
Rasage à la va-vite sous la douche ou épilation méticuleuse (et douloureuse), il n’y malheureusement pas de saisons pour la chasse aux poils disgracieux. Comme si certains d’entre eux étaient gracieux. Et si cette grosse obsession au féminin n’était qu’un petit détail au masculin ?

S comme Simulation
On croyait être les seules à pouvoir user de cette stratégie, pourtant, un quart des hommes avoue y avoir déjà eu recours. Exagération des soupirs pendant une éjaculation sans (beaucoup de) plaisir ou carrément sans éjaculation du tout (merci le préservatif qui cache toute preuve) : c’est ça aussi, l’égalité des sexes.

T comme Testicules
Sensibles à la douleur pour tous, les testicules n’en sont pas moins des zones très érogènes pour certains. Attention cependant car pour les autres, vous entrez en zone rouge en vous aventurant du côté des bijoux de famille. À vous de voir, avec douceur et dextérité, à quelle catégorie appartient votre partenaire.

U comme Uniforme
Le fameux fantasme de l’uniforme a encore de beaux jours devant lui. Mais parce que passer une nuit torride avec un pompier, un policier, un marin, un pilote de chasse et un médecin, ce n’est pas donné à tout le monde et encore moins aux femmes mariées, reste la solution de proposer à votre informaticien de mari une soirée déguisée.

V comme Verge
Appelons un chat un chat et une verge, comment d’ailleurs ? Parce qu’en le prononçant on a l’impression de se retrouver illico en cours de SVT au lycée, et qu’il y a mieux pour la libido. On laisse la verge au placard (enfin, façon de parler bien sûr) et on opte pour un autre mot. Mais lequel ?

W comme Webcam
La petite caméra est devenue grande star du sexe sur Internet. Et pas besoin de s’appeler TatianaXX69 pour vous initier au sexe virtuel et convertir votre homme à l’@plaisir.

X comme films X
S’il en existe désormais pour tous les goûts, même les plus féminins, si le cinéma du genre se démocratise et ne fait plus systématiquement hurler (de colère, entendons-nous bien) dans les chaumières quand sa présence est démasquée, il n’en reste pas moins qu’une telle découverte n’amuse pas souvent. Et questionne toujours.

Y et Z  ?
Pour ces deux lettres, on avait bien pensé à yoyo et zizi,
et puis finalement on a abandonné l’idée.
On n’avait rien à dire sur le second.

Publicités
Publié dans Texte Sexualité

Masturbation sous la douche, est-ce être obsédée ?

douche femmeLe massage de la zone sexuelle avec un jet d’eau est une méthode de masturbation comme les autres. Mais elle est moins répandue, puisque seules 2 % des femmes la pratiquent régulièrement.

La stimulation clitoridienne, qui représente environ 90 % de la masturbation féminine, se pratique plus souvent manuellement, avec un objet doux. Parfois aussi (3 % des cas) par serrement des cuisses.

Évitez de vous comparer aux autres femmes. Vos amies vous racontent ce qu’elles ont envie de vous dévoiler : tout le monde n’a pas envie de parler de son intimité à ses copines. D’après les études dont nous disposons, les hommes adultes se masturbent en moyenne une fois toutes les trois semaines, les femmes une fois par trimestre. Mais on ignore si les personnes interrogées répondent honnêtement aux enquêtes.

Ne vous jugez pas mal, vous vous demandez même si vous n’êtes pas anormale. C’est surtout la fréquence de cette pratique d’autostimulation qui semble vous inquiéter. Vous n’avez pas à vous sentir coupable. La masturbation n’est pas spécialement liée à un désir sexuel qui serait exacerbé, excessif. En général, quand elle est fréquente, elle correspond davantage à une façon de se relaxer. Sans doute avez-vous trouvé il y a longtemps cette manière de vous détendre. Vous l’utilisez donc lorsque vous en ressentez le besoin. Un peu comme d’autres se délassent en regardant un film, en prenant un bain, en lisant un polar. La place que prend la masturbation n’est en rien la conséquence d’une quelconque perversion.

Demandez-vous si la sexualité de votre couple est satisfaisante
C’est sans doute le cas, car les femmes n’ont pas, le plus souvent, une pratique compensatoire de la masturbation. Autrement dit, une célibataire qui n’a pas de vie sexuelle a moins recours à la masturbation qu’une femme en couple qui fait souvent l’amour. Cela paraît étonnant, mais les chercheurs ont observé que chez la femme (contrairement à l’homme), la masturbation est plus souvent une pratique d’entraînement. Une sexualité épanouie incite à plus de fantasmes et d’autoérotisme.

Apprenez aussi à apprécier les caresses sexuelles manuelles
Car les stimulations par l’eau ne produisent pas les mêmes sensations que des caresses manuelles ou buccales. Votre clitoris peut être habitué à réagir à des stimulations que votre partenaire ne peut imiter, ce qui pourrait limiter votre accès au plaisir. Il serait bon d’élargir les modalités permettant la montée de votre excitation.

Publié dans Texte Sexualité

Un sextoy connecté pour femmes banni d’un grand salon high-tech

sextoyLes responsables du Consumer Electronics Show (CES) ont retiré la récompense qu’avait reçue une entrepreneure pour son sextoy féminin, qualifiant ce dernier « d’obscène ».

Dans une lettre ouverte, elle dénonce le sexisme du salon et plus généralement du milieu des nouvelles technologies.

Scandale au CES, le grand salon high-tech qui se tient en ce moment à Las Vegas. Cette année, l’entrepreneure Lora Haddock, fondatrice et PDG de l’entreprise Lora DiCarlo, était venue présenter un sextoy connecté baptisé Osé. Un produit « mains libres » censé recréer « toutes les sensations de la bouche, de la langue et des doigts » pour entraîner des orgasmes féminins. Mais elle a été empêchée de présenter le produit sur son stand.

Retrait de son prix de l’innovation
Il y a un mois environ, un jury indépendant lui avait pourtant décerné le prix CES de l’innovation, dans la catégorie robots et drones. Mais cette récompense lui a été retirée par la Consumer Technology Association (CTA), qui organise le CES, au motif que son produit serait « immoral, obscène, indécent, profane et non-conforme à l’image de la CTA ». Les responsables de l’organisation américaine se sont par la suite contentés d’indiquer qu’Osé n’était pas admissible dans la catégorie « robotique et drone ».

La jeune entreprise a réagi à cette décision dans une lettre ouverte, rédigée par Lora Haddock. Pour la fondatrice, le produit a toute sa place dans la catégorie robotique, ayant été conçu par le laboratoire de l’université d’Oregon, spécialiste dans le domaine.

Le CES accusé de sexisme
Par ailleurs, elle rappelle que d’autres entreprises ont présenté des produits liés à la SexTech pendant le CES, sans que cela ne pose problème. Elle fait notamment référence au sextoy connecté OhMiBod, lauréat de la catégorie « Digital Health and Fitness Product » en 2016. Mais également au premier robot sexuel prenant l’apparence d’une femme, présenté l’année dernière.

Lora Haddock accuse le CES et la CTA de sexisme et de misogynie. « Tout comme l’industrie des technologies dans son ensemble ».  « Vous ne pouvez pas faire semblant d’être impartial si vous autorisez un robot sexuel pour les hommes, mais pas un masseur robotique axé sur le vagin », conclut l’entrepreneure.