Publié dans Texte Santé

Syndrome du canal carpien : symptômes, traitement, opération, causes, de quoi s’agit-il ?

canal carpienLe canal carpien, qu’est-ce que c’est ?
Le syndrome du canal carpien est une affection caractérisée par des symptômes apparaissant au niveau de la main. Il résulte d’une compression du nerf médian. Dans le poignet, se trouvent en effet le nerf médian et les tendons fléchisseurs des doigts qui passent au travers d’un « tunnel », nommé canal carpien.

Ce canal est très restreint, par conséquent, toute condition qui réduit cet espace, une inflammation par exemple, entraîne une compression du nerf médian. Ceci va perturber l’influx nerveux et provoquer l’apparition de différents symptômes. Certains mouvements des doigts et surtout du pouce notamment peuvent se montrer plus difficiles voire impossibles.

Causes du syndrome du canal carpien
Sans que l’on sache pourquoi, les femmes sont 3 fois plus touchées que les hommes par le syndrome du canal carpien. Mais les origines de ce dernier sont diverses. Les études ont permis d’identifier des facteurs hormonaux ou métaboliques (grossesse, ménopause, diabète …), des anomalies constitutionnelles ou acquises, ainsi que certaines maladies (polyarthrite, goutte …).

Certains mouvements ou postures peuvent aussi favoriser le développement du syndrome. Le risque est notamment plus élevé en milieu professionnel, chez les travailleurs exposés à la répétition de mouvements du poignet et de l’avant bras, des mouvements demandant une force importante dans la main, des postures contraignantes pour la main, ainsi que la manipulation d’outils qui vibrent.

Symptômes et douleurs du syndrome du canal carpien
Le syndrome du canal carpien se caractérise par différents symptômes qui résultent tous de la compression du nerf médian. Il peut toucher les deux mains à la fois mais ce n’est pas systématique, parfois une seule des deux mains est atteinte.

On peut ainsi constater
– un engourdissement de la main et des doigts
– des picotements dans la ou les main(s) (paresthésie)
– une douleur au poignet et à la paume qui irradie vers les doigts ou vers l’avant-bras
– une difficulté à saisir ou tenir des objets.

Ces troubles surviennent notamment la nuit ou pendant une activité. Ils disparaissent souvent en secouant la main ou en la laissant pendre. Néanmoins, les signes peuvent aussi apparaître en journée lors de la réalisation de certains mouvements ou du maintien prolongé dans une certaine position.

Les symptômes vont également dépendre du degré d’évolution du syndrome du canal carpien. Chez la femme, les douleurs peuvent survenir avant les menstruations, durant les derniers mois de grossesse et peu après l’accouchement.

Traitement et opération : comment soigner le syndrome du canal carpien ?
Dès l’apparition de symptômes évoquant le syndrome du canal carpien, il est important d’aller consulter un médecin rapidement qui confirmera ou non le diagnostic. En effet, plus le problème est pris en charge tôt, mieux le traitement se déroulera.

Le traitement du syndrome du canal carpien passe d’abord par l’éviction des facteurs le favorisant (voir les causes ci-dessus). Cela peut suffire à faire régresser les symptômes. Lorsque le syndrome du canal carpien ne présente pas de signes de gravité, il est pris en charge avec un traitement médical.

Ce traitement comporte
– le port d’une attelle amovible qui va permettre d’immobiliser le poignet dans une position neutre durant la nuit, généralement pour une durée de 3 mois. Cela aide à apaiser les symptômes nocturnes.
– une infiltration de corticoïdes dans le canal carpien. Cette mesure n’offre cependant pas de soulagement immédiat et ce dernier peut être temporaire selon la gravité du syndrome.
– la prise de médicaments comme des antalgiques ou anti-inflammatoires non stéroïdiens qui vont permettre de soulager la douleur.

En cas d’échec du traitement médical ou si le syndrome est trop grave, une intervention chirurgicale peut être proposée. Elle n’est cependant que rarement urgente et consiste essentiellement à sectionner l’un des ligaments situés au niveau du carpe qui désigne le groupe d’os situé au niveau du poignet. Cela va permettre de réduire la compression du nerf médian.

Cette opération est le plus souvent réalisée en chirurgie ambulatoire (entrée et sortie du patient sur un seul jour) et sous anesthésie locorégionale, autrement dit, seul le bras est anesthésié. L’intervention permet habituellement de faire disparaître progressivement les picotements et autres sensations. Les douleurs elles, régressent en quelques semaines.

Publié dans Texte Santé

Les AVC ne touchent pas que les adultes : 1000 enfants en sont victimes chaque année en France

AVCA l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, focus sur les enfants victimes. Ils sont environ 1000 à être touchés chaque année en France. Près des deux tiers d’entre eux en gardent des séquelles.

Quand il est question d’accidents vasculaires cérébraux (AVC), on pense généralement aux adultes, notamment aux personnes âgées. Mais les plus jeunes ne sont pas épargnés: tous les ans, un millier d’enfants sont en effet victime d’un AVC. C’est le cas de la jeune Alice, 8 ans, qui, en se réveillant un matin il y a un an et demi, a ressenti une gêne inhabituelle. « J’étais fatiguée et je n’arrivais pas à parler », raconte la fillette à BFMTV.

Ses parents se sont alors rendu en urgence à l’hôpital, et le diagnostic a été sans appel : il s’agissait bien d’un accident vasculaire cérébral. « Je n’y croyais pas. Je ne pensais pas que ça pouvait arriver à un enfant », confesse Charlotte, la mère d’Alice.

5% de mortalité chez les enfants
La fillette s’est remise de son AVC, mais elle doit tout de même continuer sa rééducation tout en poursuivant une scolarité à mi-temps. De nombreux enfants victimes d’accidents vasculaires cérébraux conservent en effet des séquelles.

« La mortalité est relativement faible, environ 5%. Par contre ce sont des enfants qui, pour la plupart, vont avoir des séquelles. Les deux tiers d’entre eux. Que ce soit sur le plan de la motricité, ou, et c’est parfois le plus difficile à repérer et à prendre en charge, sur le plan des apprentissages », détaille Manoëlle Kossorotoff, neuropédiatre et coordinatrice du centre national de référence AVC.

La spécialiste plaide ainsi pour une prise en charge le plus tôt possible, dès l’apparition des symptômes. Ces derniers sont les mêmes que ceux présentés par les adultes lors d’un AVC, à savoir une paralysie d’un coté du corps ou du visage ainsi que des difficultés d’élocution.

Publié dans Texte Santé

Les méthodes pour prévenir l’arthrose

arthroseL’arthrose est une maladie chronique qui se manifeste généralement après 40 ans, se caractérisant par des douleurs et des difficultés à effectuer des mouvements articulaires.

Il faut savoir qu’une articulation est entourée par le liquide synovial aidant les surfaces osseuses à glisser les unes sur les autres, tout en limitant les frottements. Faute de mouvement, le cartilage, qui recouvre les os, absorbe ce liquide synovial qui ne peut plus jouer son rôle de lubrifiant. Ainsi, les cartilages frottent entre eux et s’abîment. C’est là qu’apparaît l’arthrose.

Bouger pour entretenir le cartilage
Limiter ses mouvements à cause de la douleur n’est pas une bonne solution pour lutter contre l’arthrose. Au contraire, parce que le cartilage s’use uniquement lorsqu’on ne le sollicite pas, il est indispensable qu’il subisse des variations de pression provoquées par les mouvements. Bouger est donc indispensable pour chouchouter son cartilage.

Perdre du poids pour soulager
L’obésité et le surpoids sont les principaux facteurs de risque d’arthrose puisque cela augmente les contraintes mécaniques et favorise la dégradation du cartilage. Ainsi, en perdant quelques kilos superflus, on diminue la pression sur les articulations qui sont alors soulagés, limitant ainsi leur usure.

Une alimentation saine pour des articulations saines
Réduire la sévérité de l’arthrose est possible avec une alimentation équilibrée, notamment composée de fruits, de légumes et d’épices, riches en phytoflavonoïdes, polyphénols et bioflavonoïdes qui réduisent les symptômes d’arthrose et diminuent la dégradation du cartilage. Il faut aussi miser sur la vitamine C stimulant la régénération du collagène, qui compose le cartilage.

Publié dans Texte Beauté et Soin

Comment soigner un coup de soleil ?

coup de soleilPiégés par le soleil ?   Pas de panique. Si la brûlure est légère, il existe des remèdes simples pour soigner un coup de soleil.

Avec le retour des beaux jours et l’arrivée des vacances d’été, attention aux coups de soleil. Quels gestes adopter si, malgré la crème solaire, on ne parvient pas à les éviter ?    Si la brûlure est légère, il est tout à fait possible de se soigner soi-même grâce à des remèdes naturels ou des pommades cicatrisantes. Si la brûlure est plus importante, l’intervention du médecin peut néanmoins être nécessaire.

La règle d’or : beaucoup s’hydrater
La règle d’or en cas de coups de soleil: boire beaucoup d’eau pour permettre d’hydrater l’organisme. Le soleil déshydrate en effet le corps. C’est d’ailleurs pour cela que l’on se sent fatigué après une journée de farniente à la plage.

Il faut ensuite éviter de se ré-exposer au soleil en attendant que la brûlure disparaisse. Le cas échéant, il faut se couvrir ou appliquer de la crème solaire d’indice supérieur à 50.

Crèmes hydratantes, argile, aloé vera et vinaigre de cidre
Pour soulager un léger coup de soleil, la première chose à faire est de rafraîchir la zone qui a été brûlée.  « Rafraîchissez la zone brûlée avec de l’eau du robinet (entre 15°C et 25°C), environ 15 minutes, jusqu’à disparition totale de la douleur, ou prenez un bain tiède et non froid si la zone brûlée est étendue », conseille le site Ameli.fr. (cliquez ici)

Ensuite, il est possible d’appliquer une pommade calmante et hydratante comme la Biafine, qui aidera à la cicatrisation. On peut aussi opter pour plusieurs remèdes naturels comme appliquer du yaourt, du vinaigre de cidre ou du gel d’aloé vera sur la zone brûlée.

Autre astuce : utiliser de l’argile mélangée avec de l’huile essentielle de lavande, connue pour ses vertus cicatrisantes. La recette est très simple : il suffit de mélanger de la poudre d’argile verte avec de l’eau froide et de rajouter cinq gouttes d’huile essentielle de lavande. On applique ensuite la mixture pendant une à deux heures.

Les vertus thérapeutiques de ces remèdes naturels n’ont pas été prouvées scientifiquement. Ils aident néanmoins à soulager la douleur.

Quand consulter un médecin ?
Ces premiers conseils fonctionnent uniquement sur de légers coups de soleil. Si quelques heures après l’exposition des cloques apparaissent, il s’agit alors d’une brûlure de second degré.

Dans le cas où les cloques sont assez petites et entourées d’une zone rouge, on a affaire à une brûlure de second degré superficiel. « Des précautions supplémentaires sont à prendre pour éviter une infection. Nettoyez les zones brûlées au savon, avec un antiseptique dermique. Les cloques peuvent s’infecter car les bactéries présentes sur la peau ne sont pas détruites par un coup de soleil », explique encore le site Ameli.

Si les brûlures couvrent plus de 10% du corps, que les cloques sont importantes ou touchent des zones sensibles du corps, ou que la douleur s’accompagne d’étourdissements et de signes de déshydratation, il est alors indispensable de consulter un médecin qui déterminera le traitement à adopter.

Publié dans Texte Beauté et Soin

Peeling à domicile : une peau comme neuve

PeelingDécidément, les produits de beauté n’en finissent pas de nous étonner.

Après les traditionnels masques et gommages maison, place au peeling dermatologique à réaliser dans l’intimité de sa salle de bain. Zoom sur un soin d’exception.

Injections de toxine botulique, collagène, traitements au laser, micro-dermabrasion, peelings …  Les dermatologues disposent aujourd’hui d’un arsenal redoutable pour nous rendre irrésistibles et nous permettre de lutter contre les effets du temps. Femmes et hommes n’hésitent plus à recourir à ce type de traitements, à l’action immédiatement visible. Et si l’effet « peau neuve » pouvait désormais se réaliser chez soi, grâce à une nouvelle génération de peelings alliant douceur et simplicité avec efficacité dermatologique ?  Le point sur ces produits révolutionnaires.

Le peeling maison, une nouvelle alternative dermatologique
Conserver une peau lisse, fraîche et lumineuse, le rêve. Un rêve inaccessible ?  Pas si sûr avec l’apparition, made in USA, des « resurfaçants » ou peelings dermatologiques à domicile.

A ne pas confondre avec un simple gommage. Le peeling a pour objectif de faire disparaître une couche plus ou moins fine de la peau pour faciliter sa régénération tout en diminuant, voire en supprimant les défauts tels que le teint terne, les irrégularités, les pores dilatés, les rides et ridules, les taches brunes.

On distingue deux types de peelings : d’abord le peeling dit mécanique ou dermabrasif qui consiste à poncer une partie de l’épiderme pour aplanir le micro relief de la peau et le peeling chimique où il convient d’appliquer une solution permettant de débarrasser la peau de ses cellules mortes. Plus la peau est marquée, plus l’action doit être profonde, sachant qu’il existe trois degrés de peeling : superficiel, moyen et profond.

Le peeling dermatologique superficiel exécuté en cabinet offre une alternative plus douce que les deux autres et peut s’utiliser sur tous les types de peau, y compris noires ou asiatiques et aux épidermes sensibles, à raison de 4 à 5 séances réparties sur 1 mois. Ses actifs, des acides de fruits, de l’acide salicylique et de l’acide glycolique essentiellement, « décollent » les cellules mortes de la couche cornée et aident à accélérer le renouvellement cellulaire.

Le peeling maison, testé et approuvé
La nouveauté : ce fameux « coup d’éclat » peut aujourd’hui être obtenu sans passer par un cabinet médical. Vendus en parapharmacies ou en parfumeries, ces fameux « resurfaçants » se présentent soit sous forme de masque à laisser poser, soit sous forme de crème gommante à appliquer en massage. « La principale différence entre un peeling réalisé en cabinet et un peeling maison réside dans la concentration des principes actifs », affirme le docteur Robert Gabbai, dermatologue à Paris.

« Le peeling fait à la maison aura certes un effet éclaircissant du teint mais il sera moins efficace et plus éphémère qu’un peeling dermatologique ». Si ces nouveaux produits ne font pas le bonheur des dermatologues, les femmes, elles semblent y trouver leur compte : ces soins réalisés à la maison sont plus rassurants (il n’y a pas d’acte médical) et il faut souligner qu’ils sont plus confortables. Les éventuels picotements et rougeurs qui suivent parfois le soin en cabinet sont extrêmement rares à la maison.

Même s’il ne remplace pas totalement un peeling professionnel, les résultats peuvent être étonnants. C’est une alternative de choix pour toutes celles qui ne souhaitent pas franchir la porte du cabinet médical, préférant prendre soin d’elle dans l’intimité de leur salle de bains

Publié dans Texte Beauté et Soin

5 astuces pour prendre soin de ses mains

mainsTiraillement, démangeaison, excès de petites peaux autour des ongles …

Particulièrement exposée, la peau des mains a tendance à s’assécher. Pour qu’elles restent nickel toute l’année et avoir une belle manucure, voici nos conseils faciles au quotidien.

1) Prendre l’habitude de se crémer après chaque lavage
C’est finalement un réflexe à prendre : on pose un tube de crème pour les mains sur le bord du lavabo ou sur son bureau et à chaque fois qu’on s’est lavé les mains, on s’en applique scrupuleusement. Fini la peau irritée par le savon ou l’eau froide.

2) S’offrir un bain de citron et huile d’olive
Une fois par semaine, on prépare un bol d’eau chaude agrémenté d’un peu d’huile d’olive pour nourrir les cuticules et d’un filet de citron pour blanchir les ongles. Un petit bain d’un quart d’heure suffit à se faire de jolies mains, naturellement.

3) Limer ses ongles en douceur
Pour des ongles en bonne santé, il faut savoir bien les limer. On utilise une lime en verre ou en émeri plutôt qu’une lime en métal trop agressive. Et surtout, on fait un mouvement doux, toujours dans le même sens, de gauche à droite ou de droite à gauche, mais pas d’allers et retours.

4) Faire une pause entre deux poses
Plutôt que d’enchaîner les vernis, on pense à faire une détox de quelques jours pour laisser l’ongle respirer. Et bien sûr, on ne zappe pas l’étape de la pose de base qui peut être nourrissante, blanchissante ou durcissante, et qui évite aux ongles de jaunir en les protégeant des pigments du vernis.

5) Se faire un cataplasme
Si vraiment vos mains sont toute sèches et ont tendance à desquamer, vous pouvez vous mettre de la crème nourrissante en couche très épaisse et mettre des gants en coton pour favoriser la pénétration des actifs dans la peau. Il existe aussi des gants garnis de crème prêts à l’emploi.

Publié dans Texte Beauté et Soin

10 conseils pour avoir une belle peau

soins visageAvec toutes les agressions extérieures comme la pollution et le soleil ou simplement avec le stress du quotidien, notre peau n’est pas toujours aussi belle qu’on le voudrait.

L’application d’une simple crème de jour ne peut pas vous assurer un grain de peau irréprochable. Alors comment faire pour retrouver un teint sans imperfection ?  Voici 10 conseils et astuces pour avoir un éclat hors du commun.

1) Choisir une routine adaptée
Pour se battre au quotidien contre les imperfections, il est important et même indispensable d’adapter sa routine beauté à son type de peau et ses problématiques. La première chose à déterminer est donc si l’on a une peau mixte, grasse, ou sèche. On se concentre ensuite sur les détails que l’on veut corriger : les rides, les boutons d’acné, les taches de soleil …  On choisit ensuite son produit nettoyant, son sérum et sa crème en conséquence.

2) Pratiquer le massage du visage
Garder un épiderme en bonne santé revient à lui apporter davantage de tonicité. La technique efficace pour détendre les traits, prévenir les rides et illuminer le teint ? L’auto-massage du visage.  Au moment d’appliquer notre crème chaque matin, on utilise nos pouces pour créer des mouvements de peau de l’intérieur vers l’extérieur des pommettes. Au niveau du front et des joues, on exerce des légères pressions comme des petits pincements pour stimuler la micro-circulation.

3) N’omettre aucune zone
La peau ne vieillit pas de la même manière sur toutes les zones du visage. Le contour des yeux, le cou ou l’arc de Cupidon (entre le nez et la bouche) possèdent une peau plus fine qu’ailleurs qui nécessite donc davantage d’attention. Attention, il ne faut pas mettre plus de crème à cet endroit mais bien un produit différent et spécifique pour la zone.

4) Penser au gommage
Pour redonner de l’éclat à la peau, le gommage est indispensable. Il élimine les cellules mortes et permet au derme de se régénérer en beauté. Ce geste « belle peau » à adopter une à deux fois par semaine doit être adapté à sa typologie de peau et ses problématiques. Cependant, au même titre que sa version pour le corps, il est conseillé pour toutes.

5) Adapter son alimentation
L’impact de l’alimentation sur la peau n’est plus à prouver. Mais entre les clichés répétés entre amis et les conseils prodigués par les grands-mères, on ne sait plus où donner de la tête. Le premier conseil à suivre est simple : il faut boire de l’eau en quantité (et réduire sa consommation d’alcool au maximum). Côté frigo, consommez des crudités sans modération car ils contiennent l’indispensable combinaison de vitamines et fibres.

6) Miser sur des méthodes naturelles
Les cosmétiques ne sont pas les seuls agents belle peau. Les adeptes du naturel ne jurent d’ailleurs que par quelques ingrédients astucieux qui feraient des miracles sur la beauté du derme. En haut de leur liste : les huiles végétales. De l’huile de noisette, d’olive à celle (plus rare) de pépins de figues de barbarie, elles agiraient comme des masques beauté sur notre visage. Autre ingrédient d’exception : l’aloe vera. En cure de jus ou en gel pur, elle hydrate, assouplit et permet même de repulper.

7) Utiliser la nuit pour soigner sa peau
Si le jour, la peau réagit surtout pour se protéger des agressions extérieures, la nuit, elle en profite pour récupérer et se réparer.  Les études montrent que la multiplication des cellules de l’épiderme est optimale à 1h du matin. C’est pour ces raisons qu’il faut privilégier l’application de soins spécifiques pour la beauté de votre peau avant de se coucher. Crème de nuit ou masque, on trouve les produits qui nous conviennent le mieux en les testant sur une période de quelques semaines.

8) Protéger sa peau du soleil
En été, le soleil nous paraît comme une agression évidente pour la peau. Mais ce n’est pas qu’à cette saison qu’il faut s’en méfier. Toute l’année, le visage doit être protégé grâce à des produits contenant un SPF efficace. Les UV sont en effet extrêmement dangereux pour le derme et accélèrent son vieillissement. Forcément, on adapte la protection selon l’exposition mais on garde en tête qu’elle est bel et bien indispensable.

9) Ne pas toucher ses boutons
C’est la mauvaise habitude par excellence. Lorsqu’un bouton apparaît sur notre visage et qu’on se met à le triturer, on risque seulement d’y apporter des bactéries supplémentaires. Une infection peut alors se déclencher et l’imperfection mettra deux fois plus de temps à disparaître. Est-ce vraiment ce que l’on veut ?

10) Ne jamais rater l’étape démaquillage
Le démaquillage est une étape à ne jamais zapper dans votre routine beauté.  Il permet à la peau de mieux respirer sans s’encombrer des impuretés accumulées pendant la journée. Pour un rituel efficace, il est conseillé de commencer par les yeux et la bouche avec un produit spécifique (pour ces zones plus sensibles) et de finir par le teint. Un pschitt d’eau thermale en fin de démaquillage est également conseillé. Côté texture, trouvez celle qui convient à votre peau : gel ou mousse pour les peaux grasses, huile ou lait pour les autres.