Publié dans Texte Actualité divers

Le logiciel iTunes sera remplacé par ces apps

Le logiciel iTunes sera remplacé par ces appsUn site spécialisé confirme le futur démantèlement du programme multimédia en apps distinctes sur macOS, à l’image de ce qui existe sur iOS.

La semaine derniere , le populaire développeur Steve Troughton-Smith révélait que la fin d’iTunes, tel qu’on le connaît aujourd’hui, était proche. Lancé en 2001, le logiciel multimédia d’Apple est devenu avec les années une usine à gaz cumulant trop de fonctionnalités, de l’avis de bon nombre d’utilisateurs.

Apple aurait par conséquent décidé de le démanteler en plusieurs apps. Un changement qui pourrait intervenir, selon le développeur, dès le lancement du futur système d’exploitation macOS 10.15, qui doit être présenté à la conférence WWDC, en juin.

iTunes ne devrait pas disparaître tout de suite
Guilherme Rambo du site spécialisé 9to5Mac a confirmé mercredi ces informations. Il explique que le logiciel serait séparé en plusieurs applications autonomes, Music, Podcasts et Apple TV, destinées respectivement à la musique, aux podcasts et à la vidéo. Cette division serait rendue possible grâce au projet Marzipan qui permet aux développeurs d’adapter facilement des applications  iOS à macOS.

Les nouvelles apps seraient similaires à Apple News qui partage le même design et code que son homologue sur iPhone ou iPad. L’application  Livres devrait aussi avoir droit à une mise à jour de même type, révèle le site spécialisé.

Quant à iTunes, il devrait subsister encore un moment quelque part sur les Mac afin de permettre aux possesseurs de vieux iPods et de vieux iPhone de les synchroniser avec l’ordinateur.

Publicités
Publié dans Texte Actualité divers

Les réseaux sociaux auraient une influence sur l’alimentation des enfants

Les réseaux sociaux auraient une influence sur l'alimentation des enfantsÀ mesure que les réseaux sociaux se sont ancrés dans notre société, leurs effets secondaires ont commencé à se révéler un à un sous l’inspection des chercheurs.

Désormais, une nouvelle étude parue dans la revue Pediatrics, suggère que leur utilisation aurait un effet sur la consommation de nourriture par les enfants.

Plusieurs études ont déjà démontré au cours des dernières années les effets négatifs que pouvait avoir la télévision sur les jeunes générations. Voir ses stars préférées faire la promotion d’une barre chocolatée ou être simplement exposé à des publicités mettant en avant des aliments peu sains influe sur les jeunes esprits et modifie leurs habitudes alimentaires.

L’influence des « vlogueurs »
Anna Coates et son équipe ont choisi d’étudier l’impact des campagnes promotionnelles pour des collations via les pages Instagram de « vlogueurs ». Autrement dit, des personnes influentes sur Youtube et mettant en scène leur vie quotidienne, comme dans un blog.

Ils ont pour cela, ils ont divisé en trois groupes 176 enfants âgés de 9 à 11 ans, et leur ont présenté des pages de « vlogueurs » fictifs, consommant un snack sain, mauvais pour la santé ou ne consommant rien. Ils ont ensuite contrôlé l’alimentation des participants.

Une question de confiance
Les enfants ayant visionné des « vlogueurs » consommant des collations mauvaises pour la santé ont en moyenne consommé 26% de calories de plus que les sujets n’ayant pas visionné de consommation de nourriture, et 32% de calories en plus issues de snacks mauvais pour la santé. Les enfants ayant visionné la consommation de snacks équilibrés n’ont pas démontré de différences significatives dans leurs habitudes alimentaires.

« Ces résultats suggèrent que promouvoir des aliments peu équilibrés via les pages Instagram de vlogueurs augmente la consommation immédiate des enfants », commente Coates. « Les jeunes personnes accordent plus de confiance aux vlogueurs qu’aux célébrités donc leur appui peut avoir plus d’impact et les exploiter plus. Des restrictions plus sévères sont nécessaires. »

Publié dans Texte Actualité divers

Des applications Android transmettent vos données à Facebook

android-facebookL’ONG Privacy International a analysé une trentaine d’applications pour Android. Son rapport a été présenté samedi au 35e congrès du Chaos Computer Club.

L’année 2018 s’achève comme elle a commencé pour Facebook. Selon un rapport de l’ONG britannique Privacy International le réseau social pourrait aspirer des données personnelles sur les smartphones Android. Selon ce rapport, présenté samedi soir au 35e congrès du Chaos Computer Club (le groupe de hackers le plus important d’Europe), des applications Android partagent des informations sur les utilisateurs avec Facebook, sans recueillir leur consentement et même s’ils ne sont pas inscrits sur le réseau social.

Pour arriver à ce constat, deux chercheurs, Frederike Kaltheuner et Christopher Weatherhead, ont analysé une trentaine d’applications pour smartphone Android. Ils ont volontairement choisi des services populaires et très divers comme la plateforme de streaming musical Spotify ou le jeu Candy Crush. Résultat, ils ont découvert que plus de la moitié d’entre elles, 21 précisément, partagent des données avec le réseau social dès leur ouverture et ce, sans recueillir le consentement des utilisateurs. Surtout, qu’importe que l’utilisateur soit ou non inscrit sur Facebook, des informations sont tout de même transmises.

L’utilisation de ces informations n’est pas claire
Les informations partagées par l’application sont par exemple le modèle du téléphone, la langue choisie, le téléchargement de l’application mais aussi l’identifiant publicitaire attribué par Google à chaque utilisateur d’un smartphone Android. Combinées, elles permettent d’établir un profil d’utilisateur. Dans son rapport, l’ONG donne un exemple de l’utilisation possible de ces informations. Pour une personne qui a installé les applications « Qibla Connect » (une application relative aux prières musulmanes), « Period Tracker Clue » (suivi de règles), « Indeed » (recherche d’emploi), « My Talking Tom » (une application pour les enfants), il est possible de déduire qu’il s’agit probablement d’une femme, musulmane, à la recherche d’un emploi et mère d’un ou de plusieurs enfants.

Mais certaines informations sont beaucoup plus précises. L’ONG cite le cas de l’application KAYAK, un comparateur de voyage. Après analyse, les chercheurs ont découvert que le service transmettait à Facebook les recherches des utilisateurs: ville de départ, aéroport de départ, date de départ, ville d’arrivée, aéroport d’arrivée, date d’arrivée, nombre de billets (dont nombre d’enfants), classe des billets (économie, affaires ou première classe).  Mais il est impossible de savoir précisément à quoi servent les données collectées.

Facebook décline toute responsabilité
Ce ramassage de données est rendu possible grâce aux API, des interfaces de programmation qui permettent à un logiciel d’offrir ses services à d’autres. Ainsi, quand un site internet propose à l’utilisateur de se connecter via Facebook, il utilise une partie du code du réseau social. L’ONG a contacté Facebook avant sa parution du rapport, détaillent nos confrères de Libération. Le réseau social affirme que c’est aux sociétés qui développent les applications de s’assurer du consentement de leurs utilisateurs.

Le règlement sur la protection des données (RGPD), en vigueur depuis mai, impose en principe d’informer les utilisateurs de l’usage de leurs données. Ils doivent aussi donner leur accord pour le traitement des données, ou pouvoir s’y opposer. Dans le cas de la collecte de données au lancement de l’application, ces règles ne sont pas respectées.

Facebook permet aux développeurs de ne pas envoyer de données avant d’avoir recueilli le consentement de leurs utilisateurs. Mais selon l’ONG Privacy International, cet outil lancé après l’entrée en vigueur du RGPD est imparfait. Par ailleurs, Facebook permet aux utilisateurs qui ne sont pas inscrits sur la plateforme de gérer la collecte des données par le réseau social. Mais l’ONG, qui a testé ces solutions, assure qu’elles n’ont aucun impact perceptible sur le partage des données observées dans le rapport.