Publié dans Texte Actualité divers

La localisation des smartphones utilisée pour recenser la population en Espagne

smartphoneDes millions de téléphones portables vont être géolocalisés pour étudier les mouvements de population qui seront utilisés pour le prochain recensement.

L’initiative est accueillie plutôt froidement par les défenseurs de la vie privée. Le gouvernement espagnol va utiliser la géolocalisation des smartphones pour préparer le prochain recensement de la population. Le projet repose sur la collaboration des trois principaux opérateurs téléphoniques nationaux : Movistar (propriété du groupe Telefónica), Orange et Vodafone. Ils représentent 78,7% des téléphones mobiles en service dans le pays.

Réalisée par l’Institut national des statistiques (INE), cette opération est menée au total durant huit jours: cinq jours en novembre, le jour de Noël et deux autres jours l’été prochain, les 20 juillet et 15 août. A chacune de ces dates, l’INE sera informé de la localisation des téléphones à différentes heures de la journée.

Des données anonymes
Ce suivi servira à l’élaboration du recensement de la population de 2021 et permettra de mieux connaître la mobilité quotidienne des Espagnols et le nombre de personnes présentes de jour comme de nuit dans les différentes zones du pays, explique l’INE dans un communiqué.

Selon l’institut, cette méthode de géolocalisation des mobiles permettra de mieux déterminer la population effective d’une municipalité en comblant les lacunes des méthodes traditionnelles de recensement reposant sur l’envoi de questionnaires. En effet, des personnes peuvent être officiellement résidentes dans une municipalité sans y habiter pour autant.

L’INE a versé près de 500.000 euros à ces opérateurs téléphoniques pour effectuer ce suivi, a indiqué un porte-parole à l’AFP. L’institut insiste sur le fait que le traitement de ces données se limitera à un décompte anonyme des téléphones, sous forme de tableaux de résultats agrégés.

« L’INE ne disposera à aucun moment d’informations individuelles d’aucune sorte » car les opérateurs ne transmettront ni les numéros ni les noms des titulaires des lignes, assure-t-il.

Malgré ces affirmations, répétées depuis la publication du projet fin octobre, celui-ci suscite des réticences. Ces derniers jours, de nombreux médias ont expliqué comment éviter le suivi de son mobile.

« Nous sommes absolument favorables aux usages statistiques, mais pas à l’utilisation des personnes comme des cobayes sans qu’ils le sachent, sans qu’ils sachent comment et sans qu’ils aient donné leur consentement, réellement informés », critique dans un communiqué Simona Levi, fondatrice de Xnet, plateforme d’activistes qui défend les droits dans le monde numérique.

Publié dans Texte Actualité divers

Aux États-Unis, les seniors passent bien plus de temps devant un écran que les jeunes

ecranOn parle souvent des problèmes engendrés par l’exposition aux écrans des plus jeunes. Mais une étude américaine montre que plus on vieillit, plus on passe du temps à regarder des écrans.

Smartphone, tablette, ordinateur, jeux vidéos, télévision : aujourd’hui les écrans sont partout. Et contrairement à une idée répandue, les plus jeunes ne seraient pas ceux qui passent le plus de temps devant.

D’après une étude de Nielsen réalisée aux États-Unis et relayée par The Economist, les Américains âgés de plus de 65 ans passeraient plus de dix heures par jour à visionner des images ou du texte sur les divers écrans en leur possession.

Des seniors qui passent plus de 7h par jour devant la TV
Deux tiers de ce temps est consacré à la télévision, l’écran favori des personnes âgées de plus de 35 ans. Les seniors se démarquent aussi par un usage plus important de la tablette que les autres générations.

infographie temps ecran.jpg

Sans surprise, les seniors américains ont des consommations d’écran radicalement opposées à celle des plus jeunes. Selon l’étude de Nielsen, les 18-34 ans privilégient leur smartphone à la télévision.

Les 18-34 ans passent plus de temps sur leur smartphone
Ces différences d’usages se creusent au fil des générations. Lorsque l’on analyse la répartition totale du temps d’écran par appareil, on s’aperçoit en effet que plus les personnes sont âgées, plus elles préfèrent regarder la télévision que leur smartphone.

catégorie

infographie temps ecran

Toutes générations confondues, une tendance se dégage : le recul progressif de l’ordinateur. Les PC et les portables sont de moins en moins utilisés chaque année par toutes les catégories d’âges qui lui préfèrent la tablette et le smartphone.

Et en France ?
Dans l’Hexagone, il semble que nous passions un peu moins de temps devant nos écrans comparé à nos voisins d’outre-Atlantique. Selon Santé Publique, les Français passent près de huit heures par jour devant les écrans, toutes catégories d’âge confondus.

D’après une étude du cabinet eMarketer, en 2017, la télévision était toujours l’appareil le plus consulté par les Français avec environ 3h51 de temps d’écran par jour. Moins donc qu’aux États-Unis .

Pour rappel, en avril 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommandait aux enfants de moins de 5 ans de ne pas passer plus d’une heure par jour devant les écrans.

Publié dans Texte Actualité divers

L’UFC-Que Choisir veut que Google indemnise les détenteurs de mobiles Android

L'UFC-Que Choisir veut que Google indemnise les détenteurs de mobiles AndroidL’association de défense des consommateurs lance une action de groupe contre Google devant le TGI de Paris, pour violation du Règlement général de protection des données (RGPD).

Google est cerné de toutes parts par les critiques à l’égard de son exploitation des données personnelles. Fin janvier 2019, l’entreprise américaine a écopé d’une lourde amende de la CNIL, 50 millions d’euros , dont elle a depuis fait appel, pour son opacité à l’égard de la collecte des informations de ses utilisateurs.

Estimant qu’aucun effort n’a été fourni depuis cette date, l’UFC-Que Choisir lance à son tour une action collective auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris contre le géant du Web. En cause : une violation, à ses yeux, du Règlement général de protection des données (RGPD), entré en application le 25 mai 2018 dans l’Union européenne.

« L’objectif de cette action est de mettre fin à l’exploitation insidieuse des données personnelles de ses utilisateurs, particulièrement ceux détenant un équipement Android avec un compte Google, et de les indemniser à hauteur de 1000 euros », fait savoir le communiqué de l’association de défense des consommateurs.

Cette somme de 1000 euros a été déterminée « comme étant celle assurant une juste indemnisation au regard du caractère massif et continu de cette violation et permettant d’assurer le respect de la vie privée des utilisateurs », complète l’UFC-Que Choisir, sans donner d’informations supplémentaires.

« Nous avons un niveau d’exigence élevé en matière de transparence et de consentement basées à la fois sur les recommandations des différentes autorités et sur des tests rigoureux auprès des utilisateurs », souligne un porte-parole de Google en réponse à cette annonce. « Nous fournissons des informations utiles et des outils de contrôles de confidentialité simples à utiliser dans nos produits. »

Le parc de smartphones Android étant selon nos estimations d’environ 33 millions dans l’Hexagone, si l’association obtient gain de cause, le géant américain pourrait devoir reverser quelque 33 milliards d’euros aux utilisateurs français, soit 25% de son chiffre d’affaires mondial annuel. Et c’est sans compter les tablettes.

1000 lignes de règles de confidentialité
L’UFC-Que Choisir entend également atteindre d’autres objectifs : mettre fin à l’exploitation des données personnelles des utilisateurs d’Android « collectées de façon illégale » et obtenir un réel consentement de leur part pour la collecte et le traitement de ces données par les services et applications de Google. La nécessité d’un consentement libre et éclairé est spécifiée dans le RGPD.

Google vient tirer profit des données personnelles de ses utilisateurs pour affiner et personnaliser ses services et recommandations. L’UFC-Que Choisir juge néanmoins que, malgré la condamnation de la CNIL, la société continue de noyer les consommateurs dans des règles de confidentialités interminables, « plus de 1000 lignes, 5700 mots, 57 renvois et 100 liens vers d’autres contenus »  et à maintenir un véritable parcours du combattant pour agir sur la géolocalisation.

L’association fait mention de six actions pour accéder aux informations sur les différentes méthodes utilisées à cet effet et rappelle qu’un smartphone, même immobile, transmet sa géolocalisation près de 340 fois par jour.

En août dernier, une enquête d’Associated Press avait relevé que les appareils Android et iPhone enregistraient la position de leurs détenteurs, même après désactivation de l’historique des positions sur les services Google. L’option « activité sur le Web et les applications » devait elle aussi être décochée pour faire cesser définitivement la collecte de données.

Publié dans Texte Actualité divers

Trois conseils pour se protéger des ondes de son smartphone

smartphoneFace aux craintes grandissantes des utilisateurs de smartphones concernant les dangers des ondes émises par leur appareil, voici quelques recommandations pour réduire son exposition facilement et à moindre frais.

Le sujet est très sensible pour certains, au point de les mener devant les tribunaux. Le 23 avril, on apprenait que des clients d’Enedis étaient déboutés à Bordeaux, après avoir demandé le retrait du compteur intelligent Linky en raison de ses émissions d’ondes électromagnétiques. Le jugement a toutefois imposé à l’entreprise de poser des “filtres à ondes” pour 13 clients électro-sensibles.

Plusieurs entreprises profitent de ces craintes pour lancer des produits censés protéger l’utilisateur des ondes de son smartphone, classées comme “peut-être cancérogènes” pour l’homme par l’Organisation mondiale de la santé. Voici, par ordre d’efficacité, les bons réflexes à avoir. Le tout sans dépenser un centime.

Ce qui fonctionne

1) Éloigner l’appareil de son oreille
En matière d’exposition aux ondes, le moindre millimètre compte. En éloignant son smartphone de son oreille, il est ainsi possible de faire chuter drastiquement l’impact des émissions sur son cerveau. A ce titre, la méthode la plus efficace reste d’opter pour des oreillettes, filaires ou Bluetooth, qui émettent largement moins d’ondes que le smartphone. Faute de matériel adapté, utiliser le haut-parleur de son mobile se révélera également très efficace, à condition de se trouver dans un environnement adapté.

Notons que le pic d’émissions d’ondes a lieu lorsque l’on déclenche l’appel vers un correspondant. A ce moment, le téléphone va interagir avec les antennes-relais à proximité pour établir une connexion. Si les conditions imposent de tenir son mobile à l’oreille, il est très recommandable d’attendre que la première sonnerie soit émise, une fois la connexion établie pour placer le smartphone près de sa joue, si possible sans le coller à la surface de la peau.

2) Faire très attention à la qualité du réseau
Pour établir le DAS (débit d’absorption spécifique), une norme d’émissions que doivent afficher tous les fabricants, des tests sont effectués en laboratoire. Ce chiffre correspond aux émissions maximales d’un smartphone, que l’on retrouvera dans le cas d’une connexion très difficile. Autrement dit, lorsque la qualité du réseau sera la moins bonne.

Et selon les conditions d’appel, les écarts peuvent être immenses. D’après de récents calculs publiés par l’Agence nationale des fréquences (ANFR), la quantité d’ondes émises par un smartphone utilisé dans un environnement difficile peut en moyenne être multipliée par 32.000, par rapport à la quantité d’ondes émises par un appareil utilisé dans des conditions idéales.

Il est donc primordial de s’assurer que l’on dispose d’une bonne réception avant de passer un appel. A l’inverse, appeler depuis un endroit où le réseau est mauvais ou dans un véhicule en mouvement (par exemple dans le train) conduit à s’exposer au maximum aux ondes.

3) Limiter la durée des appels
La nocivité des ondes se manifeste par un échauffement des tissus biologiques de notre organisme. Cet échauffement est lié à l’intensité des ondes, mais également à la durée de l’exposition. Un long appel dans de mauvaises conditions de réception avec le smartphone collé à la joue est donc la pire situation possible.

Ce qui ne fonctionne pas

1) Tout miser sur le DAS
Pour se prémunir contre les ondes électromagnétiques de notre smartphone, certains sont tentés de se concentrer sur la valeur du DAS pour choisir un appareil. Si l’intention semble bonne, il est impossible de s’assurer qu’un smartphone ayant un DAS plus faible émettra globalement moins d’ondes qu’un appareil ayant un DAS plus élevé.

Pour rappel, ce chiffre est une valeur maximale. Mais avec de bons composants notamment au niveau des antennes  et une bonne gestion du réseau, un mobile ayant un pic d’émissions élevé (symbolisé par le DAS) peut au quotidien et en moyenne assurer un niveau d’émissions modéré. A ce titre, le DAS n’est pas l’élément le plus pertinent pour limiter son exposition.

2) La plupart des accessoires anti-ondes
Sont également déconseillés les accessoires anti-ondes, comme les patchs à coller à l’arrière de son smartphone, que l’on trouve sur Internet ou dans la grande distribution. Ces produits promettent une diminution des ondes pouvant aller jusqu’à 99%, que l’on obtient naturellement (et gratuitement) dès lors que l’on téléphone avec une bonne qualité de réseau et/ou avec une oreillette.

Dans des conditions plus difficiles, ces patchs peuvent effectivement bloquer les émissions d’ondes électromagnétiques, mais ont alors des effets négatifs, voire contre-productifs : la qualité d’appel est très impactée, ce qui pousse le smartphone à émettre encore plus d’ondes.

Publié dans Texte Actualité divers

Le mobile fait à présent office de clé de sécurité

Le mobile fait à présent office de clé de sécuritéUn smartphone sous Android 7.0 minimum peut désormais servir de clé physique de validation en deux étapes pour s’authentifier aux services de Google.

Plus besoin d’utiliser une clé de sécurité physique pour s’identifier aux services en ligne de Google avec le système, recommandé, de double authentification.

Le géant du web a annoncé mercredi qu’un mobile Android (à partir de la version 7.0) suffisait désormais à remplacer ces accessoires, qui prennent la forme d’une clé USB et servent de protection accrue d’un compte en ligne pour éviter d’en perdre le contrôle si une personne malveillante découvre le bon mot de passe.

La nouvelle méthode d’authentification en deux étapes, qui s’appuie sur les standards de sécurité FIDO et WebAuthn, fonctionne en connectant le smartphone en bluetooth à un navigateur web Chrome sur un ordinateur (portable ou fixe) équipé de cette connectivité sans fil.

Marche à suivre
Pour configurer le système, il suffit de se connecter à son compte Google sur un mobile Android (7.0 minimum) et d’activer le bluetooth. Puis, sur la page myaccount.google.com/security ouverte sur un navigateur web Chrome (que ce soit sous Chrome OS, macOS ou Windows 10), sélectionner «Validation en deux étapes» et choisir le smartphone qui servira de clé de sécurité en deux étapes.

Pour l’activer, les possesseurs d’un smartphone Pixel 3, qui intègre la puce de sécurité Titan M, peuvent appuyer sur le bouton de diminution du volume. Les autres doivent utiliser la manière traditionnelle pour s’identifier.

Codes aléatoires
Google recommande à tout le monde d’utiliser son smartphone comme clé de sécurité, mais particulièrement aux «journalistes, activistes, chefs d’entreprise et équipes de campagne politiques qui sont à risque d’attaques ciblées en ligne».

Cette nouvelle méthode d’authentification à deux facteurs s’ajoute aux autres solutions déjà proposées par Google, comme l’envoi d’un code SMS sur un numéro de téléphone, les codes aléatoires temporaires affichés dans l’app Google Authenticator ou le service Google Prompt, qui met en relation un smartphone Android avec un service Google sur l’ordinateur. La nouvelle méthode rappelle ce dernier, à la différence qu’elle requiert que le téléphone portable se trouve à proximité de l’ordinateur utilisé.

Publié dans Texte Actualité divers

Facebook visé par une enquête pénale aux États-Unis

facebookDes procureurs fédéraux ont ouvert une enquête pénale contre Facebook, suite aux révélations autour du partages de données personnelles avec d’autres entreprises à l’insu des utilisateurs.

L’étau se resserre autour de Facebook. D’après le New York Times, des procureurs fédéraux à New York ont ouvert une enquête pénale autour des pratiques de Facebook. Dans leur viseur : le fait que Facebook partage des données de ses utilisateurs avec d’autres entreprises, parfois à leur insu. D’après le quotidien américain, un grand jury à New York a exigé officiellement auprès « d’au moins deux importants fabricants de smartphones » qu’ils fournissent leurs informations sur ce sujet, qui concernerait des centaines de millions d’utilisateurs. Pour rappel, les principaux fabricants de smartphones dans le monde sont le sud-coréen Samsung, l’américain Apple et les chinois Huawei, Oppo et Xiaomi.

La transparence de Facebook auprès de ses utilisateurs en question
Le réseau social de Mark Zuckerberg fonde son modèle économique sur la collecte et l’exploitation de données personnelles pour vendre des publicités ciblées. Grâce à des partenariats avec d’autres entreprises technologiques, notamment les fabricants de smartphone, Facebook récolte même des données d’internautes qui ne sont pas sur Facebook. Le réseau social justifie ces partenariats avec les fabricants de smartphones pour que ses services soient compatibles avec leurs systèmes d’exploitation ou leurs diverses applications et sites.

La question soulevée par la justice américaine est notamment de savoir si cela s’est fait de façon transparente pour les utilisateurs. Contacté par l’AFP, Facebook a indiqué qu’il était « connu que des enquêtes fédérales, y compris par le ministère de la Justice, étaient en cours ». Le réseau social précise qu’il « coopère avec les enquêteurs » et « prend ces investigations au sérieux ».

De nombreuses enquêtes en cours depuis l’affaire Cambridge Analytica
Pour Facebook, l’initiative de la justice américaine s’ajoute à une liste qui commence à être longue. Depuis le scandale Cambridge Analytica l’an dernier, l’exploitation de données personnelles d’utilisateurs de Facebook par la firme britannique pour le compte de la campagne de Donald Trump en 2016, les révélations s’enchaînent sur les pratiques de Facebook autour des données personnelles de ses membres. Son image s’est ainsi dégradée dans l’opinion publique, poussant les régulateurs du monde entier à davantage de fermeté qu’auparavant, notamment pour déterminer si Facebook a caché d’une façon ou d’une autre les détails de ses pratiques de partage de données.

Rien qu’aux États-Unis, le régulateur du commerce, la Federal Trade Commission (FTC), et le gendarme boursier, la SEC, ainsi que le ministère de la Justice enquêtent sur les pratiques de Facebook en terme de gestion des données de ses usagers. Le réseau social fait aussi l’objet de plaintes venant d’États américains comme la Californie ou d’actionnaires. Le réseau social aux 2,3 milliards d’utilisateurs risque au total des poursuites civiles et pénales avec notamment de grosses amendes à la clé. Rien que pour le dossier de la FTC, il pourrait selon la presse payer 2 milliards de dollars d’amende.

Publié dans Texte Actualité divers

Les réseaux sociaux auraient une influence sur l’alimentation des enfants

Les réseaux sociaux auraient une influence sur l'alimentation des enfantsÀ mesure que les réseaux sociaux se sont ancrés dans notre société, leurs effets secondaires ont commencé à se révéler un à un sous l’inspection des chercheurs.

Désormais, une nouvelle étude parue dans la revue Pediatrics, suggère que leur utilisation aurait un effet sur la consommation de nourriture par les enfants.

Plusieurs études ont déjà démontré au cours des dernières années les effets négatifs que pouvait avoir la télévision sur les jeunes générations. Voir ses stars préférées faire la promotion d’une barre chocolatée ou être simplement exposé à des publicités mettant en avant des aliments peu sains influe sur les jeunes esprits et modifie leurs habitudes alimentaires.

L’influence des « vlogueurs »
Anna Coates et son équipe ont choisi d’étudier l’impact des campagnes promotionnelles pour des collations via les pages Instagram de « vlogueurs ». Autrement dit, des personnes influentes sur Youtube et mettant en scène leur vie quotidienne, comme dans un blog.

Ils ont pour cela, ils ont divisé en trois groupes 176 enfants âgés de 9 à 11 ans, et leur ont présenté des pages de « vlogueurs » fictifs, consommant un snack sain, mauvais pour la santé ou ne consommant rien. Ils ont ensuite contrôlé l’alimentation des participants.

Une question de confiance
Les enfants ayant visionné des « vlogueurs » consommant des collations mauvaises pour la santé ont en moyenne consommé 26% de calories de plus que les sujets n’ayant pas visionné de consommation de nourriture, et 32% de calories en plus issues de snacks mauvais pour la santé. Les enfants ayant visionné la consommation de snacks équilibrés n’ont pas démontré de différences significatives dans leurs habitudes alimentaires.

« Ces résultats suggèrent que promouvoir des aliments peu équilibrés via les pages Instagram de vlogueurs augmente la consommation immédiate des enfants », commente Coates. « Les jeunes personnes accordent plus de confiance aux vlogueurs qu’aux célébrités donc leur appui peut avoir plus d’impact et les exploiter plus. Des restrictions plus sévères sont nécessaires. »