Publié dans Texte Actualité divers

Les tarifs réglementés du gaz vont baisser de 3,3% début février

gazDepuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz ont connu une baisse cumulée de 14,7%. Une nouvelle baisse est attendue ce 1er février.

Les tarifs réglementés de vente du gaz, appliqués par Engie à des millions de foyers français, vont baisser de 3,3% au 1er février, a annoncé vendredi la Commission de régulation de l’énergie (Cre).

Par rapport au barème en vigueur depuis le 1er janvier, ces tarifs baisseront « de 0,9% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 3,5% pour les foyers qui se chauffent au gaz », indique un communiqué. Cette évolution résulte de l’application d’une formule tarifaire définie mi-2019.

Des tarifs amenés à disparaître
Au total, depuis le 1er janvier 2019, ces tarifs réglementés de vente (TRV) de gaz ont connu une baisse cumulée de 14,7%, précise la CRE. La loi Énergie et Climat promulguée en novembre prévoit l’extinction progressive d’ici à 2023 de ces TRV gaz, qui sont fixés par les pouvoirs publics et avaient été jugés contraires au droit européen par le Conseil d’État. A l’avenir, il ne restera plus que des offres dites de marché, aux prix fixés librement par les fournisseurs.

Environ 4 millions de particuliers disposent encore d’un contrat de gaz aux TRV. Mais depuis le 20 novembre, Engie a cessé de commercialiser de nouveaux contrats de ce type.

Publié dans Texte Actualité divers

Que devient la chatte Choupette depuis la mort de Karl Lagerfeld ?

choupetteLe célèbre chat Sacré de Birmanie mène toujours une vie de pacha, malgré la mort de son maître bien-aimé.

Mort en février dernier à l’âge de 85 ans, Karl Lagerfeld laisse derrière lui des créations intemporelles et Choupette, sa chatte. Le couturier, qui adorait le félin, avait révélé avant sa disparition vouloir lui céder sa fortune.

« Elle a sa propre petite fortune, c’est une héritière : s’il m’arrive quelque chose, la personne qui s’en occupera ne sera pas dans la misère », avait-il déclaré en 2015 dans Le Divan.

Le New York Times, qui consacre cette semaine un long article à ce fameux chat Sacré de Birmanie, assure que « la succession n’a pas encore été réglée et [que] l’entourage de Karl Lagerfeld reste muet à ce sujet ».

« Elle est en bonne santé et reçoit beaucoup d’amour »
Caroline Lebar, responsable de la communication de la marque Karl Lagerfeld, assure que Choupette « vit avec sa nourrice à Paris »: « Elle est en bonne santé et reçoit beaucoup d’amour. »

Que devient la chatte Choupette depuis la mort de Karl LagerfeldL’emploi du temps de Choupette reste aussi chargé que du temps de Lagerfeld. « Elle se rend à l’agence de temps en temps et nous faisons des photos pour son compte Instagram », précise son agent Lucas Bérullier. « Nous avons aussi de beaux projets [la concernant]. »

Star mondiale, Choupette dispose d’un train de vie particulièrement luxueux et ne mange que dans des plats en argent, d’après le livre Choupette, la vie enchantée d’un chat fashion, sorti chez Flammarion en 2014.

Publié dans Texte Actualité divers

Harry et Meghan soutenus par un membre de la famille royale belge

Harry et MeghanLe couple, qui prend son indépendance en renonçant à son titre royal, a été soutenu en Belgique par le prince Laurent, frère du roi Philippe.

Le prince Harry et sa femme Meghan Markle ont mis en émoi la famille royale britannique il y a deux semaines en annonçant leur intention de prendre leur indépendance. Une décision décriée au Royaume-Uni, mais applaudie notamment en Belgique par le prince Laurent, frère du roi Philippe : « La décision du Prince Harry prouve une chose sur le fait d’appartenir à la famille royale. Vous êtes un objet. C’est inacceptable. Personne ne doit être la propriété de sa famille ou d’un gouvernement. Ou alors, vous devez être indemnisé pour ça. », a-t-il déclaré dans les colonnes du Telegraph.

Harry a reconnu la semaine dernière ressentir « une grande tristesse »: « Nous espérions continuer à servir la reine, le Commonwealth et mes associations militaires, mais sans financement public. Malheureusement, cela n’a pas été possible. » Le couple a désormais quitté Londres et les obligations de la royauté britannique pour « une vie plus paisible » au Canada.

Quel avenir pour le couple ?
Le couple renonce à son allocation royale et devra rembourser certaines dépenses publiques dont il a bénéficié, notamment les 2,4 millions de livres sterling (2,8 millions d’euros) employés à rénover leur résidence au Royaume-Uni.

Mais les questions restent nombreuses concernant la nouvelle vie du prince. Comment le couple va-t-il gagner de l’argent ?  Qui va payer pour sa sécurité ?  Quels liens va-t-il garder avec la famille royale britannique ?

Harry et Meghan, qui bénéficient d’une image de célébrités royales glamour, ne devraient pas manquer de propositions pour des contrats commerciaux, pour des apparitions dans des galas, écrire des livres ou dans le cinéma, où l’ex-actrice est très connectée. Ils devront cependant continuer de respecter les « valeurs » de la monarchie dans leurs activités.

Publié dans Texte Actualité divers

Affaire Grégory : l’avocat de la famille appelle les « gens qui savent la vérité à briser le silence »

affaire gregoryAprès l’annulation, la semaine dernière, de la garde à vue de Murielle Bolle en 1984, l’avocat des parents de Grégory Villemin demande aux habitants de la vallée de la Vologne de faire « éclore la vérité ».

Saura-t-on un jour la vérité sur l’affaire Grégory, l’un des dossiers les plus énigmatiques de l’histoire criminelle en France ?  L’avocat de ses parents, en tout cas, ne désespère pas. Invité lundi soir de l’émission L’heure du crime sur RTL, Thierry Moser, a lancé un appel à témoin aux Vosgiens pour faire « éclore la vérité ».

« C’est moralement monstrueux de se taire »
Thierry Moser, qui représente Christine et Jean-Marie Villemin s’est dit « convaincu que dans cette région de Lépanges, il y a des gens qui savent la vérité ». L’avocat a donc lancé un « appel à témoin » : « J’invite ces gens à briser le silence, à sortir du silence et à nous aider à faire éclore la vérité. Parce que je rappelle quand même qu’il s’agit de l’assassinat d’un petit enfant de quatre ans et je dis que c’est moralement monstrueux de se taire alors que peut-être on a des révélations à faire ».

« Crime collectif »
Il a par ailleurs indiqué que ses clients sont persuadés que la mort de leur fils est une œuvre collective: « Nous sommes convaincus, mes confrères et moi, ainsi que Christine et Jean-Marie, que Bernard Laroche a enlevé l’enfant, que Murielle Bolle se trouvait dans le véhicule avec sa belle-sœur au moment de l’enlèvement. » Et d’ajouter : « Nous pensons que nous sommes en présence d’un crime collectif [dont] Bernard Laroche est l’un des rouages ».

L’enquête se poursuit désormais à Dijon. Également interrogé mardi par France info, le représentant des époux Villemin estime que la « combativité » de ses clients doit finir par payer : « Je voudrais que la tragédie de la Vologne fasse partie de ces dossiers dont on dira dans quelques temps que la persévérance a payé, et que la combativité des époux Villemin a été récompensée. »

35 ans d’errements judiciaires
Le 16 octobre 1984, le corps de Grégory Villemin, est découvert dans la Vologne (Vosges), pieds et mains liés. Son oncle a reçu quelques heures plus tôt un appel téléphonique anonyme revendiquant l’assassinat. Le lendemain, les parents du petit garçon, Jean-Marie et Christine Villemin, reçoivent la lettre d’un « corbeau » : « J’espère que tu mourras de chagrin le chef. Ce n’est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance. Pauvre con. »

35 ans plus tard, le nom du ou des assassins n’est toujours pas connu. L’affaire a connu de multiples rebondissements, dont le dernier en date, celui de l’annulation de la garde à vue de Murielle Bolle en 1984, fragilise encore un peu plus une procédure entachée d’errements judiciaires.

Publié dans Texte Actualité divers

Inscriptions sur Parcoursup : ce qui change cette année

Les élèves de terminale qui souhaitent entamer des études supérieures et les étudiants en réorientation peuvent s’inscrire dès ce mercredi sur Parcoursup. Ils ont jusqu’au 12 mars pour formuler leurs vœux. Après, il sera trop tard.

Parcoursup

Coup d’envoi de la première étape sur Parcoursup. À partir de ce mercredi et jusqu’au 12 mars, les élèves de terminale et étudiants en réorientation peuvent s’inscrire sur la plateforme d’orientation dans l’enseignement supérieur et formuler leurs vœux.

15.000 formations
Au total, quelque 15.000 formations sont proposées, ce qui représente l’ensemble des formations post-bac reconnues par l’État. Cette année, Parcoursup propose notamment 600 nouvelles formations, comme les licences sélectives de l’Université Paris-Dauphine, les dix instituts d’études politiques, de nouvelles écoles de commerce ou de management ainsi que les instituts de formations aux professions paramédicales.

Comme l’assure le ministère, qui met en avant une procédure « raccourcie » et « accélérée », chaque formation est présentée sous la forme d’une fiche détaillée actualisée permettant aux candidats « de consulter des informations essentielles avant de faire leurs choix », notamment les attendus, les critères généraux d’examen des dossiers, les débouchés ainsi que le taux d’accès à la formation l’année dernière.

Quid de la Paces ?
La première année commune aux études de santé (Paces) est remplacée par deux voies d’accès aux études de médecine : la licence avec option accès santé (LAS) constituée d’une majeure, comme le droit ou l’économie, et d’une mineure « santé » ainsi que le parcours spécifique accès santé (Pass), l’équivalent de la Paces, qui permettra à l’étudiant de poursuivre ses études dans n’importe quelle spécialité.

Dix vœux
Il est possible de formuler jusqu’à dix vœux, « avec des possibilités de sous-vœux selon les formations » comme les classes préparatoires aux grandes écoles ou les Instituts de formation en soins infirmiers pour lesquels il s’agit de formuler un vœu multiple, précise le site consacré à l’orientation dans le supérieur. De manière générale, il est fortement recommandé de ne pas formuler qu’un seul vœu ni de ne candidater qu’à des filières sélectives.

Pour chaque vœu, lycéens et étudiants devront détailler leur motivation. Il s’agit d’expliquer « pourquoi vous avez retenu une formation » et « quels sont vos atouts pour y réussir: qualités et compétences, intérêt, démarches conduites (entretiens, recherches sur Internet) pour connaître cette formation » en 1500 caractères maximum, indique encore Parcoursup.

Les candidats peuvent par ailleurs communiquer des informations relatives à leurs centres d’intérêt, expériences professionnelles ou compétences extra-scolaires,  tels que engagements associatifs, séjours linguistiques, pratique culturelle ou sportive, Bafa ou encore formation aux premiers secours  dans une rubrique dédiée. Autant d’informations pour permettre « de se démarquer, de parler davantage de soi et mettre en avant des qualités ou des expériences qui vous sont propres et qui ne transparaissent pas dans les bulletins scolaires ».

Le calendrier
Après le 12 mars minuit, il ne sera plus possible de formuler de nouveaux vœux ou d’en remplacer. Mais il sera toujours possible d’en supprimer. Les candidats auront jusqu’au 2 avril pour confirmer chacun des vœux et finaliser leurs dossiers. Ensuite, entre les mois d’avril et mai, les formations examineront les dossiers des candidats. Et les premières propositions d’admission tomberont à partir du 19 mai.

Comme l’année dernière, la procédure sera suspendue durant les épreuves écrites du baccalauréat, c’est-à-dire entre le 17 et le 24 juin. Cette phase principale d’admission s’achèvera le 17 juillet. La phase complémentaire, pour les candidats qui n’auraient obtenu que des refus, sera quant à elle ouverte du 25 juin au 11 septembre.

« Oui », « oui si », ou « en attente »
Si la formation répond « oui », cela signifie que le candidat est accepté sans condition. Si la réponse est « oui si », il devra suivre un parcours d’accompagnement pédagogique ou personnalisé – quelque 218.000 remises à niveau, parcours de soutien ou tutorat ont été proposés l’année dernière.

Des réponses « en attente » pourront également apparaître : les formations qui ont plus de candidats que de places disponibles les classent en fonction de leur dossier. Dans ce cas, le candidat pourra obtenir certaines informations afin d’estimer ses chances d’être accepté : sa position dans la liste d’attente, le nombre total de candidats dans la liste, le nombre de places dans la formation ou encore la position du dernier candidat qui a reçu une proposition d’admission l’année dernière. Le candidat  ainsi que ses parents et son établissement  sera informé des réponses de formation par mail, SMS et sur son compte Parcoursup.

Quand répondre ?
Du 19 au 23 mai, les candidats auront cinq jours pour répondre aux propositions reçues. Mais à partir du 24 mai, ils n’auront plus que quatre jours et, le lendemain, le délai sera réduit à trois jours. Parcoursup met en garde : « Si vous ne répondez pas à une proposition d’admission dans les délais prévus, vous perdez toutes les propositions d’admission qui vous sont faites (sauf celle déjà éventuellement acceptée) et vos vœux en attente. »

Le candidat sur liste d’attente pourra hiérarchiser ses vœux grâce à une option « répondeur automatique », disponible dès le 19 mai  un mois plus tôt qu’en 2019  qui lui permettra de ne pas se connecter tous les jours à la plateforme.

Entre le 29 juin et le 1er juillet, le candidat devra confirmer ou non les vœux en attente qui l’intéressent toujours. Ce point d’étape,  un seul au lieu de trois l’année dernière  est « obligatoire » à l’exception des candidats ayant déjà accepté une formation, ajoute Parcoursup. Sans réponse, tous les vœux en attente seront perdus.

Publié dans Texte Actualité divers

Six ans après, Hayange condamnée pour avoir peint une œuvre en bleu

La commune d’Hayange, en Moselle, a été condamnée à payer 4.000€ pour avoir repeint l’œuf de l’artiste Alain Mila en bleu, en 2014.

L’affaire avait fait scandale en Moselle et était remontée jusqu’à Paris : quelques mois à peine après son élection en 2014, le maire FN d’Hayange, Fabien Engelmann, avait fait repeindre en bleu ciel « l’œuf » de l’artiste Alain Mila, une sculpture en fer et granit qui trônait à deux pas de l’église Saint-Martin depuis 2001. Le but : égayer la ville.

Offusqué par ce qu’il considérait être des provocations de la part du maire (l’œuvre avait ensuite été déplacée sans son autorisation pour être décapée au sein de l’atelier municipal), l’artiste avait réclamé 10.000€ pour préjudice moral. Il s’était d’ailleurs livré dans une tribune, intitulée « Une mairie FN repeint mon oeuvre : ma fontaine est devenue un vulgaire oeuf Kinder. »

Six ans plus tard, la justice a livré son verdict : le tribunal de Nancy a condamné la ville à une amende de 4.000€ pour violation du droit moral de l’auteur et du droit au respect et à l’intégrité d’une œuvre, rapporte le Républicain Lorrain.

Acquis par l’ancienne municipalité socialiste, « l’œuf bleu » avait été déclassé du domaine public par la commune et remplacé par une fontaine d’occasion. Il n’a jamais quitté l’atelier.