Publié dans Texte Poéme, Poésie

La tristesse est à la porte de mon cœur

femme tristeLa tristesse est à la porte de mon cœur, elle se joue de moi et épie mes premières larmes qui s’accumulent en silence dans mes veines et je déverse mes peines dans un flot tumultueux qui ne font que m’ensevelir un peu plus.

Elles sont le reflet sombre de mes pensées et ces pleurs face à l’angoisse qui sont sans issus. Comment la fuir, comment anéantir cette grisaille de l’âme.

Même l’éclat du sourire a disparu de mes lèvres car le bonheur n’est qu’illusion et tellement éphémère. Le bien être aurait-il déserté et disparu de cet univers, serions-nous abandonnés ou tout simplement perdu.

Pourquoi nous imposer la douleur et ces peines sans fin, ces épreuves et ces maux qui nous rongent de l’intérieur et mon combat est en perpétuel mouvement. Mon cœur saigne et il porte les stigmates du désespoir qui ne s’effacera pas avec le temps qui passe, mais restera gravé éternellement dans ma mémoire.

Je me sens prisonnière de mon destin mais malgré tout, je scrute l’horizon en quête d’une espérance qui guidera mes pas sur le chemin de la réconciliation pour chercher des jours meilleurs et fuir le passé.

Le monde devant mes yeux n’est que tristesse, je voudrais prendre tous ces chagrins et les emporter avec moi. Mais le chemin à parcourir est encore si loin de mon cœur et malgré mon combat, mes sanglots résonnent comme un tambour.

Mon âme subit ces assauts qui persistent avec cruauté, pourquoi autant de tristesse, pourquoi autant d’indifférence. Mon cœur saigne dans la tristesse, elles est ma plus grande faiblesse, elle est mon plus grand désespoir.

Publicités
Publié dans Texte Réflexion

Nous ne vendons pas de parents

fille tristeUn jeune couple entra dans le plus beau magasin de la ville.
L’homme et la femme regardaient les nombreux jouets colorés, alignés sur les étagères, suspendus au plafond ou présentés en un gai désordre sur les rayonnages.

Il y avait des poupées qui pleuraient, d’autres qui riaient. Il y avaient des jouets électriques, des cuisines miniatures où l’on pouvait confectionner des gâteaux ou des pizzas.Ils n’arrivaient pas à se décider, quand une gracieuse vendeuse s’approcha d’eux.

« Voyez », explique la jeune femme, « nous avons une petite fille, toute jeune encore, mais nous sommes absents toute la journée et souvent le soir. »

« C’est une petite fille qui ne sourit pas beaucoup », ajouta l’homme.

« Nous voudrions quelque chose qui la rende heureuse, reprit la femme, même quand nous ne sommes pas là. Quelque chose qui la rende heureuse aussi quand elle est seule. »

« Je regrette », dit la vendeuse avec un gentil sourire, « mais nous ne vendons pas de parents. »

Publié dans Texte Réflexion

Je m’appelle …

sentimentJe m’appelle blessure, je suis comme un trou dans un mur,
j’apparais quand tu as mal que la vie est bien trop fatal.

Je m’appelle Souffrance, je hante ton âme douloureuse,
quand tu vis la dépendance lors d’une histoire amoureuse ou autre.

Je m’appelle Désir, j’anime ton corps lorsque les sentiments sont trop fort qu’une preuve d’amour tu veux offrir.

Je m’appelle Espoir, il envahit ton esprit et te fait croire en ce que tout haut tu ne dis, loin de toi, il exile le noir.

Je m’appelle Jalousie, j’apparais Quand elles sont trop près de lui, quand tu veux que ça soit juste lui et toi.

Je m’appelle Sentiment, je remplis ton petit cœur, sème en toi le tourment, te fais souvent peur.

Je m’appelle Complicité, un sentiment primordiale qu’entre lui et toi, il faut préserver, pour avoir une vie formidable.

Je m’appelle Magie, je te fais planer et de couleurs vives peint ta vie, je te fais rêver.

Je m’appelle Amour lorsqu’on pense à moi, on pense à tous ces mots là, je rime avec toujours, je rend les gens heureux, leur montre que la vie est belle, qu’une vie à deux, c’est une vie éternelle.

Publié dans Texte Actualité divers

Henry Chapier : Décès de l’homme qui confessait les stars sur « le divan »

henry charpierHenry Chapier, critique de cinéma et célèbre animateur à la télévision de l’émission « Le Divan » est décédé dans la nuit de samedi à dimanche.

C’est un grand homme de culture qui s’est éteint. Le journaliste Henry Chapier est décédé à l’âge de 85 ans, annonce dimanche 27 janvier dans un communiqué la Maison européenne de la photographie, qu’il avait présidée de 1996 à 2017.  « Quelle tristesse de perdre un si grand Parisien », a réagi sur Twitter la maire de Paris, Anne Hidalgo, peu après l’annonce de sa mort.

Henry Chapier était connu du grand public comme l’animateur de la célèbre émission « Le Divan », diffusée sur FR3 de 1987 à 1994, dans laquelle il interviewait des personnalités culturelles et politiques. Dans cette émission devenue culte, Henry Chapier a reçu plus de 300 personnalités parmi lesquelles Serge Gainsbourg, Jean-Marie Le Pen, Spike Lee, Jeanne Moreau, le mime Marceau ou encore Simone Veil. A noter que cette émission a fait son retour à la télévision ces dernières années, avec Marc-Olivier Fogiel dans le rôle du confesseur.

Ce journaliste est né en Roumanie le 14 novembre 1933, d’un père français avocat et d’une actrice autrichienne, avant de fuir son pays natal avec sa famille en 1947. Il arrive en France à l’âge de 15 ans et s’illustre d’abord comme un critique de cinéma reconnu, notamment à Combat, puis au Quotidien de Paris.

Ce passionné de photo et d’art, qui parlait pas moins de sept langues, a co-fondé en 1978 « Paris Audiovisuel » qui deviendra la Maison européenne de la photographie et permettant à la capitale de devenir l’une des métropoles phares de la création photographique contemporaine.

Publié dans Texte Actualité divers

L’écrivain Eric Holder est décédé chez lui à 59 ans

eric holderC’est chez lui, dans le Médoc, que l’écrivain Eric Holder est mort mardi dernier. Une triste nouvelle confirmée ce 26 janvier par son fils. Il laisse derrière lui les nombreux adeptes de ses ouvrages « Mademoiselle Chambon », « La Saison des Bijoux, « Bella Ciao »…

L’écrivain Eric Holder est décédé le 22 janvier dernier, chez lui à Queyrac, dans le Médoc, a appris l’AFP samedi 26 janvier 2019 auprès de son fils Théo Dupisson, confirmant une information du journal Sud Ouest. L’auteur du roman Mademoiselle Chambon avait 59 ans.

Né en 1960 à Lille, Eric Holder a publié son premier recueil de nouvelles en 1984, Nouvelles du Nord (Le Dilettante), et son premier roman l’année suivante, Manfred ou l’hésitation (Le Seuil). Il a reçu le Prix Fénéon en 1989 pour Duo Forte, puis en 1994 le prix Novembre pour son roman La belle jardinière. Le prix Roger Nimier lui a été attribué en 1996 pour son recueil de huit nouvelles.

En compagnie des femmes, hommages à huit figures féminines qui ont traversé la vie de l’auteur. Suivront La Saison des Bijoux, Mademoiselle Chambon,  le plus connu suite à son adaptation au cinéma en 2009 par Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain, La correspondante, Bella Ciao …

le belle na pas sommeil« Eric Holder nous laisse une écriture précise et délicate, ressuscitant souvent avec malice des expressions perdues pour mieux nous faire aimer sa poésie du monde », a réagi sur Twitter le ministre de la Culture Franck Riester. « Nous apprenons le décès d’Eric Holder. Nos pensées et notre chagrin accompagnent ses proches », ont tweeté les Éditions du Seuil chez qui il publia notamment son dernier livre en 2018, La belle n’a pas sommeil. L’écrivain était installé depuis près de 15 ans dans le Sud-Ouest, cadre de plusieurs ses livres comme Bella Ciao et La Saison des Bijoux ou encore La belle n’a pas sommeil.

Le président Emmanuel Macron lui a rendu un hommage appuyé : « Ceux qui le connaissaient retiendront la douceur de l’homme, que ses lecteurs retrouvaient dans la bonté d’un écrivain portant toujours sur ses personnages un regard empathique et bienveillant. Lui, dont la plume précise et gracieuse servait le goût des phrases épurées et des mots justes, aimait aussi faire renaître des expressions étonnantes qui participaient de la poésie singulière de son regard et de sa voix. C’était un artisan, un orfèvre, dont l’œuvre poignante et subtile accompagnera longtemps tous ceux qui aiment la langue française », a réagi le chef de l’État.

Publié dans Texte Animaux

Boo, le chien « le plus mignon du monde », est décédé

décés de boo, chien le plus beau du mondeSi vous êtes un homme ou une femme des internets, impossible d’être passé à côté de Boo, cette petite boule de poil adorable.

Élu « chien le plus mignon du monde », ce dernier est décédé dans la nuit du 18 au 19 janvier. Son propriétaire a annoncé la triste nouvelle sur Instagram.

View this post on Instagram Dearest friends of Boo, With deepest sadness I wanted to share that Boo passed away in his sleep early this morning and has left …

« Chers amis de Boo. C’est avec une très grande tristesse que je vous informe que Boo est mort dans son sommeil, très tôt ce matin, et nous a quittés pour rejoindre son meilleur ami Buddy », pouvait-on lire en légende de plusieurs clichés. Boo aurait contracté une anomalie du cœur peu de temps après le décès de son compagnon de jeu Buddy, et aurait passé l’arme à gauche après plusieurs mois de souffrance. De quoi penser qu’il est mort le cœur brisé.

Boo, le chien

Publié dans Texte Histoire, Légende

Invitation de la folie

cache-cacheLa Folie décida d’inviter ses amis pour prendre un café chez elle. Tous les invités y allèrent.

Après le café la Folie proposa : On joue à cache-cache ?
– Cache-cache ?
C’est quoi, ça ?  demanda la Curiosité.
– Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu’à cent et vous vous cachez. Quand j’ai fini de compter je cherche, et le premier que je trouve sera le prochain à compter.

Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse.
-1, 2, 3, … la Folie commença à compter. L’Empressement se cacha le premier, n’importe où. La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d’arbre. La Joie courut au milieu du jardin. La Tristesse commença à pleurer, car elle ne trouvait pas d’endroit approprié pour se cacher. L’Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher. La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient. Le Désespoir était désespéré en voyant que la Folie était déjà à 99.

– CENT  cria la Folie, je vais commencer à chercher. La première a être trouvée fut la Curiosité, car elle n’avait pu s’empêcher de sortir de sa cachette pour voir qui serait le premier découvert. En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d’une clôture ne sachant pas de quel côté il serait mieux caché. Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité …

Quand ils étaient tous réunis, la Curiosité demanda : Où est l’Amour ?  Personne ne l’avait vu. La Folie commença à le chercher. Elle chercha au-dessus d’une montagne, dans les rivières au pied des rochers. Mais elle ne trouvait pas l’Amour. Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier, prit un bout de bois et commença à chercher parmi les branches, lorsque soudain elle entendit un cri : c’était l’Amour, qui criait parce qu’une épine lui avait crevé un œil. La Folie ne savait pas quoi faire. Elle s’excusa, implora l’Amour pour avoir son pardon et alla jusqu’à lui promettre de le suivre pour toujours. L’Amour accepta les excuses. Aujourd’hui, l’Amour est aveugle et la Folie l’accompagne toujours.

Auteur : Jean de la Fontaine